"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici First date [Milian #6] 2979874845 First date [Milian #6] 1973890357


First date [Milian #6]

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 11 Oct - 15:38 par Invité
Je suis nerveuse. J'ai changé 3 fois de robe, changé 5 fois de coiffure, et j'ai déjà recommencé mon make up et j'hésite sincèrement à le refaire une nouvelle fois. Je soupire en regardant mon reflet dans le miroir. Je ne suis pas convaincue. Pourquoi ? J'ai l'air très fatiguée, j'ai toujours des kilos en trop, je n'ai pas été chez le coiffeur depuis plus d'un mois... Bref j'ai l'air d'une maman débordée par des jumeaux. Jumeaux qui me regardent tourner en rond en somnolant dans leur cosy. L'avantage c'est que maintenant je ne parle plus toute seule, ou à mon ventre, mais je leur parle à eux. Et je leur explique que Mamn est très nerveuse parce qu'elle va à son premier rendez vous depuis longtemps, et que c'est la première fois qu'elle a un rendez vous avec Célian et qu'elle a très peur de comment ça va se passer. Peut être que je devrai pas leur dire ça, après tout, ils n'ont pas de père, et Célian... On a dit qu'on y allait doucement. Je suis pas sûre même qu'il soit prêt à les rencontrer pour de vrai bien qu'il les ai entraperçus.

J'ai finalement opté pour une robe noire, taille patineuse toute en dentelle dans le dos mais pour le reste très simple. Mes cheveux sont noués dans une queue de cheval, et j'ai opté pour un maquillage qui camoufle ma fatigue sans faire masque. Pas de sortie, il a décidé de m'inviter chez lui pour notre premier rencard bien que la décoration de sa mère soit apparemment complètement horrible d'après lui. A vrai dire je suis un peu soulagée de ne pas aller trop loin, je laisse difficilement les enfants avec la gouvernante je préfère quand c'est quelqu'un de ma famille mais ce soir je n'avais pas le choix. Quand je descends je vérifie que il y a du lait -que j'ai tiré plus tôt et croyez moi c'est l'angoisse- et je dis à Emilia qu'elle peut monter et que je ne sais pas quand est ce que je reviendrait. Je trouve des talons dorés à la semelle rouge, et je prends veste et sac pour finir par traverser la rue le tract au ventre.
En arrivant devant la porte de Célian je souffle une bonne fois et tape. J'attends en resserrant les pans de mon manteau autour de moi, il commence à faire froid. La porte s'ouvre, et un sourire se calque sur mon visage. "Bonjour monsieur Atherthon."
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 12 Oct - 13:45 par Invité
Plus il passe de temps dans cette maison et plus il a envie de tout bruler. Encore qu’avant, ce n’était en rien aménagé, mais au moins il retrouvait ses affaires. Il savait ce qui avait été emballé dans quel carton pour la simple et bonne raison que ses petites fourmis avaient fait ça consciencieusement, en notant où se trouvait quoi sur le carton et en ayant pris soin de s’être occupées du dispatching des cartons dans différentes pièces.  C’était une organisation que Célian aimait, lui-même un peu trop organisé dans sa vie professionnelle, lui permettant de parcourir deux continents en une semaine de temps. Aujourd’hui, alors qu’il sort tout juste de sa douche, autant dire qu’il perd un temps fou à retrouver ses affaires. Sa chère et tendre maman trouvait – apparemment – ça normal de devoir tout arranger, mais ce que lui pouvait bien en penser, elle n’en avait que faire. Elle a des goûts de femmes, de son âge qui plus est. Lui, il déteste, il a juste envie d’y foutre le feu. La seule pièce où il semble s’y retrouver reste son bureau qu’il a pris soin de fermer à clé pour justement l’empêcher d’y venir « y mettre de l’ordre ». Son bureau est très bien ranger, ses papiers sont classés et ses dossiers les plus récent reste sur le bord de son bureau, comme il le souhaite.

