"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici Surprise ! [Wilde] - Page 2 2979874845 Surprise ! [Wilde] - Page 2 1973890357


Surprise ! [Wilde]

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 14 Oct - 16:11 par Invité
Comment lui dire qu'une vieille sorcière ça ne pourra jamais être pire que la mienne ? Quoi qu'elle n'est pas particulièrement méchante. Juste une réelle étrangère. " D'ailleurs tu as souvent des nouvelles d'eux ? Tu étais proche d'eux quand tu était à Wellington non ?" Proche de toute sa famille en réalité. Je doutais qu'elle parte un jour d'ailleurs, peut être que si je m'en étais douté, je lui aurait demandé de venir avec moi. "Crois moi avec lui on peut s'arranger, je pense que sa carrière entière repose sur ma famille... " Après tout l'immobilier ça a toujours été une source d'investissement rentable. Je m'esclaffe quand elle me dit de faire des minis Wiliam. "Oui, quand j'aurais trouvé quelqu'un qui veut bien de moi ça sera peut être le cas. Mais en attendant je vais quand même garder ma maison. Je suis sûr que ça te plairait. J'ai fait abattre de nombreux murs en bas pour faire un grand espace et aucune vue : un côté parc un côté place avec fontaine. " Je souris. Il faut bien que je lui donne un minimum envie non ?

"Je te dirais bien de rester à Londres. Il faut avancer quoi comme argument pour te convaincre ?" Je lui souris d'un air intéressé. Je cherche la petite bête. Il y a longtemps qu'on ne s'est pas retrouvé tous les deux. A vrai dire je ne savais pas à quoi m'attendre avec Jude. Cependant quoi faire de ce qu'elle vient de dire ? Est ce que moi je vais rester ici toute ma vie ? Je suis parti, mais pour un an un peu comme pour un congé sabbatique de ma vie. Et maintenant ? Au moins j'ai renoué avec mon frère. "Tu parles ! Il est simplement venu te voir, je ne suis pas sûr qu'il sache quel métier j'exerce." J'exagère. "Qu'est qu'il t'a dit ?" A vrai dire je suis réellement curieux.

"Dis moi directement ce que tu veux entendre sur mon genre de femme plutôt que d'essayer de me tirer les vers du nez." D'ailleurs elle ne lâche pas le morceau sur pourquoi elle et pas quelque d'autre pour son poste. Elle est tenace cette fille, je l'avais presque oublié -ou pas. Mais qu'est que je peux lui répondre ? "Les anglais sont trop coincés, j'avais besoin de quelqu'un d'envergure internationale pour donner un nouvelle élan à notre image. Tu pensais à quoi d'autre ?" Après tout si elle insiste autant c'est pour une raison non ?
Je la suis du regard commencer à s'activer dans la cuisine. C'est pour ça que je viens la rejoindre, pour l'aider, ou peut être la perturber comme elle le dit si bien. Elle se laisse faire pourtant. Elle se tourne, mes mains sont toujours posées sur sa taille, et elles viennent glisser sur son dos pour la rapprocher d'autant plus de moi. Nos deux corps se touchant maintenant. "Tu devrais faire attention à me provoquer comme ça." Je souris, et me penche cependant je ne pose pas mes lèvres sur les siennes mais plutôt sur sa joue la laissant sur sa faim, du moins c'est ce que j'espère. De là je m'éloigne avec mon verre et un grand sourire aux lèvres. "Je m'éloigne si je te perturbe, je veux manger, j'ai faim." Je pars donc faire le tour du salon observant la déco distraitement.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 18 Oct - 17:54 par Invité
Parler de ses parents, c’est pas quelque chose que Jude fait depuis qu’elle est partie de Nouvelle-Zélande. Elle a besoin de prendre du recul et de digérer certaines choses qu’elle n’est pas encore tout à fait prête à pardonner. Elle le fera sans doute un jour, mais pas là tout de suite. Pourtant, ses parents ne sont en rien fautif et ils trinquent, elle en a pleinement conscience. « Non. Ils ne savent pas où je suis et j’ai déjà changé deux fois de numéro de portable depuis que je suis partie de Wellington. » néanmoins, William marque un point, avant elle s’entendait plutôt bien avec « Oui. Au fond je ne leur en veux pas, mais j’avais besoin de prendre mes distances donc j’ai préféré couper les ponts. J’ai juste envoyé une carte postale à mes parents quand j’étais à Shady Cove pour leur dire que j’allais bien. » Jude sourit face aux dires de William concernant les futurs mini Stuart qu’il pourrait potentiellement avoir « Est-ce que c’est monsieur Stuart qui est difficile ou bien les dames anglaises ? ». La maison qu’il décrit a l’air plaisante, on ne peut pas lui enlever. Et puis beaucoup plus spacieuse que cet appartement. Malgré tout, elle aime ce côté cocooning et cosy qu’il lui offre.

