"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici Blame it on the night, don't blame it on me (Aëlly #4) 2979874845 Blame it on the night, don't blame it on me (Aëlly #4) 1973890357


Blame it on the night, don't blame it on me (Aëlly #4)

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 8 Oct - 23:09 par Invité

Blame it on the night, don't blame it on me
come sink into me and let me breathe you in, i'll be your gravity, you be my oxygen
- F L A S H B A C K   O N–

La musique raisonne. C’est fort, il y a de l’ambiance et l’alcool coule à flot. La soirée, je ne l’avais pas prévue, ou bien au dernier moment. A la base, j’avais prévu autre chose, comme par exemple passer la soirée avec Aël, jusqu’à ce que je décommande pour « faire du babysitting » lui avais-je dit. En réalité, c’est pas tout à fait ça. Du moins pas du tout. Depuis plusieurs semaines, Zara me parle de cette soirée qui est génial et que je ne dois pas manquer. Au début je lui ai dit que je verrai, que c’est pas dit. Qu’en général les vendredis soir, j’essaie de les passer avec Aël, parce qu’en semaine c’est pas si simple avec mes parents ou avec son travail. Finalement j’ai accepté, jusqu’à mentir. Le problème, c’est pas tellement de mentir pour pouvoir sortir sans lui. On n’est pas marié et Aël n’est pas contre le fait que je fasse ma petite vie de mon côté à condition de ne pas faire n’importe quoi. Ce n’est pas mon genre, ou bien peut-être qu’autrefois ça aurait pu, mais je tiens trop à tout ce que m’apporte notre couple pour tout foutre en l’air, et pourtant là j’ai l’impression de jouer gros, comme une sorte de partie de poker après avoir misé une somme que je ne possède pas. Zara ne cesse de me dire « que c’est l’histoire de quelques heures, qu’on ne restera pas tard et qu’il n’en saura rien. » Oui, mais c’est le fait de lui mentir qui me dérange. Lui mentir pour sortir à une soirée où je sais pertinemment que mon ex se trouvera. Finalement, j’arrête de me poser des questions, j’enfile une blouse, un petit short, des collants résilles et des boots à talons. Comme à chaque fois dans ce genre d’endroit, on met le paquet sur le maquillage, quant à mes cheveux je les attache d’une queue de cheval. La soirée se déroule sans trop de souci, au fond je crois qu’avoir Pierre en face de moi me retourne l’estomac. Pas tellement par dégout, parce qu’il a son physique pour lui, on peut pas lui enlever, mais plutôt par rancœur. Zara m’apporte un verre d’un truc que je manque de recracher tant c’est fort, mais à force ça m’aide à mettre de côté cette rancune, tout comme ça m’aide à oublier que là, tout de suite, j’aurais dû être blottie au chaud dans les bras d’Aël à regarder un film ou bien simplement à profiter de la soirée dans une autre boite, avec d’autres amis. Des vrais amis. On se laisse tous aller sur le son de la musique, on oublie l’heure, on oublie même à combien de verres on en est, mais ça va je sais me tenir contrairement à certains. Près du bar, un type s’effondre et convulse et pourtant, ça n’empêche pas le reste de la salle de s’amuser. Ca n’empêche pas le dj de jouer son set. Ils appellent l’ambulance et l’ambiance retombe aussitôt. Les curieux s’approchent de la victime et moi je reste là, dans mon coin en regardant de loin d’un air plutôt farouche. Ca me met une claque, ou plutôt ça me renvoie à mon propre accident. Pourtant, c’est complètement différent et puis il y a Pierre qui s’approche, qui fait le gars intéressé, ou intéressant que je repousse une première fois. J’ai le regard fixé sur ce garçon qui est pris en charge par les urgences et à nouveau, je repousse mon ex en lui demandant de me laisser tranquille. Il a trop bu, je le sais. Je le connais au moins encore un peu pour savoir que non seulement il m’a jeté parce que je suis trop jeune, et parce qu’il n’est pas du genre gros lourd comme là, tout de suite. Puis mon regard se pose sur la silhouette d’un des ambulanciers présents et mon cœur loupe un battement lorsque je croise le regard d’Aël. Je me laisse entrainée par mon ex sans m’en rendre compte, pour finalement essayer de me défaire de son emprise.

