Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Speed-dating, weekend #2 !
Les nouvelles inscriptions sont lancées, rendez-vous par .
Version #34 & nouveautés.
La nouvelle version vient d'être installée. Rendez-vous par ici pour découvrir les nouveautés.
Ski et tempête de neige !
La station de ski de Zermatt vous ouvre ses portes pour profiter de l'hiver. Fan de drama ? Notre tempête de neige devrait vous faire plaisir.
Bingo de l'hiver !
Le bingo est toujours d'actualité, avec de nouveaux défis. Venez jouer, et tentez de remporter des cadeaux.
Winter Wonderland & Nouvel an.
Le Winter Wonderland et le tc du nouvel an sont toujours en cours.
Duo du mois.
Notre premier duo du mois est affiché. Pour le découvrir c'est par .
Comfort zone.
Une nouvelle catégorie a fait son apparition. Venez jetez un coup d’œil par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

bingo de l'hiver à travers tout un tas de petits défis, viens remplir ta carte de bingo et remporter des cadeaux.

séjour à la montagne ton personnage peut s'envoler pour la Suisse à petits prix, il faut en profiter.

tempête de neige et si t'as envie de pimenter un peu son voyage, tu peux participer au sujet commun !


Raise a tent of shelter now though every thread is torn ❧ Amanda.

Ethan I. Hemsworth
Guyliner.

» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 12180
» Pseudo : Meg'
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 37 ans (19/02/82).
» Schizophrénie : Le quadra.
» Absence : 20.02.
() message posté Jeu 17 Jan - 0:46 par Ethan I. Hemsworth
RAISE A TENT OF SHELTER NOW
❧ The Hemsworth

Dance me to the children who are asking to be born. Dance me through the curtains that our kisses have outworn. Raise a tent of shelter now though every thread is torn.

