Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #31 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est arrivée à Londres, c'est le moment de montrer votre amour pour le cacao. Rendez-vous par ici.
Le mois des défis !
Si vous êtes joueurs, c'est le moment où jamais de venir nous le montrer. Toutes les informations se trouvent par .
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
les petites annonces
semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
pâtisserie à la recherche d'un vendeur roman warwick cherche un(e) vendeur(se) pour sa pâtisserie sur oxford street, expérience demandée.
ton annonce ici ? c'est facile, il te suffit d'en faire la demande en envoyant un mp à un membre du staff.


Every moment of resistance to temptation is a victory -> Aidan

avatar

» Date d'inscription : 14/07/2018
» Messages : 251
» Pseudo : Opaline
» Avatar : Ursula sexy Corbero
» Âge : 26 yo. (04.04)
» Schizophrénie : Charlie A. Stuart
() message posté Jeu 2 Aoû - 13:35 par Topaz S. Headland

   
☆ Every moment of resistance to temptation is a victory feat Aidan.

   
La fin de journée pointe le bout de son nez. Topaz est pourtant encore pleine d’énergie, à croire que ça y va crescendo: elle se réveille avec l’impression d’avoir vidé un bar de discothèque, et au fur et à mesure, elle retrouve la motivation et le punch pour terminer sa journée. Globalement, elles sont plutôt calme, de ces jours-ci autant dire qu’elle se trouve dans un service relativement calme, dans lequel il ne se passe pas grand-chose. Elle s’occupe des prises de sang, elle s’occupe des pansements, bref elle fait du basique et pour le moment ça lui convient bien. Lorsqu’elle tombe sur un bon de commande dans une des réserves, elle jette un oeil aux tailles de sa tenue. Bientôt, elle devra demander quelque chose de plus large, et puis en jetant un oeil dans le miroir, elle est soulagée en voyant son ventre encore plat. On ne voit rien, et tant mieux et puis sa blouse camoufle un peu aussi. Elle n’est pas encore prête à avoir des questions, ni à y répondre. Elle n’est tout simplement pas prête à devenir une maman. En sortant de la réserve, elle ferme la porte derrière elle, puis réassort le chariot pour la prochaine tournée de soin. Elle adresse un sourire au médecin qui passe à ses côtés, puis se concentre de nouveau. Voila à peu près à quoi se résume ses journées. Et puis sur le temps de midi, elle rejoint ses collègues à la cafétéria et prend le temps de souffler un peu avec le nez plongé dans un magazine.

En voyant l’heure, et l’aiguille de l’horloge annoncer la fin de son travail, Topaz termine ce qu’elle fait, puis se rend au vestiaire pour se changer et enfiler ses vêtements de civile. Elle échange deux ou trois mots avec l’une de ses collègues quand cette dernière tombe sur un porte-feuille. Il n’appartient à aucune des deux, et en l’ouvrant, la carte d’identité de Monsieur Aidan Stewart est dévoilée. Voila donc le propriétaire. Topaz grimace. C’est un peu trop compliqué pour qu’elle affiche autre chose qu’une grimace, mais très vite mets tout ça de côté en fermant le casier à l’aide du cadenas. D’après sa collègue, le mieux serait de le ramener au principal concerné. Ou à l’accueil de l’hôpital peut-être. Voir, du service dans lequel travaille Aidan. Tout ça, elle le sait, peut-être un peu trop même. La dame de l’accueil, elle, elle suggère plutôt d’aller ramener le porte-feuille au domicile du principale concerné « Non, mais non. Si je tombe sur sa femme… Je doute qu’elle ait envie de m’offrir une limonade. » La moue déconfite, Topaz écoute la dame lui expliquer ce qu’elle ne devrait peut-être pas expliquer. Après tout, la vie privée d’Aidan le regarde, et dire à la première venue que ce dernier ne vit plus avec sa femme, c’est maladroit. Malgré tout, Topaz saisit le papier sur lequel est indiqué la nouvelle adresse de son domicile. Elle hésite et soupire. Depuis un moment, Aidan l’évite et peut-être qu’il a raison. Peut-être qu’elle devrait aussi continuer à l’éviter, elle aussi.

