Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


(Aija & Peters) fausse alerte à la bombe.

avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Dim 21 Oct - 2:21 par Aija Kallio-Ivanov
Se tourner vers les hommes ? Quelle drôle d’idée. Lui qui est tant un homme à femme se tourner vers les hommes ? Elle en serait particulièrement surprise. Mais si cela finissait par être son souhait, Aija le soutiendrait qu’importe son choix. « Peu importe le choix que tu feras, je te soutiendrai toujours tu t’en doutes bien. Mais j’aimerai bien être la marraine de tes petits bouts et ça serait quand même bien plus compliqué mon vieux .. » Même si bon, Aija doute très fortement que ce soit vraiment le cas. La jeune femme pense vraiment que son frère cherche à la taquiner plus qu’autre chose. « Je répondrais toujours présente quand je devrais t’en coller une au derrière mon vieux ! » Rigole-t-elle, bien que particulièrement sincère pour le coup. Et le voilà qu’il s’étouffe quand elle lui annonce avoir recroiser son ex. Ce n’est pas non plus une surprise de le voir réagir ainsi quand on sait ce que cette grognasse lui a fait subir. Mais ça, seul son frère pourra juger en son âme et conscience du sort qu’il lui réserve. Même si encore une fois, Aija a un avis très arrêté sur la situation et s’empressera de l’aider à se débarrasser du corps, si la situation l’imposait. « Ecoute, dans tout négatif, il faut en tirer du positif. C’est ce que j’ai fait. Et puis gros neuneu, tu ne vas quand même pas laisser cette connasse te priver d’une rencontre avec peut-être un bon potentiel ! » Râle-t-elle lorsqu’elle l’entend s’agacer de la voir, vouloir le maquer avec quelqu’un. Elle ne cherche pas à le caser, mais simplement à lui ouvrir les yeux, et lui montrer que le monde peut lui offrir bien plus que de sombres souvenirs avec une grognasse. « Cette classe de pute oui ! » Lâche-t-elle sans la moindre gêne d’employer de tel propos à l’encontre de celle qui a failli devenir Mme Kallio. Quand Aija est énervée, elle ne passe pas par quatre chemins, elle le dit directement, sans la moindre honte. Pourquoi tergiverser et tourner autour du pot alors qu’on peut dire les choses très clairement. « Parce que tu crois que je me suis contentée d’écouter ses excuses à la con ? Madame la connasse habite dans le nord de Londres avec son nouveau mec, un connard au chômage. Ses cheveux sont tous ternes. Si tu veux mon avis, elle s’est rendue compte de tout ce qu’elle a perdu et elle en a perdu le goût de la vie. Tant pis pour elle. » Et Aija n’est guère agréable quand elle dit les choses. Elle y va banco, et rassure son frère. Lui saura rendre heureuse une autre femme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Lun 22 Oct - 21:55 par Peters O. Kallio
