Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


(Aija & Peters) fausse alerte à la bombe.

avatar

» Date d'inscription : 29/05/2014
» Messages : 233
» Avatar : Beyoncé Knowles.
» Âge : beauté éternelle.
() message posté Dim 14 Oct - 21:32 par Destiny Tynged
fausse alerte à la bombe.



Vous (Aija) marchez en plein cœur de la City, il est 9H du matin, heure de pointe, vous faîtes une pause au Starbucks du coin. Au même moment un conducteur d'une voiture s'arrête en plein milieu de la rue juste à côté et sort à petites foulées pour s'éclipser dans la bouche de métro. Les autorités sont très vite appelées sur place et le lieu est bouclé en moins de deux pour faire une vérification de la voiture avec les équipes spécialisées. Interdiction pour quiconque d'aller à l'extérieur tant que la voiture n'a pas été vérifié par l'escouade anti-bombe. Au final il s'agira d'une fausse alerte, mais vous êtes bloqué dans ce Starbucks avec pas mal d'autres personnes qui étaient sur le chemin de leur travail, mais personne ne s'en préoccupe pour l'instant. Vous pouvez voir les autorités s'affairer depuis la vitrine du coffee shop.

Il n'y a pas d'ordre défini dans ce RP. Ce RP est issu du système RP est aveugle 2.0.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Lun 15 Oct - 16:16 par Peters O. Kallio
Tous les matins j’ai mon petit rituel. Aller au starbucks. Tout le monde me dit que je pourrais prendre mon café chez moi, tranquillement. Mais moi, j’aime tellement leurs cookies que je me sens obligé d’y aller pour en manger un tous les matins. De ce fait, j’en profite pour prendre mon café là-bas. Et durant l’hiver, j’aime leur chocolat chaud. Bon, je l’avoue. A chaque saison j’ai mes petites préférences et j’aime beaucoup goûté leurs nouveautés aussi. Et qui dit octobre dit pumpkin. Je n’aime pas forcément cela, mais dans des cafés pourquoi pas. Je me mis dans la queue, tout en regardant les nouveautés de la saison. Mon choix s’arrêta sur le pumkin spice latte (avec un cookie évidemment). Une fois ma commande passée je me postais du côté où l’on attendait nos boissons. J’avais demandé à emporter, mais durant l’attente j’entendis que l’on nous enfermait dans le starbucks. Je ne compris pas très bien pourquoi. Je me dirigeais tout de suite vers les portes où j’y vis pleins de voitures de polices ainsi qu’une voiture des démineurs. Quoi ? Mais je n’étais ici que depuis même pas dix minutes… J’entendis mon prénom. J’allais donc chercher ma boisson mais celle-ci était déjà dans les mains d’une autre personne. Aija. Je souris. « Heureusement que c’est toi hein ! » Je récupérais ma boisson avant de lui déposer un gros bisou sur la joue. On alla s’asseoir. Heureusement il nous restait une petite place. « Tu vois pour ça … des fois je me demande ce que l’on fait ici ! » Depuis des années, il y a tout ce qui est vigipirate. Mais seulement dans quelques pays : France, Angleterre, les Etats Unis (mais eux c’est depuis 2001) et j’en passe. En Finlande, nous n’avons pas encore ça. A croire que les terroristes ne veulent pas aller trop dans le nord. Et ils ont bien raison : qu’ils nous laissent tranquilles.

