Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #34 & nouveautés.
La nouvelle version vient d'être installée. Rendez-vous par ici pour découvrir les nouveautés.
Ski et tempête de neige !
La station de ski de Zermatt vous ouvre ses portes pour profiter de l'hiver. Fan de drama ? Notre tempête de neige devrait vous faire plaisir.
Bingo de l'hiver !
Le bingo est toujours d'actualité, avec de nouveaux défis. Venez jouer, et tentez de remporter des cadeaux.
Winter Wonderland & Nouvel an.
Le Winter Wonderland et le tc du nouvel an sont toujours en cours.
Duo du mois.
Notre premier duo du mois est affiché. Pour le découvrir c'est par .
Comfort zone.
Une nouvelle catégorie a fait son apparition. Venez jetez un coup d’œil par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

bingo de l'hiver à travers tout un tas de petits défis, viens remplir ta carte de bingo et remporter des cadeaux.

séjour à la montagne ton personnage peut s'envoler pour la Suisse à petits prix, il faut en profiter.

tempête de neige et si t'as envie de pimenter un peu son voyage, tu peux participer au sujet commun !


leave the world behind / romean (-18)

we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Mer 9 Jan - 20:23 par Roman Warwick

---- would've left this
world behind just to
wake up by your side

La voiture quitte l’autoroute, et ralentit à peine. Il est trop impatient pour ça. A vrai dire, il a l’impression d’être impatient sans cesse depuis quelques temps. Depuis qu’il la connaît, encore plus depuis qu’ils ont cédé à la tentation. Sans arrêt dans l’expectative de la voir, sans arrêt impatient de poser ses mains sur son corps. Elle hante ses pensées, et même si les mois passent, rien ne change. Ça aurait même tendance à s’amplifier. Terrible sensation. Délicieuse aussi. Tout est compliqué depuis qu’il la connaît, plus compliqué que jamais. Mais rien n’a jamais été aussi bon. L’impatience n’est qu’un petit prix à payer. Et s’il est aussi impatient aujourd’hui, c’est parce que pour la première fois, ils vont pouvoir passer une nuit entière ensemble. Ça paraît fou, alors que ça fait déjà quelques mois et pourtant, l’occasion ne s’est jamais présentée. Jamais il n’a eu d’excuse pour ne pas rentrer chez lui. Là, l’excuse, il l’a prise. Il a décidé de s’en inventer une. Un voyage soi-disant pour un possible contrat de traiteur pour un mariage. Assez loin pour qu’il ait besoin de passer la nuit là-bas. Aucun mariage à l’horizon. Aucun contrat. Aucune pâtisserie même. Rien de prévu, à part une chambre louée dans un bed & breakfast en bord de mer. Le GPS lui annonce une arrivée dans six minutes, et à nouveau, il appuie un peu plus fort sur l’accélérateur. Pourtant, il sait qu’il arrivera avant elle. Il connaît par cœur l’horaire du train, et il sait qu’il aura de l’avance. Tant pis. Il ne va pas ralentir maintenant. Cinq minutes plus tard, il est garé devant la petite gare de campagne. D’autres voitures attendent sans doute des passagers. Moteur éteint, sa jambe tremble nerveusement. A nouveau, l’impatience le ronge. Dommage que le train ne puisse pas accélérer, juste pour son plaisir personnel. Pour patienter, il sort son téléphone et envoie un premier message à Eleanor. S’impatiente-t-elle, elle aussi, dans le wagon ? Roman se demande comment elle sera habillée. Imagine le sourire sur son visage. Et sa jambe tremble moins, alors que son sourire s’étire. Elle lui répond et déjà, les sous-entendus font partie de la conversation. Doucement, il se détend, et le quart d’heure qu’il a à attendre ne paraît plus si long. Il regarde le train arriver, se mordille la lèvre alors qu’il attend qu’elle le rejoigne. Même s’ils sont à plus de trois-cent kilomètres de Londres, il ignore comment se comporter. Tout ça est compliqué. Trop compliqué. Et pourtant, tout s’efface quand il aperçoit la silhouette de la jeune femme à une dizaine de mètres. Plus besoin de réfléchir. Il ouvre la portière, et en quelques pas rapides, il est contre elle. Ses mains entourent son visage et il l’embrasse avec toute la passion qu’il a en lui. Doucement, une de ses mains descend dans son dos, pour la rapprocher un peu plus de lui. Baiser qui ne cesse que quand il n’a plus de souffle. Comme d’habitude, elle lui coupe le souffle. « Salut. » Murmure-t-il contre ses lèvres, alors que son pouce caresse doucement sa joue. Comment peut-elle lui avoir tant manquée ? Ils se sont vus il y a deux jours. Deux petits jours. Et pourtant, dès qu’il n’est pas avec elle, elle lui manque. Terriblement.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Mar 29 Jan - 23:26 par Eleanor Ainsworth
