"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa. 2979874845 I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa. 1973890357


I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa.

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Guyliner.
Ethan I. Hemsworth
Guyliner.
I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa. 1557878364-tumblr-ogindvnttb1ux6xe1o1-250
» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 12723
» Pseudo : Meg'
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 37 ans (19/02/82).
» Schizophrénie : Le quadra.
» Absence : 26/05
() message posté Mer 25 Avr - 4:26 par Ethan I. Hemsworth
I'm not as drunk as you think I am.

Quiet minds cannot be perplexed or frightened but go in fortune or misfortune at their own private pace, like a clock during a thunderstorm.

- Dr Jekyll & Mr Hyde -


Je pensais que ça serait passé, depuis le temps, cette obstination à me trouver n'importe où plutôt que chez moi quand tombait la nuit. Naïf, je croyais que ça ira mieux, que je supporterai de rentrer et de me coucher calmement comme n'importe qui. C'était sans compter les traces d'Amanda disséminées un peu partout dans l'appartement. C'était peut-être pire, en y réfléchissant, maintenant qu'elle y avait passé quelques nuits plutôt qu'à l'époque où elle n'avait pas encore posé un pied à l'intérieur. Partout où il n'y avait que le vide, son odeur avait tout rempli. Ou peut-être qu'elle était seulement dans ma tête. Je pouvais jurer qu'elle embaumait toute les pièces. Ce soir plus que les autres je refusais de supporter ce manque. Parce que je venais de raccompagner ma femme chez elle, et que je rentrais chez moi, ne pouvant m'empêcher de trouver ce manège absurde. Marchant dans Camden, je passais inévitablement devant le Barfly. Un simple regard jeté à l'enseigne suffit. Je pus littéralement apercevoir mes bonnes résolutions s'envoler de mon esprit, loin, très loin. Au diable. J'adorais ce bar. Il était empli d'autant de bons souvenirs que de plus tristes. Des soirs où j'enchainais les verres pour tenir jusqu'à la fermeture, des échanges houleux, de boeufs entre potes, des pogos pour lesquels je devenais trop vieux, ma première saint-valentin à Londres. Une fois à l'intérieur, ce dernier souvenir paraissait tout d'un coup factice, sorti d'un autre univers que l'endroit dans lequel je me trouvais. Le Barfly avait retrouvé sa foule, sa musique rock, sa scène largement envahie. Je me retrouvais projeté à mille lieues du souvenir de ma soirée en tête à tête, presque déçu. Qu'est-ce que j'espérais au juste ? Passer la porte et qu'une chaleur indéfinissable pénètre tout mon corps ? J'étais dans un putain de club. Que je connaissais en plus de cela. J'hésitais pour la première fois à me trouver une place au comptoir. Rentrer me coucher, m'endormir avec l'odeur de l'être aimée, c'était bien mieux que de respirer le mélange âpre des parfums d'inconnus. Qu'est-ce qui n'allait pas chez moi ?
Il avait fallu qu'un verre arrive, bon gré mal gré, ma motivation trop faible pour me séparer de mon siège. Il fallait bien un premier. La musique jouait depuis un moment quand je commandais le deuxième. Soit une éternité compte tenu du taux de joyeuse populace agglutiné autour du comptoir. Au moins, la lenteur du service m'offrait tout le loisir de profiter du groupe en pleine représentation sur la scène. Ce fut à ce moment là que je la vis. Très reconnaissable, même loin de mon champ de vision, un verre vide dans les mains. La dame des loups. Le nom donné par Ava lors d'une balade au zoo. "On peut parler à la dame des loups papa ?" Mot pour mot. Et si elle avait été tout à fait charmante avec ma fille… Je ne pouvais pas en dire autant pour mon compte. J'aurais mieux fait de rester collé à mon siège, comme maintenant, le jour où j'ai décidé de me montrer sociable en l'abordant dans ce même bar. Ce n'était pas la première fois que je la voyais dans un bar. Pas uniquement celui-ci. Ce n'était pas la première fois qu'elle me voyait non plus. Parce qu'il ne s'agissait que de ça depuis : des regards suspicieux. Je doutais. D’avoir fait erreur sur la personne. D’avoir bu plus que je le pensais. La voilà qui s'avançait en direction du bar et la tentation devint trop forte. C'était peut-être vrai, ce qu'on racontait sur les psy', comme quoi il avait tous besoin d'une thérapie. Parce que je devais être sacrément masochiste pour avoir envie de lui parler après la dernière fois. Heureusement, le hasard savait faire les choses bien, et elle atterrit non loin de moi. Je la fixais, sans le moindre scrupule, curieux de voir sa réaction en apercevant ma tronche une nouvelle fois. Je m'attendais à me faire foudroyer du regard et qu'elle m'aboie dessus avec plus de férocité encore cette fois, mais non. Peut-être qu'elle m'avait reconnu mais qu'elle était gênée ? Ouais, ça ne pouvait être que ça. Il n’y avait qu’un seul moyen d’en avoir le coeur net.
« N'aboyez pas. » M'approcher d'elle après l'avoir fixée n'était sûrement pas un comportement rassurant. La rassurer n'était de toute façon pas le but. J'étais plutôt d'humeur à prendre ma revanche. Ok, je la cherchais peut-être un peu avec un jeu de mot pareil. « Je viens juste vous proposer de... comment on dit déjà... ''mettre de l'eau dans son vin''. » Il n'empêche qu'elle était bien celle à s'être emportée. Ma fierté et moi-même aurions apprécié un petit geste d'excuse. Ce n'était pas les occasions qui avaient manquées. « Au sens figuré bien sûr, je ne vous conseille pas de commander du vin ici, il ne doit pas être terrible. » Mon air n'avait pourtant rien d'outré, au contraire, j'appréciais ma touche d'humour. Ça faisait au moins une personne réceptive sur deux. La perspicacité ne me manquait pas, là, j'avais la nette impression qu'elle ne comprenait pas du tout où je voulais en venir. Ou alors c'était sa technique, jouer les innocentes ? Après m'être fait envoyer paître une première fois, passer pour fou ne m'enthousiasmais pas beaucoup.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR LUX AETERNA
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice
Tessa P. Berckley
Administratrice
I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa. Tumblr_nf47rim8Xv1tcbchho1_250
» Date d'inscription : 06/10/2015
» Messages : 11518
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : adélaïde kane
» Âge : 25 ans, Née un 31 octobre
» Schizophrénie : autumn (l. james) & willow (l. hale) & eulalie (b. lively)
» Absence : 09.06.2019
() message posté Dim 13 Mai - 17:18 par Tessa P. Berckley
i'm not as drunk as you think i am