- F L A S H B A C K   O F F–

Quel est le comble du comble pour un ambulancier ? Finir à l’hôpital à la place de son patient ? Ou bien de contribuer au soin de son patient en étant lui-même un patient d’une nuit, le temps de lui recoudre le visage, les poings et tout ce qui lui a servi pour se battre avec l’ex de sa copine. C’est un peu le résumé qu’on peut faire de cette soirée, il doit être trois heures du matin et je viens tout juste d’arriver aux urgences. Egoïstement, je m’en fiche du gars qui s’est effondré, ce qui m’intéresse c’est Aël. Je sais qu’il va bien, qu’il n’est pas dans un état critique, mais je crois que je n’ai pas tout suivi, ou bien j’ai loupé un épisode. Ou bien j’ai trop bu pour essayer de suivre. C’est peut-être plutôt ça et pourtant, je suis encore sobre contrairement à Pierre, à qui j’adresse un regard contrarié en passant devant pour rejoindre Aël. Alors qu’une infirmière tente de s’occuper des blessures de ses blessures, je m’appuie contre une table en face du lit sur lequel on l’a installé pour le soigner « Tu m’expliques ce qui t’a pris ? Aël, depuis quand tu sautes à la gorge des gens comme ça, t’es dingue ou quoi ?! » Je sais par contre que oui, moi aussi je vais passer un sale quart d’heure, mais là, pour le coup j’aimerais qu’il me réponde. Zara déboule à son tour pour me parler du gars qui a été emmené de la soirée, et de Pierre qui semble amoché mais que je remballe aussitôt, puis porte mon attention sur Aël.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 8 Oct - 23:39 par Invité
-FLASHBACK-

Une énième soirée qui finit mal pour certain. Ce n'était pas sensé être le cas de celle d'Aël. Il travaillait pas à la base, mais comme Lilly était pas disponible il a décidé de prendre un tour de plus pour se faire un peu plus d'argent. Ce n'est rien de dire que depuis qu'il est avec Lilly il gagne moins d'argent qu'avant. Pas parce qu'elle lui coûte cher, mais parce qu'il travaille beaucoup moins qu'avant, fini les heures sup, il en fait beaucoup moins qu'avant. Enfin, en ce vendredi soir, il part donc au volant de l'ambulance dans le but de traverser les rues de Londres pour rejoindre le club où on a signaler un problème. Ils sont 3 dans l'ambulance.

C'est un cas classique de coma éthylique, bien que ça soit dangereux, les gestes sont connus, et tout le monde dans la petite équipe agit dans le plus grand des calmes malgré l'agitation ambiante. Tout bouge autour d'eux, les gens s'amassent, il faut les tenir à l'écart. Le gamin sur la civière, Aël essaie de faire de la place autour de lui pour laisser passer le chariot jusqu'à ce que ses yeux tombent sur Lilly. C'est la dernière personne qu'il s'attendait à voir ici ce soir dans ce genre de soirée. Il sait qu'elle l'a vu. Etant au boulot il décide d'abord de ne pas bouger, et de réserver des explications pour plus tard... Jusqu'à ce qu'il voit un garçon insister, et l'emmener loin. Sans rien dire il se dirige vers le "couple".

-PRESENT-

"Je vais bien." C'est ce qu'il arrête pas de répéter à l'infirmière qui recoud son front.Il la connait, et elle n'en démord pas du scanner qu'il faudrait passer. Elle lui rappelle qu'il s'est pris une bouteille sur le coin du front et lui, lui dit qu'elle ferait mieux de s'occuper du gars à moitié assommé de l'autre côté du couloir de lits. Lui c'est sûr qu'il ne va pas s'en tirer simplement avec une arcade cousue si ce n'est avec le nez cassé au minimum.