A nouveau, elle sourit. Elle préfère ne pas prévoir et voir grand quant à son avenir. Pour le moment elle est à Londres, mais rien ne dit que d’ici deux ans elle ne retournera pas en Nouvelle-Zélande « Je suis convaincue par la ville, c’est déjà pas mal. C’est juste que quand on vient d’un autre pays, on n’est jamais vraiment certain qu’on finira par vivre à des milliers de kilomètres de ce pays. La preuve, t’es revenu aux sources aussi. Mais rassure-toi, je n’ai pas encore l’intention de m’enfuir, ce n’est pas prévu. Peut-être que j’arriverai à me poser et à réellement faire ma vie ici, l’avenir nous le dira. » Son frère a passé la porte de sa maison d’édition, et pourtant Jude n’a pas réellement été étonnée. Elle ne connait pas les rapports qu’a ce dernier avec le lieu de travail de son frère, mais c’aurait pu être dans ses habitudes de passer par là, sauf qu’à entendre William, ça ne semble pas être le cas « Ah. Ben je sais pas, il est passé, il a discuté avec ta secrétaire, il est venu taper la discut’ avec moi et puis il est reparti comme il est venu. Il m’a demandé si j’avais tout ce dont j’avais besoin, si je me plaisais tout ça… Et puis il s’est aussi empressé de dire que partir à l’étranger était ta façon de te faire désirer…» Bon, il l’a pas vraiment dit comme ça, mais il n’en saura rien et Jude, elle, ne peut pas s’empêcher de sourire.

Jude fait mine de réfléchir. Elle a posé des questions plutôt pertinentes auxquelles William n’a guère voulu répondre, à son tour visiblement d’essayer de savoir où elle veut en venir. « Ben t’es plutôt du genre l’épouse parfaite qui reste à la maison pendant que son cher et tendre parcours le ciel et passe pratiquement tout son temps dans ses dossiers, ou plutôt working girl. » Jude aurait très bien pu lui demander s’il préfère les blondes ou brunes, mais c’est un peu trop facile et pas assez subtile. « Je me répète mais … je suis une citoyenne du monde » lache-t-elle en chantonnant sur ses dernières paroles. « Non, non, je ne pensais à rien. Je me demandais juste comment tu me voyais »

Jude continue de se concentrer sur le repas sans s’imaginer que William viendrait envahir sa zone personnelle, voir même carrément sa zone intime. Au fond, ça ne lui déplait pas et en profite non sans lui adresser un sourire rempli de malice « J’assume pleinement les conséquences de mes actes, monsieur Stuart. » Pendant un dixième de seconde, elle a l’espoir qu’il vienne subtilement l’embrasser, et lorsqu’en réalité il bifurque sur sa joue, elle affiche une moue déçue. Elle le regarde s’éloigner avec son verre, puis se concentre de nouveau sur sa préparation. Enfin, elle sort les assiettes et couvert qu’elle pose sur la table et s’occupe des pâtes et de la sauce avant de tout déposer sur la table « C’est bon, tu peux arrêter de t’éloigner, c’est prêt ! » lui lance-t-elle avec le même sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 19 Oct - 18:50 par Invité
"Mon frère est très fort pour se faire des films tu penses pas ?" Je lui souris, comme si j'étais sûr qu'elle serait d'accord avec moi. Il a tord en plus ce n'était pas une façon de me faire désirer. Je devais partir, et ça tombait en même temps que l'arrivée de Jude. Oui, j'aurais préféré être là pour son premier jour, voire même pour l’accueillir à l'aéroport...

