Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #31 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est arrivée à Londres, c'est le moment de montrer votre amour pour le cacao. Rendez-vous par ici.
Le mois des défis !
Si vous êtes joueurs, c'est le moment où jamais de venir nous le montrer. Toutes les informations se trouvent par .
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
les petites annonces
semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
pâtisserie à la recherche d'un vendeur roman warwick cherche un(e) vendeur(se) pour sa pâtisserie sur oxford street, expérience demandée.
ton annonce ici ? c'est facile, il te suffit d'en faire la demande en envoyant un mp à un membre du staff.


un petit moment posé #rusharlotte

avatar

» Date d'inscription : 01/08/2018
» Messages : 200
» Pseudo : blue romance
» Avatar : alex pettyfer
» Âge : 29 yo
» Schizophrénie : peters.
() message posté Dim 12 Aoû - 16:13 par Rush A. Marvel
un petit moment posé
The most difficult thing is the decision to act, the rest is merely tenacity. The fears are paper tigers. You can do anything you decide to do. You can act to change and control your life; and the procedure, the process is its own reward.


Comme dans toutes les villes qui n’ont pas de mer ou d’océan pour avoir de réelles plages, mais qui ont un fleuve ou peu importe, du moment qu’il y a de l’eau, une plage artificielle est construite. Londres n’y échappe pas. La veille j’étais allé à Brighton, aujourd’hui je ne me sentais pas d’aller aussi loin. De ce fait, j’ai pensé à cet endroit. Pour moi, ça ne peut pas valoir une vraie plage, mais pourquoi pas tenter au moins une fois dans sa vie. Juste avant de sortir de chez moi, je me rappelais que Charlotte m’avait proposé que l’on se voie durant les vacances. Sans m’en dire plus. Je lui avais donc envoyé un petit sms « Retrouves moi à Camden Beach, si tu es libre. See ya. » Pas plus de précision. Il faut dire que nos sms ont toujours été dans ce genre. Direct. De base, je ne suis même pas un mec qui envoie des sms et je comprends encore moins ces personnes qui parlent H24 par sms. Merde quoi, si vous voulez parlez, voyez-vous non ?

Une fois sur place, je m’assis sur un transat. Et comme sur une vraie plage, quelqu’un vint me voir pour me demander qu’est-ce que je voulais prendre. Peu importe l’heure qu’il était, je pris un cocktail quelconque. Il me semble que c’était le cocktail de la maison. J’aime bien tester de nouvelles choses. En attendant mon verre, je regardais mon portable. Pas de réponses de la jeune fille. Tant pis. Je ne ferais pas d’autres pas vers elle.


code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 04/07/2018
» Messages : 642
» Pseudo : Fanny ; Starbuckscrazyy
» Avatar : Sophie turner
» Âge : 22 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; aija kallio-ivanov
() message posté Dim 12 Aoû - 21:26 par Charlotte E. Wellington
“The opposite of love is not hate, it's indifference. The opposite of art is not ugliness, it's indifference. The opposite of faith is not heresy, it's indifference. And the opposite of life is not death, it's indifference.”   ― Ellie Wiesel


