Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #33 & nouveautés.
La 33ième version vient d'être installée, rendez-vous par ici pour découvrir les nouveautés.
Bingo de Noël !
Venez jouer au Bingo de Noël du forum
Winter Wonderland & Nouvel an.
Le Winter Wonderland est de retour pour patienter jusqu'à Noël. Vous pouvez aussi venir célébrer le nouvel an au Skylight.
Comfort zone.
Une nouvelle catégorie a fait son apparition. Venez jetez un coup d’œil par .
LC awards : nominations.
Les LC awards sont toujours en cours ! Pour faire vos nominations, rendez-vous par ici
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

soirée cb samedi 22 décembre à 21h ! venez nombreux et révisez vos classiques de noël *oh oh oh*

bingo de noël à travers tout un tas de petits défis, viens remplir ta carte de bingo et remporter des cadeaux.

awards 1ère étape pensez à envoyer votre mp pour choisir les nominés de cette année.

winter wonderland comme chaque année, ce parc d'attraction aux allures de fêtes s'installent dans hyde park, pour le plus grand plaisir des petits comme des grands...

nouvel an un sujet commun pour le nouvel an, avec un but caritatif et quelques surprises à la clé, viens participer !


a million dreams are keeping me awake - Alastaire

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/11/2018
» Messages : 15
» Avatar : Miguel Bernardeau
» Âge : 20 ans
» Schizophrénie : Maxwell
() message posté Ven 30 Nov 2018 - 16:01 par Charles D. Thompson



Ça me fait bizarre d'être revenu ici et de vivre dans ce quartier. Je ne m'y fais pas encore. Il y a encore des tas de choses auxquelles je ne me fais pas, le fait que j'ai une famille notamment. Je ne pensais pas en avoir et pourtant ils sont là et ils sont arrivés à un bon moment, j'avais besoin que quelqu'un me tende la main et c'est ce qu'ils ont fait. C'est à moi désormais d'aller d'aider quelqu'un et surtout de rembourser mes dettes. J'ai parlé de la voiture à mes nouveaux parents et ils m'ont laissé agir comme je le voulais. Je ne suis plus un gamin, j'ai vingt ans et même si je suis encore jeune ils tiennent à ce que j'ai des responsabilités et ils ont été tout de suite d'accord pour que je la revende pour aider Alastaire. Je ne suis pas un type ingrat, contrairement à ce qu'on pourrait penser. C'est vrai que je suis parti sans lui dire au revoir et qu'il n'a sans doute pas eu beaucoup plus de nouvelles que les autres, mais il le fallait et je tiens toujours mes promesses. Je lui ai dis que je le rembourserais alors je vais le faire. J'ai même mis plus que ce que je lui devais sur le chèque. Le ventre de ma voiture ma rapporté plus que je ne le pensais. Une somme que je n'avais jamais eu sur mon compte avant et j'ai encore du mal à le croire. J'ai eu quelques nouvelles par Nate et je sais qu'il est dans la panade alors je lui je ne resterai pas là sans rien faire. J'ai envoyé un message à Alastaire pour qu'il me rejoigne dans un bar. Je suis un peu tendu à l'idée qu'il puisse m'en vouloir parce que je l'ai un peu laissé en plan mais j'imagine qu'il viendra. Il ne sait sans doute pas que j'ai changé de nom et encore moins de vie. Je lui fais un sourire en le voyant arriver et lui dit :

« Salut j'avais peur que tu ne viennes pas. »


Il aurait été tout à fait légitime qu'il me snobe et qu'il ne veuille pas me voir. Je suis parti comme un voleur et je reviens après plusieurs mois, mais si il est là c'est peut-être parce qu'il veut savoir ce qu'il s'est justement passé et je suis près à lui raconter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sex, Scotch, Blues and Rock n' Roll

» Date d'inscription : 14/04/2018
» Messages : 633
» Pseudo : Chiendelespace
» Avatar : Cole Sprouse
» Âge : 25 ans
() message posté Mer 5 Déc 2018 - 23:16 par Alastair H. Pratt
Le type n’arrêtait pas de fixer son plâtre et son beau veston, mal à l’aise. Il pliait et dépliait la feuille de papier devant lui et jetait des coups d’œil nerveux aux clients, par dessus la banquette de cuir. L’air sentait la friture à plein nez et Alastair essayait de garder le sourire, comme un con, malgré le haut de cœur.

