Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #31 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est arrivée à Londres, c'est le moment de montrer votre amour pour le cacao. Rendez-vous par ici.
Le mois des défis !
Si vous êtes joueurs, c'est le moment où jamais de venir nous le montrer. Toutes les informations se trouvent par .
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
les petites annonces
semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
pâtisserie à la recherche d'un vendeur roman warwick cherche un(e) vendeur(se) pour sa pâtisserie sur oxford street, expérience demandée.
ton annonce ici ? c'est facile, il te suffit d'en faire la demande en envoyant un mp à un membre du staff.


Surprise ! [Wilde]

avatar
hey
» Date d'inscription : 15/09/2018
» Messages : 45
» Pseudo : Bee
» Avatar : Armie Hammer
» Âge : 32
» Schizophrénie : Aël & Mila
() message posté Jeu 20 Sep 2018 - 10:32 par William G. Stuart
Pendant la semaine que j'ai passé entre différentes capitales européenees (Paris, Berlin, Bruxelles, Romes et Madrid) on peut littéralement dire que j'ai vécu dans les aéroport n'en sortant que pour un salon et dormir dans un hôtel. Pas le temps de faire de tourisme, du moins si j'en ai fait un peu c'était dans les taxis qui passant par les grands axes -en dehors des heures de pointes j'ai fait en sorte de m'en assurer- me montraient quelques monuments à voir. De toute façon je dois avouer que j'avais autre chose à faire que de me demander s'il ne fallait pas que je vois la tour Eiffel ou la puerta del sol... Et je n'ai pas chômé. Ce genre de salon est très important pour asseoir la notoriété d'une marque à travers la démonstration des services que l'on propose, ou même à l'aide de simple conversation avec auteurs, futurs collaborateurs, et investisseurs.

Dans l'avion de retour à Londres, le trajet n'a beau pas être long, je tombe dans les bras de Morphée pour l'intégralité du vol. Finalement ça aura été les passages les plus reposants ceux des vols : le téléphone ne peut pas sonner.
Je me réveille difficilement quand les roues de l'avion touchent terre, provoquant par la même occasion des secousse dans toute la carlingue. Sans me pressé je décide de laisser les gens sortir avant moi bien que nous ne sommes pas nombreux dans la classe affaire. Quelques minutes plus tard j'ai récupéré mon bagage cabine et je me dirige vers la sortie. Ma secrétaire m'a confirmé qu'un chauffer armé d'une pancarte m'attendait à l'arrivée. Sur le trajet j'essaie de reprendre un peu du poil de la bête bien que je ne vais pas travailler ce soir, il est plus de 21h il n'y aura personne au bureau.

Des yeux je cherche une pancarte avec mon nom dessus et je ne tarde pas à la voir au dessus de tout le monde, mais je ne vois pas qui la tient. J'avance vers ladite personne, habitué à ce genre de contact sans aucune chaleur avec la personne qui vient nous récupérer. J'aurais peut être dû demandé à mon frère ça m'aurait fait du bien de voir un visage familier après une semaine comme celle là. Cependant je finis par voir qui tient le panneau. "Mademoiselle Hamilton ?" Un grand sourire s'étend sur mon visage et abandonnant ma valise je passe mes bras autour de la jeune femme. "Qu'est que tu fais là ?" Non pas que ça ne me fasse pas plaisir de la voir mais c'était bien la dernière personne que je m'attendais à croiser ici entrain de m'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 10/08/2018
» Messages : 134
» Pseudo : Kim'
» Avatar : Jana Kramer
» Âge : 31 belles années
» Schizophrénie : Lilly l'attachiante & Cécé le Beau gosse
» Absence : 25.10
() message posté Ven 5 Oct 2018 - 18:19 par Jude G. Hamilton
Jude a bien avancé dans son travail. Sur son bureau, elle a dressé une to do list pour la semaine, de quoi être certaine de ne rien oublier. Petit à petit, elle biffe les tâches accomplies alors que sur une table, toujours dans son bureau, les dossiers attendant la signature de Monsieur Stuart patientent sagement que le principal concerné revienne parmi les anglais, ou plutôt, parmi ses employés. Lui qui aime travailler, il va être servi, ne serait-ce que par la lecture qui l’attend dans le bureau de la néo-zélandaise. Alors qu’elle lève le nez de son écran, son regard se pose sur l’horloge murale indiquant la fin de journée pointer le bout de son nez. Au fond, elle repense au retour de William. Jude sait qu’il revient aujourd’hui, mais n’a aucune réelle idée de l’heure-H. Demander l’info au principal concerné, elle refuse pour la simple et bonne raison qu’il ne s’agirait plus d’une surprise et gratter l’info à la secrétaire, autant dire que c’est presque foutu d’avance étant donné l’emprise qu’elle a sur William. Le petit frère, visiblement il ne le sait même pas ; finalement elle a pour idée d’envoyer la tigresse faire des photocopies en lui faisant subtilement comprendre que l’homme de ses rêves en avait absolument besoin une fois de retour. Elle finit par fouiner comme un flic dans ses papiers, ses notes, son bureau ou encore simplement dans son agenda à la recherche de l’heure à laquelle atterrissait l’avion.

