"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici an homeless and motherless child draw his world with his own hands (helga) 2979874845 an homeless and motherless child draw his world with his own hands (helga) 1973890357

Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

an homeless and motherless child draw his world with his own hands (helga)

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Kenzo A. Armanskij
an homeless and motherless child draw his world with his own hands (helga) Tumblr_n38mql2I3n1qfisvuo3_250
» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1875
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-sept ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : max (t. oman) , solal (m. mcmillan), bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 15.03
() message posté Mar 31 Juil - 0:43 par Kenzo A. Armanskij




AN HOMELESS AND MOTHERLESS CHILD DRAW HIS WOLRD WITH HIS OWN HANDS

☁️
Il y a trois ans, lors d'un Noël passé dans notre petit appartement d'Hammersmith, ma meilleure amie m'avait offert une petite boite. Une petite boite contenant la clé d'un local situé à quelques pâtés de maison. Sans réellement le savoir, Alexandra m'avait donné une chance de pouvoir réaliser mon rêve. Elle m'avait donné le lieu où travailler, où exposer mes toiles, où me faire connaître. Aujourd'hui, et pour la toute première fois, j'assumais cette responsabilité. Pour la première fois, je me disais artiste peintre et je me sentais prête à confronter le regard d'autrui. Et Alexandra n'était pas là pour voir cela. Pour voir à quel point j'avais changé. J'aurai voulu qu'elle puisse sentir fière de m'avoir offert cette chance, mais ses reins en avaient décidé autrement. Il y a un an, c'était Zola qui franchissait le seuil de ce local et qui me poussait à exposer mes toiles. Lui non plus n'était pas là pour me voir évoluer. La seule personne qui m'avait encouragé et qui était resté, c'était Helga. Alors, sans hésiter, je lui avais donné rendez-vous ce matin même en bas de l'immeuble pour lui annoncer la grande nouvelle. Après des mois à travailler pour transformer ce local en gallerie, j'étais enfin parvenue à donner quelque chose. J'avais le coeur battant. D'excitation, de peur aussi. Toute ma vie, j'avais rêvé de cet instant. Et aujourd'hui, il se présentait enfin à moi. Ce doux rêve de croire en moi et de croire en mes oeuvres. Je m'en fichais pas mal du succès. L'important, c'était d'avoir osé. Il y aurait toujours des gens pour apprécier mon travail. C'était de ceux pour le détruire que j'avais longtemps craint. Mais désormais, c'était fini. Du moins, je devais m'en persuader. Et impatiente, j'attendais donc devant la porte de l'immeuble. J'avais déposé Louis à l'école le matin même. Ce rythme de vie était épuisant, mais il me convenait. Même sans Zola, la vie parvenait encore à avoir du sens avec mon petit garçon à mes côtés. Impatiente, je ne cessais de regarder ma montre. Incapable de trouver une occupation, j'étais arrivée avec une demi-heure d'avance. 'J'avais eu le temps de faire quatre fois le tour du propriétaire pour m'assurer que tout était en place. J'avais usé tous les moyens d'occupation. Finalement, à onze heures pile, Helga ouvrit la porte et angoissée, je l'accueillais avec un faible sourire. Je m'avançais vers elle pour la saluer. « Bonjour, comment vas-tu? » Je ne l'avais pas mise au courant de la raison de notre rencontre. J'avais tenu à garder secret mon projet jusqu'à être certaine de le voir aboutir. Dans ma main se trouvaient la fameuse clef de la gallerie, puisque désormais, cet endroit n'était plus un local. J'hésitais, car il n'était pas trop tard pour faire machine arrière et se contenter d'un simple thé. Helga allait découvrir de nombreuses toiles qu'elle n'avait jamais vu. J'avais exposé mes toiles de manière à partager ma vie. Aux murs, des portraits de tous ceux qui avaient croisé mon chemin avant de partir. Au centre, un immense portrait de mon fils et de son père. Le tout dans des coups de pinceaux tantôt fins, tantôt épais. Fais de clairs obscurs, de superpositions de lumières et de contrastes. Mon oeuvre prenait sens de loin, à deux mètres du tableau. Sans cela, ce n'était que gribouillis et confusions sur toiles blanches, comme l'était en réalité, toute vie si on y regardait de plus près.


Kenzo A. Armanskij
&&
Helga S. Lindholm
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.