Les bonnes résolutions ? A quoi ça sert exactement ? Je l’ignore parce que dès que j’en prends une, je reviens vers mes mauvais démons et je ne peux m’empêcher d’enchainer les choix les plus déplaisants les uns des autres. Encore une fois je me retrouver dans un bar. L’endroit de la tentation. Un verre vide devant moi, je n’arrête pas de me poser l’unique question : est-ce raisonnable de le remplir avec quelque chose de plus fort que de l’eau ? Je m’étais juré de ne plus jamais boire un verre d’alcool d’ici la naissance de cette « chose » qui vit en moi. J’arrive à me dire que c’est un enfant mais je n’arrive toujours pas à me dire que c’est le mien, que pour le restant de ma vie, j’allais avoir un lien indéchirable avec Archie, avec celui qui m’a brisé le cœur. Mais la journée avait été dure et j’ai difficile de résister à l’appel de l’alcool. Suis-je une alcoolique ? Parfois je me pose la question, surtout depuis que ça m’aide à oublier. Au début, je pensais que l’abus engendrerait des problèmes à mon bébé et qu’il disparaitrait pour toujours mais il s’accroche. Sans doute tient-il de sa mère ! Désormais je m’étais faite une raison, je vais devenir mère et je ne peux plus enchaîner les bêtises pour fuir la réalité. Comme il m’est difficile de cacher mon ventre rond, j’avais dû annoncer la nouvelle à mon patron. Il avait décidé de m’éloigner des animaux pour éviter tout problème. Et dieu sait à quel point les animaux sont la seule chose qui me motive à me lever le matin. Je sais que leur présence est dangereuse mais je n’accepte pas vraiment l’idée d’en être éloigner, même que pour quelques mois. J’avais profité de leur présence plus que nécessaire et il était déjà tard quand je pris le chemin du retour. Ne pouvant plus pédaler, je marchais. L’effort physique n’est pas recommandé mais je ne veux pas rentrer. L’idée de m’installer dans le sofa, la tête plongée dans mes pensées ne m’enchante pas vraiment. C’est donc en passant devant le « Barfly » que la tentation s’est invitée. J’avais réussi à choisir un verre d’eau mais désormais je n’étais plus sure de rien. La musique appréciable et la foule m’avait poussé à rester, me sentant plus à l’aise que seule chez moi.