@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Lun 15 Oct - 20:48 par Aija Kallio-Ivanov
Parce que l’entraînement a duré plus tard que prévu hier, Aija a noté sur les feuilles de présence,  à ses filles de venir plus sur les coups de dix heures aujourd’hui. Pour une fois, Aija a pu faire ce qu’elle estime être une grasse matinée, à savoir 08h00 du matin. Pour bien des gens, huit heures du matin n’est absolument pas une grasse matinée mais pour Aija, c’est clairement l’équivalent d’une bonne grosse grasse matinée. Alors comme elle a un peu de temps devant elle, Aija se rend au starbucks du coin pour se prendre de quoi l’a requinquée pour la journée. Sur le chemin, elle en profite pour humer les feuilles de l’automne. Elle attend sa boisson après avoir payé, quand elle entend le prénom de Peters être appelé. Nul doute qu’il s’agit de son frère. Rare sont les personnes à s’appeler ainsi à Londres. Alors Aija prend dans une main son caramel macchiatto et son muffin au chocolat, et dans l’autre le pumpkin spice latte de son frère. Elle attend patiemment son frère qui se dirige vers elle, le sourire aux lèvres. « Tu sais bien que je n’aime pas cette boisson, alors elle est saine et sauve avec moi. » Ils se dirigent vers une table et commencent à parler de tout et de rien quand le quartier se met à être assourdissant, des sirènes retentissantes dans tous les coins. Ils ne comprennent pas encore  ce qu’il se passe mais la folie qui règne dans le quartier est affolante, et un policier entre dans l’établissement pour annoncer à tout le monde qu’il est désormais interdit de quitter le starbucks. Il placarde une feuille sur la porte du starbucks, ordonnant l’interdiction de sortir. Non pas que ça perturbe Aija plus que ça puisqu’elle est avec son frère, mais ce n’est jamais rassurant d’être au coeur d’une situation aussi compliquée. « Tu sais on est pas franchement à l’abri en Finlande. L’an dernier, on a déjà subi un attentat aussi … Plus personne n’est épargné maintenant. » Avance-t-elle, en se souvenant de cet homme qui avait tué plusieurs fois à coup de couteaux dans le sud de la Finlande. Sans oublier évidemment, l’attaque norvégienne sur l’île d’Utoya. « J’espère que ça ne va pas durer trop longtemps, mes filles vont m’attendre à l’entraînement après, et elles vont faire n’importe quoi. » C’est qu’Aija se sent particulièrement protectrice envers ses petites protégées. Elle sait à quel point la pression peut être importante, et la jeune veuve sait que son rôle est essentiel pour les aider à affronter ces épreuves.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Lun 15 Oct - 22:10 par Peters O. Kallio
Bien que je voie très souvent ma sœur, il nous arrive tout de même de nous retrouver par hasard. En même temps, nous nous ressemblons tellement que nous fréquentons les mêmes endroits. La chaine Starbucks fait partie de ces endroits. Nous sommes tous les deux fidèles à cette chaine. Et nous essayons d’y aller au moins une fois par mois ensembles. Bien que j’y vais beaucoup plus d’une fois par mois et ma sœur aussi j’imagine. Tout cela pour dire que cela ne m’étonnait pas de tomber sur ma sœur, ici, dans ce Starbucks. « C’est vrai. Par contre la tienne… fais attention ! » Normalement nous prenons la même boisson tous les deux. Sauf quand je me décide à prendre les nouveautés du moment. J’ai d’ailleurs hâte d’être à Noël pour gouter leurs spécialités de cette période-là. Normalement, je ne suis jamais déçu.

Des fois je me demande vraiment si ma sœur n’est pas l’ainée d’entre nous deux. Alors que je mis directement à me plaindre de Londres et de tout ce qui peut s’y passer, elle eut les mots qui me remirent dans la réalité des choses. Bon c’est vrai, elle avait raison. Mais je ne sais pas pourquoi, je me sentais tout de même plus en sécurité dans mon pays plutôt qu’ici. Peut-être parce qu’ici ils font vraiment plus attention et ça en devient lourd. Mais en même temps est ce que je peux vraiment m’en plaindre ? S’ils trouvent qu’il s’agit vraiment bien d’un attentat, on sera heureux que ça ait été pris à temps. « Tu sais que tu m’énerves quand tu as le dernier mot. » Lui dis-je en la regardant droit dans les yeux. Oui, elle m’énerve mais je l’aime quand même. Elle me parla alors de ses filles. « Et moi alors mes enfants ? Ils vont après dire que les professeurs de sport c’est jamais là et qu’ils ne prennent pas leur poste à cœur… » Bon tout ça pour dire qu’on ne voulait pas tous les deux rester trop longtemps ici. « Tes filles ne savent pas commencer l’entrainement toutes seules ? » Et quand je disais cela, je pensais surtout aux étirements. Je me rappelle de mes entrainements. Lorsque notre coach était en retard on en profitait au moins pour nous étirer et perdre le moins de temps possible.


