"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici Don't let a bad day make you feel like you have a bad life (Zachary) 2979874845 Don't let a bad day make you feel like you have a bad life (Zachary) 1973890357
-63%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
219 € 599 €
Voir le deal


Don't let a bad day make you feel like you have a bad life (Zachary)

 :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP
Administratrice
Willow E. Hopkins
Administratrice
Don't let a bad day make you feel like you have a bad life (Zachary) Tumblr_p8u8pz53aU1s5hgwbo2_250
» Date d'inscription : 26/01/2016
» Messages : 10065
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : lucy kate hale
» Âge : 29 ans née le huit février
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & eulalie (b. lively)
» Absence : 05/05/2019
() message posté Lun 22 Avr - 19:47 par Willow E. Hopkins
Les jours se suivent et se ressemblent. Je me demande souvent pourquoi les journées ne dépassent pas les vingt-quatre heures ? J’aimerais pouvoir allonger les journées pour ne jamais reporter au lendemain tout ce que j’ai à faire. Un coup d’œil à ma montre. Un soupir prend possession de mon visage. La soirée a déjà bien commencé et je ne suis toujours pas rentrée chez moi. Je quitte seulement le bureau en pestant contre mes patrons. Chaque jour ces deux-là m’épatent, toujours à innover dans leur demande à mon égard. Je n’avais jamais imaginé qu’un rôle de secrétaire juridique se résumerait à parcourir la ville entière pour répondre à leurs volontés. J’aimerais tellement leur dire mes quatre vérités mais pour ça il faudrait d’abord que je leur envoie ma lettre de démission. Et ce n’est pas demain la veille. Tout en marchant dans la rue pour rejoindre le centre-ville je m’imagine dans une autre vie. Celle où j’ose enfin me lancer dans ma passion et ouvrir ma propre pâtisserie. Je pourrais enfin passer mes heures de travail à faire quelque chose qui me plait. Mais bon pour ça je suis une trouillarde et je risque encore de passer des années à me plaindre de mes patrons. Encore heureux qu’ils sont gentils sinon j’aurais fuis depuis bien longtemps.

J’arrive tout prêt de la salle de sport. Deux fois par semaine, je me force à aller me défouler un peu en pensant à toutes les personnes que je déteste, à commencer par mon ex-mari. Je sais qu’en vouloir aux gens ne m’aidera pas à me sentir mieux mais par contre ça me motive assez que pour tenir près d’une heure et demie sur toutes sortes d’appareils de musculation. Le bâtiment ne change pas, toujours le même à chaque fois que je viens. Je fais un signe de tête en guise de bonjour à la personne à l’accueil et puis je grommelle encore à l’idée de devoir monter trois étages par l’escalier. Pourquoi avoir été installé cette salle aussi haute ? Voulaient-ils déjà qu’on s’échauffe en escaladant trois volées d’escalier ? Par fainéantise, je décide de prendre l’ascenseur. Je n’aime pas jouer les personnes fades mais aujourd’hui, je suis plutôt fatiguée et au vu de l’énergie que je vais dépenser, je peux me le permettre. J’appuie sur le bouton pour appeler l’ascenseur et je le trouve très lent à arriver. J’aurais mieux fait de prendre l’escalier. Les portes s’ouvrent, je monte et avant que je ne puisse appuyer à l’étage où me conduire, une personne entre rapidement dans l’habitacle. Comme je suis aimable je m’empresse de demander « Quel étage ? » J’appuie sur le bouton indiquant le bon numéro de l’étage. Tout doucement l’appareil se met en marche. Je regarde mes mails les yeux rivés sur mon portable, quand soudain l’ascenseur s’arrête. Quelques secondes se passent et rien ne bouge. Je commence à m’énerver et m’en prends bêtement à l’autre passager. « C’est vous qui l’avez bloqué ? » Je ne réfléchis pas toujours avant de parler et ça se remarque encore ce soir en agressant légèrement un inconnu. Je tente d’appuyer sur tous les boutons de tous les étages en espérant que l’appareil se remette en marche quand soudain la lumière se coupe à son tour.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 23 Avr - 15:42 par Invité
Black-out

La journée est longue, les gens n’ont pas l’air de comprendre ce que leur explique Zackary. Parfois il a l’impression de parler une autre langue. Souvent les gens n’en font qu’à leur tête persuadés d’avoir de bonnes techniques pour éduquer leur chien. Dans ce cas, pourquoi faire appel à lui ? Les esprits se sont un peu échauffé aujourd’hui, le propriétaire du chien et le comportementaliste n’en sont pas venu aux mains, mais ça aurait pu si la femme de la maison ne s’était pas interposée.

