"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici Même les plus privilégiés des plus privilégiés ont des obligations [Alexandria] 2979874845 Même les plus privilégiés des plus privilégiés ont des obligations [Alexandria] 1973890357


Même les plus privilégiés des plus privilégiés ont des obligations [Alexandria]

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Sam 13 Oct - 14:21 par Invité
Comment ma mère a réussi à me convaincre de venir jusque là ? C'est la question que je me pose au moment où mon chauffeur me dépose devant la maison familiale. A vrai dire ça fait un moment que je n'y ai pas mis les pieds. Il faut de lourds arguments pour arriver à me convaincre. En plus je sais que Charlie ne sera pas de la partie. Lui c'est pire que des arguments qu'il faut pour le convaincre. Le pourquoi je suis venu en fait vient de mon grand père qui m'a dit que lui aussi ferait le déplacement ce soir. A vrai dire je dois dire que c'est la curiosité qui m'a attiré jusque là. Pour que lui aussi se déplace dans cette maison c'est qu'il y a quelque chose d'important à apprendre.

Toujours est il que je reste quelques secondes sans bouger avant de toquer pour tomber sur un domestique en chemise blanche et cravate. Il me débarrasse de mon manteaux pour aller le ranger avec ce qui me parait un trop grands nombres de manteaux pour être honnête. Je fronce les sourcils. Je n'avais pas compris qu'il y avait plus de personnes que mes parents et mes grands parents. On m'indique que je suis le dernier et qu'on m'attend. Soit. J'avais du travail et je n'ai pas respecté l’horaire. Il est 19h45 et l'invitation stipulait 18h30. Il ne me reste plus qu'à sortir mon plus grand sourire et à faire comme si je n'allais pas prendre le moindre reproche à la figure.
"Ah William enfin !" Effectivement je souris à ma mère, mais je suis surpris de tomber sur la famille Beauchamp au complet par la même occasion. S'ensuit donc un grand nombre de poignée de main, et un baiser sur la joue d'Alexandria, familiarité que je n'ai accordé qu'à ma mère et ma grand mère dans cette pièce. "Qu'est qui ce passe ?" Je lui demande ça discrètement. Je l'ai vu plus tôt dans la journée et elle ne m'a rien dit. En quelques secondes une coupe de champagne se matérialise dans ma main comme par magie. Ma mère continue à parler mais je l'écoute distraitement toujours curieux de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Sam 20 Oct - 15:49 par Invité

   
Même les plus privilégiés des plus privilégiés ont des obligations
Alex & William
Penchée sur mes dossiers, mes yeux se baladent d’un coin à l’autre du document qui se trouve en face de moi. Un stylo dans ma main droite l’anime alors qu’aucun traitre bruit ne vient perturber ma concentration. Je prends le temps de comprendre le document et sa lexicologie juridique de sorte à ne rien louper, à tout comprendre. Les termes sont parfois vicieux, parfois traitres et les syntaxes sont parfois tournées de sortes à cacher quelque chose de totalement différent. Voilà un peu ce à quoi je passe mon temps lorsque la sonnerie stridente de mon portable vient briser ce silence de mort. Je sursaute, et le temps de reprendre mes esprits, décroche. Ma mère. J’aime ma mère, vraiment. Mais j’aurai aimé qu’elle m’envoie un texto, surtout quand j’entends la raison de son appel.

- Tous les repas que tu veux, maman, mais laisse-moi travailler s’il te plait.

Voilà comment termine la discussion. J’aime ma mère. Je le redis, mais je préfère m’en assurer, m’auto-persuader. Elle ne comprend pas toujours pourquoi je ne suis pas son chemin ; pourquoi je ne trouve pas un mari – qu’elle semble avoir trouvé pour moi – et ainsi profiter des bonnes choses de la vie quand on a le compte en banque pour. Ce à quoi j’ai envie de répondre que j’ai besoin de me sentir utile, tout simplement. Chez les Stuart, l’ambiance semble être aux festivités et pourtant on n’attend le principal concerné : William. Sa mère me rassure presque de sa présence et pourtant, contrairement à elle je me sens détendue. Je connais l’homme en question et sait que son travail compte. Je sais aussi qu’il a de quoi faire pour l’avoir croisé dans la journée. Finalement, c’est avec plus d’une heure de retard qu’il fait son apparition. En se penchant pour me demander ce qu’on fait tous là, je grimace.