"Est ce que je dois vraiment choisir entre les deux ? J'ai le choix entre la fille tout le temps présente, et celle jamais là ? " Je fais la moue. "Trouve d'autres choix pour moi si tu veux des réponses." C'est une façon de continuer à ne pas répondre non ? Mais en même temps qui suis je pour m'opposer contre la personne qui ne fait que travailler ? Ce n'est pas comme si Jude ne le savait pas. D'ailleurs elle en rajoute une couche : elle est une femme du monde, un peu comme si le fait que je dise que je dois revoir mes ambitions sur la nationalité joue sur le fait que je la choisisse elle plutôt qu'une autre. "Je connais pas encore la nouvelle Jude, je peux pas te dire comment je la vois. Et toi tu te définirais comment ?"

Après m'être éloigné pour faire mine de m'intéresser à la déco je reviens quand elle me dit que c'est bon je ne risque plus rie et que je peux venir dîner. "Je ne m'éloignais pas j'admirais la décoration si tu veux tout savoir. Tu sais comme ça je pourrais présenter le cas à mon agent immobilier." Je prends un sourire angélique. Cependant je m'approche quand même, parce que oui, j'ai faim. "Est ce que tu as mis du poison ? Non parce que je tiens à ma vie. Au moins un peu." Je m'assois mine de rien pour manger, et oui ça à l'air bon. D'ailleurs je crois qu'en plus je mange comme si j'étais affamé. "J'ai l'impression que ça fait des années que j'ai pas mangé un repas fait maison." C'est peut être le cas en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 22 Oct - 21:30 par Invité
William parle de son frère et Jude sourit. Elle ne lui en veut pas de ne pas avoir été là à son arrivée, après tout elle est grande et elle sait se débrouiller toute seule. Elle peut aussi comprendre que parfois, le travail est un frein à certaines choses, comme de venir l’accueillir à l’aéroport. Tout ça, elle le comprend et n’en tient pas rigueur, mais la relation qu’a William avec son frère ne peut l’empêcher de sourire. C’est déjà ça. « Oh je pense surtout qu’il aime bien charrier son frère, parce qu’il devait se dire que j’allais t’en parler, comme la grosse cafteuse que je suis. Tu sais ce qu’on dit, qui aime bien châtie bien. »

Elle écoute et pourrait presque s’étouffer en l’entendant parler. Non, elle ne le prend pas mal, mais pourquoi est-il aussi radical ? « Tu sais, tout n’est pas soit noir, soit blanc. Tu peux aussi te trouver une working girl qui travaille 12 heures par jours, et le reste du temps s’occuper de toi et de ton bien être. » elle marque une pause, mais reprends après avoir pris une gorgée de son verre de vin « D’ailleurs, je pense que c’est ce que tu cherches. Parce que t’es un homme d’affaires et donc, forcément, t’as besoin de parler de ce genre de chose. Et pour avoir une conversation constructive sans avoir l’impression de parler à un mur, il te faut une femme qui comprenne ton langage et ton travail. Et je doute que ce soit avec la femme au foyer que t’aies ça. C’est pas un crime de ne pas connaitre le mot ‘agréation’, ‘B2B’ ou de n’avoir jamais entendu parler de Cannibalisme commercial, mais je pense que quand on veut avoir la prétention de s’amouracher à un gars comme toi et de le garder longtemps, il faut au moins connaitre le principe de l’offre et la demande pour garder un équilibre et ça, peu de femmes au foyer le savent. » Peut-être croira-t-il qu’elle parle pour elle, mais pas forcément. Au fond, elle ose presque espérer que Cruella connait ce genre de vocabulaire. Au moins ça, au moins être orientée client, pitié. « Je ne suis pas sûre que la nouvelle Jude soit beaucoup différent de l’ancienne finalement. A part qu’avant je travaillais pour oublier et que maintenant, je travaille tout simplement. Donc je prends aussi du temps pour moi, pour mes amis, pour mon chien pour ma nouvelle vie. T’en penses quoi ? Tu préférais celle d’avant ? Avoue que la nouvelle Jude est plus sexy » dit-elle avec un mouvement exagéré de ses cheveux, pour pousser un peu plus loin la plaisanterie.