Je levai la tête vers le bar et l’attente d’un nouveau verre semblait moins longue. Je profitai de cet instant pour me lever et aller passer commande. A force de m’habiller avec des vêtements larges, j’en oubliais parfois que j’étais enceinte. Heureusement, je reste assez mince. Après tout je ne mange pas grand-chose, même si j’ai deux personnes à nourrir désormais. Pourtant quand j’essaye de me faire un chemin entre les personnes figées pour écouter la musique, je me rends compte que je ne suis plus aussi fine que par le passé. Encore une raison de détester être enceinte. J’arrive enfin temps bien que mal devant le comptoir tout en proie au doute pour ma commande. Je sens un regard posé sur moi et quand je relève la tête c’est un visage inconnu qui me fixe. Et c’est à ce moment précis que j’entendis sa voix qui semble m’être adressée. « N'aboyez pas. » Pourquoi est-ce que j’aboierais ? Je ne suis pas un chien. La comparaison ne me flatte pas et pourtant je reste calme. « Je vous demande pardon ? » A mon avis il doit me confondre avec quelqu’un, ou alors il est un peu fou. Je ne vois pas quelle autre raison il aurait de me parler ainsi. Ma voix reste calme et non pas agressive comme j’ai souvent pu l’être.   « Je viens juste vous proposer de... comment on dit déjà... ''mettre de l'eau dans son vin''. » C’est une situation de plus en plus étrange. J’ignore qui est cet homme et je ne comprends vraiment pas ce qu’il me veut. Il enchaina rapidement. « Au sens figuré bien sûr, je ne vous conseille pas de commander du vin ici, il ne doit pas être terrible. » Première chose que j’apprends sur cet homme : il a de l’humour. Je ne peux cacher un petit sourire sur mon visage. Il parait que c’est plus agréable d’avoir face à soi une personne souriante plutôt que quelqu’un qui tire la tête. « Je confirme le vin n’est pas très bon. Mais de toute façon, l’alcool m’est interdit. ? » Je ne donne pas plus d’explication du pourquoi je ne peux pas boire. Mais ayant déjà gouté au vin, je devais reconnaître qu’il n’est pas parfait. Mais quand on a déjà bien bu avant, il passe quand même. « Au risque de vous paraître désobligeante, on se connait ? ? »  Vu sa manière de me parler, je suis censée le connaître. Du moins, lui me reconnait. Est-ce peut-être moi qui suis folle en fait et non lui de m’aborder de la sorte. « Je ne suis pas très physionomiste, désolée. ? »  Je mens mais j’espère que ça passera mieux que de ne pas le reconnaître du tout.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Guyliner.
Ethan I. Hemsworth
Guyliner.
I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa. 1557878364-tumblr-ogindvnttb1ux6xe1o1-250
» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 12723
» Pseudo : Meg'
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 37 ans (19/02/82).
» Schizophrénie : Le quadra.
» Absence : 26/05
() message posté Jeu 24 Mai - 1:02 par Ethan I. Hemsworth
I'm not as drunk as you think I am.

Quiet minds cannot be perplexed or frightened but go in fortune or misfortune at their own private pace, like a clock during a thunderstorm.