- Je crois que les matriarches ont quelque chose à nous dire. Tiens-toi prêt.


Je sais ce que ma mère a en tête, j’imagine qu’elle en a parlé avec celle de William, mais est-ce qu’elles comptent nous en parler là, maintenant. J’ai un doute. Ou du moins, les convenances voudraient qu’on discute, qu’elles analysent la situation et qu’elles se lancent dans la gueule du loup. Je croise mes jambes et porte mon verre à mes lèvres. Oui, on en aura probablement besoin. Et puis finalement, ma mère se lance :

- Je trouve ça chouette que vous travailliez ensemble. Finalement, vous ne vous êtes jamais vraiment perdu de vue, n’est-ce pas ?

Le blanc. Moi je souris sans trop savoir quoi répondre. Et je m’attends même à ce que la deuxième matriarche en rajoute une couche.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 21 Oct - 16:59 par Invité
Je suis moyennement convaincu par ma présence à cette soirée. Je n'aime pas ça, en plus je me sens coincé ici face à mes parents, et à la famille Beauchamp. Peut être que si j'avais été prévenu je ne serai pas venu, peut être aussi pour ça que ma mère ne m'a rien dit sur le sujet. Je n'aime pas faire semblant que nous sommes une famille, ma mère, mon père... Ils n'ont jamais été une famille pour Charlie et moi. Nous avons toujours été plus proche de la gouvernante que de nos propres géniteurs, et pour cause : ils n'étaient pas présents dans nos vies. Rarement là aux anniversaires, pas plus de que pour les matchs le samedi, ou les concerts à l'école. Cependant ils sont très forts pour faire semblant devant leur amis, et pour être fiers aussi de l'aîné tout en ne parlant jamais du cadet pour être sûr de ne pas avoir à exposer leur honte à tout le voisinage.

J'essaie de voir si Alexandria en sait plus sur le sujet que moi. Quelque chose me dit que oui, et le fait qu'elle ne me déballe pas tout d'un coup m'annonce d'office que ça risque de ne pas me plaire. Je suis d'autant plus tendu maintenant.
Pour l'instant je me contente de ne rien dire jusqu'à ce que madame Beauchamp se lance la première. Assis sur le fauteuil je me demande où elle veut en venir. "Alexandria travaille pour moi quand j'en ai besoin depuis quelques années." Donc oui, ça veut dire qu'on est toujours resté en contact. Elle a l'air déçue de ma réponse cependant. Elle regarde ma mère comme pour demander son soutiens, nos paternels sont toujours muets. "Vous avez toujours été très proches, surtout ces dernières années. Aujourd'hui vous êtes tous les deux en âge de fonder une famille, il serait tant d'y penser." Je fronce les sourcils. J'ai l'impression d'entrevoir un dessin, et pourtant je n'en ai pas envie. "Bien sûr Mère et quand j'aurais trouvé quelqu'un vous serez la première au courant je vous l'assure." Ce qui est complètement faux, mais ça fait longtemps que j'ai appris à lui dire ce qu'elle veut entendre pour être tranquille. "Alexandria serait parfaite pour le rôle, William." Je dévisage ma mère comme si elle était une étrangère, ce qu'elle est, et ensuite je regarde Alexandria. "Je ne suis pas sûr de comprendre où vous voulez en venir. Tu comprends toi ?" Je me doutais bien qu'à un moment donné à force de me reprocher, d'être seul, ma mère passerait à l'action. Quelque chose me dit que pour survivre à cette soirée il fat plus qu'une coupe de champagne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-