Vraiment, je n’ai jamais pensé à me mettre aux hommes. L’idée m’était venue à l’instant, alors que je parlais à ma sœur. Je lui avais demandé ce qu’elle pensait, même si je savais par avance qu’elle dirait : peu importe mes choix, tant que je suis heureux. Et je dirais exactement la même chose si un jour elle venait à me dire qu’elle voudrait essayer les femmes. Je ne la croirais pas, mais elle est grande et vaccinée et peut faire ses propres choix. Tant qu’elle est heureuse, ses choix me conviennent. Qui suis-je, à part son frère, pour dire quoique ce soit là-dessus ? « En effet, je commence à être vieux et plus je tarde, plus ça risque d’être compliqué. » Même si technique j’ai plus de temps qu’une femme. Mais plus je tarde plus les probabilités que mon enfant soit atteint de la trisomie 21 sont grandes. A moins que je termine avec une femme beaucoup plus jeune… Dans ce cas-là, je ne sais pas si cela s’applique. Je vous avoue que je n’ai pas vraiment approfondi le sujet. A vrai dire, je n’ai approfondi aucun sujet concernant des bébés. A quoi bon y penser lorsqu’on est célibataire ? Evidemment, j’y avais pensé quand j’étais fiancé… Je nous avais déjà imaginés faire des enfants tout de suite après le mariage. Mais le mariage n’ayant pas eu lieu, l’idée s’est tout de suite envolée. « Je veux bien te croire. » Elle serait d’ailleurs la première à le faire, m’en coller une, sous n’importe quelle prétexte. Non, je ne suis pas en train de dire que ma sœur aime me taper… bon un peu. Mais qui aime bien châtie bien. Tout simplement elle sait très bien que je ne lui rendrais jamais ses coups, du coup, elle en profite légèrement. Avec de légers coups évidemment. « Ce n’est pas ça… Tu sais très bien que j’ai peur maintenant… de l’engagement. Une fois, ok, on peut se relever. Mais si cela m’arrive encore une fois ? Là je ne sais pas si je tiendrais le coup. » Et je sais très bien qu’elle pouvait me comprendre. Sa situation n’est pas du tout la même que la mienne, mais au fond, je sais qu’elle a aussi peur de reperdre son futur. Dès lors qu’on perd une personne, peu importe la façon, on a toujours cette peur enfoui en nous que cela nous arrive encore une fois. J’avais réussi à aimer de nouveau et peu de temps après. Oui. Mais au fond, j’avais toujours cette peur en moi et c’est bien pour cela que j’avais décidé d’être celui qui partait cette fois-ci.

J’aime beaucoup ma sœur, vraiment. Elle est toujours là pour me défendre et dire les choses que je n’oserais pas dire. Je n’ai jamais insulté mon ex. Aija le fait très bien pour moi. Ma sœur est une gentille fille. Mais quand elle est agacée, cela se voit. Elle ne passe pas par quatre chemins. « Et tu sais où elle travaille aussi ? » Lui demandais-je en rigolant. Maintenant que je savais où elle habitait, j’irais le moins souvent possible là-bas. Plus qu’à éviter son lieu de travail. Et si elle ne le savait pas, il suffirait que je lui demande pour qu’elle fasse sa petite fouine, comme toutes femmes qui se respectent. Je ne sais pas comment elles font toutes, à trouver n’importe quelle information sur n’importe qui.

Je regardais à ce moment-là l’extérieur du starbucks. L’ambiance semblait se calmer. « Tu penses vraiment que l’on est à l’abris ici ? » Pas besoin de tergiverser plus longtemps sur mon ex. « Je veux dire… s’il doit bien y avoir une bombe… les murs du starbucks ne vont pas nous protéger… » A ce moment-là, les gens autour de moi me fixèrent avec des yeux affolés. Apparemment, je venais de dire ce que personne n’avait pensé. Bah quoi ? Ce n’est pas sorcier non plus. Le Starbucks n’est pas un bunker. Hélas non.