Il va mourrir ? Les mots qu'Ava nous avait lancés, la voix tremblante, timide, consciente de dire quelque chose d'horrible, quand nous lui avions annoncé la nouvelle. Ça m'avait fait réaliser... Tout. Toute l'ampleur de ce que je ne mesurais pas encore. Qu'il ne s'agissait pas seulement d'Amanda. Il n'y avait pas qu'elle que je risquais de perdre. Qu'Amanda elle-même ne vivait pas cette grossesse normalement, comme une deuxième chance merveilleuse, mais plutôt dans l'angoisse, dans l'incertitude. Et je n'arrivais pas à lui dire de penser autrement, à lui faire voir, ce coup du destin, elle et moi réunis, notre famille sur le point de s'agrandir... Parce que rien n'était fait. Parce que pas un jour ne passait sans la peur, l'angoisse qu'il lui arrive quelque chose... Que tout s'envole et me laisse plus misérable qu'avant.
C'était dans cet état d'esprit que nous nous regardions, à la première échographie. Assis-là, l'un en face de l'autre, serrant sa main mais ayant du mal à fixer l'écran. Amanda n'avait pas voulu de moi à son premier rendez-vous. Et je l'avais comprise. Je ne ruminais même pas. Ne lui en voulais pas. J'étais simplement là, à fixer l'écran, bêtement, à essayer de prendre conscience de ce qu'il se passait. À m'accrocher à elle comme si elle était l'objet de cette visite, et pas le petit haricot que j'avais mis dans son ventre. Comme si l'on allait m'annoncer quelque chose de terrible, que ça n'allait pas du tout, qu'elle n'allait pas du tout. Je fermais ma gueule, faisais de mon mieux pour ne pas transmettre de flux négatif, pour ne pas qu'elle lise la peur dans mon regard. Mais je savais... Oui, je savais... Elle avait vu cette même expression sur mon visage pendant notre voyage, quand je l'avais crue souffrante. Ce voyage... Je lui avais avoué tellement de choses... Promis tant d'autres... De belles choses. À quel point je l'aimais et ne voulait plus jamais être séparé d'elle. Pas une seule seconde. Et pourtant, je n'étais pas encore complètement installé à Camden. Son appartement n'était pas encore totalement le nôtre. Je passais encore des nuits blanches entre les murs de Shoreditch à me demander si tout allait bien, là-bas. Là où j'aurais dû être.
Je repensais à tout ça sur le chemin du retour, silencieux. Trop, peut-être. Je ne trompais personne. Certainement pas Amanda. Jamais. Nous étions fait du même bois tous les deux. Des mêmes cauchemars. Hantés par le souvenir douloureux de la perte, de l'éloignement, du déchirement... J'étais le plus heureux des hommes depuis que nous nous étions retrouvés, cette nuit-là, cette nuit qui aurait pu être si triste, cette nuit pendant laquelle, au lieu de pleurer le départ de sa soeur, elle m'avait aimé, moi, pour la première fois depuis trop longtemps. Pendant laquelle je n'avais eu aucun scrupule à la retenir au plus près de moi. Et maintenant ? L'impulsivité, la fougue, l'orgueil aussi, oui, que j'avais retrouvés s'étaient envolés de nouveau, quittant mon corps en emportant avec lui le dernier espoir de bonheur. Bordel. Nous étions là, assis l'un à côté de l'autre sur le trajet retour, marchant, ensuite, côte à côte toujours jusqu'à l'appartement, et pourtant si loin... Si... Absents.
Une fois installé au salon, je fixais la photographie, mon subconscient décryptant ce que nous avions refusé de voir pendant l'échographie. Oui. Nous étions fait du même bois. Et, toujours dans le silence, devant le médecin, nous avions eu la même réponse, la seule et unique pour briser le silence : Non. On ne veut pas savoir. On préfère garder la surprise. Erreur. Je l'avais su à la minute où je l'avais dit. J'avais regardé Amanda, pourtant, mais nos regards et nos mots concordaient. Nous avions refusé de connaitre le sexe de notre bébé le sourire aux lèvres. Sûr de nous. Comme si c'était la meilleure décision à prendre. Comme si nous aimons réellement les surprises. Comme si c'était excitant, merveilleux... Mais la surprise... La vraie, c'était de savoir si ce bébé, fille ou garçon, viendrait au monde... Charlotte était au courant de cette grossesse. Forcément. Ava. Aux premières loges. Mon frère... J'avais eu besoin de mon frère. D'un vrai frère. Fort. Compatissant. Fiable. Pour la première fois depuis des années, allant totalement au-delà de sa fragilité mentale. D'un frère qui garderait le silence, si jamais... Le fardeau...
Arriverait le moment, bientôt, où, de toute façon, la grossesse se verrait. Le moment, où, dans mon esprit confus, trop protecteur, il faudrait peut-être causer de la peine aux autres membres de la famille, aux amis. Et la peine, à moi, de les voir se réjouir pour nous quand je n'y arrivais pas moi-même, terrorisé à l'idée de perdre un deuxième bébé ou la femme de ma vie. Comme s'il me faudrait impérativement choisir... Quelque part, oui, peut-être qu'une part de moi anticipait cette possibilité, s'y attendait... Pour toute ces raisons, je n'avais pas voulu savoir. Et Amanda... Les siennes ne devaient pas être très différentes des miennes.
Ne pas oser le lui demander me projetait des années en arrière, avant qu'elle m'abandonne ne laissant qu'une lettre, quand elle n'avait plus supporté ni moi ni mon inactivité. Mon silence qui me reprenait malgré moi. Jamais. Plus jamais. Ce n'était pas moi. Ce n'était plus moi. Je fermais peut-être un peu trop ma gueule, acquiesçais trop facilement de peur qu'elle change d'avis, ne veuille plus de moi, de l'étouffer avec mon inquiétude incessante -peu importe que j'essayais de la cacher, elle la voyait toujours, je le sentais- et qu'elle revienne sur sa décision, sur notre amour. Toute ces excuses à la con qui me retenaient de faire ce que je mourrais d'envie de faire. Encore.
Je fixais l'échographie depuis bien un quart d'heure, assis sur le canapé quand je décidais que c'en était assez. Que rien, RIEN ne me retiendrait plus. « On a fait une erreur. » Je ne savais même pas où était Amanda, si elle pouvait m'entendre. Et quels mots... J'étais à mille lieues de réaliser l'ambiguïté de mes propos. Quelle erreur ? Ce bébé ? Nous ? Putain. Je bondis du canapé en réalisant m'exprimer à une femme enceinte, en proie aux hormones et à toute sorte d'émotions intenses. Je tournais un moment en rond dans la pièce, sur moi-même, réalisant aussi bien l'ampleur de l'erreur que l'ont venaient de commettre que celle de mes choix de mots. Et puis tant pis. Tant pis si elle n'était pas d'accord. Tant pis si je lui donnais le tournis. Tant pis, même, si elle ne comprenait pas tout de suite de quoi je parlais. Ces éclats, c'était nous. Ce serait le moment où je la couperais d'un baiser en pleine colère ou accusations foireuses, si jamais comprenait mal. Tant pis, parce que, je disais quelque chose. Je faisais quelque chose. De vrai. D'incontrôlé. Je ne pouvais plus ne rien faire. Je ne pouvais plus être un fantôme. Celui qu'elle avait fui voilà trop longtemps. Je ne pouvais plus ne plus l'aimer follement, dangereusement. « On a fait une terrible erreur. » Répétai-je une seconde fois, m'approchant d'elle pour aller chercher son visage. En la touchant ainsi, mes intentions ne pouvaient pas paraitre mauvaises, pas vrai ? L'idée de ne plus vouloir d'elle était impensable alors que j'attirais son visage contre le mien, mes mains tremblantes contre ses joues roses -teint éclatant de la femme enceinte que je m'autorisais à admirer pleinement, enfin- bien décidé à l'entrainer avec moi dans ce grand saut dans l'inconnu.


