Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


Baby (noun) = A little bit of heaven sent down to earth (Aëlly #8)

avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Jeu 1 Nov - 23:51 par Lilly R. Adams
Depuis plusieurs jours, ce sont les vacances. Pas cours pendant deux semaines et je comptais bien profiter de ces vacances. Certes, j’avais imaginé d’autres activités que de rester à veiller sur Aël, mais au fond je ne m’en plains pas. Lui ne bosse pas et même si les médecins lui ont conseillé beaucoup de repos, le fait de pouvoir rester près de lui, même à ne rien faire est déjà mieux que rien. J’aurais préféré qu’il aille bien et qu’il puisse travailler, mais d’un autre côté, je ne peux m’empêcher de me dire que c’est un mal pour un bien de pouvoir l’avoir près de moi un peu plus longtemps. C’est une pensée purement égoïste, j’en ai bien conscience et je l’assume totalement, mais je ne lui ai pas vraiment caché.

Aujourd’hui, on a prévu d’aller chez Mila. Non seulement, ça ne peut que lui changer les idées de sortir un peu, mais en plus il n’y a rien de plus réconfortant que les bébés. Plus encore, les jumeaux de ma tante. Je sais qu’il ne les a jamais vu et pourtant, j’ai déjà super hâte de lui présenter ma filleule et avec beaucoup de fierté. Je sais aussi qu’Alvaro devrait lui plaire, bref j’ai beaucoup d’espoir dans cette ultime rencontre qui s’annonce beaucoup plus tendre et vachement moins corsée pour lui que celle avec mon père.

Dans la rue, je n’arrête pas de lui parler des enfants de Mila avec beaucoup d’enthousiaste et de hâte. En effet, elle m’a demandé de venir les garder et quoi de mieux que d’emmener Aël avec moi en guise de renfort. Si ma tante arrive à gérer deux enfants, moi je suis encore novice et si j’arrive à me concentrer sur un convenablement, je n’ai pas eu d’autres choix que de supplier Aël de venir passer les quelques heures de babysitting avec moi. J’aurais tout aussi bien pu demander à ma maman, mais lui aime les enfants, alors pourquoi pas les bébés ? « Tu verras ils sont troooop choux. Et relativement calmes ! Enfin, c’est pas des bébés qui pleurent sans cesse quoi » Lui qui a des frères et soeurs, si ça tombe il est bien plus habitué que moi, ce qui ne m’étonnerait pas. Arrivés chez ma tante, je sonne et attend qu’elle vienne ouvrir. Avant de s’éclipser, Mila nous donne des consignes et même un papier avec tout ce qu’il y a à savoir. Rapidement, j’entraine Aël près des deux petits bambins qui gigotent et les lui présente pour qu’il sache qui est qui. Encore que ce n’est pas compliqué à deviner « Alors, comment tu les trouves ? Tu veux en prendre un ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Dim 4 Nov - 12:24 par Aël James
Il a l'impression d'être un lion en cage depuis qu'il est rentré chez lui. Il n'a pas le droit de faire de sport pour l'instant, il doit se reposer, se ménager. Pour lui cet aspect là de la convalescence l'angoisse davantage que le problème qu'il aurait pu y passer, ou finir comme un légume. Bien sûr quand il était à l'hôpital il était mal en point, aujourd'hui il a une petite cicatrice sur le crâne et c'est tout. Heureusement, Lilly est en vacances ce qui l'occupe suffisamment pour que ça ne soit pas insupportable, mais la seule sortie qu'ils font vraiment c'est sortir le chien, pour le reste elle veille à ce qu'il reste calme. Aujourd'hui cependant elle lui propose autre chose : garder les enfants de sa tante. Des jumeaux dont Aël a énormément entendu parler, mais jamais vu jusque là. Il faut dire qu'une jeune maman ne laisse pas forcément ses nourrissons à garder... Mais il fallait bien que ça arrive un jour. Lui il est assez heureux de quitter son appartement, et de passer la journée avec des nourrissons qui en ont rien à faire qu'il ait pris un coup sur la tête, et donc qu'ils vont traiter comme n'importe quel adulte.