Accoudé depuis une bonne heure sur l’accoudoir de son siège alors que son autre main se balade sur sa souris, Célian essaie d’avancer dans tout ce qu’il a à faire. Il a promis d’être plus présent et moins dans les airs. Tout comme il a promis d’être plus en Europe et moins en Amérique. Finalement il termine son travail en envoyant ses directives et ses dossiers avec annotations à Monica et éteint son ordinateur. En bas, ce qu’il a cuisiné se contente de cuire et lui est prêt, vêtu d’une chemise blanche recouverte d’un pull avec encolure en V gris et par-dessus, une veste de costume dans les tons bleu canard et pantalon assorti. Ce soir, il a rendez-vous avec Mila. Du genre, un vrai rencard et pas le truc de la dernière minute, ou encore les entourloupes pour faire croire à quiconque qu’ils sont ensemble. Il se doute déjà qu’en voyant l’intérieur de sa maison, elle dira très certainement que c’était mieux quand il n’y avait rien, mais au moins il l’a prévenue. Entre eux, autant dire qu’il y a une nette amélioration, bien que ce soit tout nouveau pour lui. Cécé n’est pas du genre à avoir une relation sérieuse ou suivie, et pourtant il a bien promis de faire un effort si on lui laissait le temps, sans faire de lui le futur mari ou beau-père. Non pas que les enfants de Mila soient des boulets dans leur relation, mais n’étant absolument pas à l’aise avec ces petites choses toutes fragiles, il aime autant garder ses distances pour l’instant. Lorsque la sonnette retentit, Célian se dirige vers la porte d’un pas assuré pour ouvrir à la jeune femme qu’il attendait justement. Une jeune femme toujours aussi éblouissante. « Mademoiselle Dos Santos. » il s’écarte pour la laisser entrer, puis lui dépose un baiser sur le coin des lèvres « Vous êtes ravissante, pour ne pas changer » il lui sourit et l’invite à entrer dans le salon après l’avoir débarrassée. Après tout elle connait le chemin, bien qu’elle ne soit pas venue très souvent « Je suis désolé, c’est horrible et on a des envies de pyromanie mais c’est pas moi je le jure. » dit-il en parlant des exploits de sa mère. « Tu veux boire quoi ? J’ai du soft, des bulles, du vin, de la bière »… bon, pas très glam’ la bière, mais sait-on jamais. « Ne me ressort pas de la San Pelegrino, parce que je vais me vexer »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 12 Oct - 17:05 par Invité
J'ai finalement réussi à me préparer. Je ne suis pas satisfaite de mon apparence, le fait que je n'ai pas le temps de faire du sport n'aide pas. Au moins je ne suis plus une baleine c'est déjà ça. J'avais vraiment atteint un point de non retour avant de dégonfler en accouchant. Je n'ai toujours pas accepté d'avoir vécu cette épreuve, j'essaie d'y penser le moins possible. Cependant ce n'est pas toujours facile quand je vois les deux créatures qui sont sorties de mon ventre tout le temps. Et leur père dans tout ça ? Comment pourrait il savoir où je suis de toute façon ? Personne ne lui dira, je n'ai pas laissé d'indice. Le seul problème que j'ai, et bien c'est qu'un jour les enfants voudront connaître leur père. J'ai encore du temps avant qu'il ne pose des questions non ? Ils ne sauront pas parler d'ici à ce que j'ai trouver une solution.

A la porte où je toque la boule au ventre fini par apparaître Célian. En même temps ça aurait été étonnant que quelqu'un d'autre que lui n'ouvre non ? Je souris au compliment, avec un "merci" à demi gêné. Ca me fait encore bizarre d'être accueillie comme ça par Célian. Il faut dire qu'à chaque fois qu'on se voit le ton de notre relation change. J'abandonne mes affaire à Célian et regarde ce qu'il a appelé plusieurs fois "un carnage". C'est vrai que ça fait vieillot, ça ressemble beaucoup à chez sa mère en fait. "C'est ... Un style. Si tu étais retraité je suis sûre que ça te plairais." Je lui offre un sourire angélique. J'aime beaucoup sa mère, mais c'est vrai que là j'ai des doutes quand à ses goûts. Pourtant ce qu'elle m'a offert pour les jumeaux n'était pas de ce genre là. "Il est possible de faire quelque chose, je suis sûre qu'en enlevant la moitié des meubles ça te plairait plus. C'est vraiment chargé. On... Tu pourrais faire changer la couleur des murs, ou du moins enlever le papier peint..." Je parle, je parle beaucoup pour dissiper le malaise. Enfin ce n'est pas vraiment un malaise c'est plutôt une gêne de ne plus savoir comment agir avec lui.

