"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici everything's gonna be fine (w/kenzo). 2979874845 everything's gonna be fine (w/kenzo). 1973890357
Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €


everything's gonna be fine (w/kenzo).

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Teodora Dunford
her angel eyes saw
the good in many evils.
everything's gonna be fine (w/kenzo). Tumblr_onrcd2jEpv1v8r0kko4_r2_250
» Date d'inscription : 29/05/2018
» Messages : 800
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ashley moore.
» Âge : 27yo, (01.04).
» Schizophrénie : lola, rioja & nova.
» Absence : 30 avril.
() message posté Mar 31 Juil - 3:10 par Teodora Dunford
Les pieds d’Irsa l’avaient guidé jusqu’ici et même si, désormais, elle se trouvait devant la porte de Kenzo, Irsa ne possédait toujours pas la réponse quant à sa présence à Hammersmith. Mais elle était ici afin de prendre des nouvelles. D’elle et de son enfant, Louis. Parce que même si elles n’étaient pas proches, Irsa avait de l’affection pour Kenzo. Pour ce que Billy lui racontait à leur sujet et à quel point, le coma de Zola lui faisait mal au cœur. Et ce matin, Irsa s’était aventuré à lui demander s’il était allé voir Zola ou même Kenzo afin de prendre des nouvelles. Honteux, il lui avait admis que non, n’ayant pas trouvé le temps. Le voir aussi honteux et blessé de voir un ami aussi près de la mort avait brisé le cœur d’Irsa. Elle avait trop d’empathie en elle et elle en ressentait pour son copain ainsi que Kenzo. Après tout, elle était celle qui avait son amour dans un coma. À n’importe quel moment, Zola pouvait décider de baisser les armes et d’abandonner en se laissant mourir. Elle ne le souhaitait pas, mais c’était une possibilité douloureuse. Donc, après avoir été porté Nesha à la prématernelle tout en lui promettant que plus tard, elles passeraient voir tante Asha puis en déposant un bisou sur son front, la jeune mère souhaitait à sa fille de passer une bonne journée. Plus tôt dans la matinée, elle avait menti à Billy en lui disant qu’elle ne serait pas à la boutique à cause d’un rendez-vous chez le médecin, mais c’était un mensonge. Un petit mensonge raconté avec beaucoup de conviction de sa part puisqu’elle était une mauvaise menteuse. Irsa lui avait menti parce que Billy n’aimait pas qu’on se mêle de ses affaires et même si elle le comprenait, sur cette situation ce n’était pas le choix. D’où pourquoi, elle se trouvait devant la porte, hésitante. C’était étrange d’être devant une porte depuis cinq minutes, à se demander si c’était une bonne idée. Finalement, sa main se levait dans les airs et ses doigts s’étaient refermés en un poing afin que ses jointures toquent sur la porte. Deux petits tocs. Presque silencieux. Tout ce qu’elle espérait soit que Kenzo soit à la maison. « Bonjour ! Je ne sais pas si tu te souviens de moi, je suis la copine de Billy. » Irsa n’avait pas respiré entre les mots et maintenant, elle reprenait sa respiration. Puis, elle lui offrit un sourire en levant le sac en papier brun contenant des pâtisseries et son autre main où il y avait un thé ainsi qu'un chocolat chaud. « J'ignorais si tu aimais le thé alors je t'ai pris un chocolat chaud. » Une boisson un peu bizarre si on considérait la température. « Mais je serais ravie d'échanger si tu aimes le thé. » Ajoutait-elle en lui souriant. Son cerveau lui disait d'arrêter de parler maintenant et elle l'écouta.
Revenir en haut Aller en bas
Kenzo A. Armanskij
everything's gonna be fine (w/kenzo). Tumblr_n38mql2I3n1qfisvuo3_250
» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1875
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-sept ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : max (t. oman) , solal (m. mcmillan), bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 15.03
() message posté Mar 31 Juil - 19:16 par Kenzo A. Armanskij