Arrivée à l’aéroport non sans avoir étudier le plan de métro avant, Jude cherche ladite pancarte sur laquelle Stuart est indiqué. Un peu de gentillesse et de charme plus tard, le conducteur finit par accepter de lui laisser la tâche de tenir cette pancarte avec pour condition de rester dans les environs. Sans trop savoir de quoi avait peur le chauffeur, Jude accepte non sans se dire que de toute façon, même si l’envie de kidnapper William lui venait à l’esprit, il y avait beaucoup de chance pour que ce soit le contraire qui se produise. Sans trop de gêne, Jude discute avec le chauffeur. Elle qui n’a pas vraiment l’habitude de se faire conduire, autant dire qu’à ses yeux cet homme est probablement son égale. Dans sa famille, chacun mène sa barque, chacun a sa propre voiture et cela sans chauffeur, sans femme de ménage, sans cuisinier. Oui, mademoiselle Hamilton n’a d’autre choix que de s’occuper de son propre ménage.

Lorsqu’elle voit une vague humaine s’approcher, Jude s’empresse de lever sa pancarte assez haut. Elle n’y voit certes, pas grand-chose, mais William devrait – quant à lui – ne pas éprouver trop de difficultés à s’y retrouver. Lorsque la silhouette de Monsieur Stuart se dessine devant elle, Jude ne peut retenir un sourire, toujours la pancarte à la main. « Tu me manquais trop donc j’ai dû mettre un plan en place pour pouvoir obtenir l’heure de ton avion et puis j’ai dû charmer un peu ton chauffeur pour qu’il me laisse le plaisir de brandir la pancarte de Monsieur Stuart. Si ça ce ne sont pas des preuves, qu’est-ce que c’est… » Elle lui adresse un sourire et lui dépose un timide baiser dans son cou « Et sinon, ton voyage c’était bien ? Tu n’imagines même pas la charge de travail qui t’attends. Ton bureau déborde de dossiers et est redécoré de post-it de ta chère et tendre secrétaire et j’ai bientôt le World Trade Center avec tes dossiers dans le mien qui n’attendent plus que ton aval et ta signature » Jude donne la pancarte au chauffeur et reprend « t’as faim ? Soif ? Ne me dis pas que tu veux repasser au bureau travailler parce que je vais mal le prendre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
hey
» Date d'inscription : 15/09/2018
» Messages : 45
» Pseudo : Bee
» Avatar : Armie Hammer
» Âge : 32
» Schizophrénie : Aël & Mila
() message posté Lun 8 Oct 2018 - 18:08 par William G. Stuart
Je pensais que j'allais passer une soirée en tête à tête avec un repas sorti tout droit de chez le traiteur et bien je crois que la situation sera quelque peu différente en définitive. Enfin non, complètement différente. Du moins ça le sera si jamais Jude accepte de passer sa soirée avec moi plutôt que de rentrer chez elle juste après être venue me chercher à l'aéroport.
Pourquoi ça ne m'étonne pas quand elle m'a dit qu'elle a dû mettre un plan en place pour avoir l'heure de mon avion. Pourquoi ? Parce que ma secrétaire m'a fait plus ou moins comprendre qu'elle ne comprenait pas pourquoi j'avais engagé Jude. Non pas que j'ai besoin de me justifier à elle, mais c'est difficile de travailler quand les personnes dans la pièce ne s'entendent pas. Bien sûr, je n'ai pas encore eu le temps d'évaluer ce qu'il se passe réellement entre elles, mais au moins je comprends l'allusion de Jude. "Tu vois, c'est pour ça que je t'ai engagée... Tu arrives toujours à tes fins." Je lui souris en passant un bras autour d'elle alors que ses lèvres se posent dans mon cou, me laissant interloqué pendant quelques instants. Des questions se bousculent dans ma tête, notamment quand est ce qu'on en est arrivé là ? Non pas que ça me déplaise, mais avec Jude...

