Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #34 & nouveautés.
La nouvelle version vient d'être installée. Rendez-vous par ici pour découvrir les nouveautés.
Ski et tempête de neige !
La station de ski de Zermatt vous ouvre ses portes pour profiter de l'hiver. Fan de drama ? Notre tempête de neige devrait vous faire plaisir.
Bingo de l'hiver !
Le bingo est toujours d'actualité, avec de nouveaux défis. Venez jouer, et tentez de remporter des cadeaux.
Winter Wonderland & Nouvel an.
Le Winter Wonderland et le tc du nouvel an sont toujours en cours.
Duo du mois.
Notre premier duo du mois est affiché. Pour le découvrir c'est par .
Comfort zone.
Une nouvelle catégorie a fait son apparition. Venez jetez un coup d’œil par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

bingo de l'hiver à travers tout un tas de petits défis, viens remplir ta carte de bingo et remporter des cadeaux.

séjour à la montagne ton personnage peut s'envoler pour la Suisse à petits prix, il faut en profiter.

tempête de neige et si t'as envie de pimenter un peu son voyage, tu peux participer au sujet commun !


leave the world behind / romean (-18)

we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Mer 20 Fév 2019 - 9:39 par Roman Warwick
Être incapable de se contrôler ainsi, ce n’est pas son genre. Ça ne l’a jamais été. Roman n’est pas du genre à laisser ses émotions l’emporter, ou à les montrer tout court. Toujours dans le contrôle, il a l’impression d’être une personne entièrement différente dès qu’il se trouve avec Eleanor. Une toute nouvelle personne, qu’il se surprend à apprécier. Il aime celui qu’il est quand il est avec elle, il aime ce bonheur qui l’envahit quand il la voit, ce désir viscéral d’être avec elle. Il aime bien trop tout ça pour seulement envisager de s’arrêter. Il ignore combien de temps ça peut encore durer, sans qu’elle ne se lasse, ou n’en ait marre d’être sa maîtresse, sans qu’ils soient découverts aussi. Toutes ces questions, Roman se les pose régulièrement, le plus souvent quand elle n’est pas avec lui, quand elle lui manque déjà, et que ça empire quand il s’imagine la perdre définitivement. Dès le début, c’était ce qu’il avait ressenti. Une incapacité à continuer sans elle dans sa vie, comme si elle venait combler quelque chose qui manquait sans qu’il ne l’ait jamais réalisé. Et avec le temps, ça n’est pas allé en s’améliorant. Ou peut-être que si, tout dépend du point de vue. De plus en plus indispensable à sa vie, à son quotidien, ce weekend est là pour l’avoir un peu plus dans sa vie. Et à peine se sont-ils retrouvés qu’il perd déjà le contrôle, est obligé de s’arrêter en bord de route pour satisfaire ce désir qui lui tiraille déjà le bas-ventre. Elle ne tarde pas à retirer ce qui les gêne, et à grimper sur ses genoux. Enfoncé dans le siège, ses mains sur ses fesses, il gémit alors qu’elle descend sur son sexe. Sensation parfaite, comme à chaque fois, et il vient capturer ses lèvres, posant finalement une de ses mains à la base de son cou. Peu importe qu’ils ne soient pas bien installés, tant qu’il peut être en elle. « Je n’y comptais pas. » La douceur ne fait pas partie de leurs habitudes. Du moins, pas pendant leurs ébats. Après, ils ont souvent des moments plus doux, plus intimes. Mais dès lors qu’il est en elle, Roman en veut plus, toujours plus. N’étant pas maître de ses mouvements dans cette position, il compte sur elle pour y aller franchement et leur donner autant de plaisir que possible. Accrochée à ses épaules, elle se soulève et redescend rapidement, occasionnant de nombreux frottements entre leur sexe. Il gémit bruyamment, laissant tomber toute idée de contrôle sur lui-même. Le simple fait qu’ils soient en train de s’envoyer en l’air dans une voiture en bord de forêt est déjà une perte de contrôle énorme. Ses doigts glissent dans ses cheveux, tirent peut-être un peu dessus, alors que le plaisir monte en lui, toujours un peu plus à chaque mouvement du bassin de la brune. Front contre front, il gémit toujours plus fort, sans être capable de rien contrôler. Un peu frustré tout de même de ne pas pouvoir la toucher plus que ça, il tire sur ses cheveux pour que sa tête pencher vers l’arrière, et dépose des baisers dans son cou, qui montent et descendent en