Cependant il me propose à boire. Je fais un sourire coupable. "Je suis pas sensée boire, à cause de l'allaitement tout ça... Mais je me meurs pour une coupe de champagne. Après promis je bois de l'eau pétillante." Oui je m'autorise à le taquiner... Juste un peu. Cependant alors que j'avance je découvre qu'il est entrain de faire à manger et que l'odeur que j'ai senti en arrivant il venait des casseroles. "Je ne savais pas que j'aurais droit à un vrai dîner maison. Tu m'impressionnes, je savais pas que tu savais cuisiner." A croire que je ne le connais pas si bien que ça finalement. Je suis prête à apprendre pourtant, et ravie de voir un nouvel aspect de Célia que je ne connais pas encore et qui pourrait me surprendre. "C'est donc à ça que ressemble un rendez vous avec monsieur Célian Atherthon ?" Je tends le doigt vers la table qui a été dressée, et serait ce une bougie que je vois là ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 14 Oct - 18:59 par Invité
Célian pince ses lèvres face aux dires de Mila concernant la décoration. Elle est mignonne à vouloir être gentille avec les goûts douteux de la mère de Cécé, mais clairement, lui il ne la ménage pas quand il dit qu’il a des envies de pyromane. « Je crois surtout que je vais faire appel à un décorateur. Elle veut que je reste à Londres, mais là ça va être compliqué. » L’appartement qu’il loue aux USA est beaucoup plus design, plus moderne et le représente beaucoup plus. Le plus bête dans tout ça, c’est qu’il commence déjà à faire n’importe quoi. Comme proposer de l’alcool à une femme qui vient tout juste d’être mère. Il est clair que dans sa tête, les mères ne prennent même plus le temps d’allaiter leur enfant. Heureusement, il savait qu’une femme enceinte ne pouvait pas boire, c’est déjà ça. Mais s’il y a encore des contre-indications une fois les enfants nés, ça le conforte dans l’idée qu’il est heureux d’être né garçon et pas fille. « Ah.. je ne t’oblige pas à boire. Si tu préfères du soft ça me va aussi. Par contre, j’ai fait exprès de ne pas avoir d’eau pétillante » dit-il en plaisantant. Concernant les boissons, au moins il a touché dans le mille, il pourrait même penser qu’elle ne carbure qu’à la San Pelegrino. Il se dirige vers la cuisine pour aller chercher des verres ainsi que la bouteille de champagne qu’il débouche. Il remplit les coupes et en tend une à la jolie espagnole. « On sait très peu de choses sur moi, c’est ce qui fait mon charme évidemment » il joue le gars sûr de lui, après tout il l’est un peu mais là il préfère glisser sur l’humour « Après, ne t’attends pas à du Gordon Ramsay non plus. Surtout que je ne cuisine jamais pour moi, en général je fais livrer ou je mange un sandwich sur le pouce. » autrement dit, Mila Dos Santos est une grande privilégiée parce que jamais il n’a cuisiné pour personne, à part sa sœur peut-être. Il suit du doigt ce que lui montre Mila et sourit. Oui, bon, fallait pas non plus s’attendre à des pétales de rose partout. « J’ai fait de mon mieux. En vrai je crois que la prochaine fois je réserverai une table dans un restaurant. » Maintenant qu’il y pense, il a quand même poussé le bouchon un peu plus loin, mais pas de trop. « Attends, je reviens. » Il se lève et se dirige vers la cuisine, de nouveau et puis revient avec une jolie rose rouge emballée qu’il offre avec le sourire à Mila « C’est plus de circonstance que le bouquet que je t’ai offert, non ? » Et puis cette rose-ci, au moins, on lui a retiré ses épines. C’est un signe non ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 14 Oct - 19:56 par Invité
J'hésite pendant deux secondes à lui présenter l'idée qui germe dans ma tête. Et puis n'y tenant plus je craque et je parle. Je joue avec mes doigts pendant que je parle."Et si au lieu d'appeler un décorateur, je m'en chargeais ?" Par la même occasion je baisse mes yeux sur mes mains et voit que j'ai besoin d'une manucure, c'est pour ça que je les croise dans mon dos en m'avançant vers Célian. "Je n'ai rien d'autre à faire à part les jumeaux. Je les aime mais je ne fais plus rien d'autre depuis 1 mois. Je dis pas que je pourrais commencer la semaine prochaine, mais je pourrais peut être refaire la déco ? Promis je ne ferais rien contre ta volonté et ça ne ressemblera ni à ça, ni à chez moi. Enfin je sais même pas ce que tu penses de chez moi." J'arrête de parler me rendant compte que je jacasse sans m'arrêter.

De là Célian se rend compte que non, je ne peux pas boire d'alcool, pourtant je ne dis pas non à une coupe de champagne ça fait longtemps. Depuis Noël en fait. Je ris à sa blague en levant quand même les yeux au ciel. Je le suis dans la cuisine, jusqu'à prendre la coupe de champagne que je lui tends pour trinquer avant de tremper mes lèvres dedans. "Oh mon Dieu ! Si tu savais depuis combien de temps j'attends ça !" Je me rends compte de ce que je viens de dire, je rougis et décide de changer de sujet. "J'apprécie l'effort cependant. Ca fait une éternité que quelqu'un n'a pas cuisiné pour moi, ça me touche." Et c'est la vérité. Enfin bien sûr il y a Emilia, mais elle est mon employé ça n'a rien à voir. D'ailleurs est ce qu'un homme a un jour déjà cuisiné pour moi ? Je n'en suis pas sûre. Pire, avoir dressé une table ? Non jamais je ne crois pas. Je suis rarement tombée sur des gars attentionnés. "Tu sais ça me serait très bien y aller même sans les bougies et les jolis verres. C'est la première fois qu'on se retrouve vraiment que tout les deux depuis longtemps." Je regarde la table en parlant, difficile de dire ça dans les yeux. Mon regard ne se pose sur lui que quand il me dit qu'il revient et s'éclipse quelques instants. Il revient avec une rose. Je souris de façon coupable face à son commentaire. Je n'ai pas été tendre la dernière fois sur ce sujet. "Désolée je n'ai pas été ... Très gentille sur ce sujet, le bouquet était très beau tu sais ?" Dans un élan un peu gêné quoiqu'existant je pose ma main dans son cou et me rapproche pour l'embrasser. Le contact ne dure pas longtemps parce qu'à vrai dire je ne sais pas comment agir. Reculant je prends la rose et porte le haut du paquet à mon visage pour sentir le parfum de la rose."Merci." De la je prends mon verre et bois à nouveau. "Il est excellent ton champagne, je me sens gâtée, mais j'ai rien à te donner en échange, je vais culpabiliser maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 21 Oct - 11:18 par Invité
Célian se retourne étonné. Jamais il n’aurait imaginé que Mila vienne à lui proposer son aide quant à la décoration de sa demeure. Si lui a une sainte horreur de perdre son temps avec ça, l’espagnole semble aimer chipoter avec la décoration, et essayer d’arranger un cauchemar en quelque chose de beaucoup plus vivable. Il avait surtout l’impression qu’elle était du genre débordé, d’autant plus que maintenant elle est maman non pas d’un mais de deux enfants. Il écoute ses explications, ou plutôt ses justifications. « ma foi … » Cécé ouvre un tiroir situé dans l’entrée et sort un double des clés de sa maison qu’il laisse tomber dans la main de Mila « Adjugé. Bonne chance et bon amusement » il en profite pour sortir une de ses cartes de crédit et lui tendre « fais-toi plaisir. Le code c’est mon jour et mon mois de naissance à l’envers. » il ne sait pas si elle le sait, ou tout simplement si elle s’en rappelle, peut-être est-ce un défi qu’il lui lance, ou un challenge. Après tout, elle connait sa mère, elle peut tout aussi bien le lui demander si vraiment elle a un trou de mémoire. « si jamais pendant ton … chantier, tu vois ma secrétaire débarquer c’est normal. Elle vient parfois récupérer ou déposer des dossiers dans mon bureau de la journée » Oui il a assez confiance en Monica pour la laisser venir chez lui quand bon lui semble.