Il commence à y avoir du bruit dans le service et Aël voit Lilly et une autre fille qui lui dit vaguement quelque chose rentrer. "Parce que tu vas me dire que tu maîtrisais la situation ?" La voir lui rappelle son état quand il la trouver avec le mec. "C'était lui que tu devais garder ?" L'infirmière lui fait signe d'arrêter de bouger. il sait qu'il fait preuve de mauvaise fois, mais peu importe il l'a mauvaise.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 9 Oct - 10:47 par Invité

Blame it on the night, don't blame it on me
come sink into me and let me breathe you in, i'll be your gravity, you be my oxygen
- F L A S H B A C K   O N–

Mon regard reste sur ce garçon qu’ils sont en train d’emmener, puis sur Aël alors que je sens qu’on m’entraine plus loin. Je me dégage une première fois de l’emprise de Pierre, mais je crois qu’il est un peu trop entamé pour piger quelque chose. Je fixe de nouveau Aël que je n’imaginais pas à cette soirée. Fallait-il encore que ce soit lui qui vienne. Il doit y avoir combien d’ambulancier dans cet hôpital ? 15 ? 25 ? Et évidemment, c’est lui qui doit être sur ce cas. Pour une fois, le voir ne me fait pas sourire, parce que ce que je redoutais était justement en train de se passer. A croire que Zara est vraiment une poisseuse. Ou plutôt, qu’elle m’apporte la poisse. Je sens de nouveau le bras de Pierre qui entoure ma taille pour m’entrainer plus loin et je fronce les sourcils en lui demandant à nouveau de me lâcher. Je sais qu’il n’a pas mauvais fond, qu’il a juste un peu trop bu. Mon regard s’est posé sur lui alors que j’essaie toujours de me défaire de son emprise, n’ayant même pas remarqué Aël en approche. En réalité, je ne comprends rien à ce qu’il se passe ensuite, si ce n’est des coups qui volent, des verres qui se brisent et Zara qui me pousse à reculer afin de ne pas me prendre un coup perdu.  

- F L A S H B A C K   O F F–

Que ce soit de la part de mon père, ou encore de Aël, j’ai toujours le même sentiment face à de la violence. C’est quelque chose qui me rend impuissante et dont j’ai horreur. Encore que discuter dans un endroit où la musique couvre tout autre bruit et empêche quiconque de se faire comprendre si ce n’est avec les gestes ou les regards, c’est compliqué mais ça ne justifie en rien ce qu’il s’est passé. En arrivant à l’hôpital, la première chose que je fais est de chercher après Aël sans trop savoir où ils l’ont emmené. Je crois que le pire serait de tomber sur mon père, ça serait le pompon. Encore que lui savait que je sortais, contrairement à Aël qui me pensais chez ma marraine en train de faire du babysitting. Maintenant que j’y repense, je me demande pourquoi j’ai menti, j’aurais aussi bien pu dire que j’allais à une soirée. Le problème ? Il reste le même : Pierre.  D’ailleurs, en passant devant son lit, je ne peux m’empêcher de le fixer, puis tourne la tête une fois face à Aël qui semble refuser qu’on lui fasse passer un scanner. Je soupire. « Evidemment, c’est pas le violeur de Londres non plus, Aël. Il est juste un peu trop alcoolisé et donc, comme tous les hommes qui ont bu : lourdingue. » C’est à ce moment-là que Zara décide d’ouvrir sa bouche, mais rien pour arranger les choses. Ben non, ça serait trop beau « N’empêche l’ex et le nouveau qui se battent c’est trop fort ! » Je la regarde sans rien ajouter dans un premier temps, espérant qu’elle pige qu’elle a loupé l’occasion de la boucler. Finalement je lui demande d’aller voir ailleurs si j’y suis et repose mon attention sur Aël « Non, mais si je te disais que j’allais à une soirée où je sais qu’il y sera t’allais pas vouloir. » Je regarde l’infirmière qui semble exaspérée par le fait qu’on est en train de « laver notre linge sage en public » et qui incite Aël à gesticuler. « Tu pourrais peut-être les laisser s’occuper de toi pour qu’on puisse en parler après, Aël. » lui dis-je sur le ton de l’exaspération. « Après tout c’est de ta faute si on est là, si t’avais pas sauté au coup de Pierre tu ne serais pas en train de jouer les patients difficiles et on serait en train d’en discuter ailleurs et pas à en faire profiter tout le service de mon père, qui plus est. » Oui, là il allait clairement entendre parler de toute cette histoire.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 9 Oct - 12:27 par Invité
Assis sur le lit d'hôpital il serre les dents quand on le recoud, et il continue à nier le fait de devoir faire la moindre radio de sa tête. Il ne se sent pas mal à cause du coup qu'il a reçu, et il le sait parce qu'il en a reçu quelques uns. Il fut une époque où c'était son lot quotidien, ça fait longtemps c'est vrai, mais oui, il se battait beaucoup à un moment. Et puis il a appris à canaliser depuis longtemps. Cependant quand il voit sa copine en quelconque situation avec un autre garçon, pire, avec un autre garçon qui essaie de l'entraîner... Et bien les techniques de canalisation ne fonctionne plus. Et il perd son sang froid. D'ailleurs il n'a pas réussi à le recouvrer. Bien entendu le geste n'est pas passé inaperçu, même si il a aidé Lilly ses deux collègues étaient persuadés que ses motivations n'étaient pas ceux d'être juste un preux chevalier pour n'importe qu'elle fille. Dans l'ambulance on lui a dit qu'il serait couvert, et qu'ils ne diraient rien mais qu'il ne fallait pas que ça se reproduise. Lui à part serrer la mâchoire et ses points endoloris en regardant le pauvre type qui avait essayé d'enlever Lilly, il ne pouvait rien faire.