même temps qu’elle bouge sur son sexe, provoquant des vagues de plaisir de plus en plus fréquentes, de plus en plus fortes. Ses lèvres descendent parfois jusqu’à son décolleté, mais leur position fait qu’il n’y reste jamais longtemps. Et de toute façon, il sent bien que sa fin est proche. Trop proche. Mais il n’a rien fait pour la retarder, et n’en serait même pas capable s’il essayait. « Putain Eleanor. Putain. » Il grogne contre son cou, y plante ses lèvres et mordille sa peau, alors qu’un dernier coup de rein l’emmène au septième ciel. Il explose en elle, alors qu’il gémit contre sa peau, serrant un peu plus ses doigts autour de ses cheveux, sur sa fesse. Un orgasme puissant, parfait, qui le secoue de tout son être, dans lequel elle le rejoint rapidement. Leurs cris résonnent dans l’habitacle, symbole de leur plaisir. Et quand la tension retombe, il ne peut que constater, d’un regard amorphe, que les vitres de la voiture sont couvertes de buée. Et c’est vrai qu’il a chaud, très chaud. « Qu’est-ce que tu me fais... » Il soupire dans son cou, avant de décaler doucement le haut de sa robe et ainsi planter doucement ses dents dans son épaule. Il a envie de la sentir contre lui, encore quelques instants. Ou peut-être pour toujours. Oui. Peu importe l’inconfort, il pourrait rester comme ça éternellement.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Mer 20 Fév 2019 - 19:23 par Eleanor Ainsworth
La discrétion, elle n’y pense même pas un instant. Obnubilée par son besoin de ne faire qu’un avec lui, de l’entendre gémir grâce à elle, elle ne pense qu’à ça. De toute manière, les concernant, la modération est impossible. Ils mettent tant d’ardeur dans leurs ébats que cacher ce qu’ils ressentent relèverait du miracle, un miracle dont l’avocate ne veut pas. Non, elle veut l’entendre prendre du plaisir, l’entendre gémir et crier uniquement grâce à elle, uniquement grâce aux mouvements de bassin qu’elle effectue. Eleanor, elle monte et descend sur son sexe, rejette sa tête en arrière lorsque le plaisir se fait plus puissant. Par moment, elle se resserre autour de lui, crie lorsque tout est trop intense. Ses ongles s’enfoncent dans la veste de Roman, sa main glisse sur la vitre de plus en plus embuée et la voiture s’agite. Tout est trop délicieux pour qu’elle s’arrête. Elle veut encore plus. Elle veut ressentir la perfection que lui seul arrive à lui donner, même en étant sous elle, même sans pouvoir bouger comme il le désire. Ça le frustre, elle le connaît assez bien désormais pour le savoir. Il voudrait faire plus, lui donner plus alors que tout ce qu’il lui offre est toujours plus que ce qu’elle demande. Sa présence, ses baisers, la manière qu’il a de le regarder, même ce week-end uniquement tous les deux, sont plus que ce qu’elle n’aurait jamais pu espérer. Leur relation est plus ce qu’elle n’aurait jamais pu espérer. Son mariage, elle ne l’a jamais oublié. Cette réalité reste dans un coin de sa tête comme le fait qu’elle est sa maîtresse, un titre qu’elle n’aurait jamais pensé porter un jour. Ce week-end ça ne sera pas le cas. Bien sûr son mariage est toujours présent, néanmoins ce week-end il n’y a que Roman et Eleanor. Point. Roman et Eleanor qui prennent un plaisir certain dans cette voiture, leurs cries résonnant dans l’habitacle. La brune réagit plus encore dès qu’il tire sur ses cheveux, embrasse son cou. Son rythme accélère, allant et venant de plus en plus vite sur son érection, sentant la fin approcher trop vite. « Putain Eleanor. Putain. » Nouveau grognement plus puissant en l’entendant jurer de cette manière et le sentant mordre sa peau. Ses paupières se ferment, sa lèvre est mordue jusqu’au sang mais elle ne s’arrête pas, surtout pas alors qu’il se perd en elle, jouit en elle violemment. L’air lui manque mais elle crie, elle crie plus fort que jamais en atteignant à son tour l’orgasme, retombant contre Roman. « Qu’est-ce que tu me fais... » Un léger rire se fait entendre, mélange entre amusement et extase. « Je me posais la même question justement. » Ses doigts caressent ses cheveux, sa joue contre sa tête. Eleanor reprend son souffle ou tente de le faire. Soupirant fortement en sentant ses dents dans son épaule, ça suffit pour éveiller un peu son envie au creux de son ventre. « Je tiens à dire que … » Arrêtant volontairement sa phrase, elle se redresse pour plonger son regard dans les iris sombres de Roman. « Que ma première fois dans une voiture était magique. »