Cependant mes pensées sont rapidement stopées dans leur élan par l'allusion au travail. "Je pars une semaine, et c'est déjà l'anarchie ?" Malgré tout ça ne me fais pas peur. Est ce qu'il faudrait que je commence maintenant ? Bonne question, mais Jude semble ne pas être de cet avis. "Alors tu me proposes quoi de mieux que le travail ?" Question que je pose en attrapant la poignée de ma valise d'un côté, et en passant un bras autour des épaules de Jude de l'autre. J'ai entraperçu le chauffeur qui lui aussi nous a vu et nous a précédé. "Est ce que je peux juste demander quelque chose de calme ? J'en peux plus des restaurants bondés, hostiles et impersonnels." Est ce que je suis prêt à laisser les rennes à la demoiselle qui au demeurant ne connait pas grand chose de Londres, mais sait on jamais ... ? Je crois que c'est plus simple que de lui demander de venir chez moi manger traiteur.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 10/08/2018
» Messages : 134
» Pseudo : Kim'
» Avatar : Jana Kramer
» Âge : 31 belles années
» Schizophrénie : Lilly l'attachiante & Cécé le Beau gosse
» Absence : 25.10
() message posté Mer 10 Oct 2018 - 10:28 par Jude G. Hamilton
Toujours arriver à ses fins. Oui c’est un peu de cette manière que Jude fonctionne depuis qu’elle est petite. Si elle est la dernière de sa famille, si elle a été protégée et surprotégée par ses frères et ses parents, elle n’est pourtant pas la petite princesse à qui tout doit être servi sur un plateau d’argent. Elle a longtemps intégré qu’on est toujours mieux servi que par soi-même et si ça ne fonctionne pas, elle si on essaie de lui faire prendre la porte, alors elle passe par la fenêtre. « Oui enfin c’était pas bien compliqué tu sais. J’ai juste dû lui dire qu’il fallait absolument qu’elle photocopie un dossier parce que t’allais en avoir besoin à ton retour, et elle a quitté son poste sans broncher. De là j’ai fouillé jusqu’à trouver l’heure de ton avion. Elle va probablement te dire que j’ai retourné tout son plan de travail, mais je jure que c’est pas vrai ! » dit-elle en levant la main. De loin, on dirait presque deux petites filles qui se disputent pour une poupée, encore que Jude en rit plus qu’autre chose et ne se formalise pas pour si peu. Tant que ça ne l’empêche pas de travailler, elle a tendance à prendre les dires et les frasques de la secrétaire avec humour et avec le sourire.