Ils croisent la tante de Lilly qui nous fait quelques recommandations, des commentaires, et qui parle beaucoup. Il a l'impression de voir Lilly mais en plus vieux ce qui ne manque pas de le faire sourire. Maintenant il connait presque la famille au complet. Puis finalement il se retrouve devant les deux enfants installés sur leur tapis entrain d'essayer d'attraper ce qui passe à leur portée. Il se met à genoux près d'eux et souris. Finissant par s'asseoir par terre, il tend les mains vers le petit garçon. "Viens là bonhomme." Il le cale contre lui dans un geste assez naturel il faut le dire. "Tu sais c'est drôle, mais mon meilleur ami habite juste la maison en face." Il regarde Lilly quelques secondes avant de baisser les yeux sur le bambins, et jouer avec ses petits doigts à lui. Ils sont encore tout petits, tiennent à peine leur tête mais calé comme ça il ne craint rien. Il en profite pour jeter un coup d'oeil autour de lui, la maison est vraiment sympa grande et dans un bon quartier. Il se rappelle qu'elle est chirurgien pas étonnant qu'elle ait les moyens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Dim 4 Nov - 15:52 par Lilly R. Adams
En voyant ma tante partir, j’imagine que ce n’est pas facile pour elle de laisser ses bambins à d’autres personnes qu’elle. Peut-être que si ça avait été ma mère, ou encore la sienne, qu’elle aurait été plus rassurée, mais je pense que si elle m’a proposé de venir les garder, c’est qu’elle a au moins confiance. Il faut dire que je viens passer du temps avec elle au moins une fois par semaine, et qu’à force, je commence à avoir le coup de main. J’ai réussi à la rassurer en lui disant qu’Aël était ambulancier et qu’il avait surement eu des cours pour manier les bambins durant sa formation. Et puis ça ne doit pas être la première fois qu’il fréquente les enfants dans sa famille. Finalement, elle a réussi à partir et nous, on peut se concentrer sur les twins installés sur leur tapis d’éveille. J’attrape les petits doigts de ma filleule et joue avec en me penchant au-dessus. Elle semble plus intéressée à l’idée d’attraper mes cheveux, chose que j’évite rapidement en les nouant dans un chignon au-dessus de ma tête. J’inonde Amaïa de baisers et je sourire en la voyant elle-même sourire alors qu’elle balance ses petits pieds. Finalement je la prends et m’installe dans un fauteuil avec. Je fronce les sourcils lorsque Aël me parle de son meilleur ami « Ah bon ? Je connais ? » Je ne me rappelle pas avoir rencontré le meilleur ami d’Aël, à moins que l’un des amis en commun qu’on ait soit en fait son meilleur ami. « Je demanderai à Mila si elle connait ses voisins. » En effet, ça ne fait pas si longtemps qu’elle vit là, donc peut-être qu’elle ne s’est pas encore vraiment mise à la rencontre du voisinage. Je pose de nouveau mon attention sur ma filleule et puis la montre à Aël « Tu trouves pas qu’elle me ressemble, elle va être canon comme sa marraine ! » dis-je sans retenue, avec un grand sourire. Non, je ne suis pas narcissique à ce point. Finalement, je câline de nouveau la poupée que j’ai dans les bras et sourit en voyant Aël qui semble jeter un œil un peu partout « C’est joli chez Mila, tu ne trouves pas ? » Elle est douée pour la décoration, il n’y a pas à dire, et puis c’est super cosy malgré l’espace. Le genre de décoration que j’aimerais aussi, d’ailleurs. J’entends finalement mon estomac qui crie famine et grimace. Ce n’est pas encore vraiment l’heure, n’empêche qu’on peut quand même boire quelque chose « Je t’ai pas demandé, tu veux boire quelque chose ? » je me laisse et retourne poser délicatement Amaïa près d’Aël et son frère et puis me dirige vers la cuisine de ma tante « Ca doit pas être simple de gérer deux bébés toute seule. Un bébé ça peut être cool, mais deux ça m’angoisserait quand même. » dis-je à l’adresse du seul être dans cette maison, capable de me répondre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Dim 4 Nov - 18:43 par Aël James
"Non il était rarement longtemps à Londres avant. Il est revenu après le décès de son père des Etat Unis. C'est mon meilleur ami depuis l'enfance. Faudra que je vous présente maintenant qu'il est là plus souvent." Pour tout dire, Célian c'est souvent dur de le capter, mais depuis quelques temps ça va mieux, il faut qu'il enquête à ce sujet là.