A force de réfléchir, ses pas la mène droit vers une grande et jolie maison. C’est le numéro indiqué sur le papier, c’est même la voiture d’Aidan. Elle l’a reconnait pour être déjà montée dedans à plusieurs reprises. Elle soupire, son estomac se contracte, mais elle avance et son doigt presse la sonnette. Elle attend patiemment qu’on vienne lui ouvrir la porte, puis face au chirurgien, elle perd ses moyens « Salut… Je … » elle lui montre le porte-feuille « Ca t’appartient, je crois ? ».  

   
panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 28/11/2017
» Messages : 132
» Avatar : Ian Sexy Somerhalder
» Âge : 35 ans
» Schizophrénie : Callie M. Dos Santos
» Absence : 16.09
() message posté Sam 4 Aoû - 13:41 par Aidan M. Stewart
Every moment of resistance to temptation is a victory
Topaz & Aidan

La journée avait été un peu plus compliqué qu’ordinairement, ou plus fatigante. Quoi qu’il en soit, Aidan a passé une partie de la nuit, et de la matinée dans le bloc opératoire. L’opération qu’il avait exercé sur son patient était délicate, il avait même pris le temps de revoir la procédure qu’il comptait utiliser, pour s’assurer de sa réussite. Ce n’était pas une procédure souvent utilisée, et pour mettre toutes les chances de son côté, il avait passé un peu de temps à la travailler mentalement. A se remémorer chacune des étapes. Face à son patient, juste avant cette intervention, il avait gardé le sourire, et son assurance légendaire. Montrer qu’il n’était pas sûre de lui était assurer la perdition de son patient. Il fallait qu’il croie en lui autant que son patient. Après six heures d’intervention, il avait fini par parvenir à ses fins. Du moins, il espérait. Il fallait toujours attendre le réveil du patient pour s’assurer de la réussite de l’intervention et pour ça, Aidan avait attendu le reste de la journée à l’hôpital, pour s’assurer d’être dans les murs de son lieu de travail quand son patient ouvrirait les yeux.  Chose dite, chose faite, Aidan fut rappelé à l’ordre au beau milieu de l’après-midi, abandonnant une consultation en la déléguant à l’un de ses internes avant de rejoindre la chambre du patient. Déjà, c’était une bonne chose : il était conscient. Les maux de tête, c’était normal, mais il voulait surtout s’assurer que tout son système neurologique et cérébrale fonctionne correctement. Pour ça, une série de tests rapides, non sans annoncer au principal concerné que l’opération s’est bien déroulé, mais qu’un traitement était à suivre, en plus des contrôles récurrents. Aidan était content d’avoir sauvé une vie, et pourtant ses traits restaient fermés. Il avait hâte de souffler, de dormir un peu peut-être aussi et de passer du temps avec sa fille. Dès qu’il aurait quitté l’hôpital, il serait en congé pour deux semaines, du temps qu’il comptait utiliser à bon escient d’ailleurs.

Chez lui, Aidan prend du temps pour s’intéresser à sa fille. Posé dans le salon de sa nouvelle demeure, le neurochirurgien ne quitte pas sa princesse des yeux. Sa joie de vivre fait plaisir à voir, surtout en ce moment. La séparation de ses parents, la tentative de suicide de Victoria, tout ça il avait essayé de lui expliquer en utilisant des mots simples. Il veillait à ce qu’elle garde le moral malgré tout et à la voir pleine d’énergie lui mettait du baume au cœur. Elle lui montrait tous les dessins qu’elle avait fait, mais aussi les bricolages qu’elle avait fait avec sa nounou. Il lui promettait de passer du temps avec elle dans la soirée, de l’emmener chez un glacier et à la plaine de jeux du parc, mais pour le coup, il avait surtout besoin de se reposer. La nounou semblait comprendre le message en lui proposant de l’emmener dire bonjour à sa maman, et puis à la piscine. Des idées qu’Aidan gratifia d’un sourire non sans couvrir sa fille de baisers avant de la laisser entre les mains de Lucinda puis se posa dans son canapé son portable entre les doigts. Un peu de calme, c’était déjà revigorant et pourtant il n’en voulait absolument pas à Marylou. Elle était en bonne santé, elle avait le moral et c’était bien plus important que la fatigue du neurochirurgien.

