Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
LC awards : nominations
Les LC awards sont de retour ! Pour faire vos nominations, rendez-vous par ici
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
awards 1ère étape pensez à envoyer votre mp pour choisir les nominés de cette année !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


friendship makes things simple (roman)

avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 411
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : garrett hedlund
» Âge : trente-deux ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; max (t. oman) ; solal (m. mcmillan) & nyx ( b. hadid)
» Absence : présence réduite jusqu'au 05/12
() message posté Mer 3 Oct - 12:08 par Bodevan H. Andrews




FRIENDSHIP MAKES THINGS SIMPLE

☁️
L'ennui m'avait envahit ce soir. Ces derniers temps, j'avais tendance à me montrer impatient. Depuis que Rioja et moi nous étions réconciliés sur cette plage de Bali, je me montrais exigeant avec l'avenir. Je voulais tout obtenir et tout de suite. Je m'étais attendu à ce qu'elle vienne passer quelques nuits ici, dans notre ancien appartement, mais il fallait croire que j'avais trop d'espoir. Elle n'était toujours pas prête. A retrouver notre vie d'autrefois, à reprendre son rôle d'épouse. Après un an et demi, j'avais pu redécouvrir partiellement son corps. Après un an et demi, elle avait accepté de me toucher, d'agir normalement à mes côtés. Petit à petit, elle me revenait. Mais les choses allaient bien trop longuement à mon goût. J'en voulais plus, beaucoup plus. Je soupirais et passais une main dans mes cheveux en posant mes yeux sur l'écran de la télévision. Pour passer le temps, j'avais mis les Simpson, série télévisée bien connue dans le monde entier et en particulier dans mon pays de naissance, que j'avais découvert bien assez tard. Je m'éduquais tout en me détendant, et je parvenais même quelques fois à rire et à me laisser prendre à l'histoire. Mais ce soir, j'étais dépité. J'attrapais mon téléphone et commençais à trainer sur les réseaux sociaux, lorsque soudain, je tombais sur la dernière publication instagram de Roman. Sans réfléchir, je commentais. Il répondit tout de suite. Et après quelques échanges, je me décidais à lui envoyer un selfie devant la télé, avec comme invitation "Soirée entre mecs si t'es partant". A en juger par sa réponse rapide, je n'avais pas été le seul ce soir à me faire chier. Alors, soudainement revigoré, je me levais et allais vérifier qu'il y avait bien des bières au frais. Il n'en restait que deux. Roman habitait à quelques minutes de chez moi, lui aussi à Kensington. Je le savais parfois lent à se préparer, mais ce soir, il allait se ramener rapidement, je le sentais. Cela me laissait tout de même le temps de passer chez l'épicier. Je quittais donc mon appartement et allais acheter un gros pack de bière. Lorsque je revins devant ma porte, il venait d'arriver et s'apprêtait à toquer. Je riais et lui donnais un coup d'épaule pour le pousser de la porte. Je lançais tout en l'ouvrant : « Ah ouais, t'as fuit la maison ce soir! » Je le laissais entrer et allais mettre les bières au frais. Puis je retournais m'installer dans le canapé et ouvrais les tiroirs de la table basse pour en sortir des coupelles et des biscuits apéritifs. Lorsque ce fut fait, je levais les yeux vers mon ami et demandais en m'étirant : « Quoi de neuf? » J'étendais mes jambes, retirais mes baskets sans l'aide de mes mains et déposais mes pieds sur la table basse en reposant les yeux sur les Simpson. Une bonne soirée s'annonçait, et j'avais dans mon bar, de quoi la rendre meilleure encore. J'étais devenu un grand amateur d'alcool depuis quelques temps, j'allais devoir faire attention. Mais avec Roman, tout était permis. Le risque, c'était de boire seul, comme Rioja l'avait fait, ou comme j'avais commencé à le faire, ce soir là, à Bali.