Allongée sur son lit, Bono ronronnant sur son ventre, la jeune femme larve totalement en écoutant la musique. C’est dans ces moments-là qu’elle se sent le mieux, le plus détendu, lorsqu’elle est seule au monde avec son chat, à écouter ses artistes préférés. Il n’y a que ça qui lui importe, et rien ne pourrait la perturber dans cette bulle qu’elle s’est créée. Pourtant, son téléphone vibre et vient la déranger. Ses sourcils se haussent d’un agacement non dissimulé et elle se saisit de son samsung, à la recherche de l’individu perturbateur. Rush. Evidemment que c’est Rush, qui cela pouvait-il bien être d’autre ? Il lui propose de le retrouver à la plage de Camden si elle n’avait rien d’autre à faire. Non, elle n’a pas grand-chose d’autre à faire, mais son confort au fin fond de son lit est tellement agréable qu’elle se demande réellement ce qu’elle irait faire à cette plage. Mais l’appel de la rébellion en compagnie de Rush est tellement fort qu’elle décide de le rejoindre. Elle met son maillot de bain, enfile un short et un débardeur avant de prendre la direction de la plage. Elle n’a pas pris la peine de répondre à son message. Rush n’aime pas les messages, n’aime pas le téléphone tout court. Et puis de toute façon, il doit bien se douter que la jeune femme va venir le rejoindre, elle l’a toujours fait. En une demi-heure, la jeune femme rejoint Rush et le repère très facilement allongé sur un transat. Elle finit par s’installer sur le transat à côté du sien et ôte ses vêtements avant de s’allonger. « Je croyais que tu étais toujours à Brighton, j’ai été surprise de ton message. » Déclare-t-elle avant de commander à son tour un cocktail maison. « J’imagine que c’est ce que tu as pris aussi non ? » Même si elle ne veut pas l’admettre, elle commence à le connaître et à savoir comment il aborde les choses et les gens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 01/08/2018
» Messages : 200
» Pseudo : blue romance
» Avatar : alex pettyfer
» Âge : 29 yo
» Schizophrénie : peters.
() message posté Lun 13 Aoû - 13:29 par Rush A. Marvel
un petit moment posé
The most difficult thing is the decision to act, the rest is merely tenacity. The fears are paper tigers. You can do anything you decide to do. You can act to change and control your life; and the procedure, the process is its own reward.


Beaucoup de personnes auraient tenté de renvoyer un message ou d’appeler directement. Moi non. L’idée ne me survenait même pas à l’esprit. C’était déjà moi qui avais fait le premier pas pour qu’on se rencontre, je n’allais tout de même pas la harceler. Ça lui plairait trop… Et moi, ça me ferait passer pour qui ? Je l’aime bien Charlotte, mais ça ne va pas jusque-là. Avec personne d’autre, j’ai une relation. Je n’ai pas réellement d’amis, j’ai plus des connaissances, que je vois quand l’avenir le veut. Jamais je ne fixe de rendez-vous. Mais là avec Charlotte, j’avais sauté le pas. Si elle ne venait pas, je ne serais pas déçu. Je me dirais juste que j’ai fait le premier pas pour rien. Et que je demanderais surement plus d’argent à ses parents la prochaine fois, juste pour me venger. Oui voilà. A cette idée, je souris tout seul. A ce moment-là, je vis une silhouette s’asseoir sur le transat juste à côté. Je ne tournais même pas le visage. Tant pis pour Charlotte si elle venait à me rejoindre. Mais c’était Charlotte. Je reconnus tout de suite sa voix. Je tournais enfin la tête et lui souris. « Oh j’ai hésité à y rester… y a pleins de jolies filles là-bas… Mais si j’y étais resté, je ne t’aurais pas vu aujourd’hui. » Non, je ne lui fais pas du charme… A vrai dire, elle est l’une des seules avec qui je ne sais pas si je veux ou pas. Elle est très jolie. Elle est jeune. Mais ça gâcherait surement le petit jeu qu’il y a entre elle et moi. Même s’il est surement que de mon côté. Bien que j’ai beaucoup réfléchis à prendre des photos d’elles, nue, afin d’extorquer plus d’argent à ses parents. Mais quelque chose me dit que non. Avec elle, je réfléchis trop. Avec d’autres, je l’aurais fait dès la première nuit. Et lorsqu’elle me montra qu’elle me connaissait, je me dis qu’on était peut-être allé un peu trop loin… Personne ne me connaissait aussi bien. Même si beaucoup de choses restent très secrètes tout de même. « Je n’ai pas choisi, ils m’ont obligé. » Oh ça va. Elle ne doit pas croire qu’elle me connait trop. Ça lui ferait trop du mal si elle apprenait un jour qui est le réel Rush. Elle tomberait de très haut. « Bon et toi, les vacances ? » Encore quelque chose de nouveau. C’est moi qui relançais la conversation. Que des premières fois aujourd’hui.


code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 04/07/2018
» Messages : 642
» Pseudo : Fanny ; Starbuckscrazyy
» Avatar : Sophie turner
» Âge : 22 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; aija kallio-ivanov
() message posté Mar 14 Aoû - 23:40 par Charlotte E. Wellington
“The opposite of love is not hate, it's indifference. The opposite of art is not ugliness, it's indifference. The opposite of faith is not heresy, it's indifference. And the opposite of life is not death, it's indifference.”   ― Ellie Wiesel