Cécé lâche un rire en voyant Mila à la limite de l’extase une fois la coupe de champagne en main « ta mère ne cuisine jamais pour toi quand elle vient te voir ? Ou bien t’es un peu comme moi et tu la fuis ? » Il ne connait absolument pas la famille de Mila à vrai dire. La seule chose qu’il sait c’est qu’elle a une sœur. Mais qu’en est-il des relations qu’elle a avec les membres Dos Santos, c’est une véritable énigme « T’es une exception, parce que je ne cuisine même pas pour moi. La dernière fois que j’ai cuisiné un truc c’était pour Nawel et ça date d’un peu après le décès de mon père » donc même si ça ne date pas de dix ans, ça fait quand même un an et demi. Célian a pleinement conscience qu’il a un emploi du temps chargé, que son agenda est plein à craqué et qu’il n’est pas souvent disponible pour son entourage. « C’est vrai… » répond-il en passant une main dans sa nuque, signe de gêne, de honte peut-être ? « Je ne suis pas souvent là non plus, il faut bien l’avouer. Mais je pense qu’à l’avenir ça sera un peu moins la course. J’ai quelques contrats qui prennent fin le mois prochain, et je n’en prends pas de nouveaux aux USA. » Il a déjà de nouveaux contrat en Europe, mais cette-fois ci il y va lentement, et plus tel un tsunami comme il l’a été il y a quelques années.

Célian finit par se lever pour aller chercher la rose qu’il avait achetée pour la belle espagnole et lui offre non sans passer à côté de ses excuses concernant le bouquet « c’était assez maladroit de ma part. Mais ça va, t’inquiète, je connais le tempérament de Mila Dos Santos, depuis le temps » Posant sa main autour de la taille de la belle espagnole, il lui rend son baiser et glisse sa main libre dans sa poche lorsqu’elle recule. Au moins, il est content que cette rose-ci lui plaise et s’étonne face à sa remarque sur le champagne. Un champagne n’est-il pas toujours bon ? Au fond, ils se ressemblent un peu tous « la prochaine fois je penserai à prendre du sans alcool. T’auras au moins le charme des bulles sans que ce ne se soit dans la San peleg’. » reprend-il dans le but de la taquiner. Il garde les yeux posés sur elle et sourit en apprenant qu’au moins, les attentions lui plaisent. Il se pince les lèvres, faisant mine de réfléchir. Il dépose son verre et s’installe à côté d’elle dans le canapé, le dos appuyé contre le dossier de celui-ci « Mmmmh je crois que si tu m’embrasses à nouveau comme tu le faisais il y a quelques années, que ça devrait suffire pour le reste de la soirée… » rétorque-t-il, faisant semblant de rien. Autant tenter un coup de poker…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 21 Oct - 13:11 par Invité
Je suis réellement étonné qu'il accepte sans plus de questions, ou de demandes, que je change la décoration de son appartement. Si j'avais su qu'il accepterait, j'aurais parlé de ça quand j'étais enceinte là où je m'ennuyais à plein temps. Cependant je suis contente qu'il ait accepté, et sans doute que le grand sourire sur mon visage parle pour moi. Pire, je commence à rougir quand je reçois la clef, et je suis estomaquée quand il me donne une de ses cartes de crédit. "1206 ?" Oui je n'ai pas oublié sa date de naissance. Pourquoi ? Parce que j'ai tendance à retenir les trucs complètement inutiles, ou plutôt tout en général. Après tout je suis sensée avoir fait des études poussées non ? "Ta confiance quand même... Enfin je ne le prends pas mal, mais je m'attendais pas à ça." Je crois que j'ai du mal à m'en remettre ou même à bien réaliser ce que je tiens dans mes mains, et que je finis par ranger dans mon sac à main précieusement. Est ce qu'il vient seulement de réaliser qu'il vient de me donner une clef de chez lui avec le libre accès ? Est ce que je devrais faire pareil et lui donner une clef de chez moi ? Je suis détournée de mes pensées par le commentaire de Célian sur le fait que sa secrétaire pourrait elle aussi se pointer. Ainsi me vient à l'esprit que je me suis fait des films : la clef n'est que pour la décoration et pas un privilège. Est ce que je suis déçue ? Je mentirais si je disais que je ne ressens pas une légère amertume. Je décide de détourner la chose. "J'espère que ça te plaira, tu voudras que je te montre mes plans avant de commencer?" Il ne faudrait pas qu'il ait une deuxième mauvaise surprise qui lui coûte affreusement cher.