Nerveuse, ses dents ne cessent de capturer sa lèvre inférieure. Enfoncée contre son siège, elle regarde le paysage défiler à toute vitesse alors que son estomac se contracte un peu plus. Elle sait qu’elle ne devrait pas angoisser autant à l’idée de ce petit week-end loin de Londres mais elle le fait quand même. Tout se passe très bien, ce n’est pas le problème, elle craint simplement qu’ils finissent par se rendre compte que … eh bien que ça ne colle pas entre eux lorsqu’ils se voient plus longtemps que d’habitude. Ça lui ferait beaucoup de mal de réaliser une chose pareille mais elle n’est à l’abris de rien. Qu’est-ce qui lui garantit que ce n’est pas l’interdit qui l’intéresse le plus ? Qui les intéressent tous les deux ? Eleanor devrait vraiment arrêter de se prendre la tête, mais seule dans le train, malgré ses écouteurs enfoncés dans ses oreilles, il n’y a rien pour lui changer les idées, seulement son angoisse. Oh ça ne change pas qu’elle était et est encore particulièrement excitée à l’idée de passer autant de temps avec Roman, mais elle a peur malgré tout. Sa lèvre relâchée, c’est avec le bas de sa robe qu’elle commence à jouer, toujours aussi agitée. La vibration de son portable la sort de ses pensées et à peine voit-elle le prénom du brun apparaître sur l’écran que son cœur s’agite. C’est fou tout l’effet qu’il peut lui faire simplement en lui envoyant un message. Roman n’a même pas besoin d’être là pour que tout en elle réagisse. Finalement, qu’elle s’inquiète autant pour ce week-end est idiot. Il n’y a aucune raison qu’ils se fatiguent l’un de l’autre. Et les messages qu’ils s’envoient au cours de la dizaine de minutes qui la séparent de son arrivée en gare l’aident à tout chasser de son esprit. Levée quelques minutes avant d’arriver, Eleanor enfile son manteau, attrape sa valise et attend devant la porte du train non sans répondre aux messages que Roman lui envoie. Maintenant, l’Anglaise est particulièrement impatiente de le voir et mitraille le bouton pour que la porte s’ouvre, comme si ça allait accélérer les choses. Mais bon dieu qu’elle est longue à s’ouvrir cette fichue porte. L’air frais vient bien vite ronger sa peau. Eleanor s’en moque. Enfin libérée, elle descend du train et suit le flot de passagers jusqu’à l’extérieur de la gare. Là, elle regarde à peine quelques secondes les voitures garées avant de l’apercevoir. Immédiatement un large sourire étire ses lèvres. Cet homme est toujours à couper le souffle et trainant sa petite valise derrière elle, il lui tarde déjà de le sentir contre elle. Un moment qui arrive très vite. Leur corps se rencontrent, leurs lèvres aussi. Eleanor abandonne son bagage pour poser ses mains contre le torse de Roman, pour le sentir un peu plus contre elle tandis qu’il la rapproche de lui. « Salut. » Son sourire toujours présent, elle fait glisser ses mains jusqu’à ses épaules. « Salut. » Vraiment, toute son inquiétude dans le train n’avait pas lieu d’être. Il lui a manqué comme à chaque fois qu’ils ont été séparés, peut-être plus encore en sachant qu’ils vont enfin avoir l’occasion de passer autant de temps ensemble. « Ça me plait bien ce genre d’accueil. » Refusant de se détacher de Roman, elle regarde brièvement autour d’elle, son attention toujours attirée par le regard sombre du brun. « Surtout de pouvoir laisser comprendre à toutes les envieuses que t’es à moi. » Possessive ? Totalement. Roman est un homme séduisant, qui attire forcément l’attention, mais il est à elle autant qu’elle est à lui. Et pour le prouver un peu plus que le fait déjà leur étreinte, elle capture ses lèvres en passant ses bras autour de son cou. Voilà, qu’à elle.
Revenir en haut Aller en bas
we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Mer 30 Jan - 18:44 par Roman Warwick