Jude fronce gentiment les sourcils lorsque William parle d’anarchie. « T’es venu me chercher pour bosser dans ta maison d’édition, je bosse moi ! Non mais c’est le petit coup de pression subtile du retour, en vrai je pense que ça peut attendre une semaine, pas de quoi faire des heures sup’ Monsieur Stuart » Elle le voit venir, alors qu’elle quittera son travail à la fin de la journée, il restera encore clouer à son bureau en prétextant la surcharge de travail. « Quoi de mieux que le travail … Tu peux rentrer chez toi et te reposer. Ou alors tu peux peut-être aussi aller manger un bout avec une merveilleuse brunette qui a risqué sa vie pour obtenir ton horaire, et fait le chemin jusqu’à l’aéroport ! » Jude marque une pause et reprends après s’être écoutée parler « Eh, dis comme ça, ça vend du rêve quand même non ? » elle fait quelques pas en entendant ce que lui décrit William sur la prochaine escale de son périple « Oui donc tu veux un endroit calme, cosy et intime. Chez moi c’est calme, cosy et intime. Tu veux venir chez moi ? Sans aucune arrière-pensée évidemment. » s’empresse d’ajouter non sans un sourire qui pourrait quand même en dire long.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
hey
» Date d'inscription : 15/09/2018
» Messages : 45
» Pseudo : Bee
» Avatar : Armie Hammer
» Âge : 32
» Schizophrénie : Aël & Mila
() message posté Mer 10 Oct 2018 - 16:31 par William G. Stuart
Jude me confirme que la secrétaire est pas très commode avec elle. Est ce que je vais devoir intervenir ? "Elle t'a fait une quelconque remarque désobligeante ? Elle m'a dit qu'elle se méfiait de toi et qu'elle ne comprenait pas pourquoi je t'avais engagée. Ce à quoi j'ai répondu que ça ne la regardait pas et que je te connais ainsi que tes compétences. Enfin je dis pas ça pour te faire de la peine, c'est juste que je veux pas la seconde guerre mondiale au boulot. " Je dis ça en riant à moitié, avec beaucoup d'ironie dans la voix. Je préfère que ça soit l'harmonie, mais pour avoir travailler dans plusieurs milieu je sais que ce n'est pas toujours facile. "Mais dans tous les cas je ne compte pas te laisser filer cette fois !" Pas de déclaration d'amour mais pourtant c'est la vérité.

"Tu sais très bien ce qu'il en est. Je vais faire des heures supp quand même, j'ai ramené des contrats, il va falloir bosser dessus en plus de ce qu'on a déjà. Donc Mademoiselle je pense qu'on va se retrouver comme au bon vieux temps tous les deux tard dans les couloirs." Je marque une pause. "C'est presque une invitation dit comme ça non ? Ca te tente ?" Nous sommes sur le chemin, direction la voiture qui nous ramènera à Londres. "La prochaine fois tu le fais en tenue de Lara Croft ? Là ça virera presque au fantasme." Pourquoi Lara Croft ? C'est l'image qui m'est venue en tête quand elle m'a soumis le fait qu'elle a risqué sa vie pour moi. Cependant ce n'est pas vraiment d'aventure dont j'ai envie ce soir sinon de quelque chose de plus calme. "Si c'est une invitation en bonne et due forme je dis oui."

Ma valise fini dans le coffre, et à regret j'enlève mon bras des épaules de Jude qui monte dans la voiture après que le chauffeur nous ai ouvert. C'est vrai que les règles sont différentes ici qu'en Nouvelle Zélande. Ici c'est domestique, chauffeur, soirée mondaine, bal, gala ... Toute la haute société anglaise. On est loin de la vie que je menais quand j'étais à Wellington. "Alors comment tu trouves Londres ?" Je lui demande une fois dans la voiture installés à l'arrière."Tu connais des gens ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 10/08/2018
» Messages : 134
» Pseudo : Kim'
» Avatar : Jana Kramer
» Âge : 31 belles années
» Schizophrénie : Lilly l'attachiante & Cécé le Beau gosse
» Absence : 25.10
() message posté Jeu 11 Oct 2018 - 11:09 par Jude G. Hamilton
« Non non, t’en fais pas. C’est pas bien méchant et ça me fait rire. Elle sort juste un peu ses griffes quand j’approche un peu trop son territoire, c’est tout mais pas de quoi parler de problème. Ca ne m’empêche pas de faire mon travail, c’est ce qui compte.» lui répond-elle avec le sourire. C’est vrai au fond, Jude ne se formalise pas pour les frasques de la secrétaire, elle s’en fout un peu. D’autant plus que cette dernière ne gère en rien le travail et les rendez-vous de Jude, donc autant dire qu’elles n’ont pas vraiment besoin de se côtoyer plus que le bonjour du matin. Malgré tout, la néo-zélandaise s’efforce quand même de lui sourire lorsqu’elle passe dans le couloir dans le seul but de montrer que de son côté, il n’y a aucun problème. Vraiment. « Ah vraiment ? Donc s’il me vient l’envie de repartir dans mon bled paumé tu serais contre ? » Autant dire que cet endroit est clairement différent de Londres, ne serait-ce que par son nombre d’habitant. Là-bas, ce sont des forêts à perte de vue, de la nature, des petites maison dignes de chalets Suisses où tout le monde connait tous les ragots et histoires de tout le monde. Pour William, ça pourrait presque manquer cruellement de civilisation.

