Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


one kiss is all it takes / eleanor (-18)

avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9311
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Jeu 11 Oct - 21:24 par Roman Warwick

---- one kiss is all it takes

Est-ce qu’il ne fait pas que retarder l’inévitable ? Il en crève d’envie. Tellement qu’il a du mal à réfléchir à autre chose. Un éclair de lucidité, de raison, le retient malgré tout. Eleanor a beau avoir envahi ses pensées, elle n’est quand même pas la seule dans celles-ci. Cecilia y a toujours sa place, leurs enfants aussi. Et il sait que s’il cède à cette envie, il remet tout en question. Encore plus qu’après la première fois, qui aurait pu être considérée comme un simple écart. Mais il est là, pourtant. Et ce qui aurait pu être un écart ne l’est déjà plus. Peu importe les nobles intentions qu’il voulait se prêter en venant ici ce soir, espérant mettre un terme à tout ça. En restant dans cet appartement ce soir, il dépasse le raisonnable, et au fond, ça l’effraie. Mais peut-être que partir maintenant l’effraie encore un peu plus. « Et pourtant … » Il l’écoute sans l’écouter, trop occupé à la regarder se pencher vers lui. A voir son regard forcément dévier vers le décolleté créé par sa chemise entrouverte. « … tu es encore là. » Il hoche la tête, comme si elle attendait une réponse. Le désire-t-elle autant que lui, la désire ? Il y a cette tension, ces regards appuyés. Mais ça semble fou. Impossible même. Roman est troublé par ce désir auquel il peine à résister. Avec cette impression de n’avoir jamais rien ressenti de si fort. Et ça le prend aux tripes, tant il apprécie son parfum, la façon dont ses cheveux retombent en pagaille sur ses épaules. Si c’est viscéral, presque comme un besoin, est-ce vraiment utile d’essayer de résister ? Et même s’il réussit à partir dès maintenant, elle sera toujours coincée dans un coin de sa tête. Cette rencontre ce soir n’y aura rien changé. « Tu veux que je te demande de partir, Roman ? Je peux le faire si c’est ce que tu veux entendre. Je peux te dire tout ce que tu as envie d’entendre si ça peut te soulager, te mentir s’il le faut. » Peut-être que c’était ce qu’il aurait voulu entendre quand il était arrivé. Pas ce qu’il avait envie d’entendre, non. Et de toute façon, s’il sait qu’elle ment, à quoi bon ? Ne pourrait-elle pas avoir plus de conscience que lui ? Le fustiger parce qu’il n’aurait jamais dû l’embrasser, la toucher comme il l’a fait ? Elle est loin de lui faciliter la tâche, et au fond, sans doute que ça lui plaît. Eleanor n’est pas comme tout le monde, et pourtant, elle lui ressemble. Ses doigts jouent nerveusement avec le tissu du canapé, comme une vaine tentative de penser à autre chose. « Je ne reviendrais pas sur ce que j’ai dit avant, mais je peux très bien te dire de partir quand même. Ou je peux te dire ce que moi je pense … » Et elle s’approche, un peu trop dangereusement. A nouveau, il y a son parfum qui envahit ses narines. Et cette pensée qu’il lui suffirait de tendre le bras pour la toucher, la saisir, la rapprocher de lui et la faire basculer sur le canapé. Mais ce pas qu’elle, elle fait, il n’est pas tout à fait prêt à le franchir. Ou peut-être l’est-il trop, et c’est ça qui lui fait peur. Il a peur que, s’il commence, il ne pourra plus s’arrêter. « Si je sais que tu mens, ça n’aura aucun effet, j’en ai peur. Tu ferais mieux de me dire ce que tu veux. » Le mal est déjà fait. Et il n’est pas sûr de pouvoir s’arrêter. A quoi bon faire semblant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 300
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Jeu 11 Oct - 22:08 par Eleanor Ainsworth
one kiss is all it takes
roman & eleanor