- Dr Jekyll & Mr Hyde -


L’alcool. Un piège vieux comme le monde. Pourtant, nombreux étaient ceux qui tombaient encore dedans. Le vrai piège, c’était l’oubli. Parce que ce n’était rien d’autre qu’une impression. Un doux rêve inaccessible. Pour oublier, il fallait boire jusqu’à oublier la raison qui nous avait poussé à vider le premier verre, puis tous les autres après celui-ci. Problème, ça ne durait jamais. Sauf si nous ne nous arrêtions jamais de boire, peut-être. Ouais,  méthode radicale. J’aurais aimé me vanter d’être au-dessus de ces gens-là, de faire partie du petit groupe d’êtres supérieurs qui n’y touchait pas. Et bien c’était raté. Bien foiré même. Je buvais. Trop ? Si je me posais la question, alors sûrement. Moins, depuis plusieurs semaines, parce que ma vie personnelle prenait une tournure positive. J’aurais dû m’en contenter. Rentrer chez moi et dormir. Je n’avais rien à faire dans un bar… À part boire. Justement. J’aurais pu abandonner. Finir mon verre, faire en sorte qu’il soit mon unique consommation et rentrer chez moi. Trop de monde. Trop de musique. Trop d’âmes désœuvrées en quête de liqueur autour du comptoir. Je les regardais s’agglutiner là comme des mouches sur un pot de miel. J’avais beau de me donner des airs assis dans mon coin le plus éloigné possible des autres, je ne valais pas mieux que ces pauvres âmes en peine. Une tête étrangement familière parmi elles changea la donne quand je la vis. Elle me poussa à rester pour satisfaire ma curiosité. Même un verre à la main je me disais sérieusement que l’occasion de retomber sur elle ne se représenterait peut-être pas. Je la croisais de moins en moins, au point que reconnaitre son visage avec certitude m’était difficile. Mais si je m’avançais vers elle, que je lui parlais, peut-être qu’elle me crierait dessus et que la mémoire me reviendrait ? Non pas que me faire crier dessus me tentais des masses. C’était plutôt… une opportunité de me distraire. Si j’obtenais vengeance en prime, j’aurais gagné ma soirée.

« Je vous demande pardon ? » J’y allais fort pour une entrée en matière. Malgré mon jeu de mot déplaisant, la jeune femme restait calme. L’espace d’un instant, je crus me tromper. Mais à propos de quoi ? Était-ce bien la gentille soigneuse du zoo devant moi ? Était-elle une personne totalement différente de la fêtarde à qui j’avais eu affaire plus tard ? M’étais-je trompé dès la première fois que j’avais crû la reconnaitre ? Soudainement perdu, j'étais néanmoins content de ne compter qu’un verre à mon actif. Je pouvais encore démêler tout ça. Si c’était bien la personne à laquelle je pensais, qu’elle ne me reconnaisse pas de prime abord ne m’inquiétait pas beaucoup. Je préférais la chercher davantage, agir comme s’il était impossible qu’elle ait réellement oublié. Ce n’était pas la première fois que nous nous croisions. Je l’avais fusillé du regard à plusieurs reprises durant ces occasions. « Je confirme le vin n’est pas très bon. Mais de toute façon, l’alcool m’est interdit. » Je découvrais qu’elle ne détestais pas mon humour. Bonus, la répartie n’était pas son point faible. Ça tombait bien, le mien non plus. « Oh. Et depuis quand ? » Réflexe provocateur appuyé par un levé de sourcil. La provoquer, c'était bien ma première intention. La réponse ne me regardait pas, mais