La décoration est assez moderne parce que c’est dans ce style de déco qu’elle se sent bien. Mais lorsqu’il lui dit qu’il admire la déco, elle y croit moyen forcément. « T’es pas crédible. Moi je crois que tu t’éloignes parce que t’as peur de te faire terrasser par tes pulsions. T’étais pas loin de m’embrasser il y a une dizaine de minutes, je t’ai vu ! » Elle le regarde revenir non sans abandonner son sourire et puis se dirige vers son frigo « Tu veux du vin à nouveau ? De l’eau ? du soft ? » pour elle, ce sera un verre d’eau fraiche. « Du poison ? J’crois pas non. Sauf si t’es mortellement allergique aux piments ou aux poivrons. » Jude n’est pas une cuisinière hors pair, mais elle sait se défendre sur les plats passe-partout. Parfois elle s’essaie au jeu du livre de cuisine, mais seulement quand elle se sent inspirée. « Tu vois, on peut être une working girl, être sexy et pouvoir s’occuper d’un homme. ». A la fin du repas, Jude empile les assiettes qu’elle met dans le lave-vaisselle « Je range un peu mais si tu veux t’installer et mettre la télé n’hésite pas » lui lance-t-elle alors qu’elle termine de ranger sa cuisine, en bonne petite maniaque qu’elle est.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 23 Oct - 0:28 par Invité
« Je ne connais pas de fille qui travaille pendant 12h, et qui en rentrant ait encore envie de faire à manger, et s’occuper des enfants, et en plus de son mari. » Je suis sincère, ce n’est pas pour la blesser, ou pour critiquer les femmes. « D’ailleurs que ça soit homme ou femme qu’on soit clair. Ne crois pas que je sois macho. Cependant si y’a quelqu’un qui est capable de faire ça entre les hommes et les femmes, c’est sûr que c’est vous qui en êtes capables. » Je souris. Mais cette réflexion elle est autant pour elle que pour moi. Je ne fais jamais à manger, je ne range jamais ma maison, je ne conduis même plus ma voiture. Voilà à quel point je suis un assisté. Jude me fait un exposé sur le genre de fille qu’il me faudrait. Je dois reconnaître qu’elle n’a pas tout à fait tort. C’est vrai que c’est agréable d’être avec quelqu’un qui comprend le monde dans lequel on travaille… Mais au-delà de ça je pense que ce qui est le plus important c’est surtout que la personne en face soit active aussi, qu’elle ne reste pas à la maison toute la journée sans aucune activité. Parce que sinon le soir, il n’y a rien à se raconter. « Peut être que tu as raison. Je ne me suis jamais posé autant de questions. Je pense que le problème c’est surtout avoir quelque chose qui fait que sa journée est intéressante, et que du coup on puisse partager le soir sur l’oreiller plus qu’une relation charnelle dénuée de tout. » Moi c’est la vision du couple que j’ai de mes parents par exemple, chose que je redoute réellement. Je bois un peu dans mon verre ruminant mes pensées, et les siennes.

