"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici We made it to the dawn ¤ ft. Breena 2979874845 We made it to the dawn ¤ ft. Breena 1973890357


We made it to the dawn ¤ ft. Breena

Edwin Turner
MEMBRE
We made it to the dawn ¤ ft. Breena 69e2a8382059d46771d6c49c9198118d
» Date d'inscription : 06/08/2014
» Messages : 792
» Pseudo : Cookie
» Avatar : Luke Mitchell
» Âge : 33 ans bientôt
» Schizophrénie : Mini-Nate && Sha(ton) && Kate
» Absence : Jusqu'au 09.05 - Présence réduite jusqu'au 26.05
() message posté Jeu 11 Avr - 22:09 par Edwin Turner
Avril 2019

T'as pris tes marques à Londres, à force. Ton oncle gère pour toi, aux Etats-Unis, et tu lui vaux une fière chandelle pour ça. T'as jamais voulu devenir PDG d'une firme telle que celle que ton père t'as légué, mais tu t'es fait à l'idée, avec les années... Ca n'empêche pas que prendre ce congé sabbatique (plus ou moins) et laisser Aaron prendre les rennes de l'entreprise, ça te fait un bien fou. Tu as découvert l'univers de ton frère, son entourage, sa vie, ici, et tu peux pas t'empêcher de te dire que le jour il te faudra repartir... Ca va être compliqué. Même si t'as pas eu la chance que t'espérais avec Evana.

Tu te souviens parfaitement des battements erratiques de ton coeur quand tu l'as vue dans ce hall d'hôtel. T'es parfaitement conscient que t'as pas ressenti quelque chose d'aussi fort avant ça, pour personne d'autre, et certainement plus depuis elle. Mais tu peux pas la forcer, et son désir de ne pas "empoisonner" ta vie, tu le respectes, même si t'es clairement en désaccord avec elle. Enfin tu l'étais, à ce moment-là. Est-ce que la seconde blessure atténue tes sentiments ? T'en sais rien, tu sais seulement que ton ressenti a changé. Tu sais que t'as toujours énormément d'affection pour elle, ça, c'est une certitude. Mais t'es plus vraiment dans l'expectative, les questionnements et les doutes. Les questions, tu les as posées, presque en posant le pied hors de l'avion, au final, et les réponses, tu les as eues. Pas forcément celles que tu aurais espérées, mais t'as eu tes explications, celles que t'avais attendues trop longtemps. Alors faut croire que ton coeur a compris, accepté, et qu'il est, peut-être, prêt à tourner la page.

C'est en tout cas ce que tu finiras par te dire, quelques jours après cette rencontre.

T'as pris tes habitudes, notamment celle d'aller courir, ou d'accompagner à la salle de sport non seulement ton frère, mais aussi sa protégée. Une gamine attachante, à l'accent indécrottable qui te donne l'impression d'être encore un peu à la maison. Un peu trop même parfois, comme il prend encore plus de place quand elle s'emporte et laisse ressortir ses origines texanes. Sharona regarde Frank comme on regarde un père, t'en es persuadé. T'avais ce regard-là sur le tien, et même si ça remonte à loin, t'es certain de pas l'avoir oublié. Est-ce qu'il s'en rend compte, ton frangin ? Ca t'en sais rien. Ce que tu sais, c'est que son affection pour la métisse est indéniable, et réciproque aussi. Qu'importe les liens du sang, ils sont une famille. Et tu sais pas trop bien si tu peux vraiment en faire partie complètement, malgré ton attachement sans cesse grandissant et ta présence ces derniers mois. Ca n'empêche que depuis la première fois où elle a dit qu'elle venait régulièrement dans cette salle de sport et où tu as manifesté ton intérêt, t'as rejoint le club un paquet de fois pour t'entraîner avec elle, un peu sur tous les fronts. Le sport, ça a toujours été un truc indispensable pour toi. Pour ton frère aussi visiblement, vu le nombre de séances que vous avez faites ensemble. Et pour elle aussi, à l'évidence, parce que tu partages ton temps ici entre les deux.

Et aujourd'hui, tu l'accompagnes pour la énième fois. Vous n'êtes expansifs ni l'un ni l'autre, mais le courant passe bien, et elle déverse parfois sa frustration du boulot dans le sac de frappe que tu tiens, ou sur le tapis de course à côté du tien. Et tu connais des histoires sur les membres de sa coloc, tout comme elle entend des anecdotes sur le père de Frank qu'il ne connaît peut-être pas forcément lui-même. Après une heure et demie à vous dépenser, t'es en train de sortir de la salle avec elle, à discuter de tout et de rien, quand tu vois son regard s'attarder et son sourire s'élargir.

- Hey ! Breena ! Je savais pas que tu viendrais ce soir !

T'as suivi son regard pour tomber sur une de ses coloc' que t'as déjà aparçues dans une soirée ou deux, mais tu t'es jamais trop imposé. Pourtant, t'as jamais vraiment pu nier que les trois jeunes femmes qui partagent le logement de Sharona - et elle aussi quoi qu'elle en pense - sont charmantes. Et tu sais pas si c'est la dose d'endorphines dans ton sang lié à l'effort, ou si ça vient d'autre chose, mais tu peux pas dire que tu restes réellement de marbre devant elle, ce soir, sans que tu puisses expliquer pourquoi, encore moins pourquoi ce soir plus que les autres. Légèrement en retrait, tu les observes, avises la stupeur sur le visage de la texane et le sourire sur celui de l'irlandaise.

- Salut ! Finis-tu par lâcher en levant machinalement la main.