Bodevan H. Andrews
&
Roman Warwick
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9600
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Dim 14 Oct - 18:46 par Roman Warwick
Comme souvent depuis quelques semaines, il traîne. Fait en sorte de rester le plus longtemps possible au travail, pour ne pas avoir à affronter cette culpabilité qui le ronge dès qu’il rentre chez lui. Ou éviter de penser à Eleanor, celle qui ne devrait pas hanter ses pensées, mais en vain. C’est trop compliqué. Alors à nouveau, il se replonge dans la paperasse, chose qu’il déteste pourtant par-dessus tout. Peut-être que ç’avait été la raison de sa presque faillite, il y a de ça quelques mois. Alors il fait des efforts, parce que maintenant, il ne peut plus embaucher quelqu’un pour gérer l’administratif à sa place. Il est trop tard pour ça. Il lui faudrait quelqu’un en qui il a une confiance absolue et, ça, ça n’existe pas. Prendre un inconnu, ça serait prendre le risque que ses activités illégales soient découvertes. Prendre quelqu’un lié à la mafia, que pourraient lui trouver ses contacts, ça serait prendre le risque d’être trop mêlé à tout ça. Non, il n’a plus qu’à tout gérer lui-même, et espérer qu’avec les revenus supplémentaires amenés par son autre activité, il n’aura plus de problème financier. Factures, contrats, offres, cv. Il trie tout ça, quand il est surpris par la sonnerie de son téléphone. Quelques sms plus tard, la suite de sa soirée est tout de suite plus intéressante. Sans pour autant avoir à rentrer chez lui, et tout en lui donnant l’occasion parfaite de se changer les idées. Aller chez un de ses plus vieux amis pour une soirée entre mecs, que demander de plus ? Quelques papiers rangés pour terminer ce qu’il était en train de faire, et puis il ferme la porte de la boutique derrière lui. La nuit est déjà tombée, avec l’automne qui arrive doucement sur le pays. Un trajet de taxi plus tard, il est plus proche de chez lui, mais s’arrête devant un autre immeuble que le sien. A cette heure-là, il pourrait sans doute encore participer au dîner avec sa femme et ses deux enfants. Ça pourrait même être bien. Mais l’envie n’y est pas, et Bodevan paraît une solution bien plus raisonnable face à l’envie d’aller frapper à la porte de celle pour qui il avait cédé à cette tentation interdite, non pas une mais deux fois. Cette fois, c’est à la porte de Bo qu’il s’apprête à frapper, quand celui-ci arrive en fait dans le couloir. « Ah ouais, t'as fuit la maison ce soir! » Il laisse échapper un rire qui pourrait presque ressembler à un soupir. S’il savait. Pourtant, il n’a rien à fuir, sinon sa propre culpabilité. Il ne se dispute que très peu avec Cecilia, et il n’y a pas de problème avec ses enfants. La vie de famille, ça n’a jamais été sa plus grande passion, mais il faisait tout de même des efforts. « J’étais encore au travail en fait. » Qu’il répond simplement avant de suivre Bo dans l’appartement qu’il connaît bien à force d’y être venu. Il referme la porte derrière lui, et observe son ami installer quelques gâteaux apéros sur la table. Les bières, il a dû les mettre au frais, et elles n’en seront que meilleures dans quelques minutes. « Quoi de neuf? » Il vient s’assoir à côté de lui dans le canapé, et s’affale contre le dossier. Il a bien besoin de décompresser en ce moment, ça fait longtemps qu’il n’a pas pris le temps de le faire. « Bonne question... » Il soupire, avant de réfléchir. Doit-il lui parler d’Eleanor, de son infidélité alors que Bo essaye tant bien que mal de sauver son mariage et que Roman le sait bien. Ne serait-ce pas un peu hypocrite ? « En fait, rien de spécial. » Peut-être en parlera-t-il plus tard, il a besoin de plus d’alcool pour ça. Et pour l’instant, la bière est encore au frais. « J’ai une serveuse qui m’a lâché, elle a repris ses études et du coup, elle m’annonce ça du jour au lendemain. Il vaut mieux que ça soit maintenant plutôt qu’en période de fêtes, mais ça ne m’enchante pas de devoir encore faire passer des entretiens. » Roman voudrait bien être en cuisine plus souvent, c’est pour ça qu’il avait choisi ce métier initialement. Mais c’est le prix du succès. « Et toi alors ? C’était bien Bali ? » Roman n’est pas le genre d’ami à prendre des nouvelles régulièrement, alors il ne sait même pas comment se sont passées les vacances d’un de ses amis les plus proches. Mais il a toujours été comme ça, Bodevan le sait.

