Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #31 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est arrivée à Londres, c'est le moment de montrer votre amour pour le cacao. Rendez-vous par ici.
Le mois des défis !
Si vous êtes joueurs, c'est le moment où jamais de venir nous le montrer. Toutes les informations se trouvent par .
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
les petites annonces
semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
pâtisserie à la recherche d'un vendeur roman warwick cherche un(e) vendeur(se) pour sa pâtisserie sur oxford street, expérience demandée.
ton annonce ici ? c'est facile, il te suffit d'en faire la demande en envoyant un mp à un membre du staff.


Alerte ! Aujourd'hui a été annulé, retournez au lit. Ou pas. (Aëlly #6)

avatar

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 983
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Sam 13 Oct - 22:28 par Lilly R. Adams
Le réveil, c’est toujours une épreuve pour moi. Pourtant ça va, il n’est que neuf heures quelque chose, pas encore de quoi s’alarmer, mais malgré tout, le temps qu’il me faut pour émerger est assez long. J’attrape mon téléphone portable et jette un œil rapide, puis l’abandonne pour m’intéresser à Aël qui semble avoir abandonné l’idée d’aller courir ce matin. Une grande première qui me fait sourire et qui me pousse à en profiter en prenant soin d’envahir l’espace disponible dans le creux de ses bras et de l’inonder de baisers en guise de réveil. Le rythme est encore un peu lent, ou du moins en ce qui me concerne et pourtant il n’y a qu’une chose qui me trotte dans la tête. Une seule et unique chose « C’est le jour-J. T’es sûre que ta maman ne va pas t’appeler pour dire qu’elle a un empêchement parce que la voisine s’est cassé une jambe dans l’escalier et qu’elle doit la conduire à l’hôpital ? » Un scénario totalement inventé puisque non seulement je ne sais même pas si ses parents ont une voisine, ni même si cette dernière a des escaliers. Au fond, je suis curieuse et ravie, mais là comme ça, ça m’angoisse plus qu’autre chose. Je larve encore plusieurs minutes puis reprends « On se la joue écolos pour la douche ? » lui demandais-je avec plein de malice dans le regard.

En sortant de la douche, je cherche les tenues que j’ai emmenées avec moi en sachant très bien que je ne me mettrai pas d’accord. « On s’habille comment pour rencontrer monsieur et madame James ? Plutôt jeans blouse et un gilet super branché par-dessus avec de jolis escarpins ou bien une jolie robe blanche à dentelle avec des boots marrons ? » J’ai l’impression d’aller rendre visite au roi et à la reine, mais c’est digne des douze travaux d’hercule pour moi. Pourtant, ça ne peut pas être pire que la rencontre avec mon père à moi et pourtant, j’y ai survécu. « Et s’ils me trouvent trop jeune et qu’ils veulent que tu te trouves une fille de ton âge, je fais quoi ?  Et puis il faut aussi que j’achète des fleurs pour ta maman, Aël » Je me regarde dans le miroir et essaie la tenue avec le jeans. Il est fort moulant, je ne suis pas sûre que ce soit correct. Quant à la robe, j’ai peur qu’elle fasse petite fille modèle. « On peut peut-être repasser chez ma mère pour que je me change non ? » Oui bon là, j’abuse carrément.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 176
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Dim 14 Oct - 0:44 par Aël James
La réconciliation. Quelques jours auparavant Aël avait encore des doutes sur son existence bien qu'il était malheureux d'être séparés de Lilly. Leur réconciliation tient finalement sur cette rencontre impromptue entre eux dans le café où travaille Lilly. C'est pour ça que ce matin là il n'est pas allé courir. Parce que c'est le premier matin depuis qu'ils se sont remis ensemble qu'ils peuvent partager, mais aussi parce qu'il a réussi à convaincre Lilly de rencontrer ces parents, c'est à dire de l'accompagner jusqu'à chez eux pour partager leur repas dominical. Ca pourrait être pire parce qu'ils pourraient aller à la messe avec eux, mais Aël ne participe plus à ça depuis longtemps, et il n'imposerait jamais à Lilly de faire ça non plus. Il n'y a pas vraiment de grasse matinée, mais ils se sont couchés tard la veille assez pour que ça soit la jeune femme qui le réveille à coup de bisous et de câlins ce dont il n'a pas du tout l'habitude mais qui n'est pas désagréable pour autant. "Il pourrait tomber le toit de la maison que le repas aurait quand même lieu. Ne t'en fais pas ça va bien se passer, ça fait des semaines qu'elle me tanne pour que tu viennes elle est impatiente de te rencontrer. " A vrai dire elle ne fait que poser des questions comme ça depuis qu'elle a finalement accepter.
La proposition de douche à deux fini de le sortir du sommeil et il acquiesce avec un dernier baiser avant de la suivre.