qu'est-ce que je risquais ? Si elle me prenait pour un malade avec mes histoires de vin, elle aurait déjà fui très loin. D'ailleurs, avait-elle vraiment goûté celui d'ici ? Alors que l’alcool lui était interdit ? Les deux informations me paraissaient contradictoires, mais ce n’était pas ma priorité. Je ne m’étais pas attardé sur le contenu de son verre. La seule chose que j’avais remarquée, c’était sa tenue vestimentaire d’un style plutôt large et décontracté, laquelle me rappelaient justement son habit de travail au zoo. « Au risque de vous paraître désobligeante, on se connait ? » Le coup de grâce. Si j’avais été en train de boire, j’aurais dégluti. Au lieu de cela, je me stoppai dans mon élan, mon verre restant près de ma bouche sans jamais y arriver. Difficile de savoir si elle disait la vérité ou si elle se payait ma tête. Je ne la connaissais pas. Pas du tout apparemment. Précisément pourquoi elle pouvait tout à fait jouer la comédie pour se débarrasser de moi une seconde fois. « Je ne suis pas très physionomiste, désolée. » Merde. Elle me paraissait sincère. J’espérais la mettre mal à l’aise, rire un peu, et voilà que c’était moi le plus risible, blessé dans mon amour propre. Alors comme ça elle avait oublié mon visage… Un affront à ajouter sur la liste que je comptais pas laisser impuni. « Et vous n’êtes pas alcoolisée non plus, pour sortir un mot pareil. J’avoue avoir eu du mal à le croire. » Qu’elle était sobre. Si quelque chose ne collait pas avec mes souvenirs, c’était bien qu’elle n’enchainaient pas les verres. En plus du fait qu'elle se montrait avenante et conciliante. L'un expliquait sûrement l'autre. « Vous avez de la chance, moi je suis très physionomiste. Et j’ai même une théorie. Vous avez oublié ce visage mémorable parce que notre dernière rencontre a eu lieu dans un bar semblable à celui-ci quand l’alcool ne vous était sûrement pas interdit. Mais, vous vous souviendrez peut-être mieux d’une petite blonde très bavarde et son père -spoiler, c’était moi- qui vous ont posé tout un tas de questions sur vos amis les loups au zoo. » Allez, un petit effort, cela devait bien lui rafraichir la mémoire. Des petites filles fascinées par les loups, elle en croisait sûrement plusieurs par jour, même si bien sûr Ava n’était pas ''toute les petites filles''. L’aider à se rappeler de la mienne n’était pas franchement mon but, de toute façon. Je refusais de m’avouer vaincu. Non, pas question d’être le plus fou ni le plus gêné des deux. Il fallait simplement revoir mon plan. Après avoir émis la possibilité que ses souvenirs s'étaient effacés à cause de l'abus d'alcool, j’avais fait exprès de rester vague à propos de ''notre dernière rencontre'', jouant la carte de l'ambiguïté.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR LUX AETERNA
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice
Tessa P. Berckley
Administratrice
I'm not as drunk as you think I am. ┊Tessa. Tumblr_nf47rim8Xv1tcbchho1_250
» Date d'inscription : 06/10/2015
» Messages : 11518
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : adélaïde kane
» Âge : 25 ans, Née un 31 octobre
» Schizophrénie : autumn (l. james) & willow (l. hale) & eulalie (b. lively)
» Absence : 09.06.2019
() message posté Sam 7 Juil - 16:18 par Tessa P. Berckley
i'm not as drunk as you think i am


