Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Bonne année !
On vous souhaite une excellente année 2019 !
Speed-dating : inscriptions.
Les premières inscriptions sont lancées. C'est par que cela se passe.
LC awards.
Les résultats sont tombés ! Pour les découvrir, un petit tour par ici suffit !
Version #33 & nouveautés.
La 33ième version vient d'être installée, rendez-vous par ici pour découvrir les nouveautés.
Bingo de Noël !
Venez jouer au Bingo de Noël du forum, et tentez de remporter des cadeaux.
Winter Wonderland & Nouvel an.
Le Winter Wonderland est de retour pour patienter jusqu'à Noël. Vous pouvez aussi venir célébrer le nouvel an au Skylight.
Comfort zone.
Une nouvelle catégorie a fait son apparition. Venez jetez un coup d’œil par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

speed-dating les inscriptions sont désormais ouvertes pour la première session, qui aura lieu le weekend prochain.

bingo de noël à travers tout un tas de petits défis, viens remplir ta carte de bingo et remporter des cadeaux.

awards, les résultats sont arrivés, venez voir si vous avez gagné et prendre votre récompense !

winter wonderland comme chaque année, ce parc d'attraction aux allures de fêtes s'installent dans hyde park, pour le plus grand plaisir des petits comme des grands...

nouvel an un sujet commun pour le nouvel an, avec un but caritatif et quelques surprises à la clé, viens participer !


I got you to look after me, and you got me to look after you. (Rioja)

I’m only afraid of what I want.
Gabrielle Rowena
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 14712
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Sam & Jamie.
() message posté Sam 24 Nov - 10:34 par Gabrielle Rowena