Revenir en haut Aller en bas
we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Jeu 21 Fév 2019 - 17:23 par Roman Warwick
C’est intense. Terriblement intense. Et putain, qu’est-ce que ça peut être bon. Même dans une voiture, au bord d’une route, c’est indescriptible. Même dans ces conditions, il a l’impression de n’avoir jamais rien vécu d’aussi parfait, d’aussi fort. Eleanor lui fait cet effet monstre, sans même qu’elle ait besoin d’y faire quelque chose. Et il a à peine besoin d’y penser quelques secondes pour que son corps la réclame. Son sexe bien sûr, qui présentait une érection énorme sans même qu’elle ait eu besoin d’y faire quoi que ce soit. Mais aussi son corps tout entier. Il la veut, la désire sans cesse, veut qu’elle soit avec lui, contre lui, autour de lui. Et quelque part, c’est un peu frustrant d’être dans cette position qui ne lui permet pas de la toucher comme il le voudrait, de la posséder pleinement comme il en a pris l’habitude au cours de ces derniers mois. Mais peu importe, parce que le résultat reste exceptionnel. Même dans une voiture, au beau milieu de nulle part, elle lui offre un orgasme magnifique. Ou peut-être que tout ça a joué dans l’excitation qui l’avait envahi. Avec elle, il y a toujours ce petit plus, qui le fait perdre la tête. Qui le fait perdre les pédales. Une certaine dose d’inconnu, d’aventure, mais aussi, et de plus en plus, des habitudes qui se prennent, des choses qu’il découvre toujours sur elle, le faisant tomber toujours un peu plus sous le charme. Tout en elle le rend fou, et il ne passe pas un moment sans qu’il se demande pourquoi c’est le cas. Pourquoi tout est si intense et fou entre eux. Qu’a-t-elle de spécial pour le faire perdre les pédales comme il ne l’a jamais fait ? Et peu importe le nombre de fois où il se pose la question, la seule réponse à laquelle il parvient toujours, c’est : tout. Elle a tout de spécial. Tout et rien à la fois. Elle est elle. Eleanor est Eleanor. Et au fond, c’est tout ce qui importe. Tout ce qu’il veut. « Je me posais la même question justement. » Et elle, connait-elle la réponse ? Y en a-t-il vraiment une ? Pourquoi se font-ils l’effet qu’ils se font ? Si Roman a souvent besoin de vérifier que tout cela est réciproque, qu’il n’est pas le seul à devenir fou, après un moment comme celui-ci, il est persuadé qu’elle ressent la même chose que lui. Ouvrant grand la bouche, il plante ses dents dans son épaule, sans appuyer, et se contente de respirer bruyamment contre sa peau. Son sexe toujours en elle, il n’a pas envie de bouger. Il a envie d’apprécier encore un peu cette sensation tellement grisante que s’il ne pouvait vivre que de ça pour le restant de sa vie, il est certain qu’il accepterait. Sans même hésiter. « Je tiens à dire que … » Elle relève la tête, et il la regarde droit dans les yeux. Peu importe qu’ils aient une couleur plutôt commune, considérée comme banale, il les trouve beaux. « Que ma première fois dans une voiture était magique. » Il sourit et pose un baiser sur ses lèvres. Plus doux. Il apprécie qu’elle se confie toujours à lui, qu’il semble n’y avoir aucune barrière entre eux. Jamais. « Tu m’en vois ravi. » Et quel honneur, d’avoir été le premier à la posséder dans une voiture. Il voudrait être le premier pour tout, tout lui faire découvrir, et être le seul à pouvoir la posséder. Mais comment exiger ça d’elle alors qu’il a promis sa vie à une autre femme ? « Je dois admettre que c’était bien meilleur que quand j’étais adolescent. Beaucoup moins maladroit, et tu es tellement plus sexy que toutes les femmes que j’aurais espéré avoir à l’époque. » Elle n’a peut-être pas une plastique de mannequin, et pourtant, Roman ne changerait rien chez elle. Ce qui rend une femme sexy, c’est tellement plus que ça. « Merci de transformer tous mes fantasmes en réalité. » Un nouveau baiser, cette fois plus entreprenant, alors que sa main appuie contre son cou. Il a l’impression de mourir de chaud et pourtant, il ne fait rien pour arrêter ça. Sauf quand il est surpris par un coup de klaxon long et puissant. Pensant d’abord qu’il s’agit du sien, il penche la tête pour réaliser qu’en réalité, une voiture vient de leur passer à côté. Au vu de la buée sur toutes les fenêtres, ils doivent savoir. Roman s’en fiche pas mal. « On repart ? Je pense qu'on sera plus à l’aise à l’auberge que dans cette voiture. »