@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Mar 23 Oct - 1:12 par Aija Kallio-Ivanov
Visiblement, Peters n’a pas compris qu’elle ne mentionnait pas le temps qu’il passe pour lui devenir père. Elle s’est contentée de mentionner le fait que s’il devenait gay, devenir père serait quelque chose de beaucoup plus compliqué à réaliser. C’est malheureusement une réalité à laquelle doivent se confronter des milliers de couples gays, qui pourraient tellement offrir du bonheur à de pauvres orphelins. Mais le chemin est loin de leur être gagné malheureusement. Et imaginer son frère être gay, sans pouvoir devenir père l’inquiète considérablement. Mais après tout, son frère la taquine juste, Peters n’est pas gay, et n’aura aucun problème à devenir père, elle en a la certitude. Dans leur famille, ils ont de parfaits gênes, et un sacré système de reproduction particulièrement performant. Si Anton n’était pas décédé après son cancer, lui et Aija auraient très probablement mis rapidement la machine à bébé en route. Mais malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées comme la jeune femme l’aurait souhaité. Anton aurait aimé qu’Aija tombe enceinte malgré son cancer, lui offrir la joie d’avoir un mini Anton, mais Aija avait refusé. Il lui était inconcevable d’avoir en ce monde, un enfant qui n’aurait pas de père, qui n’aurait pas la joie d’avoir Anton comme père. Alors Aija avait refusé, purement et simplement, cela ayant été d’ailleurs l’un de leurs derniers sujets de dispute. C’est pour ça que la jeune femme avait décidé qu’il serait préférable d’adopter un chien, que la perte d’Anton serait plus facile à gérer pour son adorable toutou. C’est ainsi que le couple avait adopté un deuxième chien. Aujourd’hui, Santa Claus et Joulupukki sont comme ses enfants, ses deux adorables petits garçons, qu’elle chérit de tout son cœur. Dans sa tête, Aija n’aura pas d’autres enfants que ses chiens, puisqu’elle est persuadée qu’elle ne rencontrera plus jamais l’amour. Comment devenir mère si l’on ne connait plus l’amour après tout ? « Je sais que tu as peur de l’engagement, et vu la situation, c’est amplement compréhensible. Mais quand tu étais en Arizona, tu as réussi à t’engager à nouveau. Et tu n’as perdu cet amour que parce que tu as décidé de me suivre à nouveau à Londres. Ne te prive pas d’être heureux à nouveau. » A ce moment précis, la jeune femme prend son grand frère dans ses bras, l’enlace et le serre fort, comme pour le remercier de tout ce qu’il a fait pour elle. Sans son frère, elle n’aurait jamais pu surmonter tout ce qui lui est arrivé ces dernières années. Peters lui a toujours dit qu’il considérait qu’elle lui avait rendu la pareille en étant présente pour lui quand sa connasse d’ex l’avait planté devant l’autel. Mais ça n’enlevait en rien la reconnaissance qu’elle avait envers son frère. « Il s’avère que oui. Je n’avais pas envie d e tomber sur elle de manière inopinée. Si je peux éviter d’avoir à faire avec cette connasse, je ne m’en porterai que bien mieux. » Aija est certaine que son frère n’en pense pas moins et qu’il serait plus que satisfait à l’idée de ne plus retomber sur elle. Après tout, cela ne ferait que remuer des douleurs du passé. Peters la ramena rapidement sur terre, en lui rappelant gentiment la réalité qui se déroulait à quelques mètres d’eux. « Au pire la déflagration fera péter les vitres. Au mieux, le bruit sera juste assourdissant, ni plus ni moins. » Visiblement, la conversation que les deux tiennent semble perturber les gens autour d’eux. En même temps, quitte à être enfermée dans un lieu comme celui-ci, avec pour interdiction de sortir, autant parler clairement de la situation qui les préoccupe tous. « La voiture est de l’autre côté de la rue alors même si elle explose, franchement, y’a pas trop de risques qu’il nous arrive quoi que ce soit. » La jeune femme en est persuadée, la situation va rapidement se résoudre et ils pourront tous quitter les lieux, sans le moindre souci, retourner à leur tracas du quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Mar 23 Oct - 19:09 par Peters O. Kallio
J’avais très bien compris ce qu’elle avait voulu dire concernant les enfants, seulement j’avais souhaité la taquiner un peu. La taquiner sur le fait qu’elle me surnomme très souvent « mon vieux ». Oui je plus vieux qu’elle, mais à chaque fois qu’elle dit ça j’ai l’impression d’avoir la quarantaine. Vraiment. Alors que je ne suis même pas encore rentré dans la trentaine. Mais peu importe comment elle m’appelle, venant d’elle j’accepte tout. « J’ai préféré avorter la relation avant que je sois celui qui souffre. » Je pris une gorgée de ma boisson. « Alors oui, j’ai légèrement souffert en la quittant et en revenant ici. Mais de l’autre côté, je me suis sentit tellement soulagé en la quittant… Etre certain de ne pas être celui qui souffrira… » Je ne le pensais pas mais oui j’avais eu un poids en moins en sachant cela. Alors maintenant me remettre dans une relation, j’ai du mal à le concevoir. J’ai cette peur de ne jamais pouvoir être en paix. « Et bien je t’écoute. Où travaille-t-elle ? Pour qu’on boycotte tous les deux ce quartier. » Même si je n’étais pas sûr que ce soit le bon choix. On pourrait boycotter deux-trois quartiers qu’on pourrait toujours avoir cette malchance de la rencontrer. A mon avis, elle est comme nous et côtoie toute la ville.