Il regarde la bouille du bébé, puis Lilly, puis le bébé encore. "Entre la mère et la cousine elle a de qui tenir c'est vrai." Il a inclu Mila dans l'addition juste pour embêter Lilly et ça va sans doute fonctionner. Il est passé maître dans l'art de la chercher.

Effectivement c'était la réflexion qu'il se faisait. "C'est l'endroit parfait pour fonder une famille si tu veux mon avis." Il ne dit pas ça simplement parce qu'il y a des affaires de bébés partout. Mais entre les grandes pièces, et le petit morceaux de jardin..."Un café babe, s'il te plaît." Il se retrouve donc avec alvaro sur les genoux et Amaïa par terre. A ce moment là il se demande effectivement comment il pourrait faire avec deux en même temps. Là il serait bien incapable de les avoir tous les deux dans les bras tout seul. "Tu serais pas toute seule, je serai là." Voilà pourquoi Mila a d'autant plus de mérite d'être mère célibataire. Il repose le petit garçon et entreprends de jouer avec les deux côte à côte en agitant deux doudous posés à côté. Il babille plus qu'il ne leur parle, de loin le spectacle doit donner à Aël des allures d'adulte complètement gaga. "T'en veux toi des enfants ?" C'est la question qu'il pose à Lilly qui revient vers lui. Question qui lui tient particulièrement à coeur en fait, mais dont ils n'ont jamais réellement parlé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Lun 5 Nov - 15:27 par Lilly R. Adams
J’écoute l’explication d’Aël sur son meilleur ami. Je comprends mieux pourquoi je n’en ai jamais entendu parler, pourquoi discuter d’une personne jamais présente à Londres « Et vous ne vous êtes jamais perdus de vue alors qu’il n’était jamais là ? » peut-être qu’ils une amitié plus forte que la distance, en ce qui me concerne, je pense que mes amis d’Espagne sont un peu passé à la trappe. Peut-être est-ce de ma faute, parce que je n’y ai plus jamais mis les pieds depuis que je suis ici. De plus, je mets dix ans à répondre aux sms et mails, parce que j’ai une vie ici, et que j’ai tendance à faire passer tout ce qui se rapport à Londres avant ce qui se passe en Espagne. « Et pourquoi il était jamais là ? » Curieuse un jour, curieuse toujours, mais au moins Aël ne pourra pas me reprocher de ne pas m’intéresser à sa vie ou son entourage. En lui montrant ma filleule et lui demandant de comparer entre elle et moi, il me répond en ajoutant ma tante dans le lot, ce qui me fait froncer les sourcils. « Ben tu perds pas le nord toi » dis-je avec une pointe de jalousie. Je sais que je ne risque rien, d’un côté comme de l’autre, mais quand même. Je détache mon attention d’Aël en essayant de mettre ça sur le côté et me concentre sur le bambin que j’ai dans les bras.