« Aaah. S’user les méninges dans la pénombre des couloirs jusqu’à pas d’heure où il n’y a plus un chat, j’en rêve ! » dit-elle non sans accompagner ses dires d’un rire spontané et rempli de franchise. « Faudra prévoir le pique-nique parce que réfléchir le ventre vide, c’est mission impossible pour un estomac sur pattes comme moi. Mais évite de passer par ta secrétaire, parce que j’aurais trop peur de retrouver de l’arsenic dans ma boisson » bon, en vrai elle plaisante, mais elle a bien saisi le message : elle dérange la demoiselle qui s’occupe des rendez-vous et de décrocher le téléphone. Mais à Jude ça lui va, elle devrait pouvoir s’en remettre. « Mmmh donc toi quand t’étais plus jeune tu fantasmais sur la belle Lara. Bon, j’ai pas sa plastique mais j’y penserai la prochaine fois. »

Dans la voiture, Jude a les yeux rivés sur le paysage qui défile. Il n’y a pas de doute, elle n’est plus à Wellington, comme à Shady Cove et encore moins New-York. Ici c’est une nouvelle vie, nouvelle ville et de nouvelles personnes. Elle ne se lasse pas vraiment de l’architecture de cet endroit et sort de ses songes lorsque la voix de William casse le silence qui s’était installé dans l’habitacle « C’est beau, ça me plait et je suis amoureuse de Big Ben presqu’autant que je suis amoureuse de l’Empire State Building. » Ben oui, les gros édifices et Jude c’est une grande histoire d’amour. Elle tourne de nouveau la tête vers la vitre quant William lui lance une autre question « A mon arrivée je ne connaissais personne non. Enfin si toi et un peu ton frère. Depuis j’ai rencontré deux ou trois personnes, mais je ne me fais pas vraiment de souci pour ça. » Elle sait qu’elle est une personne ouverte et sociable, autant dire qu’elle parviendra toujours bien à rencontrer des gens ça et là « Je compte bien m’inscrire à une salle de sport, visiter des musées, faire du shopping et profiter de mes week-end pour aller au parc. Je rencontrerai bien des gens. Et si dans un mois je manque toujours de nouvelles rencontres je photocopierai ton carnet d’adresse sans que tu ne le saches » plaisante-t-elle. Elle n’oserait pas, mais c’est toujours amusant de le faire croire.

Arrivés chez elle, elle ouvre la porte de son spacieux appartement et ne s’étonne plus de voir son husky rappliquer pour les accueillir. Une chance que sa nouvelle voisine est une amoureuse d’animaux et qu’elle s’est proposée d’aller le balader pendant que Jude travaille. Elle dépose ses clés dans le vide poche et laisse entrer William « Bon ben fais comme chez toi. Tu veux boire quoi ? J’ai de l’eau, du vin, de l’eau pet’, du coca ou du chaud : café, thé, chocolat.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
hey
» Date d'inscription : 15/09/2018
» Messages : 45
» Pseudo : Bee
» Avatar : Armie Hammer
» Âge : 32
» Schizophrénie : Aël & Mila
() message posté Jeu 11 Oct 2018 - 21:28 par William G. Stuart
J'avais presque oublié que Jude avait un chien jusqu'à ce que ce dernier n'arrive quand la néo-zélandaise ouvre la porte. J'accueille le chien avec une caresse avant de découvrir l'appartement de Jude. "Du vin pourquoi pas ? Ca fait longtemps que je me suis pas poser pour prendre un verre en bonne compagnie." C'est plus fort que moi je regarde tout autour de moi. Ici ça n'a rien à voir avec l'endroit où je l'ai retrouvé quand elle était en Amérique. Finalement je pose ma veste sur le porte manteau, et m'avance vers la jeune femme qui est entrain de s'activer. "Je peux t'aider à faire quelque chose si tu veux... " Je ne suis pas un as de la cuisine. Non pas que ça ne m'intéresse pas, où que j'ai jamais cuisiné, cependant il faut dire la vérité je ne cuisine pas pour moi tout seul. Alors bon, je peux toujours proposer mes talents. "J'avais demandé à ma gouvernante de m'apprendre à faire des plats quand j'ai décidé d'aller vivre tout seul, mais ça m'a pas beaucoup aidé... Ca fini toujours chez le traiteur." Je souris d'un air coupable.

