"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici course matinale || LIBRE 2979874845 course matinale || LIBRE 1973890357


course matinale || LIBRE

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 18 Oct - 21:43 par Invité
Le besoin de courir, de se vider la tête. Maon n’est pas du genre à courir tous les jours. Il aimerait bien être de ceux qui trouvent le temps d’aller courir tous les matins mais il n’a jamais trouvé le temps pour y instaurer une habitude. Maon ne va pas s’en plaindre, ça empêche une certaine routine mais c’est une routine qu’il aimerait bien avoir. Quand il court il ne réfléchit pas, il ne pense qu’au kilomètre qu’il est en train de faire, à la vitesse moyenne et bien prendre son souffle. Il s’enferme ainsi dans une petite bulle. C’est pour cela que ce matin, alors qu’il n’arrêtait pas de bouger de position dans son lit n’arrivant pas à se rendormir jusqu’à ce que son réveil sonne. Il a arrêté de lutter. Il n’est plus fatigué alors qu’il n’a pas eu beaucoup d’heures de sommeil. Pire encore, il est en pleine forme alors qu’il avait prévu de dormir trois heures de plus, au moins. Il a des tas de choses à faire dans la journée mais maintenant, alors qu’il se retrouve debout alors qu’il fait à peine jour. Après une rapide douche et des affaires enfilées pour pouvoir courir à son aise, il sort, Il n’a pas de destination précise, pas de but à atteindre, juge l’envie de courir à en prendre haleine. A peine a-t-il commencé sa course qu’il ressent ce qu’il ressentait, cette liberté, cette concentration qui le sort de ses songes et surtout de son quotidien actuelle plus que perturbant. L’avantage de courir à cette heure-là c’est qu’il ne croise pas énormément de personne. Quelques lève tôt, il n’est pas une exception mais ce n’est pas la folie, il ne va pas percuter quelqu’un sauf s’il ne fait pas attention. Après avoir couru il ne sait pas combien de temps, il finit par arriver dans un grand parc. Il pourra mieux courir ici, il n’aura moins à faire attention ou à devoir s’arrêter à chaque intersection pour ne pas se prendre une voiture. Pourtant, maintenant qu’il peut courir comme il le peut, c’est à ce moment-là qu’il ressent la fatigue. Fatigue dû au sport ou à son manque de sommeil ? Il l’ignore mais elle est bien là. Alors, Maon ne voulut pas forcer après une centaine de mètres supplémentaires. Il faut qu’il fasse une pause et ça ira mieux ensuite. S’asseyant sur un banc occupé, ne trouvant pas de banc libre et ne voulant pas s’asseoir sur l’herbe, il salua la personne de la tête. Pas très bavard en règle générale, son coté altruiste le poussa toutefois à lui demander « Vous allez bien ? » Il y a quelque chose dans son regard qui inquiète Maon qui se mêle sans aucun de quelque chose qui ne le regarde. « Désolé ça ne me regarde pas ! » se retracte-t-il, limite prêt à reprendre sa course malgré la fatigue toujours présente. Il y a les interrogatoires dans le sang il faut croire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 19 Oct - 17:35 par Invité
    Cette journée était vraiment mal entamée. Leah jeta rageusement son sac à main sur le canapé de son appartement, les nerfs en pelote. Les nombreux textos plaintifs qu’elle avait envoyés à Hazel depuis trois jours n’obtenaient pour l’instant aucune réponse, le manque de son ex-fiancée se faisait de plus en plus ressentir, et Leah détestait ce sentiment d’inutilité qui l’envahissait lorsque cette situation se reproduisait trop souvent. Son stupide téléphone ne lui signalait aucun nouveau message, et elle se retrouvait à regarder bêtement son écran de verrouillage intensément, lui commandant des nouvelles par télépathie. Evidemment, son iPhone avait beau être son meilleur ami, il ne répondait pas encore aux voeux, formulés à voix haute ou non, et elle se retrouvait désespérée.