✻✻✻
WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 411
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : garrett hedlund
» Âge : trente-deux ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; max (t. oman) ; solal (m. mcmillan) & nyx ( b. hadid)
» Absence : présence réduite jusqu'au 05/12
() message posté Mer 24 Oct - 12:31 par Bodevan H. Andrews




FRIENDSHIP MAKES THINGS SIMPLE

☁️
Moi qui aimais tout prévoir des lustres à l'avance, j'avais fini par prendre goût à ces retrouvailles improvisées. Nos vies de famille et nos travails n'étaient pas parvenus à nous éloigner, au contraire, plus le temps avait passé, plus Roman et moi avions trouvé le temps de nous retrouver. A ses côtés, j'oubliais tout, toutes mes frustrations d'hommes, toute la pression accumulée chaque jour. Tous les deux nous étions retrouvés père sans y avoir songé, la vie nous avait offert cette nouvelle chance de devenir des hommes meilleurs. En vain. Au fond de nous, nous nous savions toujours aussi pourris, irrécupérables. Après avoir ouvert la porte, je le guidais jusqu'au canapé du salon et m'installais. Il en fit de même. Les yeux posés sur la télé, je tournais la tête vers lui, sourcils froncés, en levant mon bras pour y regarder l'heure à mon poignet. Cela faisait un peu tard pour quitter le travail, mais je n'insistais pas. J'avais moi-même tendance à faire beaucoup d'heures supplémentaires car je ne supportais pas de laisser quelque chose inachevé pour le lendemain. Mais connaissant mon ami, je savais qu'autre chose le retenait loin de chez lui. Détournant le regard, je soupirais doucement. Ca ne servait à rien de vouloir comprendre dès maintenant, car il finirait par en parler de lui-même. Je haussais les épaules et attrapais la télécommande pour baisser le volume sonore de la télévision. Finalement, je lui demandais des nouvelles et après un long moment de réflexion, il me répondit que rien de nouveau s'était passé. Avec un sourire moqueur aux lèvres, je le toisais. Je savais qu'il mentait, mais je respectais son choix. Nous étions des menteurs nés, sûrement était-ce pour cela qu'on parvenait à se comprendre des années. Il évoqua alors la démission d'une serveuse et je grimaçais en passant une main dans mes cheveux. « Ah oui mince... Si t'as besoin d'aide je suis là. Ca occuperait bien certaines de mes journées de me rendre utile... » Je n'étais pas d'un grand réconfort. Je n'avais jamais eu à gérer une équipe, et c'est pour cela que j'avais choisi le journalisme. J'étais mieux seul pour travailler. C'était déjà compliqué de tisser des liens avec d'autres personnes, alors je n'avais jamais songé à engager un ou une assistante, ni à collaborer avec d'autres reporters photos. Je passsais une main dans mes cheveux et attrapais mon paquet de clope et un briquet lorsque Roman parla de Bali. Je soupirais, rapprochais le cendrier et allumais une cigarette. Je tournais la tete vers mon ami et en haussant les sourcils, je répondais : « Bof... Figure toi que Rioja m'y a rejoint. Visiblement elle ne m'a jamais trompé avec Eros mais bon... Ca fait quelques semaines qu'on est revenus, et l'appartement est toujours aussi vide... » Je désignais la pièce d'un geste de main et me raclais la gorge. Cette histoire me desespérait car elle n'allait pas assez vite. Toutes les promesses faites par Rioja, je comptais encore dessus, je les attendais encore. Agacé, je détournais le regard et tirais avidement sur ma clope. Une chose était sûre, Roman et moi avions tous les deux le bourdon, et il allait falloir quelques bières et une bonne bouteille de vin pour réchauffer nos coeurs. On s'était trouvés au bon moment, comme toujours, depuis notre première rencontre. /div>