« Plus sexy tu crois ? Je veux des arguments, explique moi en quoi tu es plus sexy qu’avant. » Est-ce que je la provoque ? Clairement oui. Cependant c’est bien ce qu’elle m’a dit non ? Il n’y a plus qu’à assumer maintenant. « Pour l’instant je me prononcerais pas en tout cas. » Je garde un air mystérieux comme si j’avais des pensées secrètes qui ne pourraient être dévoilées que sous la torture. Je veux bien que Jude me torture. J’ai pourtant enregistré que ses motivations aujourd’hui sont différentes de celles d’avant. Je me garde de poser des questions pour le moment. Je n’ai pas envie de la pousser aux confidences, j’ai déjà dû la pousser à venir jusqu’ici.

J’ai réussi à me soustraire de peu à l’emprise de Jude. Je ne sais pas quelles sont mes motivations. J’aurais pu l’embrasser, ce n’est pas comme si je n’en avais pas envie. « Je fais durer le plaisir ma chère. Tu sais pour faire monter les enchères. » Je lui souris, avant de confirmer que je veux bien à nouveau du vin. « Pas d’allergie que je sache. Mais bon on sait jamais tu sais le poison a toujours été l’arme des femmes. Vas savoir ce que tu ferais avec mon corps agonisant. » Rien sans doute mais je ne peux m’empêcher de la charrier un peu. « Tu viendrais me faire à manger tous les jours alors ? »

Je me lève de table, Jude ne me laisse pas le temps de l’aider, elle est déjà partie avec les assiettes il ne reste que nos verres sur la table. Je prends le miens, il reste encore un peu de vin. Pour le troisième verre que je bois, je commence à ressentir les effets. Ou peut-être que c’est dû à la fatigue du voyage ? En tout cas je passe une bonne soirée, malgré la fatigue je n’ai pas envie qu’elle se termine maintenant. « Ca fait une éternité que je n’ai pas regardé la télé… » Je m’assois dans le canapé. « Tu essaies de me convaincre que la working girl est faite pour moi avoue. Je pourrais y prendre goût tu sais ? » Cependant je n’allume pas la télé, je mets simplement la tête en arrière et je sombre quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Sam 27 Oct - 11:45 par Invité
Plus sexy. Oui, du moins c’est l’impression qu’elle a. « Oui, je me trouve plus indépendante. Avant, j’étais un peu la fifille à papa et aujourd’hui plus. Et c’est plus sexy pour une femme je trouve. Et puis j’ai passé la trentaine et j’ai décrété que j’étais sexy, même en étant plus vieille. Après, je sais que tu me trouves sexy, tu ne veux juste pas l’avouer. » Ses arguments sont peut-être un peu surfaits, mais elle y croit dur comme fer. C’est une manière d’avoir confiance en soi et Jude doit avoir confiance en elle. Avec le boulot qu’elle fait, seule la confiance en soi apporte de la crédibilité. De toute façon, elle ne pense pas avoir déjà eu un quelconque problème de ce côté-là. Peut-être est-ce une facette de sa personnalité. « Ben oui, t’as peur de pas assumer. » dit-elle pour le provoquer. Clairement, et elle assume totalement, elle.

Le fait qu’il ne daigne pas l’embrasser la perturbe, et la laisse clairement sur sa faim ; elle ne se retient pas de lui faire la remarque « Oui mais le poison c’est pour une mort douce. Moi je ne suis pas de ce tempérament. Si je devais tuer quelqu’un, j’utiliserais un fusil ou un couteau de boucher » Oui parce que pour arriver à cette extrême, c’est qu’elle serait totalement devenue hystérique, ou très en colère. « Allez, je suis gentille je te ferai empailler pour garder un souvenir de toi chez moi. Tu vois que je suis gentille » reprend-elle non sans laisser un rire s’échapper. « Si mon patron ne me donne pas du travail jusqu’au-dessus de la tête, pourquoi pas. C’est cool la cuisine. Mais moi en échange, j’ai quoi ?» Lui-même devrait savoir qu’on n’a rien sans rien et Jude reste une femme d’affaire à qui on a appris le B2B. Alors cuisiner, okay, mais pas sans rien en retour, ça non.