Ma tante à bon goût et sa maison est chaleureuse, c’est pas un scoop. Ou du moins, pas pour moi, mais Aël n’a jamais mis les pieds ici, cependant je réagis à ça remarque « C’est sûr qu’elle ne va pas manquer de place. Manque juste un homme et c’est bon, elle sera proche de la parfaite petite famille modèle » ou presque, en sachant qu’il ne s’agirait pas du père des enfants. Mais qu’importe, non ? Tant qu’il s’en occupe, les aime et les chérit, doit-on vraiment s’inquiéter du lien de sang  J’abandonne Amaïa près d’Aël et me dirige vers la cuisine pour servir de quoi boire. Je fais un peu comme chez moi sans en abuser parce que je sais que Mila ne m’en tiendra pas rigueur, et qu’elle préfère ça plutôt que de rester à se déshydrater en gardant ses enfants. Je dépose la tasse de café sur un petit plateau et de mon côté d’opte pour un jus d’orange que je dépose à côté « Parle pas de malheur, pas des jumeaux pitié. » Aël aura beau être là, il faut les porter avant de les mettre au monde et l’idée de devenir une baleine me terrorise. Néanmoins, je souris face à son engagement, peu de gars assumerait je pense. Je reviens avec le plateau et le dépose près d’Aël, mais assez loin des twins au cas où il y aurait de la casse ou autre catastrophe. Je m’installe en face d’Aël, mais proche des bébés et en voyant Aël gazouiller avec, je souris, touchée par le tableau « Dis-moi, t’es presque prêt à devenir papa en fait » je le taquine un peu, mais ça reste bon enfant.  Je porte finalement mon verre à mes lèvres en gardant l’attention sur les enfants de ma tante. Ils ont l’air curieux et prêts à attraper tout ce qu’il y a autour d’eux et je trouve ça adorable. La question d’Aël me prend un peu de cours, et je prends plusieurs secondes de réflexion avant de répondre « Je pense que oui, mais en même temps ça me fait tellement flipper que je sais pas. Quand je vois que ma mère et ma tante ont dû se débrouiller toutes seules, sans papa, je me dis que finalement ça arrive plus souvent qu’on le croit et ça me fait peur. Après je sais que tous les hommes ne sont pas comme ça, mais c’est un risque à prendre non ? T’imagines, accoucher toute seule, ça doit être dur » j’ose pas trop inclure Aël dans mes plans, j’ai pas envie qu’il se sente forcés, mais j’ai pas non plus envie qu’il se sente rejeté, je reprends aussitôt « sauf si toi tu te sens capable de me supporter au point d’avoir des enfants avec moi. Alors peut-être que je reconsidèrerais mon point de vue. » par curiosité, je reprends « tu demandes ça de manière général, me concernant ou nous concernant nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Lun 5 Nov - 22:42 par Aël James
"Le travail. Il bossait beaucoup aux Etats Unis, d'après ce que j'ai compris il se recentre sur l'Europe, mais on en a parlé rapidement j'ai pas encore tous les détails. Il est agent sportif en fait." C'est vrai que ça peut paraître "drôle" que Lilly n'ait jamais entendu parlé de lui, mais c'est dur de parler de quelqu'un qui est rarement là, quoi que la donne va sans douter changer. Aël n'en rate cependant pas une pour embêter Lilly, et le fait est que ça marche. "Tu m'aimerais moins si je n'était pas comme ça." Il lui sort un sourire angélique qui colle si bien à son prénom.