C’était… c’était Kassie, au Lucky Star, qui avait dit à voix haute que ce restaurant de question cherchait désespérément des gens. Qu’on avait un peu forcé la sœur de l’autre à faire des heures supp’, faute de relève. La sécurité sociale lui brandissait toujours le fax signé de son père comme preuve de revenus imaginaires et il était à bout de ressources. Il n’avait plus une tune.

Il comprenait enfin pourquoi Nate remettait compulsivement ses mégots non fumés dans leur paquet. Il fallait tout rationner. Tout. Surtout les clopes qui coutaient une fortune.

Alors il était venu porter son curriculum vitae. Vêtu de ses plus beaux atours, comme on le lui avait tant inculqué, la main toujours piégée dans son plâtre. Le patron l’avait regardé de travers, avait ouvert la bouche pour le foutre dehors et s’était résigné.

« Droit à Oxford?! Comment… »

« Je suis en année sabbatique. »

« Et… le plâtre? »

« Enlevé dans dix jours. »

Il s’était résigné, le patron. Il ne savait plus quoi faire, un peu comme lui. Alors il l’avait engagé, malgré son manque total d’expérience. Malgré son beau veston et le fait qu’il savait pertinemment qu’un môme comme lui ne resterait pas longtemps. Pas même une journée. Sans doute parce qu’il avait lu la même lueur de désespoir dans les yeux du gosse, en face de lui.

Alastair commencerait lundi prochain.

En sortant du diner, il ouvrit son téléphone cellulaire. Il avait demandé à Keynes de l’aider… juste là-dessus. Pour se trouver un job. Un message texte l’attendait. Juste un. Alastair s’arrêta en plein milieu du trottoir, abasordi. Derek. Derek venait de le texter. Bordel. Ce mec n’était pas encore mort dans le caniveau? Et il voulait le rencontrer ce soir?

Il se souvenait de leur dernière rencontre, dans son luxueux appartement d’Air Street. De la façon dont il l’avait retrouvé, dans la rue, de leur dernière conversation…

Le mec s’était volatilisé… avec ses 5000 livres.

Le jeune homme ne lui en voulait pas. Ce n’était pas un prêt, non? Comment un type de ce genre aurait pu rembourser 5000 livres? Que son propre père l’ait forcé à tout rembourser lui même avant la réception à Aberdeen n’avait plus d’importance. C’était presque une bénédiction, en fait. Le Vieux con aurait eu un prétexte de plus pour le forcer à plier à sa volonté. Personne ne pouvait rembourser 5000 livres alors que même la Sécurité sociale ne voulait pas vous aider.

Il trouva le voyou assis au comptoir du pub en question. Il le rejoignir, les mains fourrées dans les poches de son bon veston, mal à l’aise.

« Je pensais que tu avais perdu mon numéro. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/11/2018
» Messages : 15
» Avatar : Miguel Bernardeau
» Âge : 20 ans
» Schizophrénie : Maxwell
() message posté Jeu 6 Déc 2018 - 16:23 par Charles D. Thompson
Je ne sais pas si il a l'air ravi de me voir ou non. Je n'arrive pas à déterminer ce qu'il pense, ni ce qu'il traversé et je comprendrai au final qu'il ne veuille plus du tout qu'on se voit, mais j'ai changé et je ne suis pas venu les mains vide. Je suis un peu surpris d'ailleurs qu'il semble si distant et si différent de la dernière fois où je l'ai vu. Il faut dire que je l'ai laissé un peu en plan mais je ne pensais pas qu'il m'accueillerait de cette manière. Sharona a été plus sympa mais j'imagine une fois encore qu'il a ses raison d'agir de la sorte. Je ne le blâme pas loin de là.

« Non je ne l'avais pas perdu. Je n'avais juste pas le droit de l'utiliser là ou j'étais et je n'avais plus les moyens de payer un forfait non plus. »

Véridique. J'ai du me passer de téléphone quelques temps. J'en été arrivé à un point ou je sautais plusieurs repas dans la semaine, parce que je n'arrivais pas à joindre les deux bouts, avec mes dettes, le loyer de mon neuf mètre carré et mes dépenses pour la beuh et la drogue … Ce n'était pas facile et je n'ai pas envie de repenser à tout ça. Je lui dépose alors une enveloppe avec un chèque dedans. Je me doute qu'il a du se dire que je ne le rembourserais pas, que je ne tiendrais pas ma promesse, mais il avait tort et je lui donne même plus que ce que je lui dois. Je glisse l'enveloppe vers lui sur la table avant de dire :