Apparemment ce dont on parlait ne plaisait pas aux autres clients du starbucks. J’avais envie de me retourner vers eux et leur envoyer un fuck. Au moins, nous, nous parlons de la réelle situation. Je m’en fichais si cela les effrayait. Ce n’est pas moi qui devrais leur faire peur, mais la situation à l’extérieur. « Tu le crois vraiment ? Ce que tu dis… » Car moi non. Je n’étais pas convaincu. J’ai peut-être trop vu de films, mais j’avais tout de même l’impression que la voiture était proche. Je serais étonné que l’on en sorte totalement indemne. Je regardais ma sœur. Je souris. Je repensais à son câlin de plus tôt. Je me décidais à lui en faire un aussi ; juste au cas où. « Si jamais… je ne veux pas partir en me disant que je ne t’ai pas fait de câlin. » Ma sœur avait peut-être raison, mais je préférais envisager le pire pour être rassurer par la suite. Plutôt qu’être comme elle et vivre quelque chose de pire.


@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Mer 24 Oct - 1:13 par Aija Kallio-Ivanov
Entendre son frère parler de sa peur de l’engagement l’attriste profondément, parce que même si elle n’y est absolument pour rien, même si c’est la faute à l’autre connasse, Aija ne peut s’empêcher de culpabiliser de voir son frère renier un amour potentiel. « Tu sais, tu n’es pas obligé de souffrir. Être dans une relation ne veut pas nécessairement dire que tu vas souffrir. » A défaut de pouvoir avoir des enfants par elle-même, elle ne peut s’empêcher de penser de manière égoïste que les enfants de Peters seront ce qui se rapprocheraient le plus de ses propres enfants, même s’ils ne seront que ses neveux et nièces. « Je comprends ce que tu veux dire, vraiment Peters. Mais c’est toujours un risque à prendre. Et tu n’étais pas obligée de partir, tu aurais pu rester là-bas, fonder une famille. Je serai venue te voir tu sais. » Si elle n’avait pas culpabiliser lorsque son frère avait perdu l’amour la première fois, Aija avait clairement culpabilisé quand son frère avait quitté sa petite amie en Arizona. Il l’avait fait pour elle, pour rentrer auprès d’elle à Londres, et même si elle l’avait incité à rester aux Etats-Unis, il ne l’avait pas écouté, la laissant culpabiliser un peu plus. « Connasse travaille du côté de l’observatoire de Greenwich. Autant dire que l’on ira plus observer les étoiles l’hiver à cause d’elle, merci bien. » Comme ça, la jeune femme a la certitude que son frère n’ira plus dans ce coin de la ville et qu’il fera tout pour éviter le coin et le risque de la revoir. Quitte à éviter de souffrir, autant éviter la source originelle de la peine. Finalement, ces deux là se mettent à parler de la situation se déroulant autour d’eux, et très clairement les gens autour sont assez effrayés par la possibilité de mourir dans une explosion. Alors entendre Aija et Peters en parler avec tant de liberté semble choquer les gens autour d’eux. « Evidemment que je suis certaine de ce que j’avance. Sauf s’ils ont implanté une bombe nucléaire sous la voiture. Là par contre … » Peu importe où ils se trouveraient dans Londres, ils seraient tous rayés de la carte, tout comme l’intégralité de la capitale anglaise. Alors son frère se met à la prendre dans ses bras, la serrant fort, comme dans un dernier geste désespéré pour lui dire à quel point il tient à elle. « Mais que t’es con mon Perttu ! Il ne nous arrivera rien, ne t’inquiètes pas ! » Lui répond-elle en le serrant fort dans ses bras aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Jeu 25 Oct - 22:35 par Peters O. Kallio