Est ce qu'il existe une famille parfaite ? Sans doute pourrait il dire que la sienne l'est, mais il y a des hauts et des bas quand même. Une chose est sûre pourtant ce n'est pas parce que Mila n'a pas de père pour ses enfants que la famille n'en sera pas heureuse. En tout cas, ces enfants là ont bel et bien l'air parfaits. Aël est littéralement obnubilé par ces deux petits êtres. Il a toujours aimé les enfants, et serait sans doute plein de regret si jamais il n'en avait pas. Il sourit à Lilly quand elle lui dit qu'il est presque prêt à devenir papa. "Je t'ai jamais dit que j'aimais les enfants ?" C'est de là que la question suivante tire toute son évidence. Aël l'écoute attentivement bien que ses yeux soient sur les deux petits bouts devant lui. Il y a donc deux parties à sa réponse : le fait qu'elle s'en sente pas capable seule, et le fait que si lui était là, ça jouerait dans la balance. Bien sûr dans la question qu'il a posé il n'a pas dit : avec moi. Et oui, c'était une question générique qu'il aurait pu poser à n'importe qui. Cependant, sans doute le fait qu'elle ne rejette pas en bloc l'éventualité qu'il puisse être le père de ses futurs enfants le rassure. "Les deux en fait. Si je t'ai demandé qu'on emménage ensemble c'est parce que j'ai aussi réfléchi à ça." Il tourne finalement les yeux vers elle. "Et pour qu'on soit clair dans l'éventualité où tu tomberais enceinte -bien que ça soit pas dans les plans- je serais à 100% impliqué. Je ne te laisserai pas toute seule tu sais ?" Comme souvent Aël ne fait pas dans la demie mesure ni dans ses actes, ni pour exprimer ses sentiments. Il avait un air sérieux qui finit par s'effacer dans un sourire plus doux. S'éloignant quelques instants, il pose un baiser sur le front de Lilly et prend sa tasse dans ses mains histoire de boire un peu du café. "D'ailleurs ça en est où la discussion avec tes parents ? Tu sais ce que tu veux leur dire ?" Bien entendu c'est rapport à leur futur emménagement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Mar 6 Nov - 23:11 par Lilly R. Adams
De nouveau, j’écoute Aël discuter de son meilleur ami. Travailler aux usa, ça doit être top, mais vu le boulot qu’il fait, c’est peut-être un peu plus compréhensible. Moi, étant dans l’art, me rendre à New-York ne m’apporterait sans doute pas grand-chose, et puis je ne rêve pas de ce genre de vie. Moi je suis plutôtt du genre à essayer de trouver de la stabilité avec les gens que j’aime et pouvoir, quand je rentre, me préoccuper de la personne avec qui je vis. Je sais qu’Aël prend plaisir à me taquiner sur ce qui fonctionne le mieux : ma jalousie. Malgré qu’il s’agisse là de ma tante, je n’ai quand même pas vraiment apprécié, mais s’il s’agissait d’une fille dans la rue, j’aurais encore moins aimé. Je ne lui en veux pas, mais ne réagis pas vraiment à ses dires non plus et je me contente de lui rendre un demi sourire.

Voir Aël avec des enfants est touchant, parce que peu d’hommes sont sensibles à ces petits êtres. Ou du moins, pas de nos jours, pas de son âge. En général, ils sont plutôt du genre à se défiler et il semblerait qu’en face de moi se trouve une perle rare, accro aux bambins « Je savais que tu aimais bien les enfants de l’âge d’Ava par exemple, mais les bébés je ne savais pas » Comme je sais qu’il aime entrainer des enfants au foot us, donc il doit forcément bien aimer les enfants à un moment ou à un autre. Surtout pour les entrainer dans une discipline telle que celle-la. « On n’en a jamais parlé, donc forcément … » Lui fis-je remarquer. Sans aucun reproche malgré tout, l’un comme l’autre aurait pu avancer le sujet, bien que ça reste délicat sans aucun sous-entendu qui pourrait en faire fuir l’un comme l’autre. Je ne sais pas tellement quoi lui répondre face à ses questions. Je ne sais pas tellement s’il parle de manière générale ou pas, et je n’ai pas envie de lui mettre un quelconque couteau sous la gorge, alors à mon tour je l’interroge