Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ca se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


You and me are the same | pv Ali

avatar

» Date d'inscription : 01/07/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Kiinder Clara
» Avatar : Dylan Sprouse
» Âge : 25 ans
() message posté Lun 30 Juil - 17:48 par Castiel Eristoff

You and me are the same
Ali & Castiel
Tu n'avais plus de nouvelles d'Alistair depuis l'épisode Aberdeen. Tu avais envoyé un message à Nate pour savoir s'il en avait de son côté, apparemment il l'avait vu à Hastings où  il l'avait invité quelques jours pour le calmer et lui parler. Quand tu avais lu le sms tu avais eu un petit sourire, ce mec était vraiment le parfait prince charmant. Comme dans les films.S'il n'était pas déjà pris par Ali, tu l'aurais très certainement dragué, mais tu n'étais pas du genre à toucher à un mec déjà pris, encore plus lorsqu'il est en couple avec quelqu'un que tu connais. Enfin que tu connais plus ou moins on va dire. Non, que tu ne connais pas encore plutôt, ouais c'est ça, que tu ne connais pas encore. Pourtant tu savais déjà deux ou trois trucs, des choses que toi aussi tu faisais ou que tu avais, comme la passion de la musique, le fait que vous aviez des lunettes ou que vous étiez gay tous les deux. Et tu avais hâte d'en savoir plus, mais tu ne voulais pas le brusquer, le pauvre semblait avoir assez de choses à gérer sans rajouter des trucs en plus.

Quelques jours étaient passé depuis ça et tu marchais dans les rues de Londres comme à ton habitude quand tu avais envie de te vider la tête, tes pas te menèrent vers le bar de Nate sans que tu ne sache trop pourquoi. Il n'y avait pas grand monde à l'intérieur et là assis à même le trottoir une clope à la main et le regard dans le vide tu aperçus Alistair. Il semblait perdu dans ses pensées. C'est drôle, il avait le même tête que toi quand tu réfléchissais. Les sourcils froncés et une moue de concentration sur la bouche. Tu t'approchais de lui, t'asseyant toi aussi sur le trottoir, sans rien dire au début. C'était encore bizarre pour toi, pour lui aussi sans doute. Le silence dura un petit moment avant que tu te décide finalement à parler. "Tu va bien ? Je me suis inquiété pour toi la dernière fois. Un petit rire s'échappa de tes lèvres, tu t’inquiétais pour lui alors qu'il y a environ un mois tu n'avais aucune idée de son existence. "C'est plutôt étrange quand on y pense, il a un mois je savais pas que tu existais et voilà que maintenant je m'inquiète pour toi quand tu pars d'une soirée complètement défoncé pour rentrer seul." Tu ne lui dirais probablement pas tout de suite, mais tu n'avais pas dormi les deux jours qui avaient suivis tellement tu t'imaginais des trucs horribles. Ton regard se perdis sur l'horizon partant en direction de l'ancien appartement du jeune homme. Il n'y était probablement pas retourné après la soirée et il n'y retournerait probablement pas. "T'as un endroit où aller ?? Et tes affaires t'as pu les récupérer ?? Parce que sinon tu me dis, je passe un coup de fils et les mecs peuvent se charger d'aller faire un tour ni vu, ni connu. J'ai déjà repéré comment entrer sans être vu ou entendu." Tu avais sorti ça le plus naturellement du monde, comme si tu parlais de la pluie et du beau temps, Bon ok tu parlais d'un cambriolage, mais d'un cambriolage pour la bonne cause ok ?? Tu ne t'amusais pas à cambrioler les honnêtes gens, non toi et tes potes vous faisiez ça qu'à des connards qui le méritaient....comme le père d'Alistair par exemple. Tu détestais ce gars de base, mais là depuis que tu étais au courant de qui il était, tu le supportais encore moins. Tu espérais ne jamais le recroiser dans l'avenir, sinon tu ne garantissais pas sa sécurité.
30/07/18
⇜ code by bat'phanie ⇝


@Alistair H. Pratt
Revenir en haut Aller en bas
Sex, Scotch, Blues and Rock n' Roll
En ligne
avatar
Sex, Scotch, Blues and Rock n' Roll