« I just wanna feel your skin on mine, feel your eyes do the exploring, passion in the message when you smile. »
Essayer de ne pas être entièrement captivée par son regard, par sa présence toute entière, c’est difficile. Surtout en l’ayant à moins d’un mètre d’elle. Pourtant ni Roman, ni Eleanor ne semblent prêts à céder. Aucun doute qu’ils en ont autant envie l’un que l’autre, mais il y a cette droiture qui semble les rappeler à l’ordre. Ça et une sorte de code de bonne conduite. Un code qu’ils ont tout de même transgressé une fois sans que la jeune femme soit parvenue à le regretter. Comment aurait-elle pu le faire ? A l’instant où ils se sont rencontrés et que leur main se sont touchées l’une et l’autre, la brune a su qu’elle était perdue. Une attirance indéniable qu’elle a tenté de faire taire jusqu’à ne plus en pouvoir. Sentir les lèvres de Roman sur les siennes et sur d’autres parties de son corps, sentir ce dernier contre celui du trentenaire, ça a été plus que libérateur pour elle. Forcément, elle n’a rien contre le fait de recommencer. Elle en meurt d’envie même. Sauf que lui s’attend sans doute à ce qu’elle soit la plus sérieuse, à ce qu’elle les ramène sur le droit chemin. Après tout, c’est elle l’avocate. Malheureusement à toujours tout faire pour rester dans les bonnes grâces de son père, il y a certains moments où elle envoie tout promener, son bon comportement également. Et là, c’est de plus en plus le cas. Eleanor prend le risque de se rapprocher, de le tenter plus qu’elle ne le devrait. Et elle sent qu’il est tendu. Elle n’approche pas plus, consciente que si elle le fait, elle risque de céder. « Si je sais que tu mens, ça n’aura aucun effet, j’en ai peur. Tu ferais mieux de me dire ce que tu veux. » Vraiment ? Ça serait réellement mieux qu’elle le lui dise ? Elle n’en est pas tout à fait persuadée, pas alors qu’il semble tant dévorer par l’hésitation. Mais elle comprend. Si elle, elle n’a de comptes à rendre à personne, ce n’est pas son cas à lui. En revanche, ça fait d’elle une personne horrible. Elle le sait marié et père, ça ne l’empêche pas d’avoir affreusement envie de lui et de vouloir qu’ils soient damnés ensemble. « Ce que je voudrais ce sont tes mains et tes lèvres partout sur moi. Et mon travail c’était l’excuse parfaite pour y penser le moins possible. Parce que tu vois, depuis cette nuit dans le bureau, ça passe en boucle dans ma tête. Les caresses, les baisers … tout. » Et elle pourrait à nouveau s’approcher, le toucher. Elle ne le fait pas. « C’était facile de trouver de quoi m’occuper l’esprit tant que je ne t’avais pas en face de moi. Maintenant t’es là et je suis partagée entre le fait d’être raisonnable et te virer de chez moi, ou d’être tout l’inverse de raisonnable. » Elle n’a qu’à s’approcher, poser ses mains sur ses épaules et elle sait qu’il ne résistera pas.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9311
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Sam 13 Oct - 9:45 par Roman Warwick

---- one kiss is all it takes

Pourquoi faut-il qu’elle l’obsède autant ? Qu’elle soit si belle même en fin de journée, alors que ses cheveux sont décoiffés et ses vêtements froissés ? C’est presque injuste. Roman sait qu’il devrait partir et faire en sorte de ne plus jamais la revoir pour retourner à sa vie de famille, même s’il n’a jamais été le mari ou père le plus impliqué du monde. Coucher avec une autre femme, c’est tout autre chose. Une bêtise qu’il ne pensait jamais commettre. Et pourtant, là, c’est tout ce à quoi il peut penser. La seule raison pour laquelle Cecilia est encore dans ses pensées, c’est parce qu’il se sent coupable de désirer une autre femme au point d’être incapable de partir. Au point que ç’en est presque douloureux. Même sans rien faire, Eleanor le tente irrémédiablement. Alors lui demander ce qu’elle, elle veut, ce n’est sans doute pas une bonne idée. Mais rien dans tout ça n’est une bonne idée. Et pourtant, il n’y a rien dont il ait plus envie à cet instant précis. « Ce que je voudrais ce sont tes mains et tes lèvres partout sur moi. Et mon travail c’était l’excuse parfaite pour y penser le moins possible. Parce que tu vois, depuis cette nuit dans le bureau, ça passe en boucle dans ma tête. Les caresses, les baisers … tout. » Il déglutit, sans la quitter du regard. Ainsi, ce n’était pas que lui. Quelque part, c’est peut-être un peu rassurant qu’il ne soit pas le seul. Au moins, il n’est pas en train de devenir fou. « C’était facile de trouver de quoi m’occuper l’esprit tant que je ne t’avais pas en face de moi. Maintenant t’es là et je suis partagée entre le fait d’être raisonnable et te virer de chez moi, ou d’être tout l’inverse de raisonnable. » Elle aussi semble partagée, et pourtant, il sait que si elle avait dû le virer, elle l’aurait déjà fait, et ne lui aurait surtout pas avoué tout ça. Ils ne se connaissent pas, et pourtant, il a l’impression de comprendre parfaitement ce qu’elle ressent, comment elle raisonne. « Tu as de la chance. » Il s’interrompt pour la regarder, comme si son regard détenait toutes les réponses. « Même quand je suis en train de cuisiner, il m’arrive d’avoir ton image en tête, et ce n’est pas évident de me concentrer. » C’était la raison pour laquelle il était venu ce soir. Mais est-ce que ça changera quelque chose ? Même s’il cède à nouveau, parviendra-t-il à la faire sortir de sa tête ? Il n’en a aucune certitude. Mais il tend quand même la main, pour attraper celle d’Eleanor. Ce simple contact paraît électrique, intense. Et il la fait s’avancer, juste assez pour qu’elle se place entre ses jambes. « J’ai l’impression de devenir fou tellement j’ai envie de toi. » C’est étrange aussi, d’être si honnête avec elle. Comme s’il laissait tomber ses barrières, comme s’il n’avait pas d’autre choix. Et sa main libre glisse sur sa hanche, presque innocemment. Un premier pas vers elle, timide, mais qu’il franchit quand même. Parce qu’il n’est peut-être pas capable de résister finalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 300
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Dim 14 Oct - 22:22 par Eleanor Ainsworth
one kiss is all it takes
roman & eleanor