---- would've left this
world behind just to
wake up by your side

10k

L’impatience le ronge, même alors qu’il voit le train arriver. Il attend beaucoup de ce weekend, peut-être trop. Il l’attendait avec impatience et pour dire vrai, il n’a pas envie qu’il ait une fin. Avant même qu’il n’ait commencé, il pense déjà à sa fin. Mais ce n’est pas de sa faute, leur relation est ainsi faite. Marié, Roman ne peut pas rester auprès d’elle autant qu’il le voudrait. Et honnêtement, il ne sait même pas s’il devrait penser au divorce. Il ne veut pas y penser. Et Eleanor n’a jamais rien dit qui allait dans ce sens. Alors pour l’instant, il se contente de profiter de ce qu’ils ont, aussi fugaces et frustrants les moments passés ensemble soient-ils. Ce n’est pas facile, mais il se dit que ce weekend, il va pouvoir profiter d’elle pleinement. Sans aucune limite, sans rien d’autre qu’eux deux, ensemble. Alors quand il voit le train se stopper derrière la gare de campagne, il retire son alliance et la place dans la boîte à gants. Il glisse ses doigts sur son annulaire, remarque la trace laissée par l’anneau. Ce n’est pas parce qu’il le retire que son mariage n’existe plus. Et pourtant, il a envie de prétendre que si. Juste pour ce weekend. Juste pour deux petits jours hors du temps. Eleanor dans son champ de vision, il sort de la voiture et fait quelques grandes enjambées pour la rejoindre et l’embrasser avec passion. C’est fou de voir à quel point elle a pu lui manquer. A quel point il a besoin de l’embrasser, de la sentir contre lui. Rien que ça, il a l’impression d’être vivant. Comme si, dès qu’elle était loin de lui, il s’éteignait un peu, pour s’éveiller pleinement seulement quand il est avec elle. Personne ne lui a jamais fait un tel effet, et il ne veut jamais que ça cesse. Il veut rester pleinement éveillé, vivant. « Salut. » Sa voix mélodieuse résonne dans ses oreilles, et il sourit contre ses lèvres. Ses bras passés autour de sa taille, il est bien là. Comme un couple normal, qui se retrouve. Ils n’attirent pas les regards parce que loin de leur vie habituelle, il n’y a rien d’anormal à leur baiser, à leur attirance si forte. « Ça me plait bien ce genre d’accueil. » A lui aussi. Il voudrait pouvoir l’embrasser toujours, dès qu’il le souhaite. Pourtant, d’habitude, quand il la croise en public, il n’a pas d’autre choix que de retenir ses ardeurs. Ce qui n’est pas toujours facile. « Surtout de pouvoir laisser comprendre à toutes les envieuses que t’es à moi. » Qu’elle veuille prouver qu’il est à lui alors qu’en vérité, il ne lui appartient pas, c’est assez étrange. Mais à la fois tout à fait justifié. Et Roman, c’est tout ce qu’il veut. Être sien, pour aussi longtemps qu’elle le voudra. « Je crois que c’est surtout toi qu’on regarde. Ce qui n’est pas étonnant. Tu es magnifique. » Comme toujours. Il se penche pour l’embrasser doucement, les bras de la brune autour de son cou. Il est bien là, juste bien. Parfaitement bien. Dans les bras d’Eleanor, le monde semble tourner à l’endroit. Et ce monde, c’est tout ce dont il a envie. Alors il compte bien en profiter pour le temps qui leur est imparti. « Votre carrosse vous attend, mademoiselle Ainsworth. » Il peine à se détacher d’elle, mais garde tout de même un bras autour de sa taille. L’autre prend le sac qu’elle tenait et, ainsi collé à elle, il l’entraîne jusqu’à la voiture de location. Son sac dans le coffre, il ouvre la portière passager pour Eleanor mais avant qu’elle ne puisse s’assoir, il la ramène contre elle, pose une main sur sa joue et l’embrasse à nouveau. Ses lèvres… oh ses lèvres. « Tu me rends fou. » Qu’il dit dans un souffle. Ce n’est pas nouveau, mais à chaque fois qu’il le ressent, ça semble plus fort. Toujours plus puissant. Il ne fait que s’attacher de plus en plus à la jeune avocate, et il ne fait rien pour freiner tout ça. Au contraire, ce weekend risque d’amplifier ce qu’il ressent déjà trop pour elle. Finalement, il se détache d’elle pour rejoindre son côté de la voiture. Un dernier sourire pour Eleanor, et il démarre la voiture, à nouveau rempli d’impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Lun 4 Fév - 22:53 par Eleanor Ainsworth
