"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici “A door is what a dog is perpetually on the wrong side of.” 2979874845 “A door is what a dog is perpetually on the wrong side of.” 1973890357


“A door is what a dog is perpetually on the wrong side of.”

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 9 Nov - 3:05 par Invité
“I am a believer in free will. If my dog chooses to hate the whole human race except myself, it must be free to do so.”Diane Wynne Jones


La jeune femme repose tranquillement son téléphone sur la table et commence à prendre son agenda papier pour prendre note du prochain rendez-vous médical de son père. Ce dernier a rendez-vous dans une semaine pour son check up afin d’évaluer les avancements de la maladie. Le neurologue est persuadé qu’ils ont possibilité de réduire de manière considérable les symptômes de la maladie de parkinson, grâce à une opération chirurgicale. Evidemment, c’est une énorme opération, après tout, c’est le cerveau dont il est question. Mais les médecins sont confiants quant au succès de l’opération. La seule problématique importante est que la mère de Blodwyn qui n’est pour le moment, absolument pas au courant de la maladie de son mari. Le paternel Carpenter a choisi d’en informer uniquement Blodwyn parce qu’il a confiance en elle et parce qu’il sait qu’elle fera passer les intérêts de son père avant les siens. Et malheureusement, ce n’est pas toujours le cas de cette très chère madame Carpenter. Alors Blodwyn est fière de la confiance qu’il a mis en elle. C’est pourquoi, elle décide de sortir Jerry avec elle pour une balade plus que méritée pour lui, et un super starbucks mérité pour elle. C’est donc en direction du starbucks acceptant les chiens que la jeune femme se rend. Sur le chemin, son adorable pépère en profite pour flâner le long des bâtiments magnifiques londoniens, courant à en faire voler les feuilles aux couleurs automnales, faisant rire les passants sur son passage. Finalement, c’est une excellente journée qui se profile pour la jeune femme et elle en est plus que ravie. Blodwyn ressort le col de sa veste en cuir et redresse son bonnet sur sa tête. La jeune femme n’est pas particulièrement fan de la période automnale, cette période où l’on ne sait pas totalement comment s’habiller. Un coup la chaleur revient, un coup la fraicheur vous saisit au visage et vous assomme sans vous prévenir. Le seul plaisir que Blodwyn y trouve est celui de pouvoir remettre sur sa tête ses bonnets et écharpes, qu’elle chérit tant. En une vingtaine de minutes, la jeune femme se rend au starbucks. A l’entrée du café, une gamelle attend Jerry qui se délecte d’une bonne lapée d’eau après avoir marché autant de temps. Si la jeune restauratrice en patrimoine aime tant marcher et venir jusqu’ici, c’est bien parce que ce café est dog-friendly, et met tout en œuvre pour accueillir le mieux possible, les amis à quatre pattes. Ils ont bien compris que le parc en face de la route attire énormément les promeneurs de chiens, et que ce serait perdre un marché phénoménal, que de refuser les chiens. Au moment où Blodwyn veut pousser la porte d’entrée, quelqu’un fait la même chose dans l’autre sens, la projetant sur le sol, le cul par terre. « Et merde, c’était pourtant une si bonne journée. » qu’elle déclare, alors que son fidèle ami à quatre pattes se précipite à ses côtés, lui balançant quelques lapées de bave au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Ven 9 Nov - 16:40 par Invité

 
“A door is what a dog is perpetually on the wrong side of.”