Charlotte n’avait jamais passé le cap avec Rush, n’avait jamais couché avec lui, et n’avait couché qu’avec un seul garçon dans sa vie. Elle pensait à l’époque être amoureuse, et s’était vite rendue compte qu’en réalité, elle n’avait qu’un attachement à lui. Leur relation s’est terminée comme ça, aussi vite qu’elle n’avait commencée. Rush avait à plusieurs reprises tenter quelques approches envers elle, mais la jeune femme lui avait toujours fait comprendre que c’était là la limite à ne pas franchir. Ca lui est arrivé à plusieurs reprises de se réveiller à ses côtés en sous-vêtements, ou dans le plus simple appareil. Mais bien souvent, c’est parce qu’elle n’avait pas supporté l’alcool et qu’il avait un minimum pris soin d’elle. Même si au fond, ce n’était simplement que parce qu’il avait peur de tâcher ses précieux draps. Malgré tout cela, la jeune Wellington sentait qu’elle avait une relation privilégiée avec le jeune Marvel. Privilégiée dans le sens où elle était l’une des rares, sinon la seule, à qui il pouvait proposer d’aller boire un verre et faire la fête, sans avoir la moindre arrière pensée derrière la tête, si ce n’est celle que de s’éclater et de se rebeller. Bien sur, c’est ce que Charlie croit, elle n’a absolument aucune idée du chantage que Rush exerce sur les parents Wellington. Et ces derniers n’ont guère l’intention de le lui révéler, préférant préserver la réputation familiale. Alors dans sa tête, elle pense être unique en son genre, et même si ça lui importe peu car tout ce qu’elle attendait de Rush c’est s’éclater, au fond, ça lui fait un minimum plaisir d’avoir une certaine importance pour quelqu’un comme lui. « Et tu as choisi de me voir moi à la place des jolies filles ? C’est flatteur ! » Si d’ordinaire la jeune femme est d’une timidité maladive et ne sourit que très rarement, en la présence de Rush, elle se déride peu à peu. Avec lui, elle n’a pas besoin de prétendre être quelqu’un d’autre, elle n’a pas besoin de faire attention à son image, elle peut faire ce qu’elle veut sans qu’on lui fasse la moindre remarque, sans le moindre jugement, et c’est surement pour ça qu’elle continue de profiter de la compagnie de Rush, bien qu’elle ait conscience de la mauvaise influence qu’il a sur elle. Elle ne tique pas lorsqu’elle entend qu’il n’a pas choisi son cocktail mais qu’on l’y a forcé. Elle se contente de hausser les épaules et s’arrête là. « J’ai fait quelques festivals de ça et là, quelques concerts, mes parents m’ont trainé à des foutues réceptions qui ne m’intéressent pas. Enfin rien de bien fantastique. Et toi, tu es toujours un peu en vacances non ?»

300 pour nos loulous
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 01/08/2018
» Messages : 200
» Pseudo : blue romance
» Avatar : alex pettyfer
» Âge : 29 yo
» Schizophrénie : peters.
() message posté Mer 15 Aoû - 17:21 par Rush A. Marvel
un petit moment posé
The most difficult thing is the decision to act, the rest is merely tenacity. The fears are paper tigers. You can do anything you decide to do. You can act to change and control your life; and the procedure, the process is its own reward.


Même si ma relation avec Charlotte n’avait commencé que par simple égoïsme, maintenant elle prenait une toute autre tournure. Je ne l’avais approché que pour un simple joint, puis nous nous étions revus car une idée de chantage s’était immiscée dans ma tête. Un chantage qui continue encore aujourd’hui, même si je commence à apprécier ces petits moments avec la belle. C’est pourquoi un petit sourire s’invita sur mon visage lorsqu’elle précisa que c’était flatteur ce que je venais de dire. Peut-être. Ce n’était même pas l’objectif. J’avais juste voulu préciser que j’avais vu pleins de jolies filles hier. Mince. Je tentais de retirer mon sourire. « J’étais avec une très jolie fille… Mais si j’étais resté elle aurait pensé qu’on devient trop sérieux ensembles… Fallait bien que je la quitte un peu. » Je marquais une petite pause. « Puis je lui ai fais comprendre que je voyais une autre fille… Et je ne suis pas un menteur. » Et voilà, je ne pouvais pas rester trop gentil trop longtemps. Je lui faisais maintenant comprendre qu’elle n’était qu’une excuse. Même si au fond, tout ce que je venais de dire n’était qu’un mensonge. Mais ça aurait pu être totalement la vérité.