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Lun 11 Mar 2019 - 22:46 par Eleanor Ainsworth
Elle a complètement perdu la tête. Comment expliquer ce qu’elle fait autrement ? Elle a perdu la tête le jour où elle a posé ses lèvres sur les siennes pour la première fois. Eleanor, elle a plongé la tête la première dans le péché et devrait se détester pour ce qu’elle fait. Souvent, elle se répète que ce n’est pas ainsi qu’elle a été élevée, qu’elle n’est pas comme ça. Mais peut-être que si ? Peut-être en a-t-elle simplement assez de jouer le rôle de la petite fille parfaite, de faire à chaque fois ce qu’on attend d’elle ? Peut-être a-t-elle juste envie de vivre, de se sentir vivante ? Et c’est tout ce que Roman éveille en elle : cette sensation d’être vraiment vivante, d’être entière et de ne plus se cacher derrière un masque qu’elle porte depuis des années. Dieu que ça peut lui faire du bien en plus de ça. Elle arrête de réfléchir et agit. Elle fait seulement ce que son corps et son cœur lui dictent de faire. Tant pis si c’est mal. Tant pis si elle ne devrait pas. Tout ce qu’elle ressent avec lui c’est trop intense pour qu’elle s’en passe et qu’elle fasse une croix dessus. Elle veut toujours plus et si parfois ça lui fait peur, elle ne recule pas. Eleanor, elle se découvre un côté aventurier. Jamais elle n’aurait eu le courage de s’envoyer en l’air dans une voiture autrefois. Il n’y a que Roman pour lui donner des ailes comme ça et c’est grisant. Comme tout ce qu’il éveille en elle et ce bien-être qui se propage en elle à l’instant où elle rejoint l’orgasme, perdue dans leur bulle, au beau milieu de nulle part, devant une forêt. Sur ses lèvres, elle a ce sourire qui prouve à quel point elle est sur un petit nuage. C’est lui qui provoque ça. A chaque fois. La brune pourrait lutter qu’elle finirait tout de même par lui céder. Dès le début, elle a compris ne pas pouvoir lui résister très longtemps. Il finit par lui manquer, inlassablement. Sensation identique au fait d’avoir une partie de son âme lui manquant. Cela dit, elle ignore quel pouvoir il possède pour la désarmer autant, lui faire cet effet et l’amener à se confier comme elle le fait. Elle est franche depuis des années, Eleanor, mais s’ouvrir à Roman semble si facile. Si logique même. « Tu m’en vois ravi. » Il lui répond à son aveu et elle, elle continue de sourire tendrement, son corps collé à celui du brun. Elle est bien dans ses bras et voudrait ne jamais les quitter. « Je dois admettre que c’était bien meilleur que quand j’étais adolescent. Beaucoup moins maladroit, et tu es tellement plus sexy que toutes les femmes que j’aurais espéré avoir à l’époque. Merci de transformer tous mes fantasmes en réalité. » Ses yeux se ferment et elle soupire dès que ses lèvres se posent sur sa peau. Il en faudrait peu pour qu’elle reparte. Son corps n’est jamais entièrement satisfait et voudrait profiter de celui de Roman plus longtemps. « C’est plutôt moi qui devrais te remercier. » Lance-t-elle dans un souffle, son corps tremblant un peu sous ses baisers. « Pour être capable de me rendre si vivante. » Avoue l’avocate avant un baiser passionné qui empêche ses pensées de trouver du sens. A la place, elle s’agrippe à lui, bouge contre lui jusqu’à se tétaniser en entendant un klaxon. Pas besoin de trop chercher pour comprendre qu’ils ont été surpris et aussitôt le rouge lui monte aux joues. « On repart ? Je pense qu'on sera plus à l’aise à l’auberge que dans cette voiture. » Eleanor acquiesce, se détache de lui et remet sa robe correctement une fois sur son siège. Puis elle ramasse ses vêtements au sol et plutôt que de les remettre, elle les range dans son sac, son regard se posant sur Roman. « J’imagine que par plus à l’aise, tu parles de remettre ça une fois à destination … Ça ira plus vite si je ne remets pas ça. » Et oui, l’idée de se promener sans rien sous sa robe l’excite un petit peu, mais hors de question de l’admettre de vive voix.