Ça ressemble presque à ces films à l’eau de rose qu’elle regarde parfois – ce qu’elle a honte d’admettre. L’homme et la femme qui se retrouvent, se sautent dans les bras et s’embrassent à pleine bouche. C’est à peu près ce qu’ils sont en train de faire sauf que leur histoire elle n’est pas encore arrivée au happy ending. Eleanor n’est pas certaine que ça soit possible les concernant. Après tout, elle n’oublie pas qu’il est marié et que leur relation ne devrait même pas exister. Ils sont obligés de se voir loin de Londres pour pouvoir être eux-mêmes et profiter de plus que quelques heures uniquement tous les deux. Mais elle ne se plaint pas et se contente de ce qu’elle a. Ce qui est beaucoup déjà. Son angoisse disparaît à l’instant même où son regard tombe sur la silhouette de Roman. Son cœur s’emballe. Merde comment un homme comme lui peut s’intéresser à une fille comme elle ? Elle ne comprendra jamais. Il a tout pourtant : femme, enfants, un métier qui paye bien. Il réussit et malgré ça, il a cédé à la petite avocate débutante qu’elle est. Parfois, elle se demande s’il ne finira pas par se lasser et retourner auprès de sa femme alors qu’elle, elle se sera trop accrochée. Elle tombera de haut ce jour-là, même si pour le moment Eleanor préfère penser aux lèvres de Roman contre les siennes, à son corps si près d’elle. Il lui a tellement manqué en deux jours, c’est fou ! Maintenant qu’ils sont à nouveau ensemble c’est comme si elle revivait enfin. Et il n’y a pas d’autres endroits où elle voudrait être. Ses bras, c’est le plus bel endroit sur terre, celui où elle se sent le mieux aussi. Ils ont une façon particulièrement intense de se regarder, de se saluer aussi, à croire qu’il n’y a plus qu’eux, le reste du monde étant effacé. « Je crois que c’est surtout toi qu’on regarde. Ce qui n’est pas étonnant. Tu es magnifique. » Le sourire de la brune s’étire un peu plus. Elle ne regarde même pas pour vérifier, de toute manière elle ne voit que par lui maintenant qu’ils sont ensemble. « Si tu veux me faire rougir, t’es bien parti. » En général, il en faut beaucoup pour qu’elle en arrive là, mais Roman y arrive assez rapidement. Venant de lui, les compliments sont d’autant plus touchants. « Votre carrosse vous attend, mademoiselle Ainsworth. » Elle remarque enfin la voiture derrière lui et sent l’impatience de découvrir leur chambre la gagner brutalement. Se retrouver ici, devant la gare, c’est bien, mais pouvoir profiter plus encore d’un moment vraiment tous les deux, ça sera mieux encore. Surtout lorsque Roman la coince entre lui et la voiture pour l’embrasser. Ce type lui coupe le souffle et elle n’est pas sûre qu’il en soit conscient. « Tu me rends fou. », « Et toi tu mets ma patience à rude épreuve en m’embrassant comme ça. » Il sait très bien qu’elle n’en a pas beaucoup de patience. Trop longtemps sans se voir et elle ne pense qu’au moment où elle pourra profiter de lui. Heureusement, il part s’installer derrière le volant et laisse ainsi le temps à Eleanor de se remettre dans ses émotions avant de monter dans la voiture. « Dis-moi ce que tu as prévu, j’ai besoin que tu me changes les idées. » Avant qu’elle ne prenne le risque de le distraire dans cette voiture.
Revenir en haut Aller en bas
we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Jeu 14 Fév - 12:18 par Roman Warwick