Après avoir mangé, Jude s’occupe de tout ranger en refusant totalement une aide quelconque de la part de William. Lui avait quelques heures de vol et de décalage horaire dans les pattes, alors qu’elle allait très bien. Et puis il était invité, donc aucune raison qu’il l’aide à faire quoi que ce soit. Mettre deux assiettes, des couverts et des plats dans un lave-vaisselle, c’est pas bien compliqué et ça ne demande pas énormément d’énergie. Pour ce qui est du reste, il s’agit de rangement rien de plus. « T’as pas de télé chez toi ou tu n’as pas le temps de la regarder ? Tu t’es jamais posé un soir, chez toi avec un plaid, la lumière tamisée, l’ambiance cosy à regarder un film sympa ? » prendre goût à la working girl, ça l’a fait sourire mais ne répond rien. Au fond, il doit bien savoir le genre de femme qui lui plait. Au pire, il fonctionne au cas par cas et dans ce cas, ça se joue au feeling. Jude termine de ranger et en profite pour remplir le bol d’eau pour Apple qui, depuis leur retour, n’a pas quitté son panier. Elle s’approche pour lui faire l’une ou l’autre caresse et puis en se retournant vers William qui semble rejoindre les bras de Morphée. Jude s’installe délicatement à ses côtés et glisse doucement ses doigts sur sa joue. D’une voix douce et à peine audible, elle s’adresse à son invité « William tu serais mieux dans un lit. » elle marque une pause et l’observe puis reprend sur le même timbre de voix « Je peux te prêter le mien si t’as pas le courage de rentrer chez toi » au fond, sans doute espère-t-elle qu’il acceptera, mais peut-être a-t-il juste envie d’être posé chez lui, dans ses petites affaires, ce qu’elle peut tout à fait comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 28 Oct - 11:03 par Invité
Je ne sais pas quand est ce que je me suis endormi. Je crois que je suis clairement mort de fatigue, ça ne me ressemble pas autant de laissé aller. Cependant ça fait des jours et des jours que je suis parti, et pour une fois j'ai l'impression d'être rentré à la maison, ça fait du bien. Peut être que rentré directement chez moi m'aurait évité de m'endormir sur le canapé de quelqu'un d'autre, mais passer du temps avec Jude était tentant il faut l'avouer. Hélas à priori je suis de mauvaise compagnie non ? Qui s'invite chez les gens pour s'endormir au bout de quelques minutes en n'aidant absolument pas à ranger qui plus est. Un mauvais invité il en va de soi.