Nos cocktails arrivèrent. On se mit à parler un peu de nos vacances. Ou plutôt de celles de Charlotte. Car comme je lui dis « Oh tu sais, quand on ne travaille pas, c’est un peu les vacances toute l’année. » Donc en ce qui me concernait, je ne faisais pas quelque en particulier en ces belles journées d’été. Je ne changeais rien dans mes habitudes. A part peut-être que je sortais un peu plus de chez moi, pour profiter des rues vides de Londres. « Moi, j’ai la chance, toute ma famille est en vacances. Donc aucunes réceptions. Mais dès que septembre revient, ça va reprendre. » Rien que l’idée me donnait des frissons. Je fus obligé de m’allumer une cigarette pour faire disparaitre tout ce stress. Je lui tendis mon paquet, sait-on jamais.



code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 04/07/2018
» Messages : 642
» Pseudo : Fanny ; Starbuckscrazyy
» Avatar : Sophie turner
» Âge : 22 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; aija kallio-ivanov
() message posté Sam 1 Sep - 23:11 par Charlotte E. Wellington
“The opposite of love is not hate, it's indifference. The opposite of art is not ugliness, it's indifference. The opposite of faith is not heresy, it's indifference. And the opposite of life is not death, it's indifference.”   ― Ellie Wiesel


Passer une journée à la plage avec Rush est, il faut bien le reconnaître un peu surprenant. En temps normal, ces deux là se retrouvent toujours pour faire la fête le soir, ou s’ils se voient en après midi, c’est toujours dans des pubs pour faire les débuts d’apéros ensemble. Mais ils ne se retrouvent en temps normal, jamais pour passer un simple moment comme celui qu’ils sont entrain de passer à ce moment très précis. Non pas que Charlotte s’en plaigne, car après tout, au-delà de leur différence, et des raisons de rébellions qui poussent la Wellington à le fréquenter, ces deux là semblent réellement s’entendre et apprécier la compagnie l’un de l’autre. Mais au fond, aucun des deux ne le révélera réellement à l’autre, aucun des deux n’acceptera de s’ouvrir. « Une journée ensemble et elle aurait déjà pensé à du sérieux ? C’est une dingue alors ! Personne ne croit à du sérieux après une journée quand même. » Lui répond-t-elle assez surprise que des filles puissent réellement être aussi naïves, et pourtant, Charlotte l’est elle même. «  Tu l’as un peu induite en erreur, elle a du penser que tu avais déjà quelqu’un alors que tu es un électron libre. »; conclut-elle. Après tout, l’utiliser comme une excuse ne la perturbe pas plus que cela. Mais ce qui la gêne, c’est qu’il puisse raconter des mensonges à une fille, au lieu d’être honnête avec elle. C’est à agir de la sorte que les filles se font des films et imaginent monts et merveilles dans leur relation amoureuse. Finalement, ils se mettent à parler des vacances et comment elles se sont déroulées pour l’un et l’autre. Mais évidemment pour Rush, c’est vacances toute l’année, et rien de surprenant quand on ne travaille pas. « Il y en a qui mène la belle vie quand même ! » lui répond-t-elle. Même si Charlotte envie la vie facile et sans pression familiale, la jeune femme est malgré tout contente d’avoir un cadre de vie assez ferme, qui lui permet d’avoir des repères. Nul doute que Charlotte se sentirait vite perdue sans le cadre de ses études, même si elle déteste ce qu’elle étudie.  « Et bien je te plains par avance. C’est une torture ! Toi tu auras eu au moins deux mois de répit, c’est toujours ça de pris ! » Elle fait signe de la tête qu’elle ne veut pas de cigarette et attrape son verre pour le terminer d ‘une traite. Rapidement, elle demande à la serveuse de lui ramener la même chose. « Tu me mets de la crème s’il te plait ? Avec ma peau de rousse, je prends des coups de soleil en un clin d’oeil. » Ils se sont suffisamment vu dans des états catastrophiques ensemble pour ne pas être gêné par une petite couche de crème solaire sur le corps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 01/08/2018
» Messages : 200
» Pseudo : blue romance
» Avatar : alex pettyfer
» Âge : 29 yo
» Schizophrénie : peters.
() message posté Jeu 27 Sep - 18:55 par Rush A. Marvel
un petit moment posé
The most difficult thing is the decision to act, the rest is merely tenacity. The fears are paper tigers. You can do anything you decide to do. You can act to change and control your life; and the procedure, the process is its own reward.