≈ ≈ ≈
{I got you to look after me, and you got me to look after you}
✰ w/ rioja

La route est en pente, ce qui signifie que Gabrielle doit faire deux fois plus attention. Elle aurait dû se déplacer à pied, ou prendre un taxi, le métro, n’importe quoi, mais pas son vélo. Pourtant, elle est en train de freiner, pour ne pas arriver trop vite. Elle essaie d’arrêter de penser, pour se concentrer uniquement sur ce qu’elle est en train de faire, avec malheureusement peu de succès. D'ordinaire, quand elle se rend chez Rioja, Gaby est toujours heureuse. Elle sait qu’elle va passer un bon moment en compagnie d’une amie. Mais pas aujourd’hui. Non, aujourd’hui elle est nerveuse, parce qu’elle a besoin de parler. De lui parler. Et de connaitre le point de vue de son amie là-dessus la rend nerveuse. Elles ont déjà eu ce genre de conversation par le passé, et à chaque fois elles ne se sont pas trouvées d’accord. Le mieux serait sûrement de ne rien dire, et de garder cela pour elle, elle le sait. Seulement elle en a marre de tout garder pour elle, et elle a besoin d’en parler. Au fond elle ne sait pas si elle attend l’approbation de son amie, ou bien qu’elle essaie de la dissuader d’arrêter. Il est sûrement trop tard pour cela, elle n’arrive pas à arrêter d’y penser. Elle freine brusquement, arrivant trop vite, et manque de tomber. Heureusement, elle parvient à garder son équilibre, même si cela l’oblige à monter légèrement sur le trottoir. En vélo, elle est un véritable danger, mais cela reste encore bien plus sûr qu’en voiture. De toute façon elle n’a jamais passé son permis par peur d’être beaucoup trop dangereuse sur la route. Elle se remet à pédaler, pas trop vite, pour se laisser encore un peu de temps avant d’arriver à destination. Elle pourrait très bien faire demi-tour, rentrer chez elle où sa mère et Emma l’attendent, sans que personne n’en sache rien. Elle n’a pas prévenu Rio de son arrivée, pour se laisser une chance de changer d’avis. Seulement Gabrielle sait que si elle ne le fait pas aujourd’hui, elle risque de ne jamais le faire. Or elle a vraiment besoin de pouvoir se confier à quelqu’un. Elle arrive finalement devant chez son amie, et descend de son vélo non sans manquer de tomber, et sans être un peu essoufflée. Probablement les joues rosies par le froid aussi. Elle prend tout son temps pour attacher son vélo, se recoiffer, vérifier que son vélo est bien attaché, avant de ne plus trouver d’excuses pour retarder son arrivée. Une petite part d’elle espère que Rioja ne se trouve pas chez elle, même si elle finit par sonner une fois devant sa porte. Il n’est pas rare qu’elle débarque ainsi sans prévenir, et jusque-là cela ne l’avait jamais dérangé. Ce soir en revanche, les choses sont différentes. Finalement la porte s’ouvre, et malgré tout un sourire élargie ses lèvres, heureuse de la voir. « Bonsoir. » Après tout il s’agit de Rio, sa plus vieille amie, celle qui la connait sans aucun doute le mieux, il n’y a pas de raison d’être aussi nerveuse. Et puis, elle n’est peut-être même pas obligée d’aborder le sujet. « J'étais dans le coin, et je me suis dis que je pouvais passer te voir avant de rentrer. » Ce n’est pas tout à fait vrai, mais ça Rio n’a pas besoin de le savoir. Elle n‘a pas besoin de savoir qu’elle est venue exprès après son travail pour la voir. « Dis-moi que je ne te déranges pas ? » Parce que même si elle avait un peu espéré ne pas la trouver chez elle, maintenant qu’elle est ici, elle n’a pas envie de repartir. Elle n’a pas envie d’être raisonnable, et de rentrer chez elle. Elle s’en veut un peu de penser ainsi, mais Gabrielle a toujours eu du mal à se contenter d’être une femme et une mère. Elle a aussi besoin d’avoir sa propre vie, ce qui parfois la pousse à faire des choses qu’elle ne devrait pas. Le fait de se sentir seule quand Miles travaille trop, ne l’aide pas non plus. Elle n’en est pas fière, mais elle se dit que si son mari ne l’apprend pas, alors ce n’est pas trop grave. Elle devrait être plus raisonnable, plus sage, mais jusque-là ça n’a jamais été le cas. D’autant plus qu’en ce moment, elle a bien du mal à arrêter de penser à une certaine blonde. Et ça, elle ne le supporte pas. Elle n’a pas envie de tout gâcher, mais elle semble incapable d’être raisonnable. Pour la première fois, elle a vraiment peur de faire n’importe quoi. Elle a vraiment besoin de Rioja.
Revenir en haut Aller en bas
maybe i belong among the stars.
Rioja Ibanez
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 2252
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : adria arjona.
» Âge : 29yo, (15.02).
» Schizophrénie : lola, nova & teodora.
() message posté Lun 26 Nov - 22:13 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{i got you to look after me, and you got me to look after you}
✰ w/gabrielle rowena.