Je sais très bien que je pourrais avoir n’importe quelle fille… Ou du moins que je ne devrais pas avoir de difficultés à trouver une petite amie, si je le souhaitais. Mais je ne sais pas, je ne contrôle pas tout cela. Tout ce blocage. Alors oui j’avais réussi plus ou moins à vivre quelque chose de nouveau aux Etats-Unis, mais j’étais toujours dans cette appréhension. C’était comme si un médecin me disait que j’allais mourir dans les années à venir, sans forcément me dire quand exactement. On sait que quelque chose va arriver, sans savoir quand. Et je peux vous assurer que ce sentiment est horrible. Et c’est bien pour cela que j’ai du mal à me projeter dans le futur, avec une fille. « C’est plus fort que moi, vraiment. » Il m’arrive des fois de ne pas y penser, mais le naturel revient toujours au galop. Cette peur fait partie de moi maintenant. Je n’aurais jamais dû faire cette demande en mariage. Même si j’en veux à mon ex-copine, je m’en veux aussi. Je me dis que je suis peut-être allé trop vite dans cette relation. Je suis ce genre de personne qui se remet toujours en question, même lorsqu’il ne le faut pas. « Fonder une famille ? Avoir des enfants ? Pour qu’ensuite j’aie des enfants qui me rappelleraient tous les jours une femme qui m’a quitté ? » Oui je sais que j’ai l’air très pessimiste à cet instant présent. Mais il y a des jours où je suis vraiment plus négatif que d’autres. Puis le fait que ce soit ma sœur aussi aide beaucoup. Ou du moins je veux dire : qu’il n’y a qu’avec elle que je suis autant honnête et à qui je confie tout. Un peu trop des fois. « Je suis sûr qu’on trouvera un autre endroit… Même si pour cela il faudra qu’on fasse des kilomètres. » On peut dire que même à l’heure d’aujourd’hui elle arrive à nous pourrir la vie. Il y a ces gens qu’on aurait espéré ne jamais rencontrer. Mon ex-fiancée fait partie de ces gens maintenant. C’est tellement malheureux à dire. « Oui donc c’est ce que je dis… On ne sait pas exactement ce qui va nous arriver. » Bon, clairement, ma sœur et tous les autres clients allaient me tuer pour ma négativité sur la situation. Je vivais clairement la situation comme si c’était l’apocalypse pour nous. D’autant plus avec ce câlin que j’offris à ma sœur. C’était aussi une excuse pour la prendre dans mes bras, et la remercier en quelque sorte d’être toujours là pour moi. Et d’écouter toutes mes inquiétudes. « Je te jure que si tu mens, je te le ferais payer au paradis ! » Parce qu’évidemment, nous irions tous les deux au paradis. Sans l’ombre d’un doute. « Mais sinon, tu ne penses pas que le starbucks a des portes à l’arrière ? Par lesquelles on pourrait s’enfuir discrètement ? » Lui demandais-je discrètement à son oreille. Si c’était bien le cas, je ne voulais pas que les autres écoutent mon idée et qu’une foule aille courir vers ces fameuses portes.