©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Amanda E. Hemsworth
Best blondie sissy ever.

» Date d'inscription : 23/08/2016
» Messages : 895
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Jennifer Morrison
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Hazel J. Chase, Kyle A. Rowena
() message posté Dim 20 Jan - 14:37 par Amanda E. Hemsworth

 RAISE A TENT OF SHELTER NOW THOUGH EVERY THREAD IS TORN
Elle avait eu un certain nombre de jours pour s'y faire, prit rendez-vous pour avoir confirmation, pour vérifier certaines modalités et que l'on pu répondre à ses questions. Malgré tout ça, la chose ne lui semblait pas moins irréelle. Silencieuse, la jeune femme ruminait un flot d'événements passé et à venir, toujours aussi inquiète et perplexe. Regardant brièvement son compagnon du coin de l’œil un bref instant, sortie de ses pensées, elle y retournait presque aussitôt sans souffler un mot. Lui-même semblait faire pareil de son coté.  Ils se trouvaient là, ensemble et mal à l'aise, maladroits avec l'idée simple d'en parler. Peut-être était-ce parce que la parole une fois délivrée, le message tout son sens, peut-être parce que cela rendait les choses plus vraies. Peut-être pas...Et il était présent, avec elle, dans l'attente de savoir si cette nouvelle aussi bouleversante qu'inattendue, allait une fois encore tourner au cauchemar. Amanda ne pouvait pas lui en vouloir pour ça, au contraire, elle comprenait, sans doute avait-elle une meilleure conscience des circonstances que la première fois. Essayant, tant bien que mal de paraître plus sur, plus forte qu'elle ne l'était, l'ancienne avocate avait sourit. Ni joyeux, ni triste, c'était un sourire simple. Cette première échographie c'était ensuite déroulée dans une ambiance un peu étrange, trop calme. L'un fixant l'écran, tandis que l'autre refusait de le regarder. Et puis ils étaient repartit, remontés dans la voiture pour un trajet toujours plus silencieux. L'australienne prenait soin d'observer régulièrement son mari, l'air de rien, sans trop d'insistance. Et ses doutes, son appréhension, sa peur ne lui échappait pas. Ils avaient tout deux refuser d'une seule voix le sexe de l'enfant. C'était un impératif qui leur avait parut évident de préciser à la première occasion, presque avant qu'on le leur demande. Pourquoi ? Pour se protéger ? Dans la perspective de ne pas imaginer un la vie avec un enfant qui risquait de ne jamais les rencontrer...ou bien trop brièvement...De retour dans le salon, elle avait vaqué à ses occupations. Comme si de rien n'était, aurait-on pu dire. Ce qui s'avérait loin de la réalité. Pour une raison incongrue, sa cuisine paraissait en partie liée à son humeur ou son état d'esprit. Aussi, depuis leur retour, elle perturbait, sans vraiment le vouloir, les repas quotidiens de son petit monde. Fournée de cookies à ne plus savoir qu'en faire, poulet oublié un peu trop longtemps dans le four...Une fois de plus, elle pesta contre elle même, tout en revenant de la cuisine avec ce qui aurait du être un charmant gâteau. « On a fait une erreur. » entendit-elle déclarer son mari, alors posait l'assiette brûlante sur la table basse. A peine eut-elle le temps d'esquisser un froncement de sourcil que son esprit s'avérait déjà en pleine ébullition. Quelle erreur ? Ce bébé ? Ce rendez-vous ? Ce voyage ? Eux ? Maintenant ? Avant ? Quand ? Les questions défilèrent à la vitesse de la lumière dans sa tête. Il regardait cette image depuis trop longtemps maintenant, parlait-il de ça ? Il fallut alors qu'il se leva et insista, lui répétant exactement les mêmes paroles, tout en se rapprochant. Instinctivement alors, la blonde recula. « Quelle erreur ? De quoi tu parles ? » Secouant la tête, elle se força poursuivre la discussion, tandis que l'envie d'aller s'enfouir dans une couette ou un plaid et ne plus jamais en ressortir s'insinuait. « Tu parle du bébé ? » osa-t-elle demander, en conservant une distance, comme prête à courir à se réfugier n'importe où ailleurs que dans ses bras au moindre signal.

( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town
» Description de Cait Shelter
» [Ork] Mekano des kramboy's
» Des tombeurs d'Aristide fêtent avec les ténors de Fanmi Lavalas.
» Nos personnages fictifs préférés fêtent NOEL...
» Banquet du Tournoi des 3 Sorciers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-