EVERYTHING'S GONNA BE FINE

☁️
(Juillet 2018)L'appartement était devenu étrangement calme. Ni Louis, ni moi n'osions parler car tous deux pensions la même chose : quand se réveillerait-il? On semblait perdus, sans savoir s'il fallait continuer notre vie sans lui, ou préparer son retour. Attendre inlassablement son retour. Pensive, j'avais regardé mon enfant prendre son petit déjeuner, puis je l'avais accompagné au centre après l'avoir aidé à se préparer. Louis me facilitait la vie. Il ne posait pas de questions et faisait ce que je lui demandais de faire sans rien dire. Il avait compris que ce n'était pas le moment. Que ça ne le serait pas pour un bon bout de temps. Ca faisait un mois, désormais. Un mois que Zola s'était fait agresser sans aucune raison. Un mois qu'il était tenu prisonnier relié à cette machine dans cette chambre d'hôpital. Un mois qu'on apprenait à faire sans lui. Le coeur lourd, j'avais salué Louis devant l'école alors que ce dernier disparaissait dans une foule d'enfants. Puis, les jambes lourdes, j'étais revenue jusqu'à l'appartement. J'étais en congé. Pour me remettre de cette perte, soit disant. Le journal m'avait forcé à prendre ses vacances comme si j'avais dû enterrer Zola. Ce n'était pas le cas, il respirait encore. Au départ réticente, je m'étais très vite rendue compte de l'utilité de ce congé : j'avais besoin de temps. Pour digérer, pour me remettre en marche. Soupirant, j'attrapais mon verre de jus de fruit et l'apportais à mes lèvres. Je vivais cette épreuve seule. Peu de gens avaient été mis au courant, et parmi ceux là, rare étaient ceux avec qui je me sentais assez proche pour me confier. Comme toujours, je faisais face seule. Mais ça ne me dérangeait pas, ça ne m'avait jamais dérangé. Je m'apprêtais à reprendre ma page où mes yeux s'étaient arrêtés lorsqu'on toqua à ma porte. Surprise, je me redressais et déposais mon bouquin sur la table. Je n'attendais personne, et jamais personne ne venait frapper à ma porte. Parfois, je m'attendais au retour de certains. Julian. Suzon, voir Tancredi si l'envie le prenait de venir présenter ses excuses. A cause de lui, Zola se retrouverait entre la vie et la mort, et la seule chose qu'il s'était contenté de faire c'était fuir. J'étais en colère, et j'avais honte pour lui. D'un pas pressé, je m'étais donc rendue jusqu'à la porte d'entrée avant d'y découvrir Irsa, la petite amie de Billy. Un sourire amical s'afficha sur mes lèvres. Depuis leur première rencontre, Zola m'avait toujours parlé de Billy et ses coups de pouce. Avec le temps, j'avais fini par le rencontrer. Lui, Irsa et Nesha. « Oui, bonjour. Bien sûr, je me souviens de toi, Irsa. » Je lui souriais. Timidement, elle me proposait de boire un thé avec elle. C'était touchant, adorable. Alors lâchant un petit rire, je répondis en me décalant pour la laisser entrer. « Avec plaisir, j'adore le thé. » Refermant la porte derrière elle, je l'emmenais jusqu'à la terasse où j'avais pris place plus tôt. Il faisait beau, autant en profiter. M'asseyant et l'invitant à faire de même, je posais mon regard sur elle, et chaleureusement, demandais : « Comment vas-tu? » Nous n'avions jusqu'alors jamais eu l'occasion de passer un moment ensembles. Mais j'étais ravie qu'elle ai fait le premier pas. Mes premières impressions à son égard avait été bonnes, et je savais qu'au fond, nous avions des choses à nous dire. L'envie de la questionner au sujet de l'enquête me titillait, mais je ne voulais pas paraître impolie. Puis, je me doutais bien que sa visite avait forcément un rapport avec ce qui était arrivé à Zola. Et c'était d'autant plus gentil de sa part. J'avais besoin de soutien. J'avais besoin de parler, même si je prétendais sans cesse être assez forte pour me débrouiller toute seule. Parfois, il fallait savoir accepter ses faiblesses,.