@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Mer 31 Oct - 18:18 par Aija Kallio-Ivanov
Entendre son frère être si pessimiste l’attriste profondément. Il semble persuadé que s’il s’engage avec une fille, elle finira par le quitter, qu’ils aient des enfants ou non. En même temps, il est difficile de blâmer Peters de penser ainsi. Après tout, il s’est quand même fait abandonner devant l’autel, sans une seule explication, sinon celle de se retrouver comme un con, face à tous les invités. Oui, on ne peut que comprendre Peters. Mais malgré tout, Aija ne peut s’empêcher d’être triste pour son frère, et d’espérer qu’il finira par changer d’avis. « Tu sais, toutes les femmes n’abandonnent pas les hommes. Tu fais la même généralité que les femmes font des hommes. Les hommes se plaignent d’entendre les femmes dire qu’ils sont tous les mêmes, mais finalement tu fais la même chose et c’est dommage. Penses-tu que j’aurai abandonner Anton même en ayant des enfants et que je l’aurai laissé se démerder ? » C’est le meilleur moyen de lui faire prendre conscience de la connerie qu’il peut dire, lui donner des exemples concrets pour qu’il comprenne que toutes les femmes ne sont pas les mêmes et qu’il a encore toutes les chances d’être heureux. Peters lui déclare qu’ils trouveront un autre endroit pour regarder les étoiles. Il a raison, ce n’est pas parce que la connasse va les empêcher d’aller dans un endroit qu’ils aiment, qu’ils vont se retenir d’aller voir les étoiles. « Tant qu’on est ensemble, c’est tout ce qui compte n’est-ce pas ? » Lui répond-elle. Heureusement que son frère est dans sa vie, dans son quotidien, pour l’aider à tenir le coup. Aija n’aurait jamais pu supporter les dernières années sans son soutien inconditionnel, et finalement, elle lui avait rendu la pareille, quand à son tour, il avait vécu cet évènement traumatisant. Parce qu’au moins, Aija peut tourner la page et faire son deuil. Peters lui, n’a eu aucune explication, aucune raison valable pour à son tour faire son deuil de sa relation. Lorsqu’elle voit que Peters est un peu inquiet face à la situation qui les entoure, Aija se décide à lui faire une petite frayeur. C’est son genre, sa folie habituelle, et très clairement, la situation se prête à un peu de frayeur. Le temps qu’il tourne la tête vers l’extérieur, Aija s’approche de son visage et prend une voix des plus effrayantes. « Un deux, Freddy te coupera en deux. » Lui balance-t-elle en référence au film d’horreur Freddy. Elle sait qu’il va la détester d’agir ainsi, alors elle rajoute en plus un rire bien effrayant digne des films d’horreurs, avant de retourner à sa place. « Même s’ils ont des portes derrière, je pense avec quasi certitude que les portes de derrière ont aussi été condamné big Bro. » Rigole-t-elle avant de jeter un œil à la serveuse qui reluque toujours du coin de l’œil son frère. « La serveuse te regarde encore Pettru !! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Mer 31 Oct - 23:14 par Peters O. Kallio
Aija a totalement raison. Je suis en train de faire une généralité et c’est le genre de choses que je déteste. Pourtant je le fais. Mais c’est plus fort que moi. Je pense que tant que je ne saurais pas la raison d’une telle action, je n’arriverais pas à totalement m’y faire. A moins qu’une femme me fasse oublier ce passé. Comme j’ai pu plus ou moins le vivre aux états unis. Jusqu’à ce que la réalité des choses me revienne en pleine figure. Mais aussi que ma sœur décide de retourner à Londres. Elle ne m’avait pas du tout obligé à revenir avec elle. Bien au contraire, elle avait essayé de me faire comprendre qu’il fallait que je reste là-bas, avec cette fille qui était surement la femme de ma vie. Mais je savais très bien que je n’arriverais pas à vivre trop loin de ma sœur chérie. Alors oui, j’avais choisi ma sœur au détriment de l’amour. « Je sais que tu as raison… Mais là c’est plus fort que moi. » Et j’avais l’impression que plus on en parlait plus ça me faisait peur. Bien que cela fasse du bien de sortir des mots sur ce que je ressens. Mais pas trop. Là, je voulais tout simplement arrêter de parler de ça. S’en était trop pour une matinée… Moi qui étais venu ici seulement pour un petit café… « C’est ça. Puis au pire, on se trouvera une autre activité, à partager ensembles. » Même si je savais que ça n’allait pas plaire à Aija. Elle, elle aime bien garder ses petites traditions. Et ce n’était pas une fille comme mon ex qui allait tout nous gâcher. Je voyais déjà ma sœur me dire cela. Il faut dire que je la connais par cœur. « Oh arrête Aija, tu sais que je déteste ça ! » Je ne comprendrais jamais ce qu’ont les gens avec les films d’horreurs et le fait de vouloir faire peur aux autres. Pourquoi ne peut-on juste pas rire ? Ou même pleurer. Tout, sauf faire peur. Ce n’est pas que les films d’horreurs me font peur… c’est juste que je ne comprends pas. J’ai dû en regarder un ou deux, sans que cela me fasse quoique ce soit. Je n’ai tout simplement pas compris. « J’ai l’impression que tu ne veux pas sortir d’ici… » Ou tout simplement elle souhaitait que je reste là, moi. Et lorsqu’elle me parla, encore une fois, de la serveuse, j’en eus presque la confirmation. « Oh bon sang, mais arrête Aija ! » Du coup, je n’osais même pas la regarder. Comme j’avais dit à ma sœur, elle était jolie, mais sans plus. « Tu penses quoi d’Autumn ? » Ma sœur connaissait très bien ma colocataire. Depuis que j’ai emménagé avec elle, nous avons fait de nombreuses soirées tous les trois.