C'est la main de Jude sur ma joue qui me tire du sommeil dans lequel j'étais plongé. Mes yeux tombe sur elle qui me propose de rester dormir là. Il me faut quelques secondes pour remettre tout les événements en place. De là je pose mes mains dans le dos de la jeune femme pour l'attirer contre moi. "Seulement si tu dors avec moi." Ma voix est enrouée par le sommeil, j'ai parlé doucement dans son cou, fermant à nouveau les yeux. Je pourrai me rendormir à n'importe quel moment. Peut être qu'elle a finalement mis du poison dans ma nourriture et c'est pour ça que je suis si fatigué ? Je crois que ça m'a manqué de ne pas tenir quelqu'un dans mes bras, cette sensation est agréable, loin de la partie purement physique, ça éloigne la solitude. "Tu crois que je peux prendre une douche avant d'aller dormir ?" Après tout on est chez elle et je ne peux pas m'imposer sur tous les points, mais j'ai envie de quitter ma chemise, ainsi que cette sensation toujours bizarre quand on sort des aéroports. Prenant un peu de courage je relâche mon étreinte autour de Jude, profite de ça pour effleurer ses lèvres des miennes et me lève en tendant ma main vers elle pour l'aider à faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 1 Nov - 10:36 par Invité
Jude hésite un instant avant de tenter un réveil en douceur. William a plusieurs heures de voyage dans les jambes, ce serait un tantinet égoïste de le sortir de son sommeil. Mais d’un autre côté, le canapé aussi moelleux puisse-t-il être, n’est pas un lieu où il serait agréable de passer une nuit, ou d’avoir tout simplement une nuit réparatrice. Jude finit par le réveiller sans pour autant vouloir donner l’impression de le foutre dehors. William peut rester là s’il le souhaite, elle pourrait lui prêter un lit et du confort autre que son canapé.  Jude ne s’attend pas vraiment à cette marque de tendresse, mais la surprise reste agréable. Elle ne recule pas et se laisse entrainer dans le creux de ses bras en l’écoutant parler.  Le sourire en coin, probablement qu’il ne le remarquera même pas, au fond elle ne se voit pas vraiment de refuser, ou peut-être qu’elle n’a aucune raison valable pour refuser la demande de William « Dans mon lit à moi alors » rétorque-t-elle sur le même ton. Encore une fois, il n’y a pas de raison de dormir dans l’autre chambre ; il y fait peut-être plus froid, la décoration est beaucoup plus neutre et puis l’impression de dormir dans un lit étranger, dans son propre appartement ne lui plait pas vraiment. Pas spécialement prêteuse, Jude aime son petit confort et son lit, ou sa chambre en fait partie. Elle l’entraine jusqu’à la salle de bain en tant que guide et met à sa disposition serviettes de bain, et tout le nécessaire pour lui prendre une douche comme il l’a souhaité.

****

Depuis qu’elle ne travaille plus avec son père, Jude connait enfin le goût des grasses matinées. Pas qu’elle en abuse, ni qu’elle les fait durer jusqu’à midi, mais ça lui change des week-end où elle mettait aussi son réveil à six heures. Ce matin, il ne fallait pas compter sur elle pour activer un quelconque réveil et la veille au soir Jude avait aussi tenté le tout pour le tout, pour s’assurer que William n’en activerait pas non plus. Pour le coup, elle avait utilisé moult arguments pour le convaincre, comme lui proposer de l’aider à rattraper le retard de cette grasse matinée. De toute façon, du sommeil il en a bien besoin alors même s’il avait activé un quelconque réveil, elle se serait débrouillée pour le désactiver sans même qu’il ne le remarque. Petit à petit, la néozélandaise émerge, mais la fraicheur de la chambre au petit matin la force à s’emmitoufler un peu plus dans la couette. Elle tente de retrouver le sommeil, puis finalement attrape son portable pour jeter un œil sur l’heure qu’il peut bien être. Proche de 10 heure 30, elle passe une main dans ses cheveux et regarde rapidement les mails reçus durant la nuit, ou le petit matin. Elle soupire en voyant que la plupart sont là pour la rappeler à l’ordre dans son travail, mais le week-end, elle ne travaille pas. Ou du moins, elle ne traite pas ses e-mails. Jude abandonne son téléphone sur la table de nuit et se tourne vers William qui semble encore dans les bras de Morphée. Peut-être qu’elle devrait le réveiller et lui rappeler l’heure, ne connaissant pas ses habitudes du week-end, et pourtant elle préfère le regarder dormir en se demandant de quoi pouvait-il bien rêver à cet instant précis. Quand finalement monsieur Stuart semble émerger à son tour, elle lui adresse un sourire « Tu semblais tellement paisible pendant que tu dormais que j’ai envie de penser que c’est le fait de dormir avec moi qui t’apaise » lui dit-elle faussement prétentieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 1 Nov - 11:05 par Invité
Emerger est difficile ce matin. Pourtant on ne peut pas dire que je me sois réellement couché tard. Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il était, mais en tout cas je me suis fait rattrapé par les heures de voyage interminables, et la semaine entière à vaguer d'un endroit à un autre sans jamais dormir paisiblement. Pendant les quelques secondes de clair obscur qu'offre le réveil je suis perdu. Où suis je ? Le fait qu'il n'y ait aucun bruit exclu une chambre d'hôtel, et je ne suis pas chez moi. Les pièces du puzzle se mettent en place rapidement malgré tout. Je suis chez Jude. Le repas de la veille me revient en mémoire, j'ai même réussi à m'endormir sur son canapé. Tant de laisser aller ne me ressemble pas.