Kenzo A. Armanskij
&
Irsa Mahdavi
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Teodora Dunford
her angel eyes saw
the good in many evils.
everything's gonna be fine (w/kenzo). Tumblr_onrcd2jEpv1v8r0kko4_r2_250
» Date d'inscription : 29/05/2018
» Messages : 800
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ashley moore.
» Âge : 27yo, (01.04).
» Schizophrénie : lola, rioja & nova.
» Absence : 30 avril.
() message posté Mar 9 Oct - 1:01 par Teodora Dunford
« Oui, bonjour. Bien sûr, je me souviens de toi, Irsa. » Que Kenzo l’appelle par son prénom confirmait que celle-ci se rappelait bien d’elle. Et juste ça, suffisait amplement à Irsa pour savoir que sa présence était peut-être une bonne idée et ce, même si elles ne se connaissaient pas beaucoup. Quelques rencontres ici et là grâce à Billy et Zola. Mais jamais, elles n’avaient partagé une conversation profonde. Aujourd’hui, elle n’en aurait peut-être pas, mais au moins, Irsa donnait une chance à Kenzo de se confier. De se vider le cœur. Parce que Irsa n’était pas du genre à faire en sorte que toutes les conversations soient dirigés vers elle au contraire, elle préférait écouter les autres. Ce qu’elle comptait faire avec Kenzo aujourd’hui. Lui laisser une chance de parler sans se faire juger ou même d’avoir la peur que ses mots soient repris contre elle. Irsa n’était pas là pour juger Kenzo. Elle était pour lui apporter du soutien, pour lui donner l’impression que des jours meilleurs étaient toujours possible, pour lui enlever un poids des épaules. Alors, la simple idée que Kenzo soit en mesure de se rappeler de son prénom, de le prononcer aussi donnait une raison de sa présence ici. C’était suffisant pour qu’un mince sourire s’affiche sur son visage. Entre mamans, elles devraient être en mesure de se comprendre. « Avec plaisir, j’adore le thé. » Kenzo venait de ramener Irsa sur Terre et maintenant, elle regardait les deux boissons qu’elle tenait dans ses mains. Deux boissons chaudes. Deux boissons différentes l’une de l’autre. Maintenant, Irsa allait devoir se contenter de boire un chocolat chaud. Ça ne la dérangeait pas puisque ce matin, la jeune maman avait déjà eu sa dose de thé. « Parfait alors! Un thé pour toi et un chocolat chaud pour moi. » Répondit-elle en pénétrant dans l’appartement pour ensuite suivre Kenzo jusqu’à la terrasse. Un peu de soleil allait lui faire du bien. Elle passait la moitié de ses journées à l’intérieur d’une boutique. Puis, c’était une belle journée de juillet. L’humidité n’était trop présente et il y avait une petite brise fraîche. À son tour, Irsa s’asseyait sur une chaise en métal, regrettant de n’avoir enfilé qu’un simple short en jeans. C’était chaud et collant du coup, pas du tout plaisant. « Comment vas-tu? » Ce que Irsa appréciait le plus, c’était le fait qu’elles ne se vouvoyaient plus. Dès le début, Irsa l’avait tutoyé comme si Kenzo avait été une vieille amie. Son père n’aurait pas été fière d’elle, mais c’était sa manière à elle. Sa manière de laisser savoir à l’autre personne qu’elle pouvait être aussi à l’aise que possible. Qu’elle n’allait pas la juger peu importe les actions faites. Irsa n’aimait pas perdre son temps à juger les gens. Elle aimait trop voir le bon chez les gens. Tout le monde, n’importe qui. Peu importe à quel point, cette personne pouvait se montrer ingrate ou désagréable. Mais que pouvait-elle répondre à cette question? Irsa allait bien. Sa vie était bonne, en ce moment. Elle avait toujours Billy. Nesha. Même sa relation avec Kurtis n’était pas une raison de se plaindre depuis quelques temps. Et elle avait peur de laisser savoir que sa vie allait bien alors que Kenzo souffrait. Silencieusement, en plus. Comme si elle n’avait personne à qui parler. « Ça va, merci. Comment vas-tu toi? Et Louis? Avec cette situation qui doit être difficile. » Irsa aimait peut-être être présente pour les autres, mais elle employait mal ses mots. Elle semblait toujours formuler ses phrases de la mauvaise manière. Du coup, elle portait le chocolat chaud à sa bouche afin d’en boire une gorgée. « C’est Billy qui m’a mise au courant et je voulais dire que je suis désolée. Je ne comprendrais jamais comment une personne peut faire une telle chose à un autre être humain. Je n’imagine pas à quel point, cela doit être difficile pour toi. » Ajoutait-elle en lui souriant chaleureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Kenzo A. Armanskij
everything's gonna be fine (w/kenzo). Tumblr_n38mql2I3n1qfisvuo3_250
» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1875
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-sept ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : max (t. oman) , solal (m. mcmillan), bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 15.03
() message posté Dim 14 Oct - 15:19 par Kenzo A. Armanskij