"Je la fuis un peu. Elle est toujours sur mon dos, et ça m'exaspère. Elle veut tout faire à ma place, et malgré elle, elle m'enfonce parce que je suis mère célibataire." J'évite de dire : comme si c'était de ma faute. Mais je me tais, je n'ai pas envie d'aller sur ce terrain là. "Enfin bref j'essaie de la garder loin, parce qu'elle est du genre à m'arracher les trucs des mains pour me montrer comment il faut faire." A vrai dire c'est vrai que nous avons une relation un peu semblable avec nos mères, mais celle de Célian se permet moins de chose que la mienne. "Ca devient encore pire quand elle me compare à mes soeurs. Y'en a une qui est une parfaite mère, et l'autre qui était mère jeune et qui s'en est très bien sortie. A côté de ça y'a moi." Pourquoi je lui parle de ça ? A vrai dire je ne sais pas, je n'ai jamais fait ce genre de commentaire à personne. Ca enchaîne sur de nouvelle confidence. A vrai dire sa mère m'a parlé de son mari, mais ce n'est pas vraiment le cas de Célian. Comment faire pour lui poser des questions sur le sujet sans paraître insensible ? "Au moins tu sais cuisiner ! Je crois pas être capable de faire un gâteau convenablement. Je crois que je vais prendre des cours de cuisine, je culpabilise d'avoir quelqu'un qui fait à manger pour moi parce que je ne sais rien faire." Comme la gamine pourrie gâtée que j'étais. Cependant j'aimerais bien être capable de faire mes gâteaux quand les enfants auront besoin que je participe à la vente de pâtisserie de l'école.

J'ai une lueur d'espoir dans le regard quand il me dit qu'il en a finit avec les Etats Unis. Je sais qu'il m'a dit qu'il essaierait d'être plus présent pour nous. Mais quelque part dans mon esprit je me suis aussi dit que je le connaissais et que son travail était plus important que tout le reste jusque là, alors pourquoi changer ? "Tu vas vraiment le faire alors ?" Pourquoi je demande confirmation, je ne sais pas vraiment.
Je crois que j'ai réellement du mal à réaliser que cette soirée existe vraiment. C'est au delà de ce que j'avais imaginé. Peut être parce que notre relation n'a jamais ressemblé à ça. Ce n'est pas que c'était dénué de toute tendresse, mais elle avait des limites très strictes bien définie, et à ne pas dépasser. Il accepte mes excuses me rend mon baiser, et moi je suis aux anges dans ses bras. "Je ne sais pas pendant combien de temps encore je vais devoir me sevrer, et manger correctement, désolée c'est loin d'être glamour."  Je me moque de moi dans la même lignée que lui avec l'eau pétillante.

Il s'installe à côté de moi dans le canapé, je suis heureuse de cette proximité, profite de sa chaleur, et je vais même jusqu'à m'appuyer contre lui. Il a une idée très claire sur le comment je pourrais compenser le fait que je n'ai rien à lui donner en retour. "Tu perds pas le nord à ce que je vois." Ce n'est pas un reproche, au contraire je lui dit ça en rigolant. Je pourrai me faire désirer, cependant je ne tiens pas à faire ma chieuse. Me redressant, à quelques centimètres de lui je croise un instant son regard. Je ne sais pas ce que je cherche à y voir, toujours est il que ce que j'y vois fini par me convaincre. Ou alors c'est parce qu'il a confirmé que cette fois ci, notre relation ne serait pas bridée par son envie de liberté. Ma main se pose sur son torse, et en un instant je rompt la distance entre nous en posant mes lèvres sur les siennes. Cette fois ci j'ai moins de réserve, ce n'est pas comme si c'était la première fois. Ou si justement ? J'essaye donc de m'exécuter recouvrant ce que j'avais essayé de dissimuler sur mes sentiments pour lui jusque là. Est ce qu'il m'a manqué ? Je dois dire que la réponse est oui. Mais je vais garder ça pour moi encore un peu.
"On va manger ?" Je lui demande à bout de souffle et pour m'éviter de passer de moi même sur une situation de non retour.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Sam 27 Oct - 13:43 par Invité
En entendant Mila dire le code de sa carte tout haut, il s’approche et pose son indexe sur ses lèvres « chuuut. Les murs ont des oreilles » dit-il en rigolant, puis dépose un baiser au coin de ses lèvres. Confiance ? Oui, mais pas en tout le monde. Il connait assez Mila pour avoir confiance et puis c’est plus facile que de lui verser une somme et risquer de se perdre dans les comptes. « Oh ben je peux la reprendre si tu veux… » il lui sourit puis la laisse entrer et s’installer. Les goûts de Mila en matière de décoration ne doivent certainement pas être aussi catastrophique que ceux de sa mère, et puis elle reste une femme distinguée donc il y a des chances pour que oui, ça lui plaise. « De toute façon, ça ne peut pas être pire que ça ne l’est actuellement. Et puis j’ai confiance en tes goûts distingués donc … surprends moi. Challenge accepted ? ». Au moins, Mila n’aura même pas de souci d’un point de vue logistique puisqu’elle aura en sa possession les clés de la maison, et de quoi payer sans se ruiner elle. C’est toujours plus pratique que de régler les comptes après. Evidemment, Célian n’aurait jamais agis de la même façon si ça avait été quelqu’un d’autre, preuve qu’il lui fait entièrement confiance à elle, et pas une autre.