"Donc tu défends ton agresseur ... ?" Ce qui l'arrête dans son élan c'est la remarque de la copine de Lilly. Oubliant qu'il est entrain de se faire soigner, il tourne la tête vers le lit voisin pour voir le gars sur qui ses poings se sont vengés. Il ne savait pas que ledit gars était l'ex.
Ses yeux s'écarquillent un peu quand il repose ses yeux sur la brunette qui lui dit qu'elle lui a menti parce qu'elle savait que sinon il n'aurait pas voulu qu'elle y aille. A nouveau, comme dans l'ambulance il serre les poings. Il était loin de se douter que cette soirée se finirait comme ça. Il commence à voir rouge, et il a beau essayer de se concentrer, les paroles de Lilly ne font qu’attiser le feu qui le consume. L'infirmière décide de partir, et promet de revenir quand ils auront fini de parler parce que les points qu'elle fait ne font que de se réouvrir. "Parce que tu crois que j'en ai quelque chose à faire que tout le monde soit au courant ?" Il sent du sang glisser sur son front et prend une compresse pour la poser dessus. Il n'a même pas envie de la regarder. "C'est de ma faute donc si j'ai réagi parce que je t'ai pensée en danger ? " Le ton monte, assez caverneux, sa voix est lointaine et pourtant forte. "J'aurais donc dû rien faire te laisser partir avec ton ex puisque c'est ce que tu as l'air de vouloir au final. Allez va t'en je veux plus te voir."

Il s'allonge et fait signe à l'infirmière qui revient et qui par la même occasion ferme le rideau. "Va t'en avant que ton "papa" revienne." Il insiste réellement sur le "papa" comme si elle était une petite fille. De là il ferme les yeux et lâche la compresse imbibée pour que l'infirmière rattrape le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 9 Oct - 14:15 par Invité
Je lève les yeux au ciel quand Aël parle de Pierre comme un agresseur. Je regarde ensuite le soi-disant agresseur puis soupire « Je ne le défends pas, mais t’es en train de le faire passer pour un gars qui mériterait presque la prison alors qu’il n’a rien fait si ce n’est trop bu. T’as jamais trop bu toi ? » A voir son visage changé, je me dis qu’il a enfin compris qu’il s’agissait de Pierre. Comme « Pierre mon ex » et non pas un Pierre quelconque que je viendrai tout juste de rencontrer à cette soirée. En le voyant s’énerver et gigoter dans tous les sens alors que la fille semble elle aussi s’en exaspérer au point de vouloir revenir plus tard. Je la regarde s’éloigner et puis pose de nouveau mon regard sur Aël « Mais t’as même pas essayé d’analyser la situation. T’es venu et t’as peté ton câble. Encore, si t’avais essayé de discuter, mais non ! » Je fronce de nouveau les sourcils lorsqu’il semble croire que mon souhait était de partir avec Pierre. « Mais n’importe quoi. T’es vraiment con quand tu t’y mets.» Je regarde l’infirmière revenir quand il insiste non seulement sur le fait de ne plus vouloir me voir. Bien, j’ai saisi, mais ce qu’il ajoute en parlant de mon père me fait l’effet d’une gifle. « Tu sais quoi Aël, t’as beau le traiter d’agresseur ou de tout ce que tu veux, lui il n’a jamais été aussi irrespectueux et aussi insultant » Concluais-je en prenant mes affaires et en quittant l’hôpital sans mot ni regard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-