« I just wanna feel your skin on mine, feel your eyes do the exploring, passion in the message when you smile. »
Des chefs pâtissiers elle aurait pu en rencontrer des tas mais il a fallu que ça soit lui. Il a fallu qu’un simple regard la fasse fondre et que travailler avec lui éveille sans arrêt un désir loin d’être décent. Elle aura tenu bon un moment, Eleanor. Utilisant les principes qui lui ont été inculqués et un minimum de bon sens, elle a su faire taire le désir que Roman a sans cesse éveillé en elle. Il n’y avait qu’à travers ses rêves que la brune ne contrôlait plus rien. Et elle les a détestés ses rêves, encore plus après avoir cédé à la tentation et en avoir fait d’autant plus. Son cerveau et son corps alors conscients de tout ce dont Roman est capable et de tout ce qu’il peut provoquer chez elle, autant dire que certains de ses réveils se sont soldés par une douche immédiate. Qu’ils soient en train de jouer avec le feu maintenant ne va pas l’aider, elle le sait. Elle est même surprise qu’ils n’aient toujours pas cédé tant ils semblent en avoir envie autant l’un que l’autre. Eleanor ne l’a toujours pas viré de chez elle et Roman … il reste là à la tenter encore et encore. Ça la consumerait presque de l’intérieur tout ce désir et cette envie de se jeter sur lui. Parce qu’elle en meurt d’envie. L’embrasser, sentir sa langue jouer avec la sienne, presser son corps contre le sien et, pire encore, le posséder encore une fois. Comme lui la possédera. Et cette manie qu’ils ont de se regarder droit dans les yeux … Par quel miracle est-elle supposée réussir à lui tenir tête, à ne pas lui offrir son corps pour la seconde fois ? « Tu as de la chance. » En quoi en a-t-elle ? Parce qu’elle a un métier qui lui a permis de chasser ce beau visage et ce corps parfait de son esprit ? Il lui suffisait d’un moment de vide pour emprunter un chemin dangereux. Ce n’est pas de la chance mais de la torture. « Même quand je suis en train de cuisiner, il m’arrive d’avoir ton image en tête, et ce n’est pas évident de me concentrer. » C’est tellement flatteur qu’elle ne se retient pas de sourire, même si ce sourire reste assez discret. Sa main dans celle de Roman, elle le laisse l’approcher sans discuter. C’est ce dont elle a envie de toute manière « J’ai l’impression de devenir fou tellement j’ai envie de toi. » Entre ses jambes, elle sent que trop la main du brun sur sa hanche, a l’impression que sa peau brûle à cet endroit précis. Libérant la sienne, elle pose les deux sur ses épaules, tête baissée vers lui. « Je m’en voudrais de te laisser perdre la tête. » Alors qu’elle n’est pas très loin d’en faire tout autant. Eleanor la déjà perdue lorsqu’elle y pense, à l’instant où ils se sont unis dans ce bureau, qu’elle l’a eu en elle. Ce sentiment de bien-être s’est gravé en elle à tout jamais. « Et je n’ai pas très envie de te laisser partir sans avoir pris le risque de céder encore une fois. » La frustration serait indescriptible. C’est qu’ils devraient faire, s’éloigner, mais si c’est pour y penser pendant encore longtemps à quoi bon ? Ses mains posées sur la nuque de Roman, ses doigts caressent la naissance de ses cheveux. Encore quelques secondes d’hésitation puis elle approche son visage, garde ses lèvres à quelques centimètres des siennes pour lui donner l’occasion de la repousser et finalement elle prend la décision de l’embrasser. Tant pis si elle doit brûler en enfers pour ça.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9311
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Lun 15 Oct - 19:16 par Roman Warwick