Visiblement, la maman de Mila ressemble presque à celle de Célian, peut-être en pire. Madame Atherthon n’est pas autant sur son dos, sans doute parce qu’elle sait que ça l’agace et pourtant, elle s’est bien occupée de cette maison en espérant que ça lui plaise et sans qu’il ne lui ai rien demandé. Il est rentré un matin, et tout était changé. Célian s’était même demandé s’il ne s’était tout simplement pas gourré de maison, mais non c’était bien la sienne. « Ah t’es célibataire donc ? » il fronce les sourcils, mais la laisse continuer de parler sur sa mère « J’avoue, ta mère gagne. La mienne elle n’est pas aussi envahissante » Elle se compare à ses sœurs à travers sa mère, c’est toujours un peu compliqué, bien que de ce côté-là il n’a pas à se plaindre lui. Nawel est un peu semblable et a un peu la même vie que celle de Cécé. « Et toi tu es très bien comme t’es Mila. Des enfants qui n’ont qu’un parent, y’en a des milliers et ils n’en sont pas morts. Tu dois pas te rabaisser parce que t’es sœurs ont peut-être réussi là ou toi et/ou ta mère pensez que tu vas échouer. Tu ne seras pas parfaite comme tes sœurs, mais tu seras parfaite à ta façon. Peut-être que tes sœurs, dans ton cas, elles avaient aussi tout le temps ta mère sur le dos. Elle-même est une maman qui pense que ses filles ont encore constamment besoin d’elle. La mienne est pareil et pourtant ni moi ni ma sœur avons réellement besoin de l’avoir dans les pieds. Mais ça lui fait plaisir, donc on laisse faire. » la preuve avec sa maison. Il la regarde en souriant puis reprend « au pire, tu peux peut-être lui dire qu’en tant que maman t’as besoin d’apprendre toute seule, sinon tu n’y arriveras pas et qu’elle n’est pas tout le temps là pour t’aider. » Il sait cuisiner, oui. Sa maman lui a montré quelques trucs quand il était plus jeune et lorsqu’il est parti pour ses études, il n’a pas eu d’autres choix que d’apprendre. A ce moment-là, il n’avait pas l’argent pour payer qui que ce soit pour la cuisine ou le ménage, il a donc bien fallu qu’il se débrouille tout seul « Ouais, je sais cuisiner. Mais je pense que si tu ouvres un bouquin de cuisine, il y a moyen de réussir quelques trucs, tu sais. C’est pas bien compliqué finalement. »

Le travail de Célian, c’est un peu 90 % de sa vie, autant se l’avouer. Il le sait, il en a conscience et aujourd’hui il a réussi à percer dans le milieu. Il a réussi à se faire un nom, tout comme il n’a jamais beaucoup de mal pour se trouver des clients. Essayer de conquérir l’Europe est un nouveau défi, un challenge à relever. C’est du moins la manière dont il a envie de voir les choses, afin de l’aider à mettre de côté les Etats-Unis et apprendre à aimer un peu plus l’Europe. « Oui je vais vraiment le faire. D’ailleurs, ma secrétaire version USA ne travaille déjà plus pour moi. Du moins à partir de la semaine prochaine. » En Europe, il n’a plus besoin de plusieurs secrétaires, mais ne doute pas sur le fait qu’elle trouvera quelque chose d’autre. « La semaine prochaine je dois y retourner avec ma secrétaire pour trier, ranger, mettre en boite et finalement organiser le déménagement. On a trouvé à Londres un local plus grand pour y mettre aussi mon bureau comme ça je n’aurais plus rien qui touche à mon travail ici. » Au moins, ça l’obligera à lever le pied, c’est pas plus mal non ?
Célian l’écoute parler de sevrage et nourriture. Autrement dit, des trucs qu’il ne connait pas et ne risque pas de connaitre un jour. D’ailleurs, heureusement parce que même s’il avait été une femme, il aurait plutôt été du genre à opter pour les biberons. Malgré tout, il n’a pas à avoir d’avis ni de jugement « Tu me dis ça alors que l’eau pétillante c’est mauvais pour la santé. Et toi tu carbures à ça. Pour le coup, t’es pas crédible ma belle. »