@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Mar 16 Oct - 1:11 par Aija Kallio-Ivanov
Tomber l’un sur l’autre dans une ville aussi grande que Londres relève de la surprise totale. Mais ce n’est pas improbable pour la fratrie Ivanov. Ce n’est pas la première fois que ça leur arrive, et certainement pas la dernière. Ces deux là sont attirés comme des aimants, ils ne sont définitivement pas frère et sœur pour rien. C’est la force de l’univers. « Pas touche. Tu sais que je mords quand on s’attaque à ma boisson hein ! » Rigole-t-elle avant de le suivre à une table. La réalité vient vite les remettre à leur place lorsqu’une potentielle alerte à la bombe se fait ressentir de l’autre côté de la rue. Rien de bien fameux en perspective, et heureusement pour Aija, elle est en compagnie de son frère, alors elle est persuadée que tout ira pour le mieux. Parce que son grand frère l’a toujours protégé, l’a toujours gardé sous son aile du mieux qu’il pouvait. Mais lorsqu’elle l’entend mentionner les pays du nord comme étant des pays plus sur que leur pays d’accueil, Aija ne peut s’empêcher de lui rappeler la réalité du terrorisme chez eux. Certes plus légère, mais présente malgré tout. « Ce ne serait pas marrant si je n’avais pas le dernier mot. C’est plus marrant comme ça. » rigole-t-elle tout en portant sa boisson à ses lèvres. Qu’importe que la situation soit tragique et stressante, Aija préfère rigoler et s’occuper l’esprit autrement. Tant pis si elle passe pour une insensible ou non. « Mais non. Tu es un super professeur. Ils t’adorent tes petits gamins alors je suis sur qu’ils ne penseront pas ça de toi. Et puis si ce n’est que ça, je reviendrais une nouvelle fois leur faire un petit speech pour leur dire à quel point leur professeur est un super prof ! » Et c’est vrai que la dernière fois qu’Aija s’était rendue dans la classe de Peters, c’est exactement ce qu’elle leur avait dit, à quel point Peters était fantastique et à quel point ils étaient tous chanceux de l’avoir. « Elles peuvent toujours faire leur étirement seules oui. Mais le reste c’est une autre paire de manche. Ce n’est pas pour rien que l’on m’a fait venir trois ans en avance sur les JO. Elles ont fait des progrès en un an mais pas suffisamment à mon goût. » Aija est particulièrement dure avec ses protégées parce qu’elle connaît leur potentiel, sait à quel point elles sont capables de faire bien mieux. Elle en est certaine, l’une d’entre elles ira probablement sur un podium.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Mer 17 Oct - 8:40 par Peters O. Kallio
Lorsqu’elle me dit que je devais faire attention car elle mordait j’en ris. Cela me faisait exactement pensé à moi, lorsque je parle de mes cookies ou de ma glace pistache. J’aime bien partager… sauf ces deux choses-là ! Si les gens en veulent ils n’ont qu’à en acheter. Ah c’est quoi cette manie de ne rien acheter, juste en pensant que les autres vous en donneraient une petite bouchée ? « Oh oui je sais ! » Et cela faisait référence à la fois où elle m’avait mordu quand je lui avais pris un de ces biscuits. Mais cela, elle ne s’en rappelle pas. Elle était trop petite. J’aime juste lui rappeler cette petite anecdote. Depuis, je fais très attention quand je lui pique quelque chose. Je vous rassure, elle ne m’a plus mordu depuis… Je ne dois pas être bon à manger. « Et heureusement que c’est toi. Car tu sais que je déteste ça. » En effet, j’ai toujours été un bon élève, voire le premier et j’ai toujours aimé avoir le dernier mot. Montrer que je suis le meilleur. Mais dès qu’elle l’a pu, Aija a montré qu’elle était peut-être un peu plus intelligente que moi. Si ça avait été un autre de mes frères ou sœurs, je l’aurais surement mal pris, mais pas avec ma belle blonde. Quand je vous que c’est ma préférée… Je ne peux rien lui dire. « Oh… Ce n’est pas eux qui me font peur, mais plutôt mes collègues. Et les pires ? Les parents ! » J’aime beaucoup  ce métier, mais je peux vous assurer que les parents sont vraiment durs des fois. Aija ne devait pas connaitre ça. C’est très différent lorsqu’il s’agit de l’école et de l’activité extra-scolaire. Même s’il y a des parents qui sont cons, excusez-moi du terme, peu importe la situation. « Je te fais confiance là-dessus ! Tu es la meilleure… Après moi évidemment. » Même si c’était faux. C’était elle qui avait les JO, pas moi. Je le sais très bien. Elle aussi. Mais elle me laisse toujours dire cela. Elle sait que ça me fait du bien au cœur. Je ne suis pas jaloux. Non. Je suis juste fier d’elle. Fier de voir qu’elle a fait quelque chose que moi, je n’ai pas eu l’occasion de faire. « Bon et sinon, en dehors du boulot, il se passe quelque chose dans ta vie ? » Lui demandais-je en croquant dans mon cookie au chocolat.