Une fois servi, je m'assois sur un tabouret au niveau du bar. "C'est sympa chez toi, rien à voir avec ton chalet, tu es revenu à quelque chose de plus design ?" Je parle pour parler la déco n'est pas ma principale priorité mais j'aime bien comment c'est chez elle. En plus je sais à quel point c'est important. C'est pour ça que j'ai décidé de décorer moi même chez moi et pas de laisser ça au soin d'étranger. C'est important de se sentir bien chez soi. "Dis moi que tu te sens bien ici et que tu ne fais pas juste bonne figure ! Je culpabiliserai sinon." Pour moi ici ça lui correspond plus que là bas. Mais ce n'est que mon avis, je ne peux pas dire que je la connaisse parfaitement. Je souris en attendant la réponse, malgré tout je me demande ce qu'elle va me dire. En plus elle m'a bien dit tout à l'heure qu'elle ne connaissait pas grand monde, l'adaptation doit être compliquée. "En plus je n'étais même pas là pour t’accueillir et c'est toi qui le fait, je manque à tous mes devoirs." A nouveau sourire angélique pour m'excuser.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 10/08/2018
» Messages : 134
» Pseudo : Kim'
» Avatar : Jana Kramer
» Âge : 31 belles années
» Schizophrénie : Lilly l'attachiante & Cécé le Beau gosse
» Absence : 25.10
() message posté Ven 12 Oct 2018 - 19:54 par Jude G. Hamilton
Allumant les lampes sur pieds ou bougie pour tenter d’améliorer le coté cocooning de son chez elle, Jude écoute le choix de William, mais ne s’empêche pas de sourire « C’est moi la bonne compagnie ? » Oui, elle ne peut pas se garder de poser la question, bien qu’elle se doute un peu de la réponse. A moins que revoir Apple l’enchante à ce point… Elle abandonne elle-même sa veste sur le porte manteau en compagnie de celle de William « Mais oui, bien sûr. Pose-toi et laisse faire les femmes » discours féministe certes, mais juste pour la touche d’humour. Elle attrape deux verres à vin et une bouteille qu’elle parvient à débouchoner et sert les deux verre qu’elle dépose sur le bar. « C’est marrant quand même cette différence de milieu. Moi j’ai appris à cuisiner avec ma mère. Elle n’a jamais voulu que ses enfants se fassent chouchouter, dorloter et éduquer par d’autres personnes que monsieur et madame Nightshade. » Elle s’empresse également de sortir un paquet de chips de quoi patienter en attendant que le reste suive « T’es partant pour des pates ou on commande japonais ? » Au fond, elle n’a pas de préférence, elle aime les deux.