Elle lui demande des conseils de mode et il la regarde d'un air de dire "c'est vraiment à moi que tu demandes ça ?". "Tu sais ma soeur ne sera pas en survet' parce que tu viens, alors ne crois pas qu'il faille faire un effort. En plus tu es toujours belle, quoi que tu portes. Surtout quand tu portes rien, mais ça risque de faire déplacer, les gens te dévisageraient dans la rue tu vois." Oui, il se moque. De la il finit de passer un pull vert foncé à col rond sur son jean et il trouve des Timberland dans l'entrée. "Je te plait ou je dois sortir la cravate ?" Il continue à la taquiner parce que c'est plus fort que lui. Il entend Lilly de la chambre qui continue à poser des questions. "Ils savent quel âge tu as tu sais ? En fait ils savent tout, ma mère ne fait que poser des questions..." Il revient vers elle, confirme dans sa tête qu'elle est très bien comme ça, et souris. "Oui pour les fleurs, ils y a un fleuriste sur le chemin de la voiture, et non pour ta mère. Tu est PARFAITE." Peut être qu'elle finira par le croire.

Finalement ils y arrivent, et presque à l'heure. Il envoie un message à sa soeur quand ils partent et ils finissent en voiture tous les deux. Dans la voiture c'est les mêmes questions, Lilly est dure à convaincre. Il fini par se garer devant une maison respectable quoi que pas très grande avec un jardin et un chien qui attend la tête sur ses pattes. "Tu vois on aurait pu prendre Shiva je suis sûr qu'elle se serait bien entendu avec Alfonso. Et me demande pas pourquoi le chien s'appelle Alfonso." Le chien ils l'ont eu après que les enfants soient partis, et tous les enfants ont comme initiales AJ, il fallait bien que le chien aussi... "Tu es prête?" Ils finissent par descendre de la voiture. Aël attend qu'ils se rejoignent pour tendre la main vers Lilly pour qu'elle la prenne. De là, il la traîne vers le pas de la porte qui s'ouvre directement sans que personne aient besoin de toquer. Là, une femme de 55 ans blonde, pas très grande et aux formes généreuses ouvre la porte. "Bonjour Maman." De là il se baisse pour lui faire un câlin. "Claire voici Lilly, Lilly voici ma maman." Il marque une pause parce qu'il voit sa soeur qui se marre derrière. "Et le truc qui se bidonne derrière c'est Ally." De là il se prend un coup dans le ventre de la part de sa soeur en riant. Malgré tout ils surveillent les comportements. Sa mère est extatique, et sa soeur joue les curieuses mais avec le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 983
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Dim 14 Oct - 19:44 par Lilly R. Adams
A ma demande, on est passés par la case « fleuriste » et ne sachant pas vraiment quoi prendre pour la maman d’Aël, j’ai demandé un joli bouquet aux couleurs de l’automne. Finalement, la bonne femme m’a composé un bouquet avec de l’orange, du jaune, du brun, un peu de rouge et de vert. Quelque chose de très joli ce à quoi je ne m’attendais même pas. Dans la voiture je suis fière de montrer le bouquet à Aël et puis sans trop savoir le temps qu’il faut pour se rendre jusque chez ses parents, je regarde le paysage défiler sans même dire un traitre mot. Le stress me coupe le sifflet, chose plutôt rare pourtant. Lorsque la voiture s’immobilise, je tourne directement la tête vers lui, comme pour lui demander si on venait bel et bien d’arriver. J’observe l’endroit et puis en l’écoutant parler, mon regard se pose sur le chien un peu plus loin « Non mais Shiva elle pete les plombs pour un rien, elle allait tout casser chez tes parents. » j’exagère je pense, parce que contrairement à chez mon père ou à chez Aël, elle aurait pu se défouler un peu dans le jardin. Et pourtant, chez Aël, elle parvient à rester calme, à ne pas aboyer. Sauf que je le soupçonne de l’épuiser lorsqu’il la prend avec lui pour aller courir. « Si je te dis non, on fait demi-tour ? » Cette rencontre me fait extrêmement peur et pourtant Aël n’a pas arrêté d’essayer de me rassurer. « Pardon. Mais j’ai extrêmement peur » bon, je ne tremble pas et je ne suis pas proche de la crise d’angoisse, heureusement, mais je suis très stressée.  En sortant de la voiture, je saisis la main d’Aël et malgré moi, le tire près du chien dans l’espoir de pouvoir aller le caresser et puis me laisse guidée vers la porte d’entrée. Pas encore sur le pas de la porte, qu’elle s’ouvre à me faire sursauter. Face à moi, une petite femme blonde souriante et pleine d’énergie « Enchantée madame James, ça me fait plaisir de vous rencontrer » Je m’approche pour lui faire la bise - peut-être est-ce mon tempérament espagnol qui me pousse à être avenante - puis lui tends le joli bouquet de fleur. Je salue ensuite la sœur d’Aël et ne sachant pas trop quoi faire, sans non plus avancer je peine à rester à moins d’un mètre de l’ainé de la famille. Ma curiosité me pousse à regarder le hall d’entrée « Ca a l’air charmant chez vous » dis-je à la maman d’Aël.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 176
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Lun 15 Oct - 0:42 par Aël James
Aël a du mal à voir où est le malaise. Le fait est que lui a vu plusieurs fois ses parents à elle. Ca ne c'est pas toujours bien passé, il faut le dire, pourtant maintenant... Les choses sont faites, et on ne peut pas revenir en arrière. Il se fait tout de même moins de soucis pour Lilly qui va rencontrer sa famille. Ils ne seront pas hostiles, et  sa mère le harcèle depuis un bon moment.
Un bourasque de vent fait voler les feuilles, et le chien lève la tête pour les regarder arriver. "Elle aurait passer la journée dans le jardin elle n'aurait rien cassé du tout tu sais ? La prochaine fois, on la prendra." Il ne lui a pas encore dit mais il ne compte plus venir tout seul aux déjeuners dominicaux. "Ca va bien se passer t'as vraiment pas à t'en faire, en plus c'est trop tard pour faire demi tour maintenant." Il essaye de l'encourager mais elle a toujours l'air angoissé. Une Lilly qui ne parle pas est une Lilly angoissée.