Son été à Rioja, il s’était bien déroulé. Du moins, de son point de vue. Elle avait réussi à arranger les choses avec Bodevan, du moins c’était l’impression qu’elle avait et ce, malgré son désir de rester dans son appartement d’Hampstead. Trop de souvenirs dans cet appartement de Kensington dans lequel, elle avait habité quelques années bien qu’elle ait interdit à Bodevan de le vendre à un autre couple qui en aurait besoin. Parce que même si cet appartenait lui rappelait une autre vie, Rioja préférait ne pas penser à la possibilité qu’une autre famille s’y installe et créer des souvenirs. Peut-être que cela était égoïste de sa part de penser de cette manière, mais au fond, Rio n’en avait absolument rien à foutre. Après un léger voyage jusqu’à Bali, Rioja était revenue à Londres, avait bossé un peu quelques articles pour le magazine avant de prendre son envol pour quelques jours en Italie. Désormais, la chaleur lui manquait. Le mauvais temps de Londres? Rioja ne s’y était toujours pas habitué et peut-être qu’elle ne s’y habituerait jamais parce qu’elle avait le sang chaud. La mauvaise température jouait sur son moral et le fait que le moral des autres changent également n’aidait pas. Alors, Rioja s’assurait d’avoir beaucoup de travail à faire. Que ce soit chez Vogue ou en dehors. Elle préférait ne pas être seule parce que là, c’était bien pire. Solitude et temps mauvais donnait un cocktail dangereux dans le cas de Rio. Et lorsqu’elle le pouvait, Rioja restait au bureau plus longtemps que les autres, son bureau étant la seule pièce illuminée. Pas ce soir. Eros lui interdisant d’être la dernière à partir, l’obligeant à quitter les lieux le plus rapidement possible. Du coup, Rioja s’était retrouvé dans le prochain taxi disponible se dirigeant jusqu’à chez elle. Son appartement à Hampstead. Son appartement vide, mais réconfortant. Le son de ses talons sur le carrelage de l’immeuble était le seul moyen pour les autres résidents de savoir qu’elle était à la maison. Ça et aussi la musique qu’elle avait mise à un volume plus élevé qu’à l’habitude. Rioja allait bosser, mais allait écouter de la bonne musique tout en accomplissant le boulot à faire. Sur le chemin du retour, la jeune femme s’était même commandée de l’asiatique. L’envie de cuisiner n’étant pas du tout présente ce soir ou même les autres soirs. Rioja était à la maison depuis une bonne trentaine de minutes avant que la sonnette retentisse dans tout l’appartement. Incertaine de savoir si c’était sa nourriture, Rioja eut un petit délai avant de réaliser qu’il y aurait toujours une personne à la porte. En ouvrant la porte, Rioja découvrit son amie d’enfance Gabrielle à qui, elle n’avait pas demandé des nouvelles depuis leur dernière rencontre. Rioja se sentait toujours mal d’être une amie aussi médiocre, mais Gabrielle semblait toujours comprendre que la vie passait à une vitesse folle pour prendre des nouvelles à tous les jours. « Bonsoir. » À son tour, Rioja lui offrit un sourire. « Bonsoir, je ne t’attendais pas. Entre, entre. » Tout en prononçant cela, Rioja se poussait du chemin en ouvrant un peu plus la porte afin que son amie entre chez elle. Gabrielle serait toujours la bienvenue dans son appartement. Elles avaient partagées trop de souvenirs pour que ça ne soit pas le cas. Puis, Gabrielle était probablement l’une des seules véritables amies que Rioja possédait. « J’étais dans le coin, et je me suis dis que je pouvais passer te voir avant de rentrer. » La porte se refermant derrière elle, les mains de Rioja plongèrent dans les poches de son pantalon, son visage affichant toujours ce même sourire que tout à l’heure. « Tu es toujours la bienvenue, Gaby. Du moins, quand je suis à la maison. » Comme Rioja savait qu’elle pouvait venir à l’improviste si c’était dans sa nature, bien sûr. Doucement, les pieds de Rioja commencèrent à se diriger vers la salle à manger, là où tous ses papiers et son laptop se trouvaient. « Dis-moi que je ne te déranges pas? » Rioja arquait un sourcil. Il y avait quelque chose d’étrange chez Gabrielle. « Tu ne me déranges pas, Gabrielle. Que se passe-t-il? Emma va bien? Tu m’inquiètes. » Elle espérait que ce soit pas quelque chose de grave sans se douter que c’était un sujet de conversation que Rioja préférait probablement éviter.
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.
Gabrielle Rowena
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 14712
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Sam & Jamie.
() message posté Dim 6 Jan - 16:32 par Gabrielle Rowena