» Date d'inscription : 14/04/2018
» Messages : 468
» Pseudo : Chiendelespace
» Avatar : Cole Sprouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : Elisabeth A. Sullivan
» Absence : PR jusqu'au 27 août 2018
() message posté Mar 31 Juil - 6:40 par Alistair H. Pratt
Sa cigarette se consumait toute seule entre ses doigts. Il avait eu besoin de sortir seul, quelques instants. La fatigue, sans doute. Les parents d’Erwan avaient passé leur nuit à s’engueuler. Une histoire de migraine. Bien sûr. Mais juste à regarder le père d’Erwan, enfoncé dans son fauteuil, son moignon bien en évidence, avec son débardeur crotté qui puait le fond de tonne… lui aussi avait la migraine. Et ce n’était pas comme s’il était marié avec, lui. Comment Erwan pouvait-il endurer tout ça? Pourquoi il ne partait pas?

Alistair s’était allumé une clope et s’était assis sans ménagement au bord du trottoir, faisant fi des passants ennuyés de devoir le contourner.

Nate lui avait proposé de l’héberger, avec toute la tendresse du monde. L’idée l’avait presque séduit. Le week-end à Hastings avait été lourd et doux à la fois. Cette bulle de calme et de paisibilité leur avait fait du bien à tous les deux. Pour crever les abcès, se dire les vraies choses et être juste là, tous les deux. Mais Alistair avait doucement refusé. Comme il avait refusé, beaucoup moins poliment, l’aide et le fric de Wilde, lors de leur première vraie conversation.

Wilde… Allait-il seulement revenir? Il voyait bien que même Greg se faisait du sang d’encre. Et après tout ce qu’il lui avait promis… Non, il ne pouvait pas juste claquer d’une overdose comme ça. Il ne pouvait pas l’abandonner… pas comme ça… On s’en foutait du fric. Mais la gloire, la scène, la foule en liesse, il aurait vendu son âme pour tout ça. Non… Wilde ne pouvait pas juste disparaître comme ça.

Il lui restait 200 livres. Après? Après ce serait la sécurité sociale. Qu’il y avait-il d’autres à dire? Il avait refusé l'aide de Nate. Parce qu’il voulait encore vivre ces moments de magie du début où voir son amoureux sortait de l’ordinaire. Qu’il savait qu’il était impossible à vivre, au fond et qu’il avait du chemin à faire avant de partager son quotidien avec l’homme qu’il aimait.

Il sentit à peine l’autre s’asseoir à côté de lui. Il tourna la tête légèrement pour entrevoir son reflet du coin de l’œil et baissa la tête, honteux. Son fameux départ d’Aberdeen. Il était si en colère. Si en colère qu’on lui ait menti et qu’on l’ait contrôlé toute sa vie. Qu’on l’ait traité comme un gosse trop gâté incapable de prendre son existence en main. Qu'on l'ait prit pour un simple pion sur un échiquier. Qu’on l’aie surprotégé alors que son double vivait l’horreur qui aurait sans doute du être la sienne. Et si en rage que ces deux-là se soit permis de venir à sa rescousse, comme s’il était encore qu’un enfant sans défense...

« Je n’étais pas si défoncé que ça et je gérais très bien la situation. »

Il ne put s’empêcher de grimacer. Cela lui avait prit deux jours pour rentrer. Son billet de retour annulé. L’escale à Edimbourg où un agent l’avait intercepté et l’avait pris à part des autres passagers pendant plusieurs heures sans explications. La nuit dans cet hôtel médiocre où il avait fait une autre grosse crise de panique. L’odeur putride de cramé qui s’était dégagée, lorsqu’il avait voulu savoir, en plein délire, ce que ça faisait, une brûlure de cigarette, sur le bras, comme son double… Parce que c’était lui, au fond qui aurait dû vivre ça et pas l’autre. Parce que c’était lui l’échec, dans toute l’histoire. Le raté qui ne ferait rien de bon de sa vie. Le compte bancaire fermé à Newcastle… Il aurait voulu dire à Castiel que ça ne servait à rien, de s’inquiéter mais la pensée lui faisait chaud au cœur. Ton frère s’inquiète pour toi, vieux.