Installée en face de William, elle jette un bref coup d’œil à son appartement. A la base, c’est encore loin d’être ce qu’elle avait à Wellington, mais c’est carrément moins rustique que ce qu’elle avait à Shady Cove « Je suis revenue d’entre les morts faut croire. Après c’est pas encore le coup de cœur, mais c’est mieux que rien. Je cherche encore la perle rare. J’aimerais quelque chose de plus grand et de plus éclairé, comme j’avais à Wellington. Dans la chambre j’ai la vue sur une façade donnant dans la salle-de-bain d’en face. Alors non seulement ça casse toute luminosité, et puis bonjour le vis-à-vis, c’est un peu pénible du coup je laisse les rideaux fermés…» Encore qu’à part dormir, elle n’y fait pas grand-chose, mais quand même. « Et toi ton chez toi, ça ressemble à quoi ? » Jude porte son verre à ses lèvres et fait mine de réfléchir. Est-ce qu’elle se sent bien ? Question qui vaut combien ça, exactement ? « Oui c’est sympa. Je crois que j’ai besoin d’un temps d’adaptation, mais c’est vivant donc ça me plait. Peut-être qu’un jour j’arriverai à aller d’un point A à un point B sans demander mon chemin. J’y crois, je suis une femme du monde ! » elle exagère un peu, mais ça fait son charme. Du moins, ça fait sourire. « Non en effet, j’aurais pu mal le prendre. Surtout avec un accueil digne de celui de Cruella. Heureusement que ton frère a réussi à me convaincre de ne pas retourner dans l’Oregon » plaisante-t-elle dans le seul et unique but de voir la tête de la culpabilité sur son visage « Non je déconne, je te fais marcher. Franchement ça été comme semaine. C’est vrai que ta secrétaire est un peu peste sur les bords, mais ton frère m’a dit qu’il ne fallait pas que je t’approche de trop près, donc je sais désormais que je risque ma vie si je viens à me trouver à moins d’un mètre de toi. D’ailleurs, il n’y a jamais rien eu entre vous ? Elle a l’air vachement mordue quand même » oui bon, la curiosité est un vilain défaut, d’autant plus qu’elle parle aussi à son patron. Patron qu’elle n’est pas censée invitée chez elle, donc autant continuer dans l’audace jusqu’au bout. « Comment ça se fait que t’as fait tout le chemin jusque Shady Cove pour venir renflouer ton équipe alors qu’il y a très certainement des agents de comm’ très qualifié, et qui connaissent très bien le tempérament britannique en plus à Londres ? » C’est un peu le « pourquoi moi ? » en détourné, il faut bien le dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
hey
» Date d'inscription : 15/09/2018
» Messages : 45
» Pseudo : Bee
» Avatar : Armie Hammer
» Âge : 32
» Schizophrénie : Aël & Mila
() message posté Sam 13 Oct 2018 - 18:52 par William G. Stuart
"Non ta soeur." Je reste sérieux avant de sourire et de reprendre avant qu'elle n'ait le temps de parler. "Je sais que t'as pas de soeur avant que tu ne dises quoi que se soit. Et oui je parlais de toi." Je prends donc mes aises puisqu'elle m'y invite. Je prends les verres qu'elle pose sur le comptoir et le lève pour trinquer. "Oui bah tu sais ma mère je ne suis pas sûr qu'elle sache où se trouve le four dans la cuisine, ou comment on allume sa plaque de cuisson. Elle n'a jamais su faire à manger, elle passe rarement du temps à la maison d'ailleurs. Ce n'est pas une femme très sympathique. J'aurais préféré avoir ta mère." Et je ne dis pas ça pour lui faire plaisir. "Pâtes ça me va très bien."

Je l'écoute me dépeindre les mauvais côtés de son appartement. "Si tu veux je peux parler de toi à mon agent immobilier ? Il pourra te trouver quelque chose plus facilement ?" Enfin "mon" agent immobilier... Tout est relatif celui de ma famille qui les conseille sur quel endroit placer l'argent etc. Il m'a donné des tuyaux plusieurs fois aussi. A quoi ça ressemble chez moi ? "C'est une maison typiquement londonienne, tu sais ces grands bâtiments sur plusieurs étages. Top de chambres pour être honnête si tu veux mon avis. C'était un bien dans ma famille, il donne sur le Hyde Park, mais au moins j'ai pu refaire la décoration. Tu verras bien quand tu viendras." Serait ce une invitation ? Ca y ressemble beaucoup.

"Tu connais New York, Londres est beaucoup plus simple. Je ne m'en fais pas pour toi." Cependant j'entends  les noms de Cruella et Charlie et je fronce les sourcils. "Est ce que je dois être inquiet d'apprendre que tu as déjà vu mon frère ?" J'apprends rapidement que Cruella c'est ma secrétaire en fait. La situation est peut être plus grave que ce que je ne pensais au début. "Un béguin pour moi ?" Je me mets à rire après avoir manqué de m'étouffer avec mon verre de vin. "Non il ne s'est jamais rien passé, et il ne se passera jamais rien rassure toi. Elle est trop ... Anglaise peut être. Quoi que moi je suis anglais aussi." Jude fini de m'achever quand elle me demande finalement pourquoi je suis allé la déterrée au bout du monde. Très bonne question. "J'ai juste voulu jouer les Clark Kent en venant te sauver dans ton trou à rats. Tu méritais mieux que là où je t'ai trouvée tu sais ?" Je sais que je ne réponds pas à la question, mais je n'ai pas bu assez bien pour répondre sincèrement. Du fait je me lève et je vais derrière Jude, dans un élan je pose mes mains sur sa taille ne sachant pas comment elle va réagir.. "Allez dit moi ce que je peux faire pour t'aider." Je ne sais pas si je serais d'une grande aide.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