pour en savoir plus et finalement, sa réponse me fait froncer les sourcils « T’as réfléchi à ça ? » je suis plutôt étonnée. Qu’il réfléchisse au fait d’emménager ensemble, je comprends mais le sujet des bébés, je comprends un peu moins. « Tu t’es dis quoi du coup ? Parce qu’on a pas parlé de bébé, on a parlé d’emménagement » je ne vais pas cacher le fait que ça m’inquiète, certes c’est une logique, c’est comme ça que fonctionne « la vie », mais en pensant égoïstement à moi, ça me fait un peu flipper de me dire qu’il a déjà pensé à tout ça, alors que moi je suis toujours aux études. Certes, ma mère l’était aussi et ça ne l’a pas empêché de réussir sa vie, mais l’une n’est pas l’autre non plus… Les dires d’Aël me rassurent d’une part, mais pas trop d’une autre. Sauf qu’il n’est pas magicien et qu’il ne pourra jamais contrôler cette éventualité. « On va peut-être quand même essayer de ne pas tomber tout de suite dans ce cas de figure, tu penses pas ? » lui dis-je un peu pour me rassurer moi, j’avoue « mais j’apprécie de savoir que tu ne comptes pas m’abandonner si ça nous arrivait » après tout, on n’est pas vraiment à l’abris … « D’ailleurs, si un jour on décide d’essayer d’avoir un bébé, j’aimerais que tu fasses tout ce qui est en ton pouvoir, pour essayer que ce soit une fille… » lui dis-je en rigolant en sachant pertinemment qu’il serait totalement impuissant quant au sexe du bébé. A mon tour je lui dépose un baiser dans le cou puis m’éloigne pour m’agenouiller devant Alvaro cette fois. « Est-ce qu’on ne devrait pas les mettre dans leur lit ? Parce que rester par terre comme ça, ça doit être déroutant un peu non ? » Je me concentre sur les deux bambins quand Aël me pose une autre question. Cette fois-ci je porte toute mon attention sur lui et reprends « J’en ai parlé avec Mila. elle pense comme moi que pour mon père ça sera mort, mais avec ma maman, si je lui parle sincèrement, ça pourrait peut-être fonctionner. Du coup j’irai chez elle demain pour lui en parler, mais ça m’inquiète un peu parce que j’ose pas te laisser tout seul … » Autant dire que le malaise qu’il a eu m’a fait réellement peur et qu’aujourd’hui, c’était difficile de ne pas psychoter, alors aussitôt je reprends « je sais que t’es pas un bébé, que t’es grand tout ça, mais imagine quand je reviens je te retrouve inconscient ou je sais pas, je fais quoi ? » la mine déconfite, je n’ose pas trop en ajouter plus. D’autant plus que lorsque lui retournera travailler et que moi je reprendrai l’école, je n’aurai pas le choix que de m’y faire et de me dire qu’il va mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Mer 7 Nov - 18:55 par Aël James
Dans le cas d'Aël on peut pas dire qu'il aime les enfants, les bébés ou une tranche d'âge en particulier. Non, Aël c'est quelqu'un d'altruiste, qui aime tout le monde, d'où le fait que dans sa vie, il essaie d'aider le plus de gens possibles. Il lui sourit sans faire de commentaire, mais c'est vrai qu'ils n'ont jamais parlé famille tous les deux, du moins pas la famille qu'ils pourraient créer tous les deux. "J'y ai réfléchi oui. Je me dis que si on s'engage c'est pour que ça dure, et si ça dure j'aimerai avoir des enfants avec toi." Il dit ça comme si c'était aussi limpide que de réciter l'alphabet. "Je sais que tu aimes bien t'occuper d'Ava, et t'es dingue de ta filleule alors je me dis que tu n'es pas réfractaire aux enfants..." Ca lui donne une idée... Peut être que Lilly pourrait venir à un match des petits pour faire des animations avec eux. Il garde ça dans un coin de sa tête, le sujet n'est pas là. "C'est un problème?" Mais oui effectivement chaque chose en son temps. "Je préfère te dire ça maintenant, plutôt que tu paniques si jamais il se passe quelque chose... C'était peut être un peu brutal désolé." Sourire d'excuses pour une Lilly qui a 10 ans de moins que lui, souvent il oublie. "Et pourquoi pas un garçon ?" Un petit gars qui jouerait au foot US comme son papa.