Sa mère se charge de briser la glace en lui sautant littéralement dessus. "Lilly j'ai tellement entendu parler de toi, je suis si heureuse d'enfin te rencontrer. Aël pourquoi tu l'as pas amené avant ? Oh mais il ne fallait pas ramener des fleurs voyons, c'est très gentil comme attention. Mes enfants ne se donnent pas tant de peine tu sais." Lilly fait la bien élevée et Aël n'a pas le temps de répondre que Ally le prend de court. "Il avait peur qu'on la fasse fuir c'est pour ça. Ou il a peur qu'on révèle ces plus sombres secrets." Elle prend un air de conspiratrice, Aël lève les yeux au ciel. "On va pas s'éterniser sur le paillasson, non ? Papa est dedans ?" De là il pose ses mains sur les épaules de Lilly pour la pousser dedans. Ils sont suivi par la soeur et la mère. L'entrée donne sur la cuisine d'un côté, et de l'autre la salle à manger où la table est dressée. "Tu veux boire quelque chose ?" Il s'adresse à Lilly, pendant que sa mère s'éclipse dans la cuisine et que sa soeur ramène des bouteilles, entre jus, sodas, vins.. Il y a de quoi faire sur la table. Aël sent une main sur son épaule "Ta mère est dans un état depuis ce matin c'est insupportable j'ai dû fuir le salon, et j'ai interdiction de rentrer dans la cuisine." Aël sourit et se retourne pour prendre son père dans ses bras. "Salut papa, je te présente Lilly. Lilly voici Luke, mon père. " L'homme en question, aussi grand que son fils, et blond comme sa femme bien que grisonnant a un air affable se plaignant de son épouse avec le sourire. Il s'approche de Lilly pour lui dire bonjour. "Ravi de te rencontrer, installe toi. Pardonne ma femme elle est survoltée aujourd'hui ce n'est pas tous les jours que notre fils aîné nous ramène quelqu'un."  Ally marmonne quelque chose du genre : tu vois je te l'avais dit il a peur de nous présenter quelqu'un, et cette fois ci c'est elle qui se prend un coup par Aël entrain de servir un verre à Lilly. En s'approchant d'elle il lui demande discrètement : "Ca va?" Du coup la petite soeur en profite pour passer à l'attaque. "Alors Lilly tu es à l'école de dessin ?" Au moins il peut compter sur sa soeur pour faire la discussion tant qu'il n'y a pas sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 983
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Lun 15 Oct - 17:54 par Lilly R. Adams
Aël essaie de me convaincre qu’on aurait pu emmener Shiva. Je suis littéralement folle de mon chien, mais je sais aussi qu’elle a tout juste un an et qu’elle est encore pleine d’énergie, voir carrément inépuisable. Heureusement, on l’a eu petite et donc on a pu – et on le peut encore – l’éduquer. Néanmoins, je ne sais pas ce que ça donnerait, bien qu’il ait raison : au moins elle aurait pu se défouler et vagabonder un peu, comme elle le fait dans le jardin de ma maman. « Est-ce que ça veut dire que tu comptes m’emmener toutes les semaines dire bonjour à tes parents ? » lui demandais-je avec un petit sourire vainqueur. Au fond, pourquoi pas. Le plus dur reste la première fois je pense. Face à la maman d’Aël, je suis attentive et j’écoute le moindre mot de ce qu’elle me dit, ou du moins j’essaie de ne pas en louper un. « Il ne faut pas lui en