"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici “Though lovers be lost, love shall not; And death shall have no dominion.” 2979874845 “Though lovers be lost, love shall not; And death shall have no dominion.” 1973890357


“Though lovers be lost, love shall not; And death shall have no dominion.”

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 22 Oct - 0:18 par Invité
“Someday you're gonna look back on this moment of your life as such a sweet time of grieving. You'll see that you were in mourning and your heart was broken, but your life was changing...”    ― E. Gilbert


15 Août 2018, Cimetière de Londres. Accompagnée de ses deux adorables finnois de laponie, Aija est assise devant la tombe d’Anton, laissant couler les larmes le long de ses joues. Comme tous les dimanche matin, la jeune femme se rend sur la tombe de son défunt mari, lui racontant sa semaine, l’évolution des filles qu’elle coache, comment vont leurs adorables toutous. La jeune femme a pris cette habitude depuis qu’elle est revenue vivre sur Londres, et n’y a pas dérogée une seule fois, sauf évidemment les fois où elle était hors de la ville. Certains diront qu’elle n’a pas fait le deuil de sa mort, d’autres, qu’elle n’est pas passée à autre chose. Pour Aija, ce n’est pas une question d’être passé autre chose, parce que la jeune femme a fait son deuil et a accepté la mort de son mari. Elle sait qu’il ne reviendra pas et que c’était son destin de mourir à cet âge-là. Cependant, Aija n’est pas prête à passer à autre chose et ne le sera vraisemblablement jamais. Elle est persuadée qu’Anton était son seul grand amour et qu’elle n’en aura pas d’autres, qu’elle a déjà été comblé de bonheur pendant sept longues et heureuses années. Même si les deux dernières furent difficiles avec la maladie d’Anton, les deux étaient heureux ensemble, et formaient un couple fou amoureux. C’est pour cette raison que la jeune femme pense qu’elle ne reconnaîtra pas l’amour après ça, et qu’elle ne le mérite pas. Chacun mérite un grand amour et rien de plus, un et c’est tout. La jeune femme est prête à se relever et à reprendre la direction de son chez elle, quand elle se rend compte que sur la tombe d’à côté se trouve un jeune homme, similaire proche d’elle en âge, et vivant plus ou moins la même difficulté émotionnelle qu’elle. Et pendant qu’elle le voit parler à la tombe qu’il est venu visiter, Santa Claus, l’un des chiens d’Aija accourt vers le jeune homme, le perturbant pleinement dans son recueillement. Aija accourt pour récupérer son adorable toutou. « Excusez-moi, je suis désolée qu’il vous ait déranger. Il a le syndrome du réconfort ce petit fou. Dès qu’il voit quelqu’un d’un peu triste, il ne peut s’empêcher d’aller vers la personne. Ca lui est venu après la mort de mon mari. Désolée. » Elle attire Santa Claus vers elle et lui  remet sa laisse, prête à se diriger vers la sortie du cimetière, laissant tranquille ce jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Sam 24 Nov - 0:02 par Invité
Neuf mois, cela fait tout ce temps que je ne suis plus revenu sur la tombe de Célestine. Ma première petite-amie, mon premier amour... J'ai besoin d'y retourner, de la retrouver en quelques sortes. Je suis quelqu'un de pudique, d'ailleurs, Tessa n'a jamais su que j'allais me rendre régulièrement sur la tombe de mon ex-copine. Par respect, je ne lui ai rien dit. Et puis, j'avais peur que ça la blesse. Peur qu'elle pense que je suis toujours amoureux d'un fantôme mais ce n'est plus le cas. Juste de l'attachement, un souvenir auquel j'ai du mal à me séparer. Quoi que, je pense qu'on ne peut jamais cesser d'aimer son premier amour.
Anyway, je suis là, dans le cimetière, je marche, les mains dans les poches. Je me pose mile et une questions. Je vais être papa, peut-être, si Tessa m'accepte dans la vie de son enfant et peut-être dans la sienne. Mais y'a une fissure que j'ai provoqué et plus rien n'est comme avant. Je ne sais pas comment arranger tout ça. J'aimerais revenir en arrière, ne pas être parti. Yep, je le regrette un peu finalement. Beaucoup même. Je me recueille à la tombe et je suis soudain interrompu par un cabot qui vient me sauter dessus. J'ai un petit mouvement de recul, j'ai été surpris, je ne connais pas ce chien. il vient faire sa crotte ici ? Surement pas ! Je ne m'énerve pas, je lève le regard vers cette blonde qui s'avance vers moi, qui s'excuse, qui prend son chien et... qui s'en va déjà. c'est pas grave. » que je dis, les mains dans les poches en m'avançant vers elle. il n'aime peut-être pas les blonds. » ou alors c'est la moustache qui lui fait peur. Mais que sais-je. Je ne veux pas mettre cette fille mal à l'aise, qu'elle s'en aille alors qu'elle était là avant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 30 Nov - 1:11 par Invité
“Someday you're gonna look back on this moment of your life as such a sweet time of grieving. You'll see that you were in mourning and your heart was broken, but your life was changing...”    ― E. Gilbert


15 Août 2018, Cimetière de Londres.Visiblement, son chien n’est pas capable de se tenir et de s’empêcher de sauter sur tout le monde. Mais lorsqu’il est au cimetière, ça atteint son paroxysme. Il ne peut s’empêcher d’aller vers tous les gens qu’il croise, pour essayer du mieux qu’il peut de les faire sourire. Un vrai petit fou qui n’accepte plus les larmes et les mines tristes. Aija a fini par s’y habituer et c’est peut-être pour cette raison que la jeune femme s’est fait une raison à la mort de son mari. Parce que ne pas l’accepter, et être triste en tout temps, c’est prendre le risque de voir son chien lui sauter dessus n’importe quand. Alors finalement, Aija s’est dit que ce syndrome développé par son chien l’avait grandement aidé à surmonter la mort de son mari. « Je ne l’ai jamais vu faire de discrimination envers les blonds. Mais avec ce petit fou, je m’attends un peu à tout. » Rigole-t-elle, tout en jouant nerveusement avec son alliance qui ne quitte toujours pas son annulaire gauche. Aija n’est pas encore prête à la retirer, et finalement ne le sera peut-être jamais. Elle refuse toujours de s’offrir la moindre chance de retomber amoureuse, parce qu’elle a vécu son grand amour et c’est bien à ses yeux le plus important. Son cœur est désormais fermé à toutes apparitions masculines qui ne soient pas d’ordre amicale. « Je viens ici depuis des années mais il ne me semble pas vous avez déjà croisé par le passé. Celestine est quelqu’un de votre passé ? » se hasarde-t-elle à demander au jeune homme. Aija a longtemps imaginé la vie des occupants voisins à son défunt mari, se demandant quel genre de personnes ils furent, quel métier ils faisaient, ce genre de choses. Mais rencontrer quelqu’un de l’entourage de Célestine, c’est une chose qui n’était encore jamais arrivé. « Désolée, je suis peut-être trop curieuse pour vous ! » Ajoute-t-elle, se rendant compte qu’elle outrepasse peut-être sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-