Revenir en haut Aller en bas
we push and pulllike magnets do
Roman Warwick
we push and pull
like magnets do

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 10458
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : ben barnes
» Âge : thirty four
» Schizophrénie : Jake & Alexander
() message posté Sam 16 Mar 2019 - 12:07 par Roman Warwick
Il avait besoin d’être là, avec elle, d’être aussi proche d’elle que possible. Peu importe qu’ils aient encore leurs vêtements, peu importe qu’ils ne soient pas installés ou puissent être surpris. Tout ça n’importe pas du tout, face au désir puissant qui l’envahit dès qu’il se retrouve avec elle. Celui-ci étant assouvi, il se sent bien, serein. Juste à sa place. Sans doute devraient-ils repartir mais il n’en a pas le courage. Ou pas envie de se détacher d’elle. Ce moment de calme lui fait du bien, et il les apprécie autant que tout le reste. Avec Eleanor, il aime chaque moment, et dès qu’ils sont séparés, il ne pense qu’à la prochaine fois où ils se verront. Oui, ils devraient repartir avant que son désir ne revienne, comme il en a l’habitude. Mais les effets de l’orgasme semblent l’avoir vidé de son énergie pour l’instant. Et c’est une sensation qu’il a envie de savourer, tout en échangeant quelques baisers et confessions avec Eleanor. « C’est plutôt moi qui devrais te remercier. » Non, il y tient, c’est lui qui la remercie. Rien ne la force à être ici, avec un homme qui ne lui appartient pas vraiment, mais qui ne désire qu’elle. Elle pourrait tout arrêter si elle le voulait, mais Roman ne parle pas de cette possibilité. Ils ne parlent pas d’avenir, même si parfois, la question le démange. Il n’en parle pas, parce qu’il a trop peur que tout s’arrête. Et il ne sait pas s’il pourrait le supporter. Alors il préfère chasser cette pensée, et profiter d’elle, tout simplement. « Pour être capable de me rendre si vivante. » Elle met les mots parfaits sur ce qu’il ressent. Comment cela est-il possible ? Roman se le demandera sans doute toujours. Comment deux personnes peuvent-elle se comprendre aussi parfaitement ? Avec elle, tout semble simple, alors que pourtant, tout est si compliqué. Mais alors que leurs lèvres se retrouvent pour un nouveau baiser, c’est la simplicité qui prime sur le reste. Jusqu’à ce que le baiser soit interrompu par un coup de klaxon venu de l’extérieur, ce qui les extrait brutalement de leur petite bulle. Ils seront mieux à l’auberge de toute façon. Et l’excuse de son érection visible sous son pantalon ne fonctionne plus maintenant. Il remonte son boxer et sa braguette après qu’Eleanor soit revenue sur son siège. S’attend à ce qu’elle se rhabille aussi et hausse un sourcil en la voyant mettre ses collants et sa culotte dans son sac. « J’imagine que par plus à l’aise, tu parles de remettre ça une fois à destination … Ça ira plus vite si je ne remets pas ça. » Comment fait-elle pour le rendre toujours plus fou ? S’il s’écoutait, il l’embrasserait à nouveau, et glisserait ses doigts sous sa robe. Au lieu de ça, il remet le contact et démarre, non sans un regard vers les jambes nues de la brune. « Peut-être que j’y pensais oui… » Après tout, il a admis ne pas être certain de la laisser quitter la chambre d’hôtel. Ils ne sont peut-être pas là que pour le sexe, mais il risque d’occuper une grande partie de leur temps ce weekend. C’est plus fort qu’eux. Le GPS rallumé, il rejoint la route qu’il avait quitté tout à l’heure. Il roule plus doucement, toujours un peu pressé, mais nettement moins que tout à l’heure. Même s’il lui suffit d’imaginer sa main sous son vêtement, touchant sa peau nue, pour ressentir une pointe de désir. Il faut qu’il pense à autre chose, sinon ils n’arriveront jamais au bout des quelques kilomètres restants. « Ta réunion s’est bien passée hier ? » Il tourne un peu la tête, conscient qu’elle était stressée avant celle-ci. Malheureusement, il n’avait pas pu lui demander plus d’informations parce qu’ils étaient invités avec sa femme et les enfants. Mais au moins, ça leur fait un sujet de conversation pour calmer un peu ses ardeurs, le temps qu’ils arrivent enfin à destination.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Ainsworth