"Non le tapis d'éveil c'est bien pour eux tant qu'ils ont pas froid. Sinon on peut les mettre dans leur cosy." Il pointe du doigts les deux sièges bébés rangés. Par la même occasion, alors qu'il installe les sièges Lilly lui répond sur leur futur emménagement. Tout le monde pense donc que monsieur Samuel Adams sera donc le problème. "Je vais survivre pendant quelques heures tu sais ? En plus ça fait combien de temps que tu es pas rentré chez toi ?" il se doute qu'elle en a envie, et il ne veut pas que ça soit de sa faute si elle ne voit pas ses parents. "Et si jamais il m'arrive quelque chose tu appelles une ambulance et tu dis mon nom ça devrait le faire." Il attrape un des bébés pour l'installer, l'attacher et lui donner un jouet. Il s'assoit devant assis à côté de Lilly et passe les bras autour d'elle. "Tu vois on s'en sort !" Il l'embrasse sur la joue. "Quand est ce qu'on regarde les appartement ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Sam 10 Nov - 20:30 par Lilly R. Adams
Je ne pensais pas qu’Aël penserait à tout ça, comme ça. Après, je ne suis pas dans sa tête, il pense bien ce qu’il veut sans forcément devoir m’en parler, mais c’est vrai que je pensais que plutôt qu’y songer tout seul, on y songerait tous les deux ensembles et on en discuterait. Mais rien n’est mal fait, et ce qu’il me dit me touche beaucoup alors je lui adresse un léger sourire sans ciller, le regard toujours perdu dans le sien. « Je sais que c’est encore un peu tôt pour faire péter le champagne, mais 9 mois de relation, on s’en sort pas trop mal pour le moment » ou du moins, moi. Peut-être que lui a déjà eu des relations plus longues avant, mais pour moi c’est une grande première. Je m’approche pour l’embrasser et lui montrer que ce qu’il me dit me touche beaucoup. « Je n’ai rien contre les enfants, non. C’est juste qu’avant, je pensais pas être le genre de fille à vouloir fonder une famille. Tu sais, pour moi le terme ‘famille’ ça frise l’hérésie. Alors je ne trouvais pas ça franchement excitant. Et puis t’es apparu, et t’as tout bouleversé » Mais il marque un point : j’aime beaucoup passer du temps avec Ava, comme j’aime inonder d’affection Amaïa. Alvaro aussi, mais j’ai eu un véritable coup de cœur pour ma filleule. Quand Aël s’excuse, je pose une main sur sa cuisse pour lui montrer qu’il n’a rien fait de mal, et qu’il n’a pas à s’excuser, et sur ce, je m’explique « Non, c’est juste que j’imaginais que tu ne penserais pas à ça tout seul dans son coin, mais que tu préférerais m’en parler. Mais t’as rien fait de mal ». Je tente de le faire rire en lui demandant de s’arranger pour avoir une fille « Parce que je veux voir la vie en rose, avec un vrai berceau de princesse. » En réalité, même un petit garçon, ce serait trop mignon.

Je suis épatée de voir qu’Aël s’y connait en matériel de bébé, alors que moi absolument pas. « Comment tu sais tout ça ? » oui, là je me dois de lui demander où il a appris ces choses-là. Soit il lit des magazines pour maman, soit… soit je ne sais pas. Ils apprennent ça en tant qu’ambulancier ? Peut-être. Finalement on installe les twins dans leur cosy et je rigole de voir Amaïa qui sourit tout le temps en gigotant de tous les côtés « T’es comme ta maman toi, tu souris tout le temps » Et c’est vrai. Je sais que lorsque j’étais petite, c’était ce qui me fascinait chez ma tante : son sourire et son visage ouvert, ça met en confiance. J’ai annoncé la couleur à Aël sur l’idée d’aller parler de l’appartement avec ma mère, comme le fait que ça me mettait mal à l’aise de le laisser tout seul. « Je pense pas que je vais passer la nuit là, je crois que je vais juste manger avec elle et je reviendrai après… » De toute façon, ma mère est au courant de l’incident, et sait aussi que c’est la raison pour laquelle je passe tout mon temps chez lui pendant les vacances. Au pire, je reviendrai à pied, mais je doute que ma maman me laisse retourner le soir, à pied : elle me proposera très certainement pour me reconduire « Arrête de dire ça, moi je voulais que