Les rendez-vous s’enchaînent et se ressemble. Bordel, les gens ont décidés d’être cons aujourd’hui. Ça va être tendu de garder son calme aujourd’hui, pour l’instant il va falloir faire avec. La fin de journée arrive enfin, la dernière personne n’était pas trop à l’aise, c’était assez compliqué. C’était une jeune femme, étudiante qui avait décidé d’acheter un chien. Mais son caractère introverti se répercutait sur son compagnon à quatre pattes, et ce dernier profitait de ça pour se montrer en chef de meute. Ce n’est pas en une seule séance que Zack allait pouvoir corriger ça, et il va falloir qu’elle y mette du sien si elle ne veut pas se faire marcher dessus.

Un petit aller-retour rapide à son domicile pour prendre des vêtements de rechange et direction la salle de sport. Quoi de mieux après une journée comme celle-ci, qu’une bonne séance de sport pour se défouler ? Le cinquantenaire tente d’y aller régulièrement afin de garder la forme mais aussi pour souffler de toutes les tensions qu’il peut accumuler. En entrant dans le bâtiment, il aperçoit l’ascenseur qui s’apprête à fermer ses portes. Il s’y glisse rapidement à l’intérieur, un brin flemmard. Pour une fois qu’il le prend pour monter les étages.

« Quatrième » répond t-il à la jeune femme qui occupait déjà l’espace.

Elle appuie sur le bouton indiquant l’étage souhaité, puis l’appareil se met en marche. Il récupère son téléphone pour vérifier l’heure, quand soudain la machine se stoppe, la cabine se secouant légèrement. Il relève la tête de son écran, interloqué alors que la demoiselle lui demande s’il n’est pas la cause de la panne. Mignonne mais mauvais caractère !

« Pardon ? »

La lumière s’éteint à son tour, un soupire d’agacement se fait entendre. Merde, merde, merde ! Pour une fois qu’il ne prend pas les escaliers, voilà que l’ascenseur tombe en panne, c’est une blague ?!

« Je crois que vous avez touché le bouton pour la lumière.» ajoute t-il sarcastique.

Il allume la fonction lampe torche de son téléphone pour éclairer la cabine, il n’a plus beaucoup de batterie, il a oublié de faire un arrêt recharge chez lui.

« Manquerait plus qu’il y ait une chute libre et on a tout d’un scénario de merde. »

Zack’ éclaire le panneau de bouton, il y en a forcément un qui sert à appeler quelqu’un en cas de panne. Une fois le bouton trouvé, il appuie dessus puis attend. Mais rien ne se produit, il appuie de nouveau, toujours rien. Il appuie frénétiquement avant de lâcher l’affaire.

« Journée de merde. »

Il éteint la lampe et pose son sac de sport par terre, dépité, quand on commence avec une journée de merde, il est logique qu’elle se poursuit jusque dans vos moments de détentes.
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice
Willow E. Hopkins
Administratrice
Don't let a bad day make you feel like you have a bad life (Zachary) Tumblr_p8u8pz53aU1s5hgwbo2_250
» Date d'inscription : 26/01/2016
» Messages : 10065
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : lucy kate hale
» Âge : 29 ans née le huit février
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & eulalie (b. lively)
» Absence : 05/05/2019
() message posté Mar 23 Avr - 20:22 par Willow E. Hopkins
Mon sac sur l’épaule, je patiente en attendant que l’ascenseur décide de descendre vers moi. Habituellement je n’ai aucun problème pour patienter mais ce soir, je suis loin d’être calme. Il est vraiment temps que j’aille enfin me défouler sur les appareils de musculation pour oublier cette journée et penser à autre chose. Parfois, il m’arrive de penser que je devrais plutôt me diriger vers le « yoga » ou la sophrologie pour me calmer. Je serais moins stressée et surtout moins irritable dans les situations un peu complexe.

Les portes s’ouvrent enfin et je m’empresse de monter dans l’ascenseur. Je m’apprête à appuyer sur le bouton indiquant l’étage numéro 3 et je me retins le temps qu’un homme entre à son tour. Je ne suis pas méchante et contrairement à certaines personnes, je ne m’empresse pas de vite fermer les portes pour éviter qu’il ne me tienne compagnie les quelques secondes qui me sépare de ma destination. Je souris, comme à mon habitude et enfonce le bouton correspondant à l’étage où il souhaite se rendre. Soudain alors que nous sommes seulement à hauteur du deuxième étage l’ascenseur stoppe net. L’espace d’un instant, je pense qu’il s’agit simplement d’un arrêt intermédiaire pour permettre à quelqu’un de se joindre à notre montée. Le temps d’attente avant que les portes ne s’ouvrent est beaucoup trop long et nous ne démarrons toujours pas. Mon premier instinct est de m’en prendre à cet inconnu. « Je doute que l’ascenseur ne s’arrête par lui-même sans que quelqu’un lui ait demandé. » Respire Willow, ça ne sert à rien de t’en prendre à lui. Il n’y est pour rien et il doit simplement s’agir d’un problème technique qui sera très vite réparé. Enfin c’est ce que je souhaite au plus profond de moi. Je m’énerve sur tous les boutons espérant qu’il redémarre de cette façon. Tampis si ensuite l’ascenseur s’arrête à tous les étages.