@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
» Date d'inscription : 05/09/2018
» Messages : 590
» Avatar : Suki Waterhouse
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : blodwyn j. carpenter ; charlotte e. wellington
() message posté Jeu 8 Nov - 1:15 par Aija Kallio-Ivanov
Visiblement, Peters est d’accord avec elle, mais pour autant, il ne parviendra pas à s’en accorder et à l’accepter. Malheureusement, cela lui jouera des tours et risque de le conduire à sa perte. Parce que c’est ainsi que ça l’empêchera de tourner la page entièrement, de changer d’objectif de vie et d’avancer. Comment pourra-t-il envisager une nouvelle vie dans ces conditions ? Comment pourra-t-il guérir son cœur en agissant ainsi ? La jeune femme n’en a aucune idée mais pourtant, elle va le laisser faire. Parce qu’il a besoin de faire à sa manière, sans pousser, sans forcer. Après tout, il a bien laissé Aija faire son deuil à sa façon, il ne l’a pas engueulé ni rien quand elle a choisi d’avancer sans penser un seul instant à se remettre en couple à l’avenir. Non, il l’a laissé faire son petit bout de chemin et l’a laissera aller jusqu’au bout. « Je sais … J’espère juste qu’un jour tu trouveras la paix. » Tout ça à cause de cette connasse. Bon dieu, si celle là pouvait disparaître de la face du globe, Aija n’en vivrait que plus heureuse. C’est triste d’en venir à espérer la mort de quelqu’un. Mais quand une personne comme elle commet cet irréparable, il n’y a rien qui pourra la ramener sur le chemin de la rédemption aux yeux d’Aija. « Ca nous permettra d’avoir une nouvelle tradition. C’est toujours sympa à envisager après tout. » Et le jour où il aura des enfants, cela leur permettra d’avoir une tradition familiale supplémentaire à partager. Visiblement, Peters n’a pas aimé la petite blague de la jeune femme. Mais c’était à prévoir, parce qu’il déteste ce genre de choses, et Aija le fait malheureusement bien trop souvent à son goût. « Ce ne serait pas drôle autrement sinon. » Rigole-t-elle avant de passer sa main dans ses cheveux en les lui ébouriffant. Peters semble avoir l’impression qu’elle ne veut pas qu’il sorte d’ici. C’est plutôt l’opposé, elle aimerait sortir de là. Mais elle refuse de le faire tant qu’ils ne sont pas en sécurité, c’est tout ce qui lui importe en priorité, qu’ils soient en sécurité. Et si cela veut dire rester encore quelques minutes dans ce café, alors ainsi soit-il. Sans prendre la peine de lui répondre, Aija le relance sur la jolie barista qui est venue lui porter assistance quelques minutes auparavant. Et visiblement, ça agace Peters. Pourtant, elle est mignonne comme tout cette jeune femme. « Ca va, ça va. Je ne pense qu’à ton bonheur rabat-joie. » Conclut-elle avant de hausser les épaules, tout en portant sa boisson à ses lèvres. Heureusement que le café apporte un peu de réconfort à Aija dans cette situation un peu incongrue. Pourtant, les prochaines paroles de Peters lui manquent presque de recracher son café. Autumn ? Sa coloc Autumn ? La douce Autumn ? Celle-là, elle ne l’a pas vu venir. « Oh merde, t’en pinces pour Autumn ?? Sérieusement ?? »
500 messages pour nos bébés et le plaisir de rp ensemble à nouveau
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 30/09/2018
» Messages : 659
» Pseudo : blue romance
» Avatar : xavier samuel.