tu me dises qu’il n’y aura aucun problème. Pas émettre l’hypothèse que oui, il pourrait encore t’arriver quelque chose » lui dis-je la mine déconfite. Non, vraiment, revivre la semaine qu’il a passée à l’hôpital, je ne le souhaite plus. Je le regarde installer Alvaro dans son cosy et le regarde explorer le monde autour de lui « C’est parce que c’est facile. Attends quand ils vont pleurer pour manger ou parce qu’il faudra changer leur couche. On va s’amuser » je souris suite au baiser d’Aël sur ma joue et me laisse déconcentrer lorsque le sujet des appartements revient sur le tapis « Je suppose, pas avant demain ? On pourra regarder demain soir, si elle veut bien » encore que je suis majeur et je peux faire ce que je veux, mais me mettre ma mère à dos, ça serait dur. « J’ai mon ipad chez toi, on pourra toujours se poser dans ton lit, bien au chaud, et jeter un œil » lui dis-je avec un léger sourire. Je trouve ça pas trop mal comme programme, moi. « Enfin sauf si tu prévoyais autre chose, mais t’es en convalescence, donc tu peux pas faire grand-chose » repris-je non sans un air vainqueur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Dim 11 Nov - 11:51 par Aël James
"Ce n'est pas que je ne voulais pas t'en parler. C'est juste qu'il fallait que je pèse le pour et le contre dans ma tête avant. Savoir si je pouvais t'en parler justement." Ce qui est complètement vrai parce que Aël a finalement été assez malmené jusque là par des filles de son âge qui étaient loin de vouloir se poser dans une vie stable. Est ce que se mouiller avec une fille de 10 ans sa cadette est une bonne idée si on va dans ce sens là ? Ne regrettera t'elle jamais de s'être coincée dans cette relation dans quelques années ? Seul le temps pourra le dire. "T'as qu'à demander des jumeaux comme ta tante au moins il y aura les deux du premiers coup. Surtout que ton père à deux soeurs qui sont jumelles, ça peut t'arriver tu sais ?" Aël utilise le ton de la plaisanterie mais il ne ferait pas le fier si jamais il apprenait que Lilly attendait des jumeaux.

"Tu sais j'ai des cousins, ils ont eu des enfants et je les ai gardé un paquet de fois." Il faut aussi dire qu'il n'avait jamais eu besoin qu'on le supplie pour qu'il accepte de s'occuper des enfants. Il a toujours été heureux de le faire, même de ses frères et soeurs.
Il ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel quand elle lui dit qu'elle va revenir aussitôt qu'elle aura mangé. Elle est toujours sur le qui vive depuis qu'il a eu son malaise. Il faut dire que c'était dangereux, mais depuis il est retourné faire des examens et tout va bien dans le meilleur des mondes possibles non ? "Mais je vais bien Lilly les médecins sont formels, tu étais avec moi non ? " La prochaine fois il demandera à ce qu'on lui fasse un mot et il l'encadrera : Aël James est en parfaite santé. "J'ai juste besoin de repos et tu m'interdis tout ! Je crains rien !"

Il lui sourit, elle n'est pas tranquille à l'idée d'avoir à gérer les jumeaux. "On est deux, ça va bien se passer tu sais ? Ce sont pas des monstres qui vont se transformer." Cependant il change de sujet en parlant des appartements. Il n'a pas trop de scrupules à quitter le siens, il n'est pas attaché aux choses matérielles. "Je suis en convalescence mais a moins que tu ne m'attaches tu pourras pas m'empêcher de faire ce que je veux tu sais ?" Autrement dit il est clair qu'elle a moins de force que lui et il ne se laissera pas faire. Pour l'instant il est docile, mais quand il aura reprit le boulot pas question de continuer comme ça longtemps. Il décide de revenir sur les appartements. "T'as une idée du quartier ?" De toute façon c'est plutôt leur budget qui va définir tout ça...Il faudrait poser à plat ce qu'ils peuvent dépenser pour savoir où il pourrait habiter. "Au moins un parc pas trop loin pour Shiva..." Il réfléchit à haute voix café en main à côté de Lilly.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Baby Deoxys alias Deox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-