---- would've left this
world behind just to
wake up by your side

« Le rouge te va bien. » Tout lui va bien. Il est certain que même en survêtement ou en haillons, il la trouverait toujours parfaite. Mais là, dans cette robe courte, il doit bien admettre qu’elle lui fait déjà de l’effet. Et savoir qu’ils vont passer le weekend ensemble, ça ne fait que rendre cette sensation encore plus forte. Roman l’attend depuis longtemps, ce moment. Peut-être même depuis le début. Un moment où ils agissent comme un vrai petit couple, qu’ils ne sont pas véritablement. Ils n’ont jamais mis de mot sur leur relation, parce que ça serait prendre le risque de tout compliquer. Elle sait qu’il est toujours marié, elle est donc sa maîtresse, qu’ils le veuillent ou non. Sait-elle qu’il ne voit qu’elle en dehors de sa femme ? Et encore, il n’a pas couché souvent dans son lit conjugal ces derniers temps. Il lui avait dit que c’était la première fois qu’il faisait ça, mais elle ne l’avait peut-être pas cru. Et lui, il ne sait pas si elle voit d’autres hommes. Tant de sujets qu’il évite, parce qu’il ne veut pas briser la bulle qu’ils se sont créée à deux. Cette bulle si puissante, qui dure même quand ils ne sont pas l’un avec l’autre, et à la fois si fragile. Ce weekend, cette bulle sera d’autant plus puissante, parce qu’ils sont en dehors du temps, en dehors de tout ce qui rend leur relation compliquée. « Et toi tu mets ma patience à rude épreuve en m’embrassant comme ça. » Peut-être que c’était son objectif. Ou peut-être que c’était lui qui était faible, comme à chaque fois qu’il est avec elle. Ce baiser n’est qu’un avant-goût de ce qu’ils vont partager une fois dans leur bed & breakfast. Mais pour y parvenir, il faut déjà qu’il reprenne le volant. Et donc qu’il arrête de l’embrasser comme ça, aussi difficile cela soit-il. Mais il y parvient tout de même, et la voiture peut démarrer pour les emmener jusqu’à leur destination. « Dis-moi ce que tu as prévu, j’ai besoin que tu me changes les idées. » Il sourit, détournant un instant son regard de la route pour la regarder. En a-t-elle autant envie que lui ? Il ne peut que l’espérer. Mais tout ce qui s’est passé entre eux depuis quelques mois le pousse à penser que oui. Elle ne serait pas là, avec lui, sinon. « Si je dois être parfaitement honnête, je n’ai pas prévu grand-chose. Je ne suis pas sûr de te laisser sortir de la chambre. » Il la regarde à nouveau, tentant de capter sa réaction. Clairement, il n’est pas là pour faire du tourisme, et ne compte pas mentir. Roman est un homme franc et l’a toujours été. D’ailleurs, il ne sait même pas s’il y a des choses à visiter ici. Il s’est contenté de trouver une petite auberge qui semblait assez luxueuse pour ses goûts. Et pour faire plaisir à Eleanor aussi. « Mais je crois que la plage n’est pas loin, on pourra aller s’y promener si tu veux. » Une idée comme une autre. Il veut bien faire tout ce qu’elle voudra. De toute façon, ils devront au moins sortir pour aller manger. Lancé sur une route de campagne, sa main gauche quitte le levier de vitesse pour se poser sur la cuisse d’Eleanor. Un peu déçu qu’elle porte des collants et donc de ne pas pouvoir toucher sa peau directement, ça ne l’empêche pas de faire pression sur sa jambe. Il a envie qu’elle le désire autant qu’il la désire déjà. Et inconsciemment, son pied appuie un peu plus fort sur l’accélérateur. Comme il voudrait qu’ils soient déjà arrivés. « Ton voyage s’est bien passé au fait ? Pas trop long ? »
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Lun 18 Fév - 12:01 par Eleanor Ainsworth
« Le rouge te va bien. » C’est bien assez pour que ses joues prennent une couleur bien plus rosée qu’à leur habitude. Elle arrive à se contrôler en général, à ne pas montrer ce qu’elle ressent réellement, à être maître d’elle en quelques mots. Sauf avec Roman. Il éveille trop de choses en elle, bien trop pour qu’elle sache de quelle façon se contrôler. C’est agréable de lâcher prise par moment, d’autant qu’elle n’en a pas l’habitude. Ce n’est pas comme ça qu’elle a été éduquée, toutefois avec lui elle peut souffler. Elle peut enfin être elle-même et il n’y a pas plus agréable. Hormis peut-être ses baisers qui la font fondre. Eleanor, elle pourrait passer des heures à poser ses lèvres contre les siennes, à caresser son visage et à se noyer dans ce regard sombre. Si sombre qu’il doit effrayer les personnes qui ne le connaissent pas. Elle, elle arrive à lire derrière cette noirceur et ce qu’elle y voit – particulièrement lorsqu’il la regarde – est d’une perfection indescriptible. Coincée entre Roman et la voiture, elle pourrait rester là. Elle se moque bien des gens autour d’eux et du fait d’être encore à la gare, il lui a manqué et l’idée de se séparer même un petit peu ne lui plait. Elle n’a pas le choix cela dit. S’ils veulent profiter l’un de l’autre – et il ne faut pas être un savant pour comprendre qu’ils en meurent d’envie – ils doivent partir de là. Mais dans la voiture, la proximité entre eux est insupportable. Lui changer les idées, elle en a grandement besoin. « Si je dois être parfaitement honnête, je n’ai pas prévu grand-chose. Je ne suis pas sûr de te laisser sortir de la chambre. » Retenant son frisson de désir du mieux qu’elle le peut, elle sait que son regard la trahi. Il est supposé lui changer les idées et pas lui donner envie de lui sauter dessus alors qu’il est en train de conduire. Gigotant sur son siège, cuisses serrées, elle chasse ses pensées du mieux qu’elle le peut lorsqu’il reprend : « Mais je crois que la plage n’est pas loin, on pourra aller s’y promener si tu veux. » Doucement, elle agite la tête. Oui, la plage ça lui semble être une bonne idée s’ils parviennent à trouver le courage de bouger du lit. Elle n’ose pas ouvrir la bouche de peur que sa voix ne soit qu’un souffle tant elle est tendue. C’est pire encore dès qu’il pose une main sur sa cuisse. Même avec son collant elle sent la chaleur de sa paume sur elle et elle s’embrase. « Roman … » Elle commence pour l’avertir. Elle fait un travail monstrueux sur elle pour ne pas le toucher, il est en train de réduire ses efforts à néant par ce simple contact. Bordel de merde. « Ton voyage s’est bien passé au fait ? Pas trop long ? » Il lui faut quelques secondes pour se reprendre et comprendre à quoi il fait référence. « J’ai dormi avant de recevoir tes messages. » Un gros mensonge. Elle a angoissé une grande partie du trajet, se posant tout un tas de questions qui l’ont rendu folle. « Ça me semble bien moins long que la dernière partie du trajet avec sa ta main sur ma cuisse qui provoque beaucoup, vraiment beaucoup de pensées impures en plus du désir. » Sa franchise a toujours été sa meilleure arme, là elle a parlé sans même réfléchir, son regard rivé sur le profil parfait de Roman concentré sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Lun 18 Fév - 18:56 par Roman Warwick