    Si on lui avait dit qu’elle se retrouverait dans ce genre de cas de figure il y a encore cinq ans, elle aurait ri au nez de la personne. Elle ne se voyait pas tomber amoureuse. A l’exception d’Hazel, elle n’avait eu que des relations qui avait duré moins d’un an, et puis la jolie brune dont elle était dingue du sourire avait débarqué dans sa vie, violemment puisqu’elles s’étaient heurtées dans une allée de supermarché, puis à nouveau à un match de volley. C’était cliché comme jamais, de se dire qu’elles s’étaient rapprochées ensuite, aux urgences, qu’elles avaient fini par prendre un verre ensemble, puis un repas, et les choses avaient dérapé ensuite. Leah ne se voyait pas en premier rôle d’un film romantique cucul la praline, et pourtant elles avaient emménagé ensemble, elles s’étaient fiancées, et sa jalousie possessive avait repris le dessus, après avoir somnolé plusieurs mois d’affilée. Elle s’était comportée comme une véritable folle, rendant la vie d’Hazel tout bonnement invivable.
    C’était sa faute, si la rupture avait eu lieu. Sa faute. Elle avait laissé son côté possessif, agressif, le revers de la médaille, prendre le dessus; elle avait outrepassé les limites, elle était devenue comme dingue, un véritable animal. Elle avait vu le mal dans toutes les relations amicales d’Hazel et elle lui avait pourri la vie. Pas étonnant que son ex soit partie, avec une fiancée pareille !
    Avec un cri de rage, Leah saisit son sac, en proie à ces pensées auto-dénigrantes, et dévala l’escalier de son immeuble, avant de se rappeler qu’elle avait oublié de fermer la porte de son appartement à clé. “Quelle journée de merde, mais c’est pas vrai ça…
    La voilà donc à marmonner toute seule dans la rue qui mène à “son banc”, au croisement de deux rues dont elle ignore complètement le nom. Ses collègues ont bien vu qu’elle était d’une humeur massacrante aujourd’hui, elles l’ont laissée tranquille, mais au fond d’elle, Leah aurait volontiers admis qu’elle avait besoin de parler. Elle ne se voyait absolument pas appeler sa propre mère, Zoe l’aurait noyée sous un discours affolé et maternel, qu’elle n’aurait pas supporté. Non, il lui fallait un ou une parfait inconnu, quelqu’un qu’elle n’aurait jamais vu de sa vie, idéalement. Mais qui aurait voulu s’asseoir à côté d’une loser pareille ?!
    Atteignant le banc en question, la rousse s’y laissa choir de tout son poids, un nouveau soupir rageur franchissant ses lèvres maquillées d’un rouge carmin, comme d’habitude.
    Du coin de l’oeil, elle vit un homme en plein jogging, à en juger par sa tenue, et les gouttes de transpiration qui perlaient sur son front, s’asseoir à l’autre bout du banc. Leah retint sa respiration, et tâcha de paraître absolument normale. Elle n’avait aucun doute quant à l’expression actuelle de son visage : maussade, voire carrément irrascible. Le pauvre, il n’avait aucune idée du guet-apens dans lequel il s’était fourré malgré lui. Leah sortit son téléphone portable de son sac, machinalement, pour constater une fois de plus, que le monde persistait à s’acharner contre elle : pas de nouvelles d’Hazel. A sa grande horreur, elle sentit les larmes lui monter aux yeux, et dans la seconde qui suivit, la voix de l’homme s’éleva à côté d’elle. Leah se retint de sursauter, ce qui aurait achevé de la faire passer pour une tarée complète. Si elle allait bien ? Vaste question, à laquelle elle était incapable de donner une réponse simple. L’inconnu se reprit presque aussitôt, paraissant regretter sa question intrusive. Leah haussa les épaules, et ses lèvres s’étirèrent en un sourire tout simple, sans artifices. “C’est gentil de demander, merci. C’est pas tous les jours qu’un inconnu vous pose la question dans les rues d’une grande ville !” Elle rejeta machinalement sa chevelure rousse sur ses épaules, et sourit de nouveau en lui tendant la main. “Leah, enchantée. Désolée, je passe une de ces journées, vous voyez le genre…Mais je veux pas vous retarder dans votre jogging, vous avez l’air plus occupé que moi, à me morfondre sur mon banc !” Elle devait paraître totalement pathétique, à essayer de retenir malgré elle cet inconnu, mais son air avenant et ses yeux bleus lui donnaient envie de vider son sac.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-