@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Jeu 18 Oct - 0:55 par Aija Kallio-Ivanov
La famille Kallio a toujours été une famille particulièrement soudée. Rares ont été les fois où ses membres se sont disputés, ou même déchirés. La seule fois où un conflit a éclaté, fut lorsqu’Aija a décidé de partir vivre à Londres pour épouser Anton. Sa famille était loin d’être ravie d’apprendre que leur petite fille chérie de dix huit ans allait se faire passer la corde au cou. Heureusement pour Aija, ses parents avaient fini par revenir à la raison, et surtout, elle avait pu compter sur le soutien de Peters, tout le long. « Heureusement pour toi que tu le sais. Ce serait embêtant que tes jolis doigts se retrouvent parsemer de cicatrices. Ca ne t’aiderait pas à conquérir les filles non ? » Ils se dirigent vers leur table, buvant tranquillement leur boisson, en étant rapidement interrompu et confinés dans le starbucks. Aija a presque envie de rire du comique de situation. Elle est confinée dans un starbucks, l’un de ses lieux préférés dans le monde entier. Mais pas sur que ce soit le moment idéal pour rire, c’est plutôt un moment critique. « Ah, les parents … C’est vrai que ce sont les pires. Ils croient connaître ce qui est le mieux pour leurs enfants, sans penser à ce que ces derniers ont réellement envie. Sans parler des commentaires et jugements qu’ils font, en pensant mieux connaître les choses que nous les professionnels. » Alors évidemment, Aija comprend totalement ce que Peters peut ressentir. La différence entre eux deux, est qu’Aija a su imposer sa façon de faire et ne laisser le choix à personne. C’est elle qui a recruté cette équipe élitiste, et peut leur supprimer ce privilège en un clin d’œil. Peters lui, doit se coltiner des enfants qui n’ont aucune envie d’être à ses cours de sport ou à l’école de manière plus général. Alors forcément, les parents ne sont jamais très compréhensifs dans cette situation. « Après toi évidemment. » Rigole-t-elle avant de reboire une gorgée de son café. Elle manque d’ailleurs d’en recracher une partie quand elle entend son frère lui demander ce qu’il se passe dans sa vie. Pendant un court instant, Aija pense à lui mentir et ne pas lui révéler avoir croisé son ex petite amie. Mais la jeune femme ne ment pas à son frère, c’est un peu un code entre eux. « Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins, j’ai croisé ton ex, la connasse l’autre jour. Elle a commencé à prétendre ne pas m’avoir vu, jusqu’à ce que je me plante devant son visage de grognasse. » Non, cette femme n’a pas une place de choix dans son cœur. Si elle avait pu lui en coller une, Aija l’aurait fait sans le moindre remord.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Ven 19 Oct - 7:27 par Peters O. Kallio
« Conquérir les filles ? … je ne pense pas que ce soit mon problème actuel Aija. » Je ne sais même pas si un jour je serais capable de reconquérir une femme. D’en avoir surtout l’envie. « Promets-moi de me taper si je deviens un jour un père comme ça. Con. » Si je pouvais avoir des parents qui étaient comme les miens, je serais le professeur le plus heureux. En effet, mes parents ont toujours été très indulgents envers les professeurs de sport que j’ai pu avoir. Pour eux, il s’agit de leur métier et les laissait donc faire. La seule fois où ils se permettaient de dire quelque chose c’est lorsqu’il s’agissait de la gymnastique. Mais c’était toujours dans la gentillesse. Il faut dire que les professeurs de sport à l’école sont supposés « apprendre » différents sports. Alors, ils ne peuvent pas exceller dans tous les domaines, de ce fait, mes parents souhaitaient les aider un peu concernant la gymnastique. Toujours dans la bienveillance. Et des fois, je peux vous assurer que je me demande pourquoi ne pas tout simplement être professeur de gymnastique dans un club. C’était un peu ma destinée. Mais au contraire, j’aimais l’idée de faire découvrir les sports aux jeunes. Car pour moi, je ne suis pas là pour faire devenir des professionnels. Ce n’est pas mon rôle. Je suis là pour leur faire découvrir les différents sports et le bonheur que c’est de pratiquer quel que soit le sport. C’est aussi pour cela que j’avais décidé de débuter dès l’école primaire.