Castiel avait raison, c’était une sensation vraiment étrange. Se retrouver face à un parfait inconnu qu’on avait vu deux fois et vouloir simplement poser la tête sur son épaule et se confier en étant sûr qu’il allait passer un bras sur vos épaules et faire pareil. Ressentir la même chose.

Alistair fit une moue renfrognée et se retint de procéder à de telles familiarités. Il fronça les sourcils et décocha un regard soucieux à Castiel, lorsque celui-ci mentionna nonchalamment qu’il pourrait l’aider à récupérer quelques affaires. Il voyait ce que le voyou voulait dire. Le vieil escalier de secours… Et dire qu’il s’était vanté de vivre dans un immeuble parfaitement sécuritaire, à l’abri des cambrioleurs…

« Je… je reste chez un ami à moi et sa famille… pour le moment.  Son père et sa mère font chier grave mais… mais j’imagine que je ne suis pas vraiment commode non plus. On ne m’appelle pas M’dame la Marquise* pour rien, je présumes. Et puis… et puis, ne mets pas tes potes dans l’eau chaude pour rien… Mon père a tout fait transférer à Oxford et dans sa résidence à Notting Hill en disant que ça serait là lorsque j’allais retrouver un minimum de bon sens. Comme si j’allais retourner là après tout ce qui s’est passé dans cette putain de soirée… »

Il baissa la tête. Avait-il été autre chose qu’un objet utile et interchangeable, dans sa vie? Il soupira, prit une bouffée et de brûla les doigts sur le mégot, comme d’habitude. Il pesta et le lança au loin, le regard fixé sur l’horizon.

« Nate t’a dit, à propos des résultats du labo, je crois, non? T'en penses quoi?

Les putains de résultats du labo. Non, il n’avait jamais été un Pratt de sa vie. Mais son grand frère se tenait là à côté de lui.

* En français dans le texte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 01/07/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Kiinder Clara
» Avatar : Dylan Sprouse
» Âge : 25 ans
() message posté Ven 3 Aoû - 20:33 par Castiel Eristoff

You and me are the same
Ali & Castiel
Tu voyais bien que l'autre n'était pas au meilleur de sa forme. La tête qu'il faisait tu l'as connaissais pour l'avoir faite de nombreuses fois quand ça n'allais pas, quand tu te posais des questions sur ta vie. Tu faisais cette tête quand tu te demandais pourquoi tu avais survécu et pas lui, même si du coup cette question ne se posait plus trop maintenant. Un sourire en coin naquit sur te lèvres lorsqu'il parla d'Aberdeen. Il gérait...oui tout à fait, il gérait tellement bien que cette soirée avait faillit virer à la catastrophe totale à cause de lui et un peu de toi aussi, tu dois le reconnaître. Tu te demandais encore pourquoi tu étais allé là-bas d'ailleurs. A ce moment tu ne savais pas qu'il était vraiment ton jumeau, même si tu t'en doutais. Mais c'était comme si quelque chose au fond de toi te disais d'y aller, qu'il allait avoir besoin de toi. Est-ce que se serait toujours le cas entre vous ?? Est-ce que tu ressentirais toujours ce sentiment de le protéger et de l'aider ?? Un soupir t'échappa malgré toi en repensant à la tête de ton double lors de cette fameuse soirée. "Tu sais...tu devrais pas prendre ce genre de truc. Je sais que je suis personne pour te dire ça et que t'as pas à m'écouter, mais crois moi...ce truc peut faire plus de mal que de bien." La fin de ta phrase mourus au fond de ta gorge tandis que tes bras se resserrais d'instinct autour de ton corps. Combien de fois ta mère t'avais laissé te démerder seul parce qu'elle était trop stone pour faire quelque chose ?? Combien de fois des copains à elle avait déconné avec toi parce qu'ils en avaient trop pris ?? Combien de fois on t'avais forcé à en prendre contre ton gré jusqu'à te faire faire une overdose qui avait manqué de te tuer ?? Tu voulais pas qu'il arrive se genre de chose à Alistair, il en avait assez bavé comme ça, il méritait mieux que de finir comme ça.