 
Yoann & Blodwyn
Yoann s’était couché tard la veille au soir. En effet, le jeune journaliste sportif avait couvet le match de ligue europa entre Arsenal et le Sporting Portugal qui se rencontraient à l’Emirates stadium pour une rencontre de League Europa. Il avait officié comme homme de terrain, un rôle qui est loin de vraiment apprécier mais il faut bien passer par là pour faire son chemin dans le milieu. Malgré qu’il soit rentré chez lui bien après minuit, cela n’avait pas empêché Yoann de se lever de bonne heure, lui l’éternel lève tôt. Pourtant, il disposait d’une journée de repos automatique lorsqu’il couvrait ce genre d’évènement sportif aux abords du terrain. Mais le jeune homme n’était pas du genre à trainasser sous les couvertures jusqu’à midi, ni à mettre des heures à émerger du brouillard matinal qui accompagne parfois le réveil.
Le Frenchy, comme l’appellent ses collègues, avait donc choisi d’aller se promener un peu au parc avant de prendre son petit déjeuné sur le tard, dans le Starbucks le plus proche. Son dévolu c’était jeté sur un capuccino et un gros muffin à la myrtille qu’il ne manqua pas de tremper dans sa boisson chaude. Installé sur une banquette à l’étage pour un peu plus de calme, Yoann avait consulté les autres résultats sportifs de la veille sur son smartphones qui contient toutes les applications qui vont bien pour relater ce genre d’information.
Soudainement, le smartphone vibra et l’écran ne tarda pas à afficher un appel entrant. Il s’agissait de Joe, un de ses collègues de travail qui appelait sans doute pour parler du match de la veille, lui qui était un inconditionnel fan des gunners. D’un glissement de doigt, il accepta l’appel et décrocha. A cette heure-ci, le Starbucks était assez calme et yoann ne voulait pas déranger les gens qui avaient eux aussi opté pour une place à l’étage, supposée plus calme qu’au rez-de-chaussée. Ainsi, tandis qu’il tâche de ne pas parler trop fort, Yoann remet sa veste et se dirige vers les escaliers pour redescendre et sortir au dehors. De toute manière, son petit déjeuné était terminé depuis quelques temps déjà.
Distrait par la conversation qu’il tient avec son collègue et ami, le jeune homme pousse la porte d’entrée du café sans trop prêter attention à ce qui se trouve de l’autre côté. Ce n’est qu’après l’avoir poussée complètement qu’il se rendit compte de son erreur. Le maladroit avait poussé la porte tandis qu’une femme la tirait de son coté, ce qui l’avait faite tomber au sol. Surpris puis, très vite gêné d’avoir causé cet incident, Yoann raccroche immédiatement son téléphone avant de se précipiter auprès de la personne assise par terre au côté d’un chien qui semble être le sien.
« Oh pardon, excusez-moi ! J’étais tellement déconcentré que je n’ai même pas regardé avant de pousser la porte… » Dit-il en sentant le rouge lui monter au visage. Qu’il se sent bête en cet instant et il aimerait se faire tout petit pour disparaitre une fois qu’il serait rassuré sur l’état de la jeune femme. « J’espère qu’au moins je ne vous ai pas blessée ? » ajoute-t-il en lui tendant une main pour se relever.
©️S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Dim 25 Nov - 23:56 par Invité
“I am a believer in free will. If my dog chooses to hate the whole human race except myself, it must be free to do so.”Diane Wynne Jones


Il y a des jours comme ça, où rien ne va, tout est foutu, tout est sans dessus dessous. On fait tout pour que les choses se passent sans encombre, purement et simplement. Mais le destin essaie toujours de vous jouer des tours et vous emmerdent un bon coup. Et forcément, quand Blodwyn se retrouve le cul par terre, c’est sans surprise qu’elle comprend que cette journée ne fera pas exception aux journées de merde habituelles. Son chien semble s’amuser de la situation quand il lui léchouille le visage et aboie joyeusement face à la situation. Il est mignon son chien, un amour, mais il aime bien se foutre de sa gueule, du moins c’est comme ça que Blodwyn interprète les réactions de son chien. « Non, c’est moi ! Je n’ai pas vérifié si le panneau disait poussez ou tirez. J’aurai du faire plus attention. » Répond-t-elle au jeune homme qui a poussé la porte en sens inverse du sien. Visiblement, il se sent tout aussi gêné qu’elle par la situation et s’en veut terriblement. Pour autant, elle ne sait pas si c’est elle qui a poussé dans le mauvais sens, ou si c’est lui. Et puis même si c’était réellement lui le fautif, ce n’est pas comme s’il a agi volontairement dans le but de la faire chuter. « A première vue, je suis en un seul morceau, je devrais m’en sortir. » Rigole-t-elle, avant de se saisir de la main qu’il lui tend pour se relever. Elle époussette les quelques traces de poussière qu’elle a sur ses vêtements, avant de jeter un œil à Jerry, qui s’approche tranquillement du jeune homme. Un gros toutou comme lui peut parfois effrayer, surtout quand on ne sait pas comment réagissent les gens, ni même le chien.« Ne vous inquiétez pas le chien ne vous fera aucun mal. » S’empresse d’expliquer la jeune femme juste au cas où. « J’ai renversé votre café, laissez moi vous en offrir un nouveau. » Propose-t-elle au jeune homme en s’apercevant que son café s’éparpille lentement mais surement sur le sol. Elle pénètre dans le café, son chien fermement tenu en laisse, le jeune homme sur ses talons. Lorsqu’elle s’approche du comptoir, Blodwyn fait mine de réfléchir, avant d’opter pour sa boisson de noël préféré le latte noisette caramel. Elle en commande donc un au barista, se délectant par avance. « Que souhaitez-vous prendre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-