Quand j'ouvre les yeux, c'est sur la jolie brune qu'ils tombent. Toujours un peu dans la brume, je souris malgré tout à sa "pique". "Charmante même au réveil à ce que je vois." Je n'ai pas envie de me sortir du lit, je suis chaud, bien calé entre les coussins. Malgré tout, je brise ce bien être pour aller chercher le contact de ma voisine de lit. Je passe mon bras autour de sa taille, et pose un baiser sur son épaule découverte. De là je ferme à nouveau les yeux. Je n'ai plus envie de dormir, mais cette bulle je n'ai pas envie de l'éclater pour autant. Qu'est que ça signifie ? Je ne sais pas, je n'ai pas envie de me pencher sur la question maintenant, je suis bien et j'ai l'impression que ça faisait longtemps. Malgré tout, malgré la position, malgré ce lit, je ne pousse pas le vice pour l'instant ne cherchant pas à répondre à cette envie qui tiraille mes entrailles. Il faudrait déjà voir si mes familiarités ne gênent pas la belle. "Est ce que tu me laisses t'emmener bruncher en ville pour te remercier pour hier?" J'ai à nouveau ouvert les yeux mais par ses lèvres je ne vois rien. J'attends blotti contre elle une réponse. Après tout elle a peut être déjà des projets qui ne m'incluent pas. J'arrive comme un cheveux sur la soupe de son week end sans doute, qui avait il de prévu à part qu'elle viendrait me chercher à l'aéroport ? Sans doute pas que je m'endorme sur son canapé. Cependant il y a un endroit où j'aimerai l'emmener si c'est possible, je doute qu'elle connaisse bien encore tout recoin de Londres, ça ne fait pas très longtemps qu'elle est là après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 1 Nov - 12:30 par Invité
« Si je suis trop mielleuse, tu vas y prendre goût et moi je vais passer pour la nana accro à la guimauve » plaisante-t-elle, en exagérant bien comme il faut. « Tu as bien dormi ? » Jude n’oublie quand même pas sa gentillesse, ou politesse. A voir. De nouveau, elle se laisse entrainer et apprécie le contact avec William. Ca change de leurs rapports professionnels, bien qu’ils ne soient pas des plus froids. Peut-être est-ce un souci, ou peut-être est-ce la raison pour laquelle la secrétaire ne semble pas franchement pour cette relation de boulot. Jude pourrait très probablement se laisser bercer par la douceur de l’instant et tomber de nouveau dans les bras de Morphée, quand son invité lui propose un autre plan. Elle fait mine de réfléchir « J’espère pour toi que ton endroit en ville vaut le détour, parce que je doute que ce soit avec un simple brunch que tu pourrais effacer ton ardoise. » Elle lui adresse un sourire, puis reprend « non je plaisante. Ca me va, si j’ai le droit à la douche et au ravalement de façade avant. » Jude finit par sortir du lit et se diriger vers la salle de bain. William peut très bien profiter de ce moment de répit pour faire bien ce qui lui semble. De toute façon, elle lui a déjà dit et répété. Sous la douche, elle profite de l’eau pour se réchauffer, et enfile une tenue charmante, mais dans laquelle elle se sent à l’aise. Elle en profite pour essayer de dompter ses cheveux, elle s’arme pour son ravalement de façade et une fois prête s’occupe un peu de son chien que la voisine souhaite emmener en promenade, au plus grand bonheur de Jude. Lorsqu’ils furent tous les deux prêts, elle suit le guide, elle qui de toute façon ne connait pas encore grand-chose à la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-