La tension dans tes épaules s'allégea un peu quand le jeune homme t'expliqua qu'il logeait chez un ami, au moins il avait un toit au dessus de la tête. Parce que pendant un moment tu avais peur qu'il décide de vivre dehors histoire de ne rien devoir à personne et clairement tu savais qu'il n'était pas du tout fais pour vivre à la rue. Après, tu avoue qu'un petit sentiment de jalousie t'avais traversé au moment où il avait dit qu'il logeait chez un ami. Tu aurais aimé qu'il te demande de l'aide, même si tu comprenais qu'ildemande plutôt à un ami qu'il connaît depuis longtemps,plutôt qu'à toi qu'il connaissait à peine. Quand il te parla de ses affaires tu laissa échapper un soupir, tu savais que tu aurais dû les récupérer le soir de la soirée d'Aberdeen, mais tu ne pouvais le faire sans lui demander d'abord. "Rassure moi, tu ne compte pas retourner là bas n'est-ce pas ?? Parce que j'aime pas l'idée de savoir que tu es avec ses gens." Ouais, encore une fois tu n'avais rien à dire puisque tu le connaissais à peine, mais tu ne pouvais pas t'en empêcher, c'était plus fort que toi. Et puis arriva enfin LE sujet. Le fameux sujet que tu avais peur d'aborder depuis que tu étais au courant, mais qu'il fallait bien aborder à un moment donné. Tu te passais une main dans les cheveux un peu nerveux à cause de tout ça. "Ouais, ouais...il m'a dit. Et...je sais pas trop à vrai dire. Je m'en doutais un peu, mais le savoir vraiment c'est bizarre." Tu fis une petite pause cherchant tes mots, l'autre à côté de toi semblait tendu. "Ne te méprend pas, je suis heureux d'avoir un frère....mais...merde j'ai cru que t'étais mort pendant 25 ans !! Je veux dire je te parlais à chaque fois que ça allait pas, alors qu'en fait t'étais en vie." Tu te sentais un peu con du coup, de t'être accroché à un jumeau qui au finale ne veillait pas sur toi puisqu'il n'était pas au paradis. DU coup, ouais, ça te faisais plutôt bizarre de savoir que toute ta vie n'avais été qu'une connerie sans nom.
03/08/18
⇜ code by bat'phanie ⇝


@Alistair H. Pratt
Revenir en haut Aller en bas
Sex, Scotch, Blues and Rock n' Roll
En ligne
avatar
Sex, Scotch, Blues and Rock n' Roll

» Date d'inscription : 14/04/2018
» Messages : 468
» Pseudo : Chiendelespace
» Avatar : Cole Sprouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : Elisabeth A. Sullivan
» Absence : PR jusqu'au 27 août 2018
() message posté Dim 5 Aoû - 9:45 par Alistair H. Pratt
« Oui, M’man. »

À peine sortie de sa bouche, le ton lui parut plus accerbe que nécéssaire et il le regretta aussitôt. Ils ne se connaissaient pas. Enfin, pas vraiment. Mais qu’est-ce que s’imaginait Castiel? Qu’il avait toujours été un enfant sage qui obéissait aux ordres et suivait les règles à la lettre? Que sa luxueuse existence l’avait protégé du vice? Il eut un petit rire sarcastique et sortit son étui à cigarette, avant de regarder son double d’un air presque penaud, avec une moue aigrie.

« Je sais que j’en ai pas l’air, avec mes belles fringues, mais je ne suis pas un enfant de chœur, Chérubin, tu sais? Je devais avoir 15 ou 16 ans, la première fois que j’en ai pris. Et si tu avais vu de quoi avait l’air une fin de trimestre à Oxford… On ne carburait presqu’au speed et à la coke, à l’époque. Avec les études, les travaux à remettre et les putains de A+ qu’il fallait avoir pour acheter la paix… J'avais... j'avais tout arrêté, il y a deux ans... »

Il soupira et ouvrit son étui, en regardant d’un air absent les deux dernières cigarettes qu’il lui restait. Deux putains de cigarettes et 200 livres. Qu’allait-il faire? Il referma l’etui d’un geste sec, en soupirant à nouveau.