---- would've left this
world behind just to
wake up by your side

L’électricité est palpable dans la voiture, et Roman a l’impression de bouillir d’impatience. Bien plus qu’avant qu’elle ne monte à son tour, alors qu’il était déjà très impatient. Mais la savoir si proche de lui, ça lui fait un effet monstre. Il ne sait pas si elle se rend compte à quel point. C’est son odeur, sa chaleur. Sa simple présence agite tous ses sens, et c’est presque un miracle qu’il parvienne à se concentrer sur la route. Mais c’est mieux s’ils souhaitent arriver à destination. Les quelques kilomètres qui les séparent de l’auberge semblent interminables, malgré son pied appuyé sur la pédale, faisant rouler la voiture au-dessus de la vitesse autorisée. Il ne manquerait plus qu’il se prenne une amende, mais il est bien trop pressé pour y penser. Il s’imagine déjà dans leur chambre, sans contrainte de temps comme ils en ont l’habitude. Enfin si, il y en a une, toujours une. Mais celle-ci est tellement plus grande que ce à quoi ils ont eu droit depuis le début, que ça paraît fou. Et pour lui donner un avant-goût, il pose sa main sur sa cuisse, pressant doucement sa jambe, sans quitter trop longtemps la route des yeux. « Roman … » Va-t-elle vraiment le réprimander ? Mais elle ne fait rien, ne repousse pas sa main. Il sourit, toujours trop heureux de constater qu’il sait la rendre faible, lui aussi. Il garde toujours le sentiment d’être le plus faible des deux, car il est celui qui est marié, qui ne devrait pas faire ça, mais c’est toujours plaisant de voir qu’elle ne sait pas lui résister, elle non plus. Un peu rassurant aussi, face à l’intensité de ce qu’il ressent pour elle. Comme si de rien n’était, il l’interroge sur son voyage. Ça l’intéresse vraiment, mais peut-être pas autant que sa cuisse qui se contracte un peu sous sa prise. « J’ai dormi avant de recevoir tes messages. » Elle a eu de la chance. Lui, ça fait quelques heures que tout ça lui tourne en tête, et c’est pour ça qu’il est aussi impatient. Il veut que tout se passe bien ce weekend. Leur premier ensemble. « Tu dois être en pleine forme alors. » Ce qui l’arrange bien. Plus elle sera en forme et plus ils pourront faire de folies une fois arrivés. S’ils arrivent un jour. « Ça me semble bien moins long que la dernière partie du trajet avec ta main sur ma cuisse qui provoque beaucoup, vraiment beaucoup de pensées impures en plus du désir. » Il sourit, tourne la tête vers elle un bref instant. Comment peut-elle lui faire encore autant d’effet ? Il se sent déjà à l’étroit dans son pantalon, et se demande comment il va tenir. « Des pensées impures hein ? Je voudrais bien quelques détails. » Et sa main remonte un peu plus sous sa robe, toujours gênée par ce collant. Il joue avec le feu, il en est parfaitement conscient. Mais avec elle, il est prêt à se brûler. Ou même à partir dans les flammes, tant qu’il peut être avec elle. Il se penche juste un peu, pour que sa main arrive jusqu’à son entrejambe, qu’il caresse à travers le tissu. Il regarde un instant le GPS, qui annonce encore trop de temps à son goût. Et puis une pulsion et il retire sa main du siège passager pour mettre son clignotant et tourner. Quelques minutes de plus, et il gare la voiture au bord d’une forêt. Il n’a croisé personne depuis un moment, ça sera très bien. Détachant sa ceinture, il se tourne vers Eleanor, glisse une main contre sa joue, dans ses cheveux. Comme elle est belle, même après un trajet en train. Toujours parfaite. « Je bande tellement que ça va finir par se voir. Je ne peux pas arriver à l’auberge comme ça, ça ne se fait pas. » Et il l’embrasse avec passion, glissant sa langue contre la sienne. Peu importe qu’un lit aurait été bien plus confortable que cette voiture de location, mais il s’en fout. Cette femme le rend complètement dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Lun 18 Fév - 21:26 par Eleanor Ainsworth