» Date d'inscription : 10/08/2018
» Messages : 134
» Pseudo : Kim'
» Avatar : Jana Kramer
» Âge : 31 belles années
» Schizophrénie : Lilly l'attachiante & Cécé le Beau gosse
» Absence : 25.10
() message posté Dim 14 Oct 2018 - 15:24 par Jude G. Hamilton
« Qui te dit que ma maman est sympathique ? Si ça tombe, elle est devenue une vilaine sorcière en vieillissant » mentit-elle. En vrai, Jude aime sa maman profondément. William choisit des pâtes, Jude en profite donc pour remplir une casserole d’eau à mettre sur le feu, puis revient à ses côtés pour attraper son verre et le porter à ses lèvres. Elle l’écoute parler de son agent immobilier « J’ai peur de ton agent immobilier. S’il fait payer ses honoraires à prix d’or t’as intérêt à déjà commencer à penser à ma promotion. » plaisante-t-elle. Non pas qu’elle soit pauvre ; à la base Jude provient d’une famille aisée, mais quand même pas au point de se fondre dans la haute société anglaise. Elle sort tout le nécessaire pour préparer la sauce arrabiata, pour changer de la simple sauce bolognaise, non sans tenter d’imaginer la maison que lui décrit William « Trop de chambres, et bien revend là ? Ou alors tu fais des minis William » à nouveau, elle le dit sur le ton de l’humour tout en continuant sa préparation.

« Oui, mais je flirte avec New-York depuis les dix-huit ans de mon frère ainé. Ce qui veut dire que moi j’en avais… 12. Et regarde-moi aujourd’hui, j’ai passé le cap de la trentaine. Passé trente ans, on ne devrait plus changer de vie. On devrait se trouver une ville, un travail, une vie qui nous convient et ne plus en bouger. » Jude ne sait pas de quoi demain est fait, rien ne dit que d’ici un an elle ne va pas repartir en Nouvelle-Zélande, ou encore en Amérique. Jamais elle n’avait pensé qu’un jour elle irait se perdre à Shady Cove. « Oh non je ne pense pas. Il est venu voir si les souris ne dansaient pas pendant que le chat était parti. » Peut-être même que si elle ne connaissait pas assez William, elle aurait pu penser qu’il en avait fait la demande auprès de son frère. « Trop anglaise, moi je dirais trop possessive, mais c’est peut-être comme ça que tu qualifies les anglaises ? Je ne t’ai jamais demandé, c’est quoi alors ton style de fille si les femmes de ton propre pays ne te conviennent pas ? » Elle le regarde avec un sourire en coin, curieuse de connaitre sa réponse. « Arrête, c’était sympa quand même Shady Cove. Bon c’était carrément paumé, je te l’accorde et la nuit c’était parfois un peu angoissant. T’as pas répondu à ma question en attendant, tu te contentes juste de te moquer de moi » Elle se dirige vers la cuisinière où sont en train de cuire les pâtes et la sauce. Jude ne s’attend pas vraiment à sentir les mains de son invité improvisé se balader autour de sa taille et avec un petit sourire espiègle se retourne face à William sans pour autant s’éloigner. « Là, tu ne m’aides pas tu essaies de me corrompre, mais sache que ça ne fonctionne pas vraiment et qu’il faut donner un peu plus de ta personne pour y arriver. » entre temps, elle a réduit un peu plus l’espace entre eux et ne le lâche pas du regard pour autant. Elle se doute qu’ils sont presque sur la même longueur d’ondes. Presque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London :: London City Airport
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.
» De surprise en surprise [Kathleen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-