« Mais ouais, je suis pas con, Chérubin. Un de mes potes a fait une overdose. De la mauvaise came.  Ce… ce n’était pas joli. Avec l’écume qui s’écoulait des lèvres, les yeux renversés et tout.  On a rien pu faire et… »

Et ils l’avait renvoyé d’Oxford. Lui et Shields. Millard l’avait échappé belle, alors que c’était lui qui avait fourni la putain de came. Pettigrew… Pettigrew ne serait jamais avocat et…

Il vit son frère se recroqueviller sur lui-même et s’arrêta net. Alistair blêmit de honte. Encore quelque chose qu’il avait dit, n’est-ce pas? La misère des riches régurgitée sur le dos des pauvres. Que savait-il de l’enfer que son frère avait vécu? Rien, absolument rien. Que des brides un peu trop floues qui cachaient des choses bien pire encore. Sans y penser, il passa son bras autour des épaules de l’autre et le serra contre lui, inquiet, avec le sentiment sordide que sa piètre existence et ses minables complications n’était rien, comparée à celle de son reflet. Puis, il se souvint que, comme lui, son frère n’aimait pas qu’on le touche. Il retira honteusement son bras.

« Hey. Fais… fais pas cette tête, ok? Reste avec moi, là, Cas’. »

Il ne savait pas quoi dire d’autre. Reste avec moi. À la limite. Toujours à la limite. À la limite du passé et du présent. Entre la réalité et toutes les macabres chimères qu’on leur avait tous deux raconté, chacun de leur côté.

Alors, ne sachant pas quoi faire, il lui parla de sa petite réalité médiocre. Du sac de couchage qui le faisait éternuer et lui donnait des démangeaisons. De la putain de chaleur qu’il faisait et du ventilateur dans la chambre d’Erwan, qui ne fournissait pas vraiment. Des oignons que la mère d’Erwan mettait dans tout ce qu’elle cuisinait. Du père qui engueulait tout le monde en français depuis le fauteuil où il était cloué. Tout pour rammener Castiel loin de ses ignobles souvenirs, quitte à recevoir une baffe derrière la tête, avec ses
« 1% problems». Et puis le blond s’inquiéta de son retour sous le joug de son père. Il haussa les épaule et cracha sur le sol, d’un air hargneux.

« Avec ce qui s’est passé?! Non mais ça va pas… Et dire que la première fois qu’on s’est vu, j’ai accusé ta mère d’avoir choisi à pile ou face. Mais c’est pas elle qui a donné le coup de pouce à la pièce. C’est lui. Pile ou face. C’est toi qui aurait dû être à ma place… »

Ta mère. Dire «notre» lui paraissait irréel. Sa mère, c’était encore cette femme teinte en blonde, toute fripée et trop maquillée dont il avait cherché toute sa vie l’attention, dans le meilleur comme le pire. Cette femme qui le regardait de loin, avec son sourire figé et sa coupe de vin, alors qu’il voulait lui montrer comment il était un bon garçon. Cette femme qui l’avait abandonné à son père, dans cette trop grande maison de Notting Hill. Il hésitait encore à demander à son frère de lui montrer une photo. L’idée lui avait traversé l’esprit d’aller la voir, cette fameuse mère. D’aller lui dire un petit bonjour, avec son frère à ses côtés. ‘’Regarde, pauvre conne. Je ne suis pas mort et tu as pourri la vie de mon frère pour rien.’’ De voir ses origines. Même si elles n’étaient pas encore conffirmées. Mais il avait fait sa crise à Aberdeen pour fuir tout ça. Pour éviter à tout prix que Castiel ne propose un truc pareil. Il n’avait pas été prêt encore à voir cette femme.  Il écouta son double lui chuchoter qu’il lui arrivait d’évoquer son frère jumeau mort pour le protéger et frisonna, mal à l’aise. Il planta son regard sur son étui à cigarette.

« Bordel que tu dois être décu, Chérubin, hein? Toi, tu t’attendais à un petit ange innocent sur son nuage pour te protéger et tu te retrouves avec un bon à rien dans la rue. Une mauviette qui ne sait pas se faire à manger doublé d’un foutu pédé si…»

Il déglutit. Au fond de lui, il ne voulait pas que l’autre s’éloignes avec dégoût. Sa présence lui faisait du bien.

« Dis Chérub’? T’as une chambre d’invité, chez toi? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: The Lucky Star

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-