« J'ai mis un peu de temps, mais tout est là. Je ne suis pas un sale type. Je ne comptais pas partir comme ça, c'était imprévu et puis la roue à tourné, j'ai une nouvelle famille désormais. Je ne sais pas si tu connais les Thompson, c'est mon oncle et ma tante en réalité. Ils m'ont adopté officiellement cet été avant que je m'accepte de suivre un cure. J'ai changé de prénom aussi mais je tiens toujours parole et j'aurais trimé jusqu'à en crever pour te rembourser. »

Je suis sur qu'il le sait. Ce n'était pas volontaire si je suis parti, ce n'était pas à cause de lui non plus. C'était à cause de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sex, Scotch, Blues and Rock n' Roll

» Date d'inscription : 14/04/2018
» Messages : 633
» Pseudo : Chiendelespace
» Avatar : Cole Sprouse
» Âge : 25 ans
() message posté Aujourd'hui à 5:37 par Alastair H. Pratt
C’était un pub tout simple de Camden town. Avec des banquettes en cuir vert forêt un peu élimé, un éclairage tamisé et une table de billard, au fond. Certains types lui lançaient des regards curieux, à lui et ses belles fringues trop habillées pour l’endroit. Ça le rendait nerveux. Sentait-il cette putride friture qu’il avait senti, au diner? Il soupira. Il faudrait s’y habituer, non?

Les mains toujours fourrées dans les poches de son manteau de tweed, Alastair jeta un regard incertain au tabouret à côté du jeune homme, et à l’enveloppe posée sur le comptoir. Mal à l’aise, il sortit sa main valide et desserra un peu sa cravate.

« Pas la peine de t’excuser, c’est pas grave. De toute façon, je n’avais pas trop la tête à ça. »

Façon polie de dire que sa vie avait été presque un cauchemar depuis juillet. Depuis cette foutue réception à Aberdeen, ouais. Il ne savait pas trop ce qu’il s’imaginait. La vie bohême? À vivre dans les rues de Londres d’amour, de musique et d’eau fraîche, comme dans une chanson de Charles Aznavour? Crever immédiatement après, de faim, de maladie de violences dans une ruelle mal famée de Storeditch comme un orphelin de Charles Dickens, peut-être?

La réalité n’avait pas tout ce romantisme débridé. Entre le matelas gonflable qu’Erwan lui avait proposé tout l’été et le canapé que Mini-fée pouvait lui offrir, la rebellion d’Aberdeen avait perdu tout son blason. Et la sécurité sociale qui refusait de l’aider à cause du putain de fax signé de son père. Sans parler de ce qui s’était passé au Lucky Star. Alastair grimaça sans s’en rendre compte.

Avec méfiance, il prit place sur le tabouret et mis sa main plâtrée sur l’enveloppe avec hésitation. Alastair se râcla la gorge. Leur dernière rencontre n’avait pas été géniale, Derek et lui. Il se revit encore, à côté du grand corps allongé et drogué, dans cette ruelle. Il entendit à nouveau l’autre le traiter de dingue, à cause de sa réaction. Le jeune pianiste pinça les lèvres et jeta un regard autour d’eux pour le reporter sur l’enveloppe blanche immaculée, sous son plâtre sale et couvert d’inscriptions au feutre. Un chèque. Avait-il les moyens de couvrir les frais d’un chèque sans provisions? Ce qui restait dans son compte couvrait à peine ce qui lui fallait pour survivre minimalement jusqu’à sa première paie… s’il survivait à ce job de merde.

« C’était pas un prêt, tu sais. Je ne m’attendais pas à le ravoir. »

Il chercha du regard le barman et lui fit signe et se commanda une pinte. Si Nate le voyait, il lui aurait demandé s’il faisait de la fièvre. Alastair détestait la bière. Mais une verre de vin rouge était bien trop cher, pour la quantité donnée. Sans parler d’un verre de scotch. Il avait besoin d’alcool. Et il ne voulait surtout pas que Derek s’aperçoive qu’il était complètement paumé, à présent. Il rougit de honte et baissa la tête, pour que Derek ne le voit pas.

« Les Thompson? Attends…. C’est pas eux qui ont cette maison près de Hyde Park? Ou un truc du genre? Le nom… le nom me dit quelquechose? Qu’est-ce qu’ils font? Et… »

Il fronça les sourcils.

« Comment ça, un nouveau prénom? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London
» Live your dreams
» DB Dreams !
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» You are my one in a million
» Nymeria ∞ Please don't see just a girl caught up in dreams and fantasies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-