EVERYTHING'S GONNA BE FINE

☁️
(Juillet 2018) En réalité, perdre Zola m'avait paru comme une évidence. Toute notre relation avait volé en éclats lorsque j'avais appris ma grosesse. Malgré notre amour, nous n'étions jamais parvenus à nous aimer comme autrefois, et durant les quelques mois que nous avions vécu en famille, notre amour n'avait pas retrouvé son éclat. Quelque chose s'était fâné, probablement à cause du passé et de nos peurs que les choses recommencent. On s'était protégés et nous avions bien fait. Aujourd'hui, une fois de plus, je me retrouvais seule, mais cette fois avec un enfant de huit ans à charge. A l'époque, je m'en étais sortie grâce à mes amis, et je savais que ce serait de nouveau le cas. En ouvrant la porte, je ne m'étais pas attendu à y trouver Irsa, mais j'étais très heureuse et touchée par sa présence. Même si la vie se montrait difficile, elle m'offrait à chaque fois des points de repères, de chute, d'attaches. J'avais énormément apprécié ce bout de jeune femme lorsque nous avions été réunies par nos copains. Mais ma timidité m'avait empêché de tisser plus de liens, et j'avais compris qu'il en était de même de son côté. Mais aujourd'hui, elle faisait le premier pas sans rien attendre en retour. Une boule chaude s'était formée dans mon estomac, et tout en refermant la porte derrière elle, je déglutis en tentant de faire passer l'émotion. J'étais à fleur de peau, mais je ne tenais pas à le montrer. Je me tournais vers elle et tout en la suivant dans le salon je répondis : « C'est adorable... » Je la guidais jusqu'à la terrasse et m'asseyais, mais quelques secondes plus tard, je me relevais et retournais à la cuisine pour chercher deux tasses propres. En revenant je lui demandais comment elle allait. En souriant, je commençais à servir le thé, et le chocolat chaud. Je reposais délicatement les deux thermos sur la table et déposais le sucrier devant Irsa, au cas où. Je relevais les yeux vers elle, et m'adossant sur ma chaise, je croisais les jambes et soupirais doucement. « Moi... Ca va. Je m'y fais... » Je baissais la tête, triste, et déglutis. D'un geste vif, j'attrapais mon paquet de cigarette déjà posé sur la table, et en posais une entre mes lèvres. Je l'allumais et reposais le briquet sur le paquet avant de tourner les yeux vers Irsa. « C'est compliqué avec le petit... Il ne dit rien, mais je le vois qu'il est triste... Et je ne sais pas comment faire pour changer ça. Probablement rien, d'aillleurs. » Seulement deux ans après avoir fait la connaissance de son père, Louis devait apprendre à lui dire adieux. Je m'en voulais de ne pas pouvoir le protéger d'une telle chose, mais malheureusement, je n'y pouvais rien. C'était à Zola de se réveiller, de revenir auprès de nous. Et après tant d'échecs, puis tant d'efforts vains, je comprenais qu'il ne veuille plus se réveiller. Se libérer. La vie n'avait pas été tendre avec lui. Il était tombé sur la mauvaise fille. J'avais compliqué sa vie, lui avais causé du soucis. Trop de soucis. Il avait plongé, s'en était sorti. Comme moi. Mais Il avait tout abandonné pour cete famille. Par amour pour moi. Et aujourd'hui, nous n'étions plus capables de nous aimer comme avant. Je n'étais plus capable de l'aimer comme avant. Je baissais le regard. Malgré moi, j'avais continué de le détruire. Mes promesses n'avaient duré qu'un soir, car finalement, je n'avais jamais cessé d'être distante. Ma vie, je l'avais consacré à mon fils ces dernières années. A lui, et seulement lui. J'avais retrouvé Zola par amour pour Louis, quand bien même il en avait aimé une autre. J'avais tout pardonné, jusqu'à l'impardonnable et Zola en avait fait de même. Mais pour moi, tout avait été par dévotion. Je m'en rendais compte, désormais. Je soupirais et levais les yeux vers le ciel, en soupirant doucement. Puis, suite aux mots d'Irsa, je tournais la tête vers elle et posais ma main sur son poignet avec un sourire aux lèvres. « Merci... Je suis touchée, vraiment... » Puis, ôtant ma main de la sienne, je bus une gorgée de thé et fis la moue. « Oui... Je ne comprends pas non plus. Mais c'est la mafia, de sales choses s'y passent. J'aurai juste aimé que Tancredi le protège de tout ça. Il n'est même pas venu le voir à l'hôpital, il a fui. » Je me laissais emporter dans la colère. Sourcils froncés, je tirais avidement sur ma clope et recrachais la fumée. « Il était mon ami à moi aussi. Il jouait avec Louis... Je n'ai toujours pas réussi à expliquer au petit pourquoi son père s'était fait agressé... » Mes confidences sortaient toutes seules. Je me sentais en confiance auprès d'Irsa, sans savoir comment. Plus je parlais, mieux je me sentais. J'avais soudainement envie de pleurer. Parce que la trahison de Tancredi etait trop grande. Il nous avait abandonné après avoir détruit nos vies. Tous ces mensonges, cette double vie, cette vie de mafieux... Je détournais le regard, amère. Si, finalement, je comprenais qu'on puisse faire cela à quelqu'un. Lorsque je pensais à Tancredi, des pulsions meutrières me prenaient de part et d'autre. Depuis quelques temps, je m'étais mise à prier pour ne pas tomber sur lui. Car je n'avais aucune idée de si je saurai me retenir. Et surtout, jusqu'où j'étais capable d'aller...


Kenzo A. Armanskij
&
Irsa Mahdavi
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-