---- one kiss is all it takes

Il est faible, ça ne lui ressemble pas. Il sait ce qu’il devrait faire, il ne cesse de se le répéter et pourtant, il paraît en être incapable. Il est toujours là, dans son appartement dangereusement vide, face à cette fille qu’il désire tant. Il faible, et pour une fois, ça ne le dérange même pas. Pas autant que ça le devrait. Pas quand il sait que ça risque d’être si bon. De toute façon, le contrôle, il l’a déjà perdu. A partir du moment où la jeune avocate s’est invitée dans ses fantasmes, et pire encore quand il a pu y goûter pour de vrai. Maintenant que le mal est fait, il se sent bien incapable de résister. S’il avait vraiment voulu résister, il serait parti depuis longtemps. Il ne serait même pas venu en premier lieu. Il aurait simplement fait en sorte de ne jamais la revoir, et d’espérer pouvoir l’effacer rapidement de ses pensées. Alors il la rapproche un peu de lui, fait le premier pas sans vraiment le faire. Pourtant, il le désire. Et cette petite voix dans sa tête qui lui rappelle sa femme et ses enfants, elle est presque muette. Tellement faible qu’il ne l’écoute plus. Pas quand il sent la chaleur du corps d’Eleanor, pas quand il sent son parfum envoûtant. Et surtout, pas quand il se sent déjà trop à l’étroit dans son pantalon. Et la main qu’il pose sur la cuisse d’Eleanor ne l’aide en rien. Tout comme les bras de la jeune femme qui se posent autour de son cou, la rapprochant un peu plus de lui. « Je m’en voudrais de te laisser perdre la tête. » Pourtant, c’est déjà fait. Il ignore pourquoi elle lui fait cet effet, alors qu’il pensait ses vœux de fidélité quand il les avait prononcés. Il ignore pourquoi il n’est plus capable de penser à autre chose qu’à elle et à son corps nu. Elle est magnifique, c’est indéniable et alors qu’elle se trouve si proche de lui, il ne peut que le remarquer, encore et encore. Il voit sa poitrine se soulever doucement sous son chemisier, au rythme de sa respiration. Son regard noisette qui le regarde si intensément. Pourtant, il a déjà rencontré d’autres femmes qu’il trouvait belles, séduisantes. Mais jamais une telle envie ne s’était emparée de lui. « Pourtant, tout est de ta faute. » S’il le voulait vraiment, il pourrait résister. Mais ce qu’il veut vraiment, c’est elle. Pourquoi résister ? « Et je n’ai pas très envie de te laisser partir sans avoir pris le risque de céder encore une fois. » Si en plus de ça, elle en a envie aussi, ne serait-il pas presque égoïste de repartir ? Mais il est hypnotisé, parfaitement sous le charme de la brune. Elle le trouble bien trop. Il sent ses doigts bouger à la naissance de ses cheveux, et il voit son visage s’approcher du sien. Dangereusement, bien trop dangereusement. Trop doucement aussi. Il pourrait encore la repousser, mais l’idée ne lui traverse même pas l’esprit. Au lieu de ça, il la laisse continuer son chemin, jusqu’à ce que leurs lèvres se rencontrent. Et là, il lâche toute la contenance qu’il gardait encore, même si ce n’était qu’une illusion. Sa langue se mêle à celle d’Eleanor dans un baiser rempli de passion. Toute cette passion qu’il refoule depuis quelques jours. Depuis qu’il avait goûté à ses baisers pour la première fois. Et sa main remonte dans son dos, pour la rapprocher de lui. Pour qu’il puisse sentir le poids de sa poitrine contre son torse. Sans lâcher ses lèvres. Avec cette envie de ne jamais s’arrêter. Le genre de désir qui prend aux tripes. Aussi terrifiant que délicieux. Et lui, il plonge tête la première.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 300
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Mar 16 Oct - 17:59 par Eleanor Ainsworth
one kiss is all it takes
roman & eleanor