Charlotte doit être l’une des premières avec qui je me sens aussi bien en sa présence. Même si je sais que beaucoup de mensonges sont entre nous deux. Spécialement de mon côté. Mais il est trop tard pour revenir sur mes vérités. La seule chose que je peux faire maintenant : c’est profiter. Et je ne sais pour quelles raisons je lui avais proposé qu’on se retrouve, mais c’était fait maintenant. Je me retrouvais donc à être avec elle, sur la plage. A discuter de tout et de rien. « Oh tu serais surprise de savoir toutes les filles qui pensent qu’elles pourront me changer et me faire virer du bon côté, dès la première fois. » Et je ne disais pas cela pour me vanter car au contraire, je déteste cela. Ces filles qui pensent que je veux qu’on me change. Non, je suis très bien comme je suis. Et si un jour, et je dis bien « si » un jour je souhaite changer, ça viendra de moi et de personnes d’autres. « Charlotte, tu me connais non ? … » Lui dis-je, un peu surpris de ce qu’elle venait de me dire. Et un peu vexé aussi, je dois l’avouer. « Est-ce que je suis réellement le genre de mecs qui fait croire des choses aux femmes ? » Je déteste cela. Et je n’ai jamais fait croire des choses fausses à une femme, dans le seul but de me la faire. Et je ne l’avais pas caché à Charlotte. C’est pourquoi je fus surpris de ce qu’elle venait de me dire. Ou alors c’est qu’elle ne me connaissait pas aussi bien que ce que je pensais. Je tentais d’oublier ce fait, mais au fond, mon cœur me disait autre chose. C’est rare que mon cœur me parle, ou du moins que je l’écoute.

Elle me dit alors que certains menaient la belle vie. Si seulement elle savait tout… Certes, je suis un flemmard, mais oui, des fois ça me manque d’avoir un travail, un vrai. D’avoir une raison pour laquelle me lever le matin et avoir un réel but dans ma journée ou sur du plus long terme : ma vie. Je relevais les épaules, sans rien dire de plus. Qu’est-ce que je pouvais bien répondre à cela. Décidemment, elle se trompait sur pas mal de choses… Et ce moment en sa présence ne se déroulait pas comme je l’avais imaginé. Bien que je n’avais rien imaginé… On se mit alors de parler de réceptions respectives de nos familles. Oui, j’avais cette chance que ma famille était en vacances… Sans même une quelconque invitation. Mais est ce que je souhaitais être invité à leurs vacances de riches ? Non, pas vraiment. « C’est vrai. » La belle rousse termina alors son verre d’une traite. Alors que même moi, je n’en avais bu qu’une gorgée. Avant même que je puisse dire quoique ce soit, elle demanda un autre verre. « Et bah dis donc… Y a une raison particulière pour que tu boives comme ça ? » Généralement, entre nous deux, je suis celui qui bois le plus de verre et le plus rapidement. L’élève était en train de dépasser le maitre. Avant d’avoir eu une réponse, elle me demanda de lui passer de la crème. Ce que je fis sans me faire prier. J’en profitais même pour lui faire un petit massage. Et avant de terminer, je lui déposais quelques baisers dans le cou, avant de lui rendre sa crème et me reposer sur mon transat. A mon tour de terminer mon verre. Je sentais qu’on allait se dire pleins de choses… J’avais déjà oublié tout ce qu’elle avait pu me dire auparavant. Il n’y a qu’elle pour me faire cet effet-là. Avec les autres, je serais déjà partit. Ou alors c’est juste la pensée de l’argent de ses parents qui me fait rester et vouloir garder cette amitié…




code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town :: Camden Beach
» Un petit moment de réconfort
» Petit moment de détente || Libre
» La cafét'?Un petit moment de détente.
» Petit moment de détente en bonne compagnie [PV: Taylor Davis]
» Petit moment de détente [PV Daniel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-