Aidan somnolant toujours au même endroit fut sorti de son coma par le bruit de la sonnette. Après une hésitation de quelques secondes, il prend la direction de la porte d’entrée et l’ouvrit, se trouvant face à Topaz. Une surprise. Grande, trop grande peut-être. Il ne comprend pas ce qu’elle fait là, ni comment elle est arrivée là. Entre eux, c’était bizarre, presque totalement néant depuis leur histoire à laquelle il avait préféré de mettre fin. Alors non, vraiment, il ne s’y attendait pas. Son regard se pose sur la jeune fille. Elle est jolie, elle a ce petit truc qui fait qu’on ne peut que la regarder lorsqu’elle traverse un couloir. Chose qu’il a d’ailleurs déjà fait à plusieurs reprises, dans son dos bien entendu. En prenant le portefeuille que lui tendait Topaz, Aidan ne dit rien. Il hésite un instant, puis s’écarte « - Entre si tu veux. » en fermant la porte derrière elle, il pose son regard sur son portefeuille. Encore. « - Merci. » dit-il en lui montrant ce qu’il a dans les mains, le posant sur le meuble un peu plus loin « - Je ne pensais pas que tu viendrais pour me ramener un truc qui m’appartient. Je t’aurais plutôt imaginé demandé à quelqu’un d’autres de le faire. Ou le donner à Aël peut-être. » Il se dirige vers le grand salon au haut-plafond et ramasse deux ou trois jouets que Marylou a laissé trainer. « - tu veux boire quelque chose ? » . Il la fixe, lui adresse un léger sourire sans forcément s’en rendre compte. Cette fille est envoutante, c’est indéniable.


©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 14/07/2018
» Messages : 251
» Pseudo : Opaline
» Avatar : Ursula sexy Corbero
» Âge : 26 yo. (04.04)
» Schizophrénie : Charlie A. Stuart
() message posté Sam 4 Aoû - 21:47 par Topaz S. Headland

   
☆ Every moment of resistance to temptation is a victory feat Aidan.

   
Les souvenirs lui reviennent en masse – elle et Aidan dans une salle de garde. Les baisers furtifs échangés dans la cage d’escaliers pendant que l’un montait et l’autre descendait. Les regards complices et qui en disaient long sur les intentions de l’un comme de l’autre. Et puis la dure réalité qui lui revient en pleine face. Et qui fait mal. Quelle idiote.

Debout sur le perron, elle regarde Aidan avec de la honte plein les yeux. Pourquoi est-elle venue, en fait ? Elle aurait très bien pu laisser le portefeuille là, comme lui l’avait fait avec elle. En même temps, elle avait été stupide de croire en quelque chose alors qu’il ne lui avait jamais rien promis. Sa proposition d’entrer la surprend, il aurait plutôt été du genre à lui prendre l’objet des mains et à refermer la porte. Après tout, ils s’esquivent. Aussi bien l’un que l’autre d’ailleurs, mais surtout lui… ou elle … elle n’en sait rien. Les deux, ça c’est sûr. Le problème lorsque l’on joue avec le feu, c’est que l’on finit toujours par se brûler. ‘It is the east, and Aidan is the sun’ comme dirait Shakespeare. Et elle, une espèce d’Icare en s’approchant trop près jusqu’à s’en cramer les ailes et périr. Les métaphores filées ne sont certes pas son truc, pas plus que les bonnes idées bien rationnelles. Parce que tout en Topaz lui crie que ce qu’elle est en train de faire est une très mauvaise idée. Mais est-ce que cela l’arrête pour autant ? Oh bien non. Pas quand elle cesse de penser avec son cerveau et qu’elle se laisse diriger par ses émotions. Saleté d’hormones qui travaillent de concert, c’est le cas de le dire.

Topaz lui emboite le pas quand il se dirige vers son salon. Une pièce presque aussi grande que son ancien appartement. Une pièce à la hauteur de ce que dégage son propriétaire d’ailleurs. Sans prêter attention, son pied vient percuter un jouet languissant sur le parquet. Surprise, elle le ramasse pour le déposer sur la table basse. « Je ne vis pas aux dépens d’Aël. Je sais agir et penser toute seule. Surtout pour faire les mauvais choix » elle lui adresse un sourire en coin. Un sourire forcé, même si sa phrase sonne comme un reproche. Mais de toute façon, c’en est un « J’y ai pensé. D’autant plus que je n’avais pas vraiment envie de croiser Madame Stewart. Puis, j’ai vu ta voiture, alors j’ai pris le risque ». Topaz croise le regard d’Aidan, un regard qu’elle peine à échanger et, presque fière d’elle, elle ne scille pas. Elle ne veut pas lui faire ce plaisir, ou peut-être veut-elle vraiment se bruler les ailes. Encore. « Arrête de me regarder comme ça. » dit-elle, pas totalement convaincante. Topaz est une femme, et comme toutes les femmes, elle aime lire le désir dans le regard d’un homme « Non, merci. J’ai trop peur de me faire jeter sous prétexte que ta femme débarque dans la minute. Je ne compte pas m’éterniser. » 