« I just wanna feel your skin on mine, feel your eyes do the exploring, passion in the message when you smile. »
Une fois encore elle cède. Une fois encore elle se révèle bien plus faible que ce qu’elle pourrait accepter. Forte tête, il n’est pas dans ses habitudes de se laisser aller comme ça, de laisser un homme – ou n’importe qui en fait – avoir autant d’impact sur ses choix. Roman est une exception. Une exception qu’elle a du mal à accepter aussi tentant que ça soit. Une fois aura suffi pour qu’elle sache parfaitement à quoi s’attendre et pour que ça la ronge de l’intérieur. Elle en meurt d’envie, plus que ce qu’il peut voir et pourtant elle en montre déjà beaucoup. Les regards, la façon qu’elle a de vouloir à tout prix savoir à quoi il pense ou encore qu’elle ne l’ait pas mis dehors. C’est suffisamment de signes capables de démontrer à quel point elle a encore envie de céder. Qu’elle n’oppose aucune résistance lorsqu’il l’approche d’elle, c’est suivre encore ce chemin dangereux. Un chemin qui la conduit littéralement dans les bras du brun. Et Eleanor, elle sent déjà son cœur battre trop vite, excité qu’il peut être à l’idée du plaisir qu’un simple baiser entre eux pourrait déjà éveiller. Elle ne devrait pas autant aimer le contact de sa main sur son corps, qu’ils soient aussi proches et le fait qu’elle soit autant enivrée par son parfum. Mais rien n’est normal avec eux. Ils font tout ce qui est interdit, s’attirent et tentent de se repousser sans jamais y parvenir. Quoi de plus normal que de vouloir s’abandonner dans ses bras alors qu’il anime tant de choses en elle ? « Pourtant, tout est de ta faute. » Ce qu’elle accepte. Même élevée par un homme dur, elle sait depuis longtemps que les femmes ont beaucoup de pouvoir sur le sexe opposé. Il en faut peu pour faire céder un homme et en partant de ce principe, c’est à elle qu’ils doivent cette situation, parce qu’elle l’a fait céder même sans vraiment s’en rendre compte. Elle ne regrette pas. Pas plus qu’elle ne regrette le baiser qu’ils échangent ensuite. Sa bouche envahie par la langue de Roman, la sienne la rejoint et ensemble elles entament une danse endiablée qui lui coupe le souffle. Elle n’arrête rien. Continue de l’embrasser et de laisser la tension accumulée disparaître de seconde en seconde. La seule chose qu’elle s’autorise est de l’obliger à se lever uniquement pour l’amener à s’asseoir vraiment sur le canapé. De cette manière, elle peut enfin prendre place sur ses genoux, se coller à lui pendant que de ses lèvres passent sur sa mâchoire puis dérive vers son cou dont elle mordille la peau. Ses mains se posent sur son torse, sur le tissu de sa chemise. Aussi impatiente qu’elle peut être, Eleanor prend son temps, savoure le plaisir de retrouver son corps contre le sien, puis à nouveau ses lèvres sur les siennes, délaissant son cou légèrement rougit par ses dents.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9311
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Mer 17 Oct - 9:37 par Roman Warwick