D’un côté, je ne pensais pas encore pouvoir rencontrer de nouveau une femme. De l’autre, je m’imaginais tout de même fonder une famille. Ou du moins avoir un enfant. Peut-être que ma destinée est d’adopter. Peu importe les moyens, mais je sais qu’un jour je serais père. J’en avais vraiment cette envie. Lorsque j’entendis Aija, je me mis à m’étouffer avec mon bout de cookies. Littéralement. Après qu’on m’ait donné de l’eau pour faire passer le bout de cookie coincé, je regardais Aija, sans réellement savoir quoi lui dire. « Même sans être là, elle arrive à me mettre en danger. » J’essayais de me remettre de ce que je venais d’entendre. Je ne savais même pas qu’elle était de nouveau en ville. Ou même qu’elle était en vie. J’avais essayé de lui donner des excuses pour sa non présence à notre mariage. Peut-être qu’elle avait eu un accident et qu’on ne savait pas de qui elle s’agissait. Peut-être était-elle morte sans qu’on sache. C’est horrible, oui. Mais je préférais penser cela plutôt que ça : savoir qu’elle avait fui délibérément. « Et elle avait l’air comment ? » Je m’en fichais, royalement. Mais je voulais savoir si une de mes hypothèses étaient fondées. En gros, semblait-elle sortir de l’hôpital ? Semblait-elle différente ? Quelque chose qui expliquerait son acte.