Les yeux fixés sur mon verre vide je n’arrêtais pas de me faire une liste. D’un côté je rangeais les inconvénients, tandis que de l’autre c’était les avantages de prendre un verre d’alcool. Il parait que boire de l’eau est important, que c’est bon pour la santé. Pourtant après le verre que je venais de boire, je n’avais aucune envie de recommencer. On m’a souvent répété que « L’eau c’est fort, ça porte les bateaux. » mais cette fois ce n’était pas assez fort que pour m’aider à oublier. La facilité a toujours été le chemin que j’emprunte directement. Je n’aime pas me battre et pourtant je n’ai pas vraiment d’autres choix. La vie est difficile mais je ne peux me résilier à faire comme si de rien n’était. Je dois me reprendre en main mais toute seule ce n’est pas du tout facile. Parfois, j’ai juste envie de baisser les bras et de laisser mes vieux démons reprendre le dessus sur ma vie. Pourtant j’étais déterminé à devenir une « mère » plus responsable que je ne l’ai été jusqu’à présent. Alors que je me répétais en cesse de commander de l’eau, une voix me sorti de mes rêveries. Alors que cet inconnu me compare à un chien, je lève un sourcil, plutôt surprise par cette façon d’aborder les gens. N’étant pas vraiment quelqu’un de sociable, j’ignore quels sont les moyens les plus adéquats pour accoster les gens mais je doute que ce charmant jeune homme s’y prenne de la meilleure des façons. Etonnamment je reste calme. Après-tout, nous nous trouvons dans un bar et il n’est pas impossible que de l’alcool se promène dans les veines de cet homme et par conséquent l’éloigne de la réalité. Etant déjà passée par là, je suis capable de comprendre les effets des boissons alcoolisées. Mais ce qui me surprenait le plus, c’est qu’il semblait me connaître et moi pas. C’était assez surprenant car il serait difficile d’oublier un charmant visage comme le sien. Il devait me confondre avec une jumelle potentielle. « Oh. Et depuis quand ? » C’est déjà bien que j’accepte de reconnaître que je vais bientôt devenir mère mais il ne faut pas trop m’en demander. Les détails de ma grossesse, j’ai tendance à très vite les oublier. Un peu comme les rendez-vous prévus chez la gynécologue. Je me sens un peu bête de ne pas pouvoir répondre à cette question avec précision donc j’essaye de la jouer vague. Après tout, nous ne sommes pas amis et ce n’est pas très grave si je me mens un peu. « Quelques mois.  »  En réalité, je me l’interdis depuis seulement quelques jours. S’il me reconnaissait vraiment, j’allais sans doute passée pour une folle s’il m’avait croisé récemment, un verre d’alcool à la main. Encore une fois, je passerais pour une jeune femme irresponsable mais j’en ai l’habitude. Puis depuis toujours, je ne me suis jamais souciée de ce que les gens pouvaient penser de moi et ce n’est pas ce soir que ça allait commencer. Je tentai de passer une gentille demoiselle en m’excusant de ne pas le reconnaître. Autant jouer sur la franchise même si je devais lui sembler folle, voire schizophrène. Il semblait sûre de lui me concernant et j’en arrivais à douter sur ma mémoire. Peut-être que la grossesse m’avait converti à celle d’un poisson rouge. Ca ne semble pas bon signe pour la suite si tel est le cas. « Et vous n’êtes pas alcoolisée non plus, pour sortir un mot pareil. J’avoue avoir eu du mal à le croire. » J’en déduis rapidement qu’on avait du se croiser lors d’une soirée bien arrosée. Les ayant enchaînées quelques temps, j’avais croisé un grand nombre de personne et je me rends compte que je ne me souvenais que de très peu d’entre eux. Tout ce que j’espérais était que je n’avais rien fait de mal à cet homme. Je n’arrive même pas à me rappeler ses traits et donc je pourrais avoir oublié d’autres choses bien plus graves. J’essaye de balayer ces pensées de ma tête. « Vous avez de la chance, moi je suis très physionomiste. Et j’ai même une théorie. Vous avez oublié ce visage mémorable parce que notre dernière rencontre a eu lieu dans un bar semblable à celui-ci quand l’alcool ne vous était sûrement pas interdit. Mais, vous vous souviendrez peut-être mieux d’une petite blonde très bavarde et son père -spoiler, c’était moi- qui vous ont posé tout un tas de questions sur vos amis les loups au zoo. » J’écoutai attentivement les propos que ce jeune homme tout en essayant de me rappeler des moment qu’il était en train de m’expliquer. Je tentai une pointe d’humour en relation à notre dernière rencontre. Ca me laissait un peu de temps pour me rappeler celle sur mon lieu de travail. « On ne devait pas être au même taux d’alcoolémie si votre mémoire vous joue moins de tours qu’à moi. Ou alors ma beauté vous a tellement marqué qu’impossible de m’oublier.  » Je ne pus m’empêcher de sourire. Je ne voulais pas passer pour une peste sure d’elle. Certes je l’ai souvent été et je dois reconnaître que je le suis encore souvent. Mais je n’étais pas vraiment fière de moi en cet instant, surtout face à mes troubles de la mémoire. Le problème est que je ne me souviens pas vraiment de cette rencontre et comme il ne voulait pas que j’aboie, j’avais peut-être été une peste ce jour-là, ou alors quelque chose de plus c’était passé mais comme il m’a parlé d’avoir une fille, je pense qu’il ne doit pas être libre. Je repoussai cette pensée rapidement de ma tête. Je croise beaucoup de gens au zoo. Et je dois souvent faire face à des visiteurs dont la curiosité les pousse à  me poser de nombreuses questions. Cependant en ce qui concerne les loups, ca reste très rare. Et c’est là que les souvenirs refirent surface. J’avais été désagréable avec ce monsieur. J’étais souvent désagréable avec les gens, ce qui m’avait souvent posé problème, mes chefs n’appréciant pas. « Merci pour votre « éclairage » sur cette rencontre. D’ailleurs je suis désolée d’avoir manqué de professionnalisme avec vous ce jour-là. Vous devez sans doute me prendre pour soit une petite peste manquant d’éducation ou pour une schizophrène. Mais ca se comprends, j’ai pas été d’une très bonne impression.    »  
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-