---- one kiss is all it takes

Est-ce qu’il s’en veut vraiment de céder ? Pas pour l’instant en tout cas. Pas quand il peut l’embrasser avec passion, sentir son corps contre le sien. Comment s’en vouloir, quand céder a si bon goût ? Peut-être qu’il regrettera plus tard, quand le moment sera passé et que ses pensées pourront échapper à ce désir qui l’envahit, qui prend le pas sur tout le reste, même sur sa raison. Peut-être qu’il regrettera une fois rentré chez lui, quand il se glissera dans le lit de sa femme endormie, ou quand il regardera ses enfants au petit-déjeuner demain. Peut-être. Mais pour l’instant, il est bien incapable de penser à ça. De penser à quoi que ce soit en réalité. Dans ses pensées, il n’y a qu’elle. Eleanor, et le désir surprenant qu’il éprouve pour elle. Il n’y a plus que ses lèvres, et son corps. Et cette envie qui le bouffe de l’intérieur. Qui rend ses baisers si passionnés. Accroché à ses lèvres comme si sa vie en dépendait. Pas sûr de savoir s’en détacher un jour. Elle bouge pour qu’il se retrouve assis sur le canapé, venant ensuite placer une jambe de chaque côté des siennes. Et à nouveau, ils s’embrassent, leur langue se touche, danse ensemble. Au bruit de leurs baisers se mêle le bruit de leur respiration déjà saccadée. Il glisse ses mains sous le tissu léger de son chemisier, retrouvant enfin le plaisir de toucher sa peau douce et fraîche. Ses doigts remontent dans son dos, alors que les lèvres d’Eleanor quittent les siennes, pour venir taquiner son cou. Il penche un peu la tête en arrière pour profiter davantage de ses baisers, de ses dents qui effleurent sa peau. Et il y a ses mains qui se posent sur son torse. Il est impatient, Roman. Impatient d’avoir droit à plus, de satisfaire ce désir qui le ronge depuis qu’il y a goûté une première fois. Alors ses doigts défont l’attache de son soutien-gorge, et sa main droite glisse sous le tissu, pour se retrouver sur son sein. Sensation délicieuse, alors que leurs lèvres se retrouvent. Il caresse sa peau tendre, sans ménagement, la sentant réagir sous ses doigts. Et sans doute qu’il ne maîtrise pas assez ses gestes, parce qu’il y a un premier bouton qui saute de son chemisier. Mais il s’en fout, parce qu’il peut bouger plus facilement. Faire tomber un peu plus son soutien-gorge, alors qu’il embrasse sa joue, sa mâchoire, son cou. Et toujours ce parfum enivrant, délicieux. Il finit par sortir ses mains du tissu, l’une d’elle glisse dans le creux de ses reins, alors qu’il dépose ses lèvres tout en bas de son cou. Quelques baisers, puis il descend toujours plus bas. Et ses deux mains s’affairent à détacher les boutons, difficilement, sans regarder, occupé qu’il est à embrasser sa peau, la lécher un peu. Jusqu’à arriver à sa poitrine. Le nez entre ses deux seins, la langue sur sa peau qui se réchauffe, il est bien là. Il sent bien le désir battre dans ses tempes, son pantalon le serrer un peu trop, mais il savoure quand même. Le plaisir d’être contre elle. Le plaisir de voir son plaisir, à elle aussi. Tous ses boutons décrochés, il finit par faire le chemin inverse avec ses lèvres. Remonte au-dessus de sa poitrine, dans son cou, jusqu’à ses lèvres délicieuses. Baiser passionné, alors qu’il fait glisser ses manches le long de ses bras, son soutien-gorge tombant en même temps. Une fois les vêtements tombés au sol, il replace ses mains dans le creux de ses reins, la soulève un peu pour la rapprocher de lui. Pour sentir son corps contre le sien. Pour qu’elle puisse sentir l’ampleur du désir qu’il éprouve pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 300
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Mer 17 Oct - 13:48 par Eleanor Ainsworth
one kiss is all it takes
roman & eleanor