≈ ≈ ≈
{I got you to look after me, and you got me to look after you}
✰ w/ rioja

Elle ne sait honnêtement pas si c’est une bonne idée. Sans doute que non. Mais si Gabrielle est sûre d’une chose, c’est qu’elle a besoin de parler. Et Rioja est la seule personne en qui elle a assez confiance pour le faire. Cela ne rend pourtant pas les choses plus faciles, parce qu’elles n’en parlent jamais. Gabrielle ne parle jamais de ses infidélités avec qui que ce soit en réalité. C’est rarement quelque-chose qu’elle prévoit, mais plutôt une réaction à sa solitude. Ce qui n’est pas arrivé depuis un moment maintenant, les choses se passent mieux avec Miles. Et pourtant elle ne parvient pas à ne pas penser à Eulalie, ce qui finit par la rendre complètement folle. Elle s’en veut, beaucoup, mais cela ne change rien. Et c’est justement parce qu’elle ne parvient pas à ne pas penser à elle, que Gaby sait qu’elle a besoin d’en parler. Ce n’est pas comme d’habitude, et c’est justement là tout le problème. Elle est nerveuse, ce qui est assez rare chez elle. Généralement elle est le genre de femme à avoir confiance peu importe la situation. Mais le sujet est délicat, et même si elle sait qu’elle peut avoir confiance en Rio, elle a peur de son jugement. Sûrement qu’elle le mérite, mais ce n’est pas cela dont elle a besoin. Non, elle a besoin d’une oreille attentive. Elle ne sait même pas ce qu’elle attend réellement de cette conversation, parce qu’il est complètement improbable que son amie soit d’accord avec cela. Mais est-ce qu’elle arriverait à la dissuader pour autant ? Gabrielle est presque sûre que non. Cela n'a jamais rien changé. « Bonsoir, je ne t’attendais pas. Entre, entre. » Elle franchit le pas de la porte aussitôt, non sans se dire qu’il est trop tard pour reculer. Elle n’est pourtant pas obligée d’en parler, Rioja n’étant pas au courant de la raison de sa venue. Ce n’est pas la première, ni la dernière fois qu’elle débarque ainsi sans prévenir. Ce n’est pas inhabituel, rien d’exceptionnel, rien qui indique qu’elle a besoin de lui parler. Ça pourrait être une simple visite amicale. « Tu es toujours la bienvenue, Gaby. Du moins, quand je suis à la maison. » Un léger sourire se dessine sur ses lèvres en entendant son amie, alors qu’elle enlève son manteau. Puis c’est le tour de son écharpe qu’elle prend soin de mettre dans son sac, avant de la suivre dans la salle à manger. À la vue de l’ordinateur ouvert, Gabrielle se sent obligée de vérifier qu’elle ne la dérange pas. Une petite part d’elle espère qu’elle lui réponde "oui" pour ne pas avoir à parler. Et pourtant si elle est ici, c’est qu’elle a bien besoin de le faire. Elle ne sait simplement pas comment. Alors en attendant, elle essaie de gagner du temps en regarder la pièce, endroit qu’elle connait très bien pour être venue de nombreuse fois ici. « Tu ne me déranges pas, Gabrielle. Que se passe-t-il ? Emma va bien ? Tu m’inquiètes. » Bien sûr, elle aurait dû se douter que Rioja remarquerait quelque chose. Elle la connait trop bien pour que ce ne soit pas le cas. Le fait de ne pas savoir comment aborder le sujet, ne l’aide pas à faire semblant. Heureusement ce n’est pas quelque-chose de grave. Du moins, pas au sens premier du terme. « Non, non, Emma va bien. » Dieu merci. Elle le pense, mais ne le dit pas. Comme toujours, parler de sa fille devant Rioja la met mal à l’aise. Consciente qu’elle va bien devoir expliquer la raison de sa présence ce soir tôt ou tard, elle s’installe sur son canapé gagnant encore quelques secondes. « Ne t’inquiètes pas, ce n’est rien. » Ce n’est peut-être pas la meilleure façon de commencer, mais elle veut pas l'inquiéter non plus. « C’est juste que... » Elle pousse un soupir, évite de la regarder avant de reprendre sa phrase. « Je n’arrête pas de penser à quelqu’un, et ce n’est pas mon mari. » Volontairement elle ne prononce pas son prénom, pour rendre les choses moins horribles. Pourtant ça l’est. Plus que les autres fois. « Et je sais ce que tu en penses, mais je ne sais pas quoi faire. » Le simple fait de l’admettre à voix haute, lui fait réaliser combien cela est vrai. En temps normal, jamais Gabrielle ne se pose autant de question. En temps normal, cela fait bien longtemps qu’elle aurait déjà tenté quelque-chose.
Revenir en haut Aller en bas
maybe i belong among the stars.
Rioja Ibanez
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 2252
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : adria arjona.
» Âge : 29yo, (15.02).
» Schizophrénie : lola, nova & teodora.
() message posté Sam 12 Jan - 3:03 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{i got you to look after me, and you got me to look after you}
✰ w/gabrielle rowena.