Etrangement, toi qui te formalises pas des conversations des autres d'ordinaires, à cet instant, tu ressens le besoin de préciser ta présence, comme si tu voulais qu'on te remarque... et tu te surprends un peu d'être dans cet état d'esprit ; ça t'est plus tellement arrivé depuis un bail...

@breena a. Donnelly
Revenir en haut Aller en bas
Breena A. Donnelly
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 2202
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 30 ans (17.03)
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
» Absence : 22.05 au 02.06
() message posté Sam 20 Avr - 17:29 par Breena A. Donnelly
Cela allait maintenant faire pratiquement 5 mois que du jour au lendemain, j’avais perdu celui avec qui je partageais ma vie. On disait souvent que le temps atténue la tristesse. Il fallait avouer que cela était un peu vrai. Mais en  y réfléchissant bien, je pense que cela était sûrement aussi dû au fait que je ne vivais plus tout seule. J’avais de la chance de vivre en collocation avec ma meilleure amie et sa fille ainsi que deux sœurs. La vie en collocation avait beaucoup changer de chose pour moi ! Quand je travaillais, j’étais tellement occupée, que je n’avais pas le temps à penser à autres chose. Et dès que je rentrais à la maison, il y avait de a vie et donc de quoi continuer à m’occuper l’esprit.  Je devais le reconnaître que si j’arrivais à avancer et à passer à autre chose c’était en partie grâce à ma nouvelle vie.

Il n’y avait pas qu’au niveau de mon habitat que j’avais changer, Avant le drame j’aimais beaucoup aller courir, cela me permettait de garder la forme et en même temps de prendre l’air. Étant enfermée toute la journée dans le musée, je n’avais pas souvent l’occasion de sortir prendre l’air. La plupart du temps j’étais seule avec mon Ipod et cela ne me dérangeait pas le moindre du monde. Je pouvais ainsi faire le vide dans ma tête, Mais après le drame, ce fut tout autre chose. Déjà, je n’allais plus aussi souvent courir. Je n’en trouvais pas la motivation. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n’arrivais plus à faire le vide de mon esprit. Les souvenirs d’avant le drame et ceux qui suivirent revenaient à chaque fois en mémoire. Surtout lorsque je me trouvais seule. Même la musique que j’écoutais ne m’aidait pas. Alors pour ne pas devoir ressasser tout cela, je préférais ne plus aller courir. Et pourtant, faire un peu de sport me faisait du bien.

Je n’avais pas compter sur l’intervention de Sharonna et sa proposition de l’accompagner pour aller faire du sport dans une  salle. Au début, je n’étais pas trop friande d’y aller, j’étais plus du genre à aller faire un jogging que de m’entraîner sur des machines. Mais au fut et à mesure que je me rendais à la salle avec la jeune femme, je commençais à changer d’avis et à apprécier. Au jour d’aujourd’hui, je me rendais à la salle au moins trois fois sur la semaine et la plupart du temps après ma journée de travail. Cela faisait du bien. Je pouvais de cette manière évacuer la tension que j’avais accumuler durant la journée. D’ailleurs en parlant de journée….

Ce jour là, j’avais travaillé tout la journée au Musée, et mon emploi du temps était faire des visites à différents groupes écoliers. Le bon côté, était que ces groupes furent assez calme et concentré sur mes explications. Le mauvais, était que je n’avais pas eu l’occasion de continuer mes recherches pour notre futur exposition. J’allais donc devoir m’y attelé en rentrant ! Heureusement que je finissais plutôt que d’habitude. Une fois rentrée et comme il n’y avait personne d’autre dans la maison, je m’étais directement dirigée vers ma chambre pour continuer mon travail de recherche. Il devait être environ 17h30 lorsque je relevais la tête de mes bouquins. Je sentis une tension dans la nuque et au niveau des bras. Je devais être restée longtemps dans cette posture sans m’en rendre compte. Je décidais donc, pour commencer, d’aller prendre un bonne douche pour décontracter tout cela. En me rendant dans la salle de bain, je passais devant mon sac de sports et une toute autre idée me vint à l’esprit. Celui d’aller faire du sport. Je préparais donc mes affaires avant de m’y rendre.

Ma séance de sport dura environ d’une bonne heure. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien après une séance de sport ! Mes courbatures avaient disparues, je me sentais comme plus légère. Afin d’être tranquille en rentrant, je pris rapidement une douche sur place. Ce qui accentua mon bien-être par la suite. Je ne regrettais pas d’avoir quitter mes bouquins et  j’allais encore moins le regretter par la suite….

Je quittais l’établissement lorsque j’entendis :

- Hey ! Breena ! Je savais pas que tu viendrais ce soir !

Je dirigeais directement mon attention vers l’endroit d’où on m’avait parlé et c’est là que j’apperçu ma colocataire Sharona accompagné d’un jeune homme que j’avais déjà eu l’occasion de rencontrer.

« Coucou ! Oh je me suis décidée à la dernière minute. Par contre j’avais oublié que tu y venais. »

Lui dis-je en souriant, J’étais bien contente de la voir ! C’était vrai que j’avais zappé le fait qu’elle allait à la salle ce jour-là, Par contre, je savais qu’elle y allait souvent avec un ami, Et je suppose que le jeune homme qui l’accompagnait devait être cet ami ! Un bien charmant ami au passage. D’ailleurs si ma mémoire était bonne, et j’en était même persuadée, il devait se prénommer Edwin.

« Bonjour Edwin. »

Lui répondis-je en souriant lorsqu’il m’avait salué,

« Alors comment s’est passé votre séance de sports aujourd’hui ? »

Leurs demandais-je à tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-