En s’installant à ses côtés, dans le canapé, Célian tente le tout pour le tout, ou du moins essaie au moins de pouvoir lui voler un baiser. Ca semble fonctionner puisque Mila s’approche pour l’embrasser avec un peu plus de passion. Lui, il en profite et y met aussi plus d’intensité. Il commence à s’attaquer à son cou lorsqu’elle semble lui proposer d’aller manger. « et si c’est pas encore prêt, on fait quoi ? » lui demande-t-il sans réellement virer ses lèvres du cou de la belle espagnole.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Sam 27 Oct - 19:45 par Invité
Est ce que je suis célibataire ? Bonne question. Je pense que c'est légitime qu'il me demande ça. On a pas dit à un moment "nous sommes en couple", je suppose que c'est beaucoup parce que nous n'avons plus 15 ans. Mais quoi faire ? Qu'est que je dois lui dire ? Oui nous sommes ensemble et en plus je n'ai rien envie de dire à ma mère pour l'instant ? Ou plutôt mon ex est en prison, le père de ces enfants ne sait même pas qu'il a eu des jumeaux ? Franchement cette situation... Je ne pensais pas que j'aurais à me poser ces questions si rapidement finalement. "Pour ma mère je suis célibataire. Je ne suis pas du genre à lui raconter ma vie amoureuse tu vois... Mais non, pour moi je ne suis pas célibataire." Je ne sais pas si je dis ça pour le rassurer, ou pour que ça soit dit une bonne fois pour toute. Le fait est que c'est tout nouveau... Malgré le fait que je joue les Caliméros, il essaie de me consoler. A vrai dire plus je passe du temps avec lui sans "limite" plus je suis comblée de voir quelle personne il est sans le masque. Je lui souris, rien que le fait qu'il m'en croit capable, ça me met du baume au coeur et me redonne confiance en moi. "Elle va venir pendant les vacances, j’essaierais de lui parler tu as raison." Je suis songeuse pendant quelques secondes. "Tu pourrais peut être rencontré mes parents pendant cette période." Je ne sais vraiment pas si c'est une bonne idée. Il vaut mieux qu'il rencontre les jumeaux déjà ça va être quelque chose de lourd pour lui. "Tu n'es pas obligé bien sûr... Disons que ça va dépendre de ce que je dis à ma mère sur ma vie en ce moment." Autrement dit avouer au reste du monde qu'il fait partie de la mienne.  

J'ai vraiment du mal à croire que ça y'est, la vie américaine de Célian touche à sa fin. Par la même occasion je réalise le sacrifice que ça lui demande. Parce que même si il va s'enlever un poids de travail considérable, il n'en reste que pour lui, c'est ce qui compte le plus. Maintenant il a un bureau ici, plus qu'une seule secrétaire. Je ne sais pas si c'est réellement pour moi, ou non, mais en tout cas ça me touche énormément. Il s'investi dans cette relation, ce que jusque là je pensais être impossible. "Je... Je pensais pas que ça serait possible un jour. Enfin, le prends pas mal, mais tu m'as pas habituée à ce genre de choses jusque là." Non mon but n'est pas qu'il le prenne mal en effet, mais je veux juste lui exprimer que ça me touche. Je sais, je m'y prends mal. "Cest juste que... Ca me fait vraiment plaisir tu sais ?" C'est sans doute mieux comme ça je m'en doute.