Rioja ne possédait pas beaucoup d’amis. Elle était en mesure de les compter sur les doigts de sa main parce que Rioja avait toujours préférée avoir un petit cercle d’amis que trop d’amis avec un visage double et c’était ainsi depuis son enfance. Même petite, Rioja s’était contentée d’avoir deux-trois amis en qui elle pouvait faire confiance. Gabrielle était l’une d’entre elles. Une amie d’enfance que Rio connaissait depuis des années et en qui, elle ferait toujours confiance. Elle ne se permettrait pas de perdre une amie comme Gabrielle qui l’avait connue sous ses bons et mauvais jours. Avec les années, Rioja avait appris à décerner les expressions de sa compatriote espagnole. Il y avait quelque chose qui se tramait dans sa tête qui l’inquiétait. Qui l’agaçait et ressentait le besoin d’en parler. Rioja était toujours heureuse de savoir que Gabrielle lui faisait amplement confiance pour lui partager ses problèmes. Tout le contraire d’elle, au fond, puisque depuis la perte de son enfant, Rio partageait de moins en moins ce qui se tramait dans sa vie, préférant conserver sa douleur pour elle-même. Pourtant, elle faisait des efforts depuis quelques temps. Elle s’assurait de montrer ce qu’elle ressentait, de dire haut et fort ce qui se tramait dans sa tête… Ce n’était pas toujours facile, mais Rioja faisait des petits pas. Même si elle appréciait grandement la visite de son amie, Rioja se posait toujours la question suivante : était-il arrivé quelque chose d’imaginable? Dans le cas de Gabrielle, c’était son enfant : Emma parce que la jeune femme savait ce qu’était de perdre un enfant et elle ne voulait pas que ça arrive à quelqu’un d’autres. « Non, non, Emma va bien. » Heureusement, Gabrielle la réconforta rapidement en lui assurant qu’Emma allait bien. Elle pouvait cocher cette case sur sa liste mentale bien que l’expression de Gabrielle l’inquiétait toujours. « Ne t’inquiètes pas, ce n’est rien. » Au fond, Rio savait que ce n’était pas entièrement la vérité sinon son visage exprimerait autre chose comme sentiment. Il y avait quelque chose qui clochait dans la vie de Gabrielle qui la dérangeait. « C’est juste que… Je n’arrête pas de penser à quelqu’un, et ce n’est pas mon mari. » Le visage de Rioja se transforma en surprise à la confession de Gabrielle. Au début, elle ne s’imaginait pas que cela pouvait être quelque chose dans ce genre-là. Maintenant, elle ne pouvait pas agir autre que surprise parce que pour l’être, elle l’était. Suffisamment pour ressentir le besoin de s’asseoir sur la chaise, en digérant la nouvelle. Rioja avait une opinion ferme sur l’adultère. Elle n’aimait pas en discuter parce que ce sujet la fâchait. Elle n’aimait pas y penser et préférait penser que les gens étaient bons et n’allaient pas voir ailleurs. Pourtant, Rioja retenait tout jugement à l’égard de Gabrielle. Qui était-elle pour juger son amie d’enfance ainsi ? Elle n’était qu’une âme brisée qui manquait d’amour. « Et je sais ce que tu en penses, mais je ne sais pas quoi faire. » Son regard était perdu dans le vide depuis deux bonnes minutes avant qu’elle remonte les yeux et les dépose sur Gabrielle en se raclant la gorge. Elle-même ne savait pas quoi faire pour l’aider. « À quel point, j’aimerais un verre de vin en ce moment. » Quelque part, l’alcool l’avait toujours aidé. D’une certaine manière. Mais elle était sobre alors ce n’était pas possible. Tout comme ce n’était probablement pas les bons mots à prononcer. « Qu’est-ce que tu ressens envers cette personne? Est-ce que c’est juste de l’attirance ou tu penses que c’est bien plus? » En ce moment, la seule chose qu’elle était en mesure de faire pour aider Gabrielle, c’était de poser des questions pour décortiquer ce qu’elle ressentait envers cette personne inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Hampstead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-