@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Ven 19 Oct - 23:17 par Aija Kallio-Ivanov
Aija a depuis toujours, fait confiance en son frère en matière de petite copine. Sans jamais rien dire, la jeune femme l’a toujours laissé faire sa vie, choisir ses petites amies sans jamais interférer, les accepter sans jamais rien dire. Aija a toujours agi de la sorte. Mais après la débâcle du mariage de Peters, et sa connasse de fiancé, Aija a décidé de toujours avoir un œil sur les conquêtes de son frère. Alors quand elle l’entend sortir des réflexions comme celle qu’il vient juste d’employer, ça l’agace. Evidemment qu’il devrait s’occuper de conquérir des filles. Ce n’est pas parce qu’une connasse a décidé d’avorter leur mariage, que Peters doit à tout jamais s’interdire de retrouver la voiture. Il avait retrouvé quelqu’un mais quand Aija avait décidé de rentrer à Londres, Peters a tout lâché pour la rejoindre. Et même si la jeune femme ne le dira jamais réellement, Aija culpabilisera toujours un peu d’avoir fait perdre à Peters, la seule femme ayant réussi à lui redonner confiance en l’amour. « Arrête tes conneries. Tu sais très bien que ça devrait être une priorité dans ta vie. » Râle-t-elle avant de l’écouter parler des parents à l’école et de sa crainte de devenir l’un d’entre eux, ce qui l’a fait doucement sourire. « Si un jour tu devais te transformer en un parent complètement tapé, promis, je m’occuperai personnellement de ton cas. » Rigole-t-elle tout en portant sa boisson à ses lèvres. La scène extérieure semble assez folle, les gens courent dans tous les sens, se mettant à l’abri comme l’ont indiqué les policiers. Ce monde ne tourne définitivement pas rond qu’elle pense.
Repenser à la séparation de son frère et de la connasse lui rappelle qu’elle est tombée sur elle quelques jours auparavant. Si au départ elle a choisi de ne rien dire à son frère pour ne pas le blesser, Aija saisit finalement l’occasion tendu par son frère pour lui en parler. Et visiblement, son frère manque de s’étouffer en mangeant un bout de son cookie. Merde. Ce n’était pas franchement ce qu’elle avait prévu. Et une barista vient lui apporter un verre d’eau pour faire passer la pilule. Aija la remercie et laisse son frère reprendre son souffle. « Elle est plutôt mignonne cette barista non ? » Pourquoi tourner autour du pot alors qu’elle peut être franche dès le début. « D’une connasse juchée sur de hauts talons. » Ni plus ni moins. La finlandaise n’a pas sa langue dans sa poche, ne l’a d’ailleurs jamais eu. C’est pour cette raison que les gens la voient souvent comme une folle, délurée, complètement timbrée. Ca l’a fait rire que les gens aient cette image d’elle mais elle ne peut pas franchement les blâmer, elle leur a parfois donné raison de penser ainsi. « Elle s’est mise à balbutiée, à s’excuser je ne sais combien de fois, disant qu’elle a pris peur ou je ne sais trop quoi. Une connasse quoi. » Ce n’est pas pour rien que la jeune femme a décidé de la surnommer ainsi. Le surnom ne lui convient que parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Sam 20 Oct - 16:30 par Peters O. Kallio
J’écoutais ma sœur me dire que ma priorité devrait être de conquérir des femmes. Je la regardais, pas du tout convaincu de ce qu’elle me disait. « Ou peut-être devrais-je me tourner vers les hommes. Entre nous, on n’oserait pas faire ça… T’en pense quoi ? » Je n’y pensais pas du tout. Je ne me voyais pas du tout pouvoir être avec un homme. Mais c’était ma façon de détourner la conversation. Je ne savais pas quoi dire là-dessus à part le fait que non, je n’étais pas prêt. Si ça me tombe dessus, comme aux Etats-Unis, pourquoi pas. Mais je ne serais pas le genre à chercher désespérément une femme. Car non, je ne suis pas désespéré. « C’est trop gentil de ta part. » Je la voyais déjà m’engueuler, voire me taper pour me remettre les idées en place. Ma sœur n’est pas violente, juste de temps en temps avec moi quand elle n’est pas d’accord avec quelque chose. Juste de quoi me remettre les idées en place.

Alors que je venais juste de m’étouffer, ma sœur me dit que la barista était plutôt mignonne. « Ton frère était sur le point de mourir étouffé, et toi la première chose que tu penses à me dire c’est ça ? » Malgré cela, je regardais la jeune fille. Elle me regarda en même temps. Je lui souris. « Ouais ça va, sans plus. » Peut-être devenais-je trop dur. Ou peut-être que j’avais encore mon ex américaine dans la tête. Mais en cet instant présent, on ne parlait pas de la même ex. J’écoutais ma sœur, enragée envers elle. Je la laissais dire. Elle l’insultait à ma place et j’aimais ça. Je n’avais du coup pas besoin de le faire. « Oh arrête, elle était jolie avec ses talons. Ca lui donnait cette classe…. » Mais en voyant le regard de ma sœur, je me tus. « Oh ça va… Je mentirais si je disais qu’elle était moche. » Ma sœur continua à me regarder avec son regard de tueuse. Alors je décidais de me taire. « T’aurais du lui demander si elle habitait ici ou si elle était juste de passage. Maintenant, je vais avoir peur de la voir. » Et c’était vrai. Je craignais maintenant de tomber sur elle. Et si cela arrivait, je ne saurais même pas vous dire comment je me comporterais.


@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: La City
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Une alerte à la BOMBE
» ALERTE ! A LA BOMBE ! OU SONT LES 9 TERRORISTES ELECTORAUX ????
» Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster
» désamorcer la ‘‘bombe populaire’’.haiti
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-