Je l'embrasse me laissant emportée par le moment, pourtant c'est moi qui essaye d'y trouver une échappatoire. Pourquoi ? Je n'en ai pas la certitude. Peut être que j'ai un peu peur. Mon corps il a souffert depuis la dernière fois qu'il m'a vu nue, que quelqu'un m'a vue nue. Et puis si j'essaye de rester dans cette optique "d'y aller en douceur" ce n'est pas la voie à emprunter. Pourtant quand ses lèvres se posent dans mon cou j'ai l'esprit qui divague, je n'ai pas du tout envie d'aller manger, ou peut être de le manger lui. Je me laisse prendre au jeu oubliant la situation, retrouvant juste les sensations d'être avec lui : son odeur, son contact, ses lèvres, sa peau... Je me laisse aller sans y réfléchir davantage. Je le pousse sur le canapé histoire de prendre avantage en étant sur lui tout en cherchant ses lèvres pour l'embrasser à nouveau. Combien de temps ça fait que j'en ai envie ? Depuis qu'on s'est recroisé il y a des mois de ça ? Ou depuis que j'ai refermé la porte il y a des années de ça, presque 4 ans ? Et d'un seul coup il y a l'alarme du four qui retentit me sortant de mon état fébrile et me faisant m'arrêter dans mon élan. "Et maintenant c'est prêt non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 2 Nov - 19:32 par Invité
Célian écoute Mila se justifier et sourit. Il peut comprendre qu’elle ne raconte pas sa vie à sa mère, tout comme lui ne raconte rien de sa vie sentimentale à la sienne. Pourtant, il sait que sa mère rêve de pouvoir rencontrer une future ‘belle-fille’ grâce à qui elle aurait de futures ‘petits-enfants’. Une chance pour lui, elle a déjà rencontré Mila. Certes, il ne lui a rien dit de plus en ce moment, mais elle n’est pas obligée d’être au courant là, tout de suite. Et puis il connaissait suffisamment sa mère pour savoir qu’elle ne mettrait pas longtemps à être au courant. Cécé rigole face à l’idée de le présenter à ses parents. L’idée est charmante et il ne se moque absolument pas d’elle, mais il n’est pas certain que ce soit une excellente idée « Je ne sais pas si leur détailler mon CV serait une excellente idée. » Après, si vraiment ça lui tient à cœur, il sait qu’il peut lui faire ce plaisir. Néanmoins, il n’est pas tout à fait certain de plaire aux parents de Mila : bientôt trente-cinq ans, sans enfant ni aucun mariage dans le passé, ça peut en dire long sur le genre d’homme. Mila n’a pas l’air vraiment certaine de l’idée non plus, mais Mila ne semble pas réellement certaine de la position à avoir vis-à-vis de ses parents « Mila, vis un peu pour toi, pas pour tes parents. Qu’importe ce qu’ils pensent, aie confiance en toi et en la femme que t’es. Si tu faisais le tapin tous les soirs pour gagner ta vie, je comprendrais mais t’es chirurgienne, tu élèves des jumeaux toute seule, tu restes indépendante malgré tout et tout ça à seulement trente ans. Crois-moi, malgré tout le respect que j’ai pour tes parents – bien que je ne les connaisse pas – ils seraient vraiment bêtes de ne pas être fiers. Combien de chirurgien ne sont pas foutus d’en élever un seul à cause de leur planning ? » Il s’approche pour lui déposer un baiser sur les lèvres, ponctuant ses paroles et avec l’espoir que ça l’aide à relativiser un peu sur sa vie. Franchement, il y a pire, vraiment. « Et pour tes parents, on fera comme tu voudras. » au moins, elle ne doit pas avoir peur qu’il manque de civilité. Célian à appris à se fondre dans les situations sans faire de faux pas. Il a de la discussion, il sait être intéressant, tout comme il sait rester à sa place quand il le faut. Pour ça, son boulot l’a véritablement bien sculpté.

« Je ne le prends pas mal » parce que lui non plus, il y a deux ou trois mois d’ici, n’aurait jamais cru ça possible. Il était né en Amérique, il avait grandi à Londres, et puis était retourné dans ce pays qu’il a toujours chérit plus qu’un autre pays. Ce pays l’a vu grandir, l’a vu devenir cet agent sportif qu’il est aujourd’hui et couper l’herbe sous le pied à trente-cinq ans, c’est assez difficile. Mais Cécé est persuadé que ça lui apportera d’autres opportunités toutes aussi belles, qui lui permettront de gérer sa vie privée et sa vie professionnelle sans délaisser l’une ou l’autre. « J’ai toujours vu grand. J’ai toujours eu beaucoup d’ambition et j’aurai aimé conquérir le monde et être un espèce de Steve Jobs dans mon domaine. Mais j’ai aussi conscience qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre et je t’ai promis que je ferai un effort. Je ne peux pas te promettre de me contenter de l’Angleterre, parce que j’aime trop mon travail pour ça et l’Angleterre ne m’intéresse pas vraiment au niveau du sport. Mais l’Europe reste un défi de taille, qui demandera moins de temps et d’investissement, moins d’organisation et aussi moins de dépense. Sur le papier, j’aurai donc plus de temps et plus d’argent pour moi, pour toi, pour nous et pour tout ton petit monde… » Jouer les papas de substitution, peut-être pas tout de suite. Déjà arriver à apprivoiser la maman ça va être un exercice d’équilibriste pour lui qui n’y connait pas grand-chose aux relations humaines dignes de celle-là, mais au moins, il se projette dans un avenir en tenant compte des enfants de Mila, c’est déjà un bon début.

Ce serait mentir de dire que d’avoir Mila sur lui ne lui faisait pas plaisir. Et puis il en profite, et il oublie un peu la soirée, les discussions, les questions et surtout le repas. Célian se concentre sur eux, sur cet échange beaucoup plus sincère qu’autre fois encore. De la tendresse plus présente encore et beaucoup plus vraie. Il a envie d’elle, mais se contente de rester sur les endroits proches de son visage, sans s’aventurer plus bas. Il se contente d’entourer la taille de l’espagnole à l’aide de ses bras pour la rapprocher de lui et apporter plus de passion à ces baisers. Lorsque le four sonne, Mila semble l’avoir entendue, tout autant que lui « Il parait… » du moins, c’est ce qu’en dit le four. Célian invite gentiment Mila à se dégager de lui pour finalement l’entrainer avec elle vers la table, tirant une chaise avec exagération il reprend « si mademoiselle veut bien se donner la peine de s’installer… » Pendant que lui se charge d’aller chercher tout ce qu’il avait pris le temps de préparer et ponctue ses allers et retour en revenant avec le saint Graal de Mila, très probablement, la San Pelegrino accompagnée d’une bouteille d’eau plate également. « Ca va, c’est mangeable ? Si t’as besoin de quelque chose dis-le y’a pas de problème je peux aller chercher. Pour une fois que j’ai quelque chose dans les armoires ou dans le frigo, profites-en. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-