» Âge : vingt neuf ans.
» Schizophrénie : rush the jerk.
() message posté Lun 12 Nov - 8:11 par Peters O. Kallio
Je l’adore ma sœur, elle est toujours là à me dire ce que les autres ne me diraient pas. Elle est là pour me pousser même si elle sait que ce n’est pas forcément ce que je souhaite entendre. Mais justement, il n’y a qu’elle qui peut me dire ce genre de choses-là sans que cela m’énerve. La seule chose que je peux faire c’est de l’écouter et avoir une réflexion sur ses belles paroles. Mais pour aujourd’hui c’était terminé. Je trouvais qu’on avait déjà pas mal parlé sur ma vie sentimentale. Je sais qu’elle a raison. Et elle sait très bien que je le sais. Cela ne sert pas à grand-chose d’en parler toute la matinée. Alors lorsqu’elle me dit qu’elle espérait que je retrouve la paix un jour, je lui souris tout en haussant les épaules. Oui. Chaque chose en son temps. « Voilà. Il faut qu’on en tire quelque chose de positif. On trouvera un truc encore mieux. » J’aime bien trouver du positif dans les choses négatives. Enfin je dis cela, mais suite à mon abandon à l’autel, je n’ai toujours pas trouvé la positif dans tout cela… C’est en encore en cours.

Je l’aime tellement ma sœur qu’elle en profite toujours, un peu trop même. Elle n’hésite pas à faire des choses qu’elle sait que je déteste. Tout cela parce qu’elle sait que je ne lui en voudrais jamais. J’ai juste à lui dire une énième fois que je n’aime pas ça, elle en rigole et arrête. Ah et puis aujourd’hui elle avait apparemment décidé de me décoiffer. Heureusement que je ne m’étais pas coiffé ce matin. Sinon je l’aurais encore plus « détesté », façon de dire évidemment. « Mon bonheur ? Mais mon bonheur je l’ai déjà… c’est toi ma petite sœur chérie. » Et oui, vous ne le saviez peut-être pas mais je suis un romantique dans l’âme. A défaut de ne pas avoir une fille avec qui l’être, je le suis avec ma sœur. Je lui souris tout en disant cela, pour ensuite passer aussi ma main dans ses cheveux et faire exactement la même chose qu’elle m’avait fait. Sauf que ça allait plus l’embêter que moi. Et ça me faisait sourire. « Ah non !!! Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit !!! » Je ne savais même pas pourquoi je lui en avais parlé. D’autant plus que je sais qu’elle l’apprécie. « Il faut dire qu’il s’agit d’une très jolie fille et elle est adorable… » Et célibataire au passage aussi. Mais je ne voulais pas trop y penser car il s’agit de ma colocataire et je ne voudrais pas gâcher tout cela. Notre colocation plus notre amitié.

& voilà, 500 pour moi aussi et pour nos beaux kallio
@Aija Kallio-Ivanov
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: La City
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Une alerte à la BOMBE
» ALERTE ! A LA BOMBE ! OU SONT LES 9 TERRORISTES ELECTORAUX ????
» Mission Intrigue N°1 : Alerte à la bombe à Westminster
» désamorcer la ‘‘bombe populaire’’.haiti
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-