   
panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 28/11/2017
» Messages : 132
» Avatar : Ian Sexy Somerhalder
» Âge : 35 ans
» Schizophrénie : Callie M. Dos Santos
» Absence : 16.09
() message posté Mar 14 Aoû - 22:22 par Aidan M. Stewart
Every moment of resistance to temptation is a victory
Topaz & Aidan

Aidan la laisse entrer chez lui. C’est une nouvelle maison dans laquelle il essaie de trouver des repères et oublier son ancienne, avec son ex-femme. Celle-ci est tout aussi agréable et spacieuse. En plus, Marylou semble se sentir bien et puis, elle l’avait choisie, cette maison. C’était leur maison à eux deux, tout simplement. Une maison avec une certaine sérénité qu’il ne retrouvait plus dans l’ancienne, ne serait-ce que par les disputes qui ne cessaient plus entre lui et Victoria « - C’est moi le mauvais choix ? Je ne suis pas venu te chercher, c’est toi qui est venue toute seule. Tu aurais pu demander à la secrétaire de l’accueil de me passer un coup de fil, je serais venu le rechercher et voilà. » Il la regarde avec insistance et surtout un sourire vainqueur « - Tu es venue de ton plein gré. Je ne suis peut-être pas un si mauvais choix : je t’ai laissé entrer et je suis même sur le point de te proposer quelque chose à boire. ».

Cette fille a le don de donner envie qu’on la bâillonne, parce qu’autant elle peut être attirante, autant elle mérite des baffes quand elle ouvre la bouche. Ou du moins, de gentilles baffes. Pour une raison qu’il ignore, Topaz ne cesse de parler de Victoria. D’où lui vient cette obsession ? Depuis quand Victoria est un problème ? Le mal est fait, et puis aujourd’hui, il n’a plus de compte à lui rendre. « - Elle ne vit pas ici, elle ne vient jamais ici et donc, tu ne la trouveras pas ici. Elle ne débarquera pas à l’improviste et quand bien même, je suis un grand garçon qui laisse rentrer qui il veut sans avoir besoin de son approbation. » Aidan ne sait pas trop si ça peut la rassurer, mais il est pratiquement certain à 90 pour cent que Victoria ne pointera pas le bout de son nez pour la simple et bonne raison qu’à l’heure actuelle, Lucinda doit être partie avec Marylou à son domicile. Elle a donc autre chose à faire que venir chez lui pour faire on ne sait quoi. « - Je te regarde normalement » essaie-t-il de se convaincre autant que de la convaincre elle. Par automatisme, il se regarde rapidement dans le miroir de la pièce en un seul coup d’œil, comme si celui-ci allait refléter la manière dont il regarde Topaz.

Et puis la revoila partie sur Victoria. Au fond ça le fait rire, Victoria a beau être hystérique quand elle l’a décidé, il ne comprend même pas pourquoi Topaz semble en avoir peur. « - C’est si tu continues de parler de Victoria que je vais te jeter dehors. » un léger sourire en coin pour lui montrer que c’est une touche d’humour « - Bon alors, tu veux quoi ? Promis je ne lui dirai pas que t’as bu un verre chez moi. Qu’est-ce qu’elle t’a fait pour que t’aies peur d’elle à ce point ? » Il se rend dans sa cuisine et ramène une bouteille de vin avec deux verres « - On s’est un peu perdus de vue ces derniers temps, n’est-ce pas ? » Le verre dans la main, il le tend pour que Topaz l’attrape, et finalement profite de l’occasion pour lui attraper la main et l’attirer vers le canapé pour qu’elle s’asseye, pour ensuite lui tendre son verre « - Qu’est-ce que tu as, Topaz ? Je ne vais pas te manger. »


©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
» The third temptation [Aaron]
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-