La lumière se coupe tout d’un coup. Pourtant je ne me rappelle pas d’avoir touché à quelque chose qui soit liée à la luminosité de cet ascenseur. Décidément j’aurais mieux fait de m’échauffer en grimpant les quelques volées d’escalier. « Bien sûr. Je voulais passer un moment plus intime en votre charmante compagnie ! » Répondis-je ironiquement à son accusation sur ma culpabilité à avoir éteint la lumière. Je rigole mais bien entendu il ne me voit pas. Jamais je n’aurais pensé me retrouver coincé dans un ascenseur. Heureusement que je ne suis pas trop claustrophobe.

« J’espère que vous n’allez pas nous portez malheur. Je suis bien trop jeune pour mourir aujourd’hui dans cet endroit. » Je ne voulais pas faire cette remarque par rapport à notre différence d’âge. Je ne juge jamais quelqu’un sur son âge, cela ne se fait pas. Puis de toute façon nous sommes tous les deux trop jeunes pour mourir et ça attendra encore un peu avant d’aller dire bonjour au Paradis. Mon portable en main, je regarde si le réseau peut me permettre d’appeler les secours. « Bien entendu pas de réseau. » Je secoue bêtement mon téléphone espérant que le réseau revienne par magie. Je me laisse tomber le long de la paroi pour m’asseoir par terre. Seule la lampe de mon écran éclaire légèrement l’endroit et surtout ma tête. « Vous croyez que vos muscles pourront nous aider à tenter d’ouvrir la porte ? » Je n’ai pas envie de passer ma soirée ici avec un inconnu. Je suis prête à trouver toute solution pour m’éloigner d’ici. « Je pourrais toujours tenter de crier mais je crois que je vous casserais les oreilles!»
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Jeu 25 Avr - 11:11 par Invité
Black-out

Pas de réseau, presque pas de batterie et une jeune femme qui semble être aussi épuisée et énervée par sa journée que lui. L’ambiance est au rendez-vous ! Trop jeune pour mourir maintenant, le cinquantenaire ne relève pas, posant sa tête contre la parole de l’ascenseur, elle ne devait pas penser a mal, et même si c’était le cas, il s’en fichait.

Un nouveau soupire s’échappe de ses lèvres avant qu’il ne décide de s’asseoir à son tour. La jeune femme opte pour la manière forte, tenter s’ouvrir les portes de l’appareil à la force des bras. L’homme pouffe en regardant si son téléphone ne capte pas, ne serait-ce qu’une seule barre de réseau.

«  Bien sûr, je pense que c’est une bonne idée, surtout si l’ascenseur se trouve entre deux étages. Je ne vous vois bien grimper sur les câbles jusqu’au prochaine étage. »

Zackary se passe une main dans les cheveux, il n’est pas claustrophobe, mais l’idée de rester coincé ainsi ne le ravi pas vraiment.

« A moins que votre ne voix ne porte sur plusieurs étages, je doute que l’ont puisse nous entendre. Mais essayez toujours ! »

Toujours aussi sarcastique, il semble être un peu sur les nerfs, décidément cette journée est une catastrophe. A savoir, est-ce que c’est une simple panne d’ascenseur, ou bien est-ce tout le bâtiment qui est comme ça ? L’idée qui le rassure, c’est que les personnes ne l’accueil les ont certainement vu monter dans la cabine, ils vont forcément venir les chercher.

«  Bon... j’espère que les gens à l’entrée vont tilter qu’on est là sinon on est dans la merde. Pas de réseau via nos téléphones et pas de boutons de secours dans la cabine. »

Le cinquantenaire décide de mettre son téléphone sur economie de batterie et de baisser la luminosité de l’écran, en espérant que la soirée ne s’éternise pas trop. Le silence s’installe, puis des voix lointaines se font entendre. Zack se relève et se rapproche des portes pour tendre l’oreille. Les sportifs déjà présents semblent parler entre eux, sans doute essayent-ils de rejoindre la sortie du bâtiment.

«  Peut-être que crier n’était pas une si mauvaise idée. »

Il tente d’ouvrir les portes, mais celles-ci sont fermement bloquées, impossible de les bouger ne serait-ce d’un millimètre. Il faut trouver un autre moyen d’attirer l’attention, et rien de mieux qu’un poing qui martèle les portes de l’ascenseur pour ça. A voir si ça fonctionne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciens RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-