» Date d'inscription : 18/02/2018
» Messages : 590
» Pseudo : .sassenach (Amy)
» Avatar : Phoebe Tonkin
» Âge : 26 years old
() message posté Sam 16 Mar 2019 - 23:27 par Eleanor Ainsworth
Eleanor, elle aimerait que cet instant dure pour toujours. A vrai dire, elle aimerait surtout qu’il n’y ait pas autant d’incertitudes concernant leur avenir. Un avenir qui lui fait peur, bien plus que ce qu’elle montre. Cet homme, elle s’y est attachée. Elle l’a ressenti au moment où elle l’a embrassé pour la première fois, plus encore lorsqu’ils n’ont fait plus qu’un. Pour autant, elle ne l’a pas accepté. Il a fallu attendre qu’ils se revoient, qu’ils prennent pleinement conscience de leur indéniable attirance l’un envers l’autre pour que la brune comprenne être définitivement trop attachée à Roman. Heureuse lorsqu’elle se trouve dans ses bras, apaisée lorsqu’il est près d’elle mais vide et tristement seule lorsqu’il est loin d’elle, elle l’a dans la peau. Son mariage, elle voudrait que ça soit le bon moyen de se détacher de tout ça, de prendre ses distances avec lui. Rien à faire. Ce sont des aimants et l’avocate ne peut plus grand-chose contre. Elle accepte même si elle a peur. Peur de le perdre. Peur de souffrir. Peur qu’il se lasse d’elle. Après un moment comme celui qu’ils viennent de vivre, elle est persuadée que ça ne peut pas se produire, puis le temps passe et la solitude n’aidant pas, elle doute. Pas étonnant qu’elle aimerait rester dans leur bulle jusqu’à la fin de temps. Sauf que même le reste du monde semble vouloir la faire revenir sur terre. Mortifiée qu’ils aient été surpris – en quelque sorte du moins – elle rejoint sa place, se rhabille sans totalement le faire en sentant le regard de Roman posé sur elle. « Peut-être que j’y pensais oui… » Amusée, la jeune femme sourit discrètement. « Peut-être ? J’ai un doute sur ton incertitude. » Surtout en sachant que s’ils pouvaient être nus sans arrêt, ne pas être interrompus, ils en seraient particulièrement heureux. Tout autant qu’elle l’est à l’idée de passer un week-end seulement avec lui. Et ce qu’elle peut être impatiente à l’idée d’avoir cette joie de se réveiller à côté de lui, contre lui et de ne pas quitter ses bras. Non vraiment, tous ses doutes dans le train n’avaient pas de raison d’être. « Ta réunion s’est bien passée hier ? » La voiture repartie sur la route, son regard quitte le paysage qui défile pour se poser sur Roman. Sa réunion semble être à des années lumières maintenant qu’elle est là, avec lui dans cette voiture. Mais elle sourit, touchée qu’il lui pose la question. « J’avais moins à m’inquiéter que ce que je pensais. » Pourtant être aussi nerveuse ça ne lui ressemble pas, seulement cette réunion en particulier c’est sans arrêt la même chose. « C’était plus un bilan qu’une réunion à vrai dire, histoire de juger mes réussites et mes échecs. Mais je suis plutôt douée donc ça s’est bien fini. » Loin d’elle l’idée de se vanter, elle ne fait que dire la vérité. C’est une excellente avocate qui est agacée de toujours devoir plus le prouver que ses collègues hommes c’est tout. « J’avais un peu l’esprit ailleurs aussi, ça m’a fait passer le temps. » Elle pensait surtout à revoir mentalement le contenu de sa petite valise puis penser au bien-être qu’elle éprouverait une fois juste avec Roman. De quoi lui faire oublier son stress en un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Autres Régions
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World
» 05. You roxx my World
» Commande Forge World du Père Noël !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-