Bodevan H. Andrews
&
Roman Warwick
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar
we push and pulllike magnets do
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 9600
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Lun 29 Oct - 10:05 par Roman Warwick
Cette soirée avec son ami est la bienvenue. Plutôt que de rester des heures à son bureau le soir, comme il le fait régulièrement, mais là, avec une autre idée que celle d’abattre le plus de travail possible. L’envie d’oublier cette culpabilité qu’il ressent vis-à-vis de Cecilia, et ce manque de regrets évident. Rentrer le plus tard possible chez lui, lui permet de ne pas trop penser à tout ça. Même si, dans le silence de son bureau, une fois que tous les employés sont partis, il reste seul avec ses pensées. Là, venir chez Bodevan ce soir, c’est un peu une libération. Une soirée entre amis, quelques bières sûrement, et parler de choses et d’autres. Ça devrait parfaitement lui changer les idées. Peut-être que ça lui ferait du bien d’en parler, et peut-être le fera-t-il. Pour l’instant, il préfère parler d’autre chose, qui l’embête aussi, mais tout de même beaucoup moins. Son agacement par rapport à la recherche d’un nouvel employé est sans doute aggravé par toute cette situation autour d’Eleanor et de son mariage. « Ah oui mince... Si t'as besoin d'aide je suis là. Ca occuperait bien certaines de mes journées de me rendre utile... » Roman fronce un peu les sourcils, surpris de la proposition de son ami. En soi, il ne devrait pas être étonné. Depuis le temps qu’ils se connaissent, les deux amis ont eu souvent l’occasion de s’entraider, à différentes échelles. « Tu t’ennuies donc tant que ça ? » Aux dernières nouvelles, Bodevan avait pas mal de boulot, mais sans doute que ça dépend des périodes. « C’est gentil de proposer mais pour l’instant, ça fonctionne avec les heures supplémentaires des autres vendeurs. Enfin ça reste temporaire donc j’attends les candidatures. » Et comme Roman recherche toujours la perfection, ça risque de prendre un moment. Mais il a besoin de faire confiance à ceux qui travaillent avec lui. Possédant plusieurs boutiques, il n’est pas sur place à tout moment pour gérer ses équipes, et il doit reposer sur d’autres personnes. Mais il doute que le sujet soit vraiment intéressant pour son ami, alors il l’interroge plutôt sur ses vacances. « Bof... Figure toi que Rioja m'y a rejoint. Visiblement elle ne m'a jamais trompé avec Eros mais bon... Ca fait quelques semaines qu'on est revenus, et l'appartement est toujours aussi vide... » La relation qu’a Bodevan avec sa femme est compliquée, alors qu’elle ne devrait pas l’être. Tout ce que veut Bodevan, c’est être là pour Rioja, et elle ne le laisse pas faire. Ridicule. Mais son avis, Roman le garde en partie pour lui, parce qu’il sait que le photographe est toujours fou amoureux de sa femme, alors même qu’ils sont séparés depuis un moment. « Donc elle ne couche pas avec un autre mais elle ne se remet toujours pas avec toi ? Faudra qu’elle décide ce qu’elle veut quand même. » Si elle ne passe pas à autre chose, Bo sera incapable de le faire. Roman le connaît assez pour le savoir. « Pourquoi est-ce que les femmes sont aussi compliquées hein ? » Dans son cas, ce ne sont pas tellement les femmes qui sont compliquées, mais elles compliquent tout dans sa tête. Une femme en particulier. « Je crois qu’il va nous falloir un peu d’alcool avec tes chips, tu ne trouves pas ? »

✻✻✻
WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Mon Premier Roman (début)
» Pub pour mon roman ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-