vouloir, Madame James, c’est moi qui ai beaucoup repoussé l’échéance. Depuis hier je suis dans l’angoisse et puis j’étais pas non plus hyper disponible le dimanche » Non, parce qu’en général le week-end je le passais avec ma maman à défaut de la voir la semaine, et puis maintenant comme je passe au moins un des deux jours avec Aël, je la vois un peu moins. Je profitais donc du repas de famille d’Aël pour passer la journée chez elle. Sauf aujourd’hui. Je souris à la remarque de la sœur d’Aël et je me retiens de lui dire que de toute façon, ça ne pouvait pas être pire qu’avec l’accueil glacial que lui a réservé mon père. Néanmoins, je tique sur la fin de sa phrase et me tourne vers Aël « Tu as de sombres secrets que j’ignore ? » Je lui adresse un sourire pour lui montrer que je rigole lorsqu’il nous rappelle qu’on est toujours dans l’entrée et que depuis notre arrivée, on n’a pas fait un pas. J’avance sans trop aller trop loin alors qu’il me pousse à continuer et observe l’endroit. C’est plutôt chaleureux et bien décoré. Ca change du loft de mon père qui est un peu plus… à l’image de son boulot. « Je veux bien du jus de pomme si tu as. » Au même moment, j’entends une voix que je ne connais pas « Enchantée monsieur James. » dis-je plutôt timidement. Autant le dire, j’ai pas réellement l’habitude des papas. Je commence tout juste à avoir l’habitude avec le mien. Lorsqu’il me dit qu’Aël ne ramène pas souvent de filles, au fond ça me réconforte un peu, comme ça me fait sourire de voir l’énergie que met sa maman. « Si vous êtes interdit de mettre un pied dans la cuisine, je vais éviter de venir trop souvent » dis-je en plaisantant. J’intercepte la remarque d’Ally et sourit de nouveau « Je pense qu’il s’est dit qu’à côté de la rencontre avec mes parents à laquelle il a eu droit, il est large » Autrement dit, ici ils sont chaleureux ; j’aurais aimé que mon père face cet effort. Je réponds à la question d’Aël à l’aide d’un signe de tête affirmatif et le remercie pour le service. « Oui c’est ça. Je suis en illustration à l’école d’art à Londres. J’ai fait un an en archi’ quand j’étais en Espagne, et puis une demi année ici, mais j’ai changé. Et toi tu es dans quelle branche ? » je ne sais pas si elle est encore à l’école ou pas, ou bien si elle travaille comme son frère.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 176
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Hier à 18:41 par Aël James
"Si tu survis maintenant, tu survivras toutes les semaines non?" Il lui sourit de façon tout à fait angélique. Peut être que comme ça ça passera mieux, mais elle ne paraît pas si réfractaire que ça à la situation.
Sa mère lui reproche de n'avoir jamais amené Lilly, et elle se défend en disant que "c'est de sa faute". Mme James fait la moue, elle n'est pas convaincue par ses arguments.
Il n'est ménagé par personne que ça soit son mère ou sa soeur. Il jette un regard noir à cette dernière.  "Ne crois rien de ce qui sortiras de sa bouche."
De là les choses s'enchaînent, ils rentrent, et Lilly finit par rencontrer la dernière personne présente ici : le père d'Aël. Elle a de la chance c'est bien rare qu'ils soient en comité réduit comme là.