Ce simple toucher, le simple fait qu’il pose sa main sur sa cuisse, ça la rend folle. Sans doute est-ce exactement ce qu’il veut ? Qu’elle perde la tête comme à chaque fois qu’ils sont ensemble. Retrouver cette connexion magique entre eux qui se fait dès qu’ils se regardent. Peut-être doute-t-il du fait qu’elle ressent exactement la même chose pour lui, ce besoin brûlant d’avoir la certitude qu’il n’y a qu’eux qui comptent ? Si c’est le cas, c’est qu’elle est bien plus douée pour cacher ses émotions que ce qu’elle pensait, y compris inconsciemment. Parce qu’elle ne pense qu’à lui depuis l’instant où elle est montée dans le train. Pas de la manière dont elle a pensé à lui lorsqu’ils ont échangé des messages, mais ça ne change pas qu’il n’y avait que lui dans ses pensées. Roman, personne d’autre. Alors qu’il la touche comme ça, ça lui fait perdre les pédales. Elle a besoin de plus que ce simple contact et elle maudit le fait de porter des collants. Elle sent sa chaleur, mais c’est différent de ce qu’elle aurait pu ressentir sans ça entre leur peau. « Tu dois être en pleine forme alors. » Eleanor est en pleine forme dès qu’elle le voit. Tous ses sens se réveillent, elle est immédiatement en alerte et même complètement épuisée par leurs ébats, elle pourrait en demander plus. C’est l’un de nombreux pouvoirs que Roman a sur elle. Et elle sourit à cette pensée. « En forme olympique je dirais. » La brune en rajoute volontairement. Elle est dans son droit puisque lui ne retire toujours pas sa main qui lui semble laisser une trace indélébile sur sa peau. Il fait subitement trop chaud dans la voiture. Ses joues s’empourprent à cause de tout ce désir qui monte en elle. « Des pensées impures hein ? Je voudrais bien quelques détails. » L’arrière de son crâne rencontre l’appuie-tête de son siège. Sa main remonte dangereusement et ça la fait trop réagir. Elle peine à penser correctement et la seule chose qui lui vient à l’esprit c’est son envie démesurée de posséder l’homme à côté d’elle de toutes les manières possibles et imaginables. Mais il conduit et elle refuse de prendre ce risque aussi excitant que ça puisse être. Comme s’il lisait dans ses pensées, il la relâche, met le clignotant et emprunte une autre route que celle indiquée par le GPS. Quelques minutes de plus et il s’arrête à la lisière d’une forêt. Autour, pas âme qui vive. « Je bande tellement que ça va finir par se voir. Je ne peux pas arriver à l’auberge comme ça, ça ne se fait pas. » Mon dieu, peut-il répéter ça histoire de l’achever un bon coup ? Il n’en a guère besoin dès lors qu’il l’embrasse avec une passion telle que l’avocate gémit contre ses lèvres. Ceinture détachée avec difficulté, elle y parvient et amplifie le baiser en posant à son tour une main contre sa joue. Puis, contre toute attente, elle le repousse. « Attends une minute. » Ses cheveux légèrement en bataille, elle voit bien qu’il ne comprend pas mais ça ne va pas durer. De la pointe des pieds, elle retire ses bottines puis se soulève pour faire glisser à la fois son collant et sa culotte. Tant pis si elle meurt de froid lorsqu’ils seront à l’auberge, là elle a surtout envie qu’il la possède totalement. De ses mains, elle le force à se remettre correctement dans son siège et, malgré l’espace confiné, elle arrive à se glisser sur lui, le volant dans son dos. Ses mains entourent son beau visage dont elle n’arrive définitivement plus à se passer. « Je veux te sentir en moi. » Avant cette maudite auberge, avant qu’elle ne contrôle plus rien. « Je veux que tu viennes en moi dans cette voiture avant de devenir complètement folle. » Pour appuyer ses propos, lui montrer à quel point elle le veut, elle s’empresse de défaire sa ceinture, de déboutonner son pantalon et de glisser sa main dans son boxer. Elle en profite pour l’embrasser et grogne de plaisir en sentant dans sa main à quel point il a envie d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Mar 19 Fév - 11:20 par Roman Warwick