« I just wanna feel your skin on mine, feel your eyes do the exploring, passion in the message when you smile. »
Elle en a rêvé de ce baiser, de ses lèvres sur les siennes. Ça n’avait rien à voir avec ce qui se passe en ce moment. Dans ses rêves, c’était puissant mais fade alors qu’à cet instant, contre lui, il y a de la passion, du désir et d’autres sentiments qu’elle peut presque toucher du bout des doigts. C’est réel et toute la différence se fait là. Enfin elle obtient ce à quoi elle pense depuis des jours, des semaines même et ça ne se décrit même pas. Leur baiser à peine échangé qu’elle a balancé aux oubliettes tous ses principes ainsi que la différence entre ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. Il n’y a plus qu’eux qui compte. Plus que lui, son corps parfait contre le sien, ses mains posées sur elle. Sa respiration se coupe brièvement lorsque ces dernières passent sous sa chemise, caresse sa peau, remonte le long de son dos et viennent défaire les attaches de son soutien-gorge. Ses propres mains toujours sur le torse de Roman vont lentement vers les boutons de sa chemise, commencent à les défaire pour s’arrêter dès qu’elle sent celle du brun sur son sein. Elle gémit un peu plus contre ses lèvres, intensifie leur baiser. Si elle pouvait être totalement collée à lui, lui en elle, immédiatement, elle serait la femme la plus heureuse du monde. Mais trop de vêtements barrent encore la route et elle prend son mal en patience. Profitant du moment présent, une chair de poule se propage sur toute son épiderme. Sa tête se penche sur le côté à son tour, lui donne plus d’accès à la peau de son cou qu’il embrasse encore et encore tandis que ses mains reprennent de l’activité et déboutonnent à nouveau sa chemise. Sa poitrine se lève et s’abaisse plus visiblement. Elle cherche l’air que ses poumons réclament et passe ses mains sous le tissu quelque peu ouvert. Sous ses doigts, elle sent la peau chaude de Roman, juste assez pour lui donner envie de coller la sienne contre. A la place, elle le libère, le laisse faire glisser son vêtement et son soutien-gorge le long de ses bras. Elle pourrait avoir un peu plus froid ainsi dévêtue, mais elle meurt de chaud. Avoir senti ses lèvres et sa langue sur le haut de sa poitrine, entre ses seins, ça lui a fait beaucoup trop perdre la tête et le fil de ses pensées. Sans arrêter leur nouveau baiser, soulevée et amenée à sentir plus encore la bosse dans son pantalon, l’impatience la rattrape. Eleanor, elle s’empresse de déboutonner le reste de sa chemise, la lui retirant par la même occasion sans jamais se séparer de ses lèvres. Affamée, elle redresse son buste. Une main dans les cheveux de Roman, elle l’approche de sa poitrine, veut encore sentir ses lèvres à cet endroit alors que son bassin remue malgré elle contre lui.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9311
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Mer 17 Oct - 15:25 par Roman Warwick

---- one kiss is all it takes

Il a l’impression de revivre. Ça paraît fou et pourtant, c’est le cas. Comme s’il s’était arrêté de respirer depuis qu’il avait goûté pour la première fois à ses lèvres, à son corps. Eleanor l’avait obsédé dès le premier regard, et ça n’avait fait que s’accentuer au fil du temps, au fil des rencontres. Elle l’habite, le hante de la meilleure des façons. Enfin tant qu’il peut en profiter dans la vraie vie, pas juste dans ses fantasmes. Pourtant, ce n’est pas bien. Pas raisonnable. Pas correct. Mais honnêtement, à cet instant précis, il n’en a que faire. Il n’y a plus qu’eux, plus que son corps et cette passion qu’il serait bien incapable de faire taire. Maintenant qu’il l’a laissée parler, il ne veut plus rien arrêter. Au contraire, il veut continuer, encore et encore. Sa langue enroulée avec celle de la brune, ses mains sur son corps. Il sent les mains froides d’Eleanor sous sa chemise, sur le bas de son ventre, et il a l’impression qu’il va exploser. Elle doit bien le sentir, ce désir fou qu’il éprouve pour elle. Ce désir qu’il ne pensait pas possible. Le sexe n’a jamais été un problème avec sa femme, ou même avec les autres qui l’ont précédée. Mais là, c’est autre chose. C’est loin de tout ce qu’il a déjà vécu. Et cette impression qu’il avait déjà eue la dernière fois, dans son bureau, il ne pourra pas l’oublier de sitôt. Craquer n’arrangera rien, mais c’est la seule chose qu’il est capable de faire. C’est au tour de la chemise de Roman d’être dégagée, et leur peau se touche par moments, réveillant une électricité palpable. Il a l’impression de se détendre complètement maintenant qu’il a cédé à cette tentation si forte. Qu’il a arrêté de réfléchir pour simplement profiter. Les lèvres de l’avocate s’éloignent, mais la frustration est de courte durée, la vision qu’elle lui propose lui plaisant tout autant. Une main dans ses cheveux, elle l’attire vers sa poitrine, assumant pleinement ce qu’elle veut. Ça aussi, ça lui plaît. Eleanor est le genre de femmes qui sait ce qu’elle veut, et si ce qu’elle veut, ce sont les lèvres de Roman sur sa poitrine, comment pourrait-il refuser ? Ce premier passage tout à l’heure lui avait déjà beaucoup plu, et savoir que c’est ce qu’elle veut, ça ne fait que le motiver encore plus. Alors il pose une main sous son sein, épouse la forme de celui-ci, et pose ensuite ses lèvres juste sur son téton. Quelques baisers, ses dents tirent un peu sur sa peau tendre, alors qu’il voit directement ses réactions. Et son sourire s’agrandit quand il voit l’effet qu’il lui fait. Mais ça n’a rien à voir avec l’effet qu’elle, elle lui fait. Comment est-ce que ça pourrait être aussi fort ? Toujours enfermé dans son pantalon, il sent bien le bassin d’Eleanor contre cette bosse qui le tire de plus en plus. Mais il résiste encore. Cette fois, d’une toute autre façon. Pour passer à l’autre sein, et lui accorder le même traitement qu’à l’autre. Peut-être un peu plus rapide, un peu plus vorace. Mais toujours aussi bon. Et puis, sans prévenir, il pose ses mains sous ses fesses, et la fait basculer sur le canapé. Rapidement au-dessus d’elle, il fond sur ses lèvres, et presse son corps contre le sien. Ses mains remontent sa jupe, glissent sous son sous-vêtement. La patience, il n’en a plus tellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 300
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Mer 17 Oct - 18:01 par Eleanor Ainsworth
one kiss is all it takes
roman & eleanor

« I just wanna feel your skin on mine, feel your eyes do the exploring, passion in the message when you smile. »
Tout ce qu’elle ressent est beaucoup trop renversant. Ça ne devrait pas être permis. Elle ne devrait pas être autant attirée par lui, avoir envie de lui au point qu’elle se sent même capable de lui arracher ses vêtements. Désirs primitifs qu’elle refoule comme elle le peut même s’ils restent là, dans un coin de sa tête. Eleanor aurait pu faire sauter tous ses boutons mais le laisser rentrer ensuite avec une chemise complètement foutue … elle n’est pas folle à ce point. Ou peut-être que si même si elle parvient à tenir la sauvage en elle en cage. C’est bien moins le cas quand il s’agit de l’embrasser. Elle y met une telle passion qu’il est impossible pour lui de ne pas comprendre à quel point elle le désire. La frustration qui l’animait jusque-là, elle avait préféré l’ignorer mais maintenant plus détendue, elle est obligée d’admettre qu’elle a passé des jours à être insupportable. Plus que d’habitude. Parce qu’il la hantait plus qu’elle ne pouvait l’admettre et pas seulement en dormant. Le voir nu immédiatement, elle n’a rien contre l’idée, seulement ils prennent leur temps, se cherchent encore même s’ils ont envie de la même chose. Elle est la première à perdre une partie de ses vêtements, mais Roman ne tarde pas à suivre pour son plus grand plaisir. Son désir attisé par les lèvres du chef pâtissier sur sa poitrine, elle y prend du plaisir, l’y a amené volontairement. Loin d’être totalement dominante dans ses relations – au travail c’est autre chose – elle aime pourtant satisfaire ses besoins. Là, c’était celui de sentir une fois de plus la bouche de Roman sur sa poitrine et lorsqu’il y joint les dents, elle gémit. Elle ne se retient pas. Largement audible, il est rejoint par son corps qui se cambre pour lui offrir plus de facilité quant au fait d’atteindre son sein, puis l’autre. Il devrait être interdit de faire un tel effet à une personne. Eleanor, elle n’en peut plus. Elle qui le désirait déjà énormément, c’est de pire en pire et elle remercie silencieusement le ciel lorsqu’il la bascule sur le canapé. Roman au-dessus d’elle, elle frissonne d’avance, caresse son torse, ses bras puis tire sur ses cheveux lorsqu’elle les atteint. Sa jupe remonte le long de ses jambes et ses mains s’aventurent sur sa peau jusqu’à son sous-vêtement. Et les sentir si près de son intimité suffit à la faire perdre totalement patience. Sans arrêter leur baiser, ses mains quittent les cheveux de Roman pour s’attaquer avec une certaine précipitation à sa ceinture puis au reste de son pantalon qu’elle fait glisser le plus loin possible dans cette position. Elle a l’impression de faire écho à leur premier dérapage, à l’empressement dont elle avait fait preuve pour le débarrasser de ses vêtements afin de ne faire plus qu’un avec lui. La seule différence avec ce soir est qu’elle s’amuse simplement à passer une main sous l’élastique de son boxer sans aller plus loin, le rendant aussi frustré qu’elle peut l’être à sentir ses mains sous sa culotte. L’autre, quant à elle, se pose dans sa nuque pour l’attirer une nouvelle fois à elle.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Eleanor Brentwood [Terminé]
» Charlott Eleanor Waldorf, pour se faire servir. Terminée.
» présentation de kiss me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-