***

"Oublie pas le gâteau !" Aël retourne sur ses pas pour récupérer le plat que sa mère lui tend dans l'entrée. "A la semaine prochaine maman." Il lui fait une dernière accolade. "Lilly viendra ?" Il jette un coup d'oeil à la jeune femme entrain de monter dans la voiture. "Si vous ne l'avez pas traumatisé peut être que oui." Sa mère lui fait les gros yeux et et il s'en va en riant avant de se prendre un coup de bâton.
Il ouvre la portière, s'assoit et pose le gâteau sur les genoux de Lilly. "Les restes du gâteau au chocolat, j'espère que tu l'as aimé, je lui dirais sinon !" Ca serait presque des menaces, mais non, il dit ça pour la taquiner.
Il enclenche la marche arrière, et ils reprennent la route. "Alors ? Qu'est que tu penses de ma famille ?" Il attend la réponse, sans appréhension, cependant ça compte beaucoup pour lui. Il n'y a pas eu de remarque sur son âge, ils ont posé des questions sur ses études, ses parents, et sa mère a bien dû lui dire 5 fois qu'elle était magnifique. Que pourrait elle dire de mal ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 983
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Aujourd'hui à 9:36 par Lilly R. Adams
Le repas terminé, je salue les parents et la sœur d’Aël non sans oublier de les remercier pour l’invitation et puis rejoins la voiture d’Aël. En l’attendant, je jette un œil sur mon téléphone portable que j’avais soigneusement mis en silencieux et lorsqu’il me rejoint et me dépose le gâteau sur les genoux, je fais signe à sa maman par la fenêtre alors qu’il se lance dans les manœuvres. Si j’étais à la limite de la tétanisation en arrivant, j’aurais tendance à en tirer une bonne conclusion. C’était plutôt sympa comme moment. « Oui c’était très bon. » Moi je cuisine comme une novice, mon père ne sait pas cuisiner, Aël non plus donc au final je ne mange un vrai plat que lorsque je vais chez ma maman. Autrement dit, pas aussi souvent qu’avant « Tu me ramènes chez toi ou chez ma mère ? » Je n’ai pas envie d’abuser, peut-être qu’il a d’autres choses de prévues auquel cas je peux comprendre qu’il me ramène chez ma maman, d’autant plus que j’ai aussi de quoi faire pour les cours, même s’il est vrai que je préférerais rester avec lui. Sur le chemin du retour je chantonne la musique de la radio et observe le paysage défiler sous mes yeux, comme si je découvrais cette partie de la ville, ce qui est un peu le cas finalement. Je tourne la tête vers Aël lorsqu’il me pose la question à propos de sa famille « Ils sont très gentils. J’aime bien ta maman, elle est marrante. J’avoue, tu gagnes : ta famille est plus cool que la mienne ! » encore qu’Amanda et Ethan ont été plutôt chaleureux avec Aël, tout comme ma maman. Je me penche pour lui déposer un baiser dans le creux de son cou. « C’était une chouette après-midi. Merci »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Autres Régions
» Colons d'hier, Bienfaiteurs d'aujourd'hui
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Femme d'hier et d'aujourd'hui...
» Bijoux d'hier, bijoux d'aujourd'hui...
» Nouvelle fenêtre de saisie de message annulée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-