---- would've left this
world behind just to
wake up by your side

« En forme olympique je dirais. » Tant mieux, ne peut-il s’empêcher de penser. Il n’a jamais imaginé que ce weekend serait reposant. Ce n’était pas pour ça qu’il avait invité l’avocate loin de Londres. Pour se ressourcer, la retrouver, mais surtout, profiter d’elle autant qu’il le lui sera possible. Il serait bien stupide de ne pas en profiter. Et il l’imagine déjà complètement nue, lui en elle, elle en dessous de lui, en train de crier son plaisir et de faire trembler les murs. Cette pensée ne l’aide pas à se concentrer sur les routes, pas plus que la main qu’il pose sur la cuisse d’Eleanor, sans aucune innocence. Les pensées impures qu’elle a, il les a aussi, et le point de départ doit être le même. L’impatience finit par l’emporter. Il n’a pas envie d’attendre d’être à l’auberge pour la posséder, pour assouvir ce désir qui le prend aux tripes. C’est plus fort que lui. Arrêté en lisière de forêt, il se fout pas mal que quelqu’un puisse passer. Peut-être même que c’est encore plus excitant. Tout ce qui compte, c’est à quel point il la désire, et il le lui dit, avant de le lui montrer par un baiser passionné. Il a l’impression, à chaque fois qu’ils sont ensemble, de découvrir ce qu’est véritablement le désir. Et il adore ça, incapable de s’arrêter. Sauf que c’est elle qui met fin à leur baiser. « Attends une minute. » Il fronce un peu les sourcils, un peu étonné, un peu frustré. Avant de comprendre que cette séparation était nécessaire pour la suite. Il la regarde faire, captivé par la hâte avec laquelle elle retire d’abord ses chaussures, puis tout ce qui se trouve sous sa robe, dévoilant ainsi ses jambes nues. Ainsi déshabillée, elle se contorsionne pour venir s’assoir au-dessus de lui. Entre son corps et le volant. Loin d’être idéale, cette position est pourtant le seul choix qui se présente à eux. Et ça fera très bien l’affaire, parce qu’il ne compte pas s’éterniser. La bosse dans son pantalon n’est pas faite pour durer. Elle pose sur ses mains sur ses joues, alors que celles de Roman sont sur ses hanches, glissent sous sa robe tout en savourant le fait de pouvoir réellement toucher sa peau. « Je veux te sentir en moi. » Il entend déjà le désir faire tressaillir sa voix, et ça le rend encore plus fou. Elle n’a pas besoin de lui dire des choses comme ça pourtant. « Je veux que tu viennes en moi dans cette voiture avant de devenir complètement folle. » Et les doigts de la brune s’affairent à détacher son pantalon, pour pouvoir glisser dessous. Il lâche un gémissement quand elle le touche de ses mains froides, et vient l’embrasser avec passion, comme pour lui intimer de continuer. « Avec plaisir. » Vient-il murmurer à son oreille avant d’en mordiller le lobe. Ses mains quittent la peau douce d’Eleanor et il lève juste un peu le bassin, pour pouvoir descendre son pantalon et son boxer juste assez bas pour en laisser sortir son érection. Comment peut-il déjà bander autant ? Elle lui a dit ce qu’elle voulait, il ne compte pas être patient. Pas besoin de préliminaires, ni de se déshabiller plus que ça. Il s’affaisse juste un peu plus dans le siège alors qu’elle soulève son bassin. Ses mains sur ses hanches, celle d’Eleanor sur son sexe pour le guider, et il entre en elle doucement. S’enfonce au plus profond de son être, tout en gémissant contre son cou. Comme c’est bon. Roman relève les yeux vers elle, et l’embrasse à nouveau, jusqu’à ne plus avoir de souffle. Elle va le rendre fou. Ou peut-être qu’il l’est déjà. Complètement foutu. « Ne sois pas douce surtout. » Dit-il contre ses lèvres alors que son bassin s’agite un peu et que sa prise sur ses hanches se raffermit. Il faut qu’elle soit brusque, comme lui le serait s’il était libre de ses mouvements. Il veut atteindre l’orgasme aussi rapidement possible. Un besoin bestial, et qui, pourtant, reflète beaucoup plus de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Mar 19 Fév - 18:48 par Eleanor Ainsworth
Elle a toujours été une petite fille rangée, Eleanor. Malgré ses convictions, son entêtement et sa grande gueule, elle n’a jamais réellement fait de folies. A moins de considérer le fait d’être bisexuelle comme une folie, ce que doivent penser ses parents si elle se permet de penser à eux maintenant. Hormis ça, elle n’est que très rarement sortie des sentiers battus. Par peur ou simplement parce qu’elle n’en avait pas envie, elle ne saurait dire. Toujours est-il que faire l’amour dans une voiture avec un homme marié, ce n’est pas dans ses habitudes. Enfin, le faire avec un homme marié ça l’est devenu, la voiture non. Si elle doit être franche, c’est même la première fois. Ce qui ne l’empêche pas de trouver le moyen de rapidement finir sur les genoux de Roman. Dictée par son désir, par le besoin qu’il la possède, elle n’a pas à réfléchir. Il s’est garé là parce qu’il veut la même chose. Quelques minutes ensemble suffisent à réanimer ce feu qui brûle en eux. Sentir sa peau sous la sienne, elle préférerait mais elle se contente de ce qu’ils peuvent avoir consciente qu’elle ne pourra jamais attendre qu’ils arrivent à destination. Sa tête et le reste de son corps ne le lui permettront pas. Plus vite Roman sera en elle et plus vite elle sera heureuse, sur ce petit nuage sur lequel le brun la propulse toujours très vite. Pantalon détaché, ses mains passent de son torse brûlant à son érection qui n’attend qu’une chose. Et elle gémit contre ses lèvres de le savoir aussi prêt, aussi désireux qu’ils s’unissent. Parfois, elle réalise encore mal l’intérêt qu’il lui porte. Elle plus que sa femme. Elle plus que n’importe quelle autre fille en fait. Elle, tout court. Elle n’a rien d’exceptionnel, Eleanor. Malgré ça, c’est elle qu’il désire de cette façon. Tout autant que l’avocate le désire comme elle n’a jamais désiré personne par le passé. « Avec plaisir. » Se cacher elle ne le fait jamais, encore moins dans cette voiture alors qu’elle gémit dès qu’il mordille son oreille, provoquant une onde de plaisir en elle, jusqu’à son entrejambe. Bien sûr qu’il le fera avec plaisir. Il y en a toujours énormément lorsqu’ils laissent leur besoin primal prendre le dessus et là, c’est exactement ce dont ils ont besoin. Sourire aux lèvres, impatiente, elle le fait entrer en elle, renverse quelque peu sa tête en arrière sous le plaisir que ça lui procure. Ça lui coupe le souffle et elle doit se forcer à respirer avant que Roman ne l’embrasse avec une passion non dissimulée. « Ne sois pas douce surtout. » Ses mains sur ses épaules, elle y trouve l’appui nécessaire pour les mouvements de son bassin. « Je n’y comptais pas. » Pas alors qu’elle a besoin de jouir plus que tout. Elle meurt d’envie de sentir ses lèvres sur sa poitrine, mais ça sera pour plus tard. En attendant, elle resserre son emprise sur ses épaules et agite son bassin de haut en bas, gémissant bruyamment à la sensation de son sexe frottant en elle. Les muscles de ses cuisses mis au travail, elle crie par moment, pose son front contre celui de Roman, n’arrête nullement ses mouvements allant plus vite, plus fort à chaque fois. En sueur, sa main se plaque contre la vitre. Sa lèvre mordue de plus en plus fort, elle approche trop vite, trop brutalement, mais c’est exactement ce qu’elle veut : exploser en milles façons différentes grâce à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Autres Régions
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World